Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Agir

Du Nil au Rhin. L’imaginaire égyptien du médecin de Bingen

Valérie Martini
p. 115-133

Résumés

Dans la nécropole romaine de Bingium (ou Vingium), ville militaire – aujourd’hui Bingen-am-Rhein –, une tombe a livré en 1860 un ensemble de 67 instruments médicaux en bronze. Une petite statuette en bronze d’un hippopotame surmonté d’un cobra, probablement fabriquée en Égypte, était soigneusement déposée dans un bassin en bronze. Ces deux animaux emblématiques du bestiaire égyptien témoignent de l’impact de l’image idéalisée de l’Egypte dans la médecine romaine. Pour les Romains, l’hippopotame incarne non seulement la prospérité et les bienfaits apportés par la crue du Nil, dont l’eau possédait des vertus guérisseuses, mais aussi un animal doué d’une intelligence médicale, capable de se soigner seul en pratiquant la saignée. Le cobra, uraeus, est associé à la déesse Isis dont le culte se diffuse largement dans les provinces avec l’expansion de l’Empire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une conférence donnée dans le cadre du colloque La transmission des savoirs magiques Antiquité-Renaissance organisée à l’Université de Fribourg en 2011 par Véronique Dasen et Jean-Michel Spieser puis présentée dans le cadre des journées doctorales Callisto le 18 mars 2011. Je tiens à remercier les participants à ces journées pour leurs commentaires, notamment Richard Gordon et Attilio Mastrocinque, et tout particulièrement Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux.

Texte intégral

1Un petit flacon en bronze, de style tout à fait égyptien, en forme d’hippopotame surmonté d’un cobra, découvert il y a 75 ans dans la tombe d’un médecin romain, en Germanie, aux confins de l’Empire… Que nous apprend-il ? S’agit-il d’une statuette décorative ? D’un souvenir de voyage ? D’un simple récipient ? Retrouvé parmi scalpels et ventouses, tout l’instrumentarium indispensable à l’exercice de l’art médical, le flacon semble pourtant faire partie intégrante de la pratique quotidienne. Il n’est pas anodin. Ce petit objet, un peu laissé de côté, nous en dit long sur l’identité du praticien qui le possède, sur ses croyances et ses superstitions, qui influencent son geste.

  • 1 Marganne Marie-Hélène, « Links between Egyptian and Greek Medicine », Forum, Scuola Internazionale (...)
  • 2 Marganne Marie-Hélène, « L’Égypte médicale de Pline l’Ancien », dans Sabbah G. (éd.), Le latin médi (...)

2La fascination exercée par l’Égypte dans l’Antiquité gréco-romaine a particulièrement marqué le domaine des pratiques et des savoirs médicaux1. La pharmacopée de Pline l’Ancien donne plusieurs exemples de produits dont l’exotisme augmente l’efficacité thérapeutique, comme le suc d’acacia, l’alun ou même la graisse d’hippopotame, issus d’un pays réputé pour ses herbes médicinales et ses pharmaka, baumes salutaires ou poisons mortels2.

3Une petite statuette en bronze, haute de six centimètres, fabriquée à la fin du Ier siècle/milieu du IIe siècle apr. J.-C., représente deux animaux emblématiques du bestiaire égyptien, un hippopotame mâle sur lequel est juché un cobra (fig. 1).

Fig. 1 : Statuette en bronze d’un hippopotame mâle sur lequel est juché un cobra, fin du Ier siècle/milieu du IIe siècle apr. J.-C

Fig. 1 : Statuette en bronze d’un hippopotame mâle sur lequel est juché un cobra, fin du Ier siècle/milieu du IIe siècle apr. J.-C

Photo V. Martini

4Elle provient de la tombe d’un médecin retrouvée aux confins de l’Empire, à Bingium (ou Vingium) – aujourd’hui Bingen-am-Rhein, au centre de l’Allemagne actuelle – où les légions édifièrent un castrum au Ier siècle. Le bestiaire que compose ce couple témoigne de la transmission de croyances associées à l’Égypte dans la médecine romaine, tout en constituant le signe possible de l’initiation au culte isiaque d’un praticien.

  • 3 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht zu den antiken medizinischen Instrumenten », dans Aufstieg und Nie (...)
  • 4 Picard Ch. et Garnot J. Sainte-Fare, « Le trésor chirurgical de Bingen (Rhénanie) », Revue archéolo (...)
  • 5 Ortalli Jacopo, « Archeologia e medicina, la casa del “chirurgo” riminese », dans De Caroli S. (éd. (...)

5La fonction de cet objet creux a suscité de nombreuses interprétations. S’agit-il d’un récipient ? Contenait-il un produit thérapeutique ? Les hypothèses proposées jusqu’ici en font un simple souvenir de voyage3, peut-être rapporté d’Alexandrie où le défunt aurait suivi sa formation médicale4, à l’instar de la bouillotte en forme de pied rapportée d’Asie Mineure par le chirurgien de Rimini5. En réexaminant le symbolisme des deux animaux qui composent l’objet, une nouvelle interprétation peut être avancée. La place de l’hippopotame et du cobra dans l’imaginaire thérapeutique de l’époque romaine impériale et leur association au culte isiaque pourrait en effet expliquer la présence de celui-ci dans la tombe d’un médecin parmi les autres instruments de son art.

Un médecin militaire

  • 6 Deux cuillères, trois pinces à épiler, quatre écarteurs, six crochets, quatre burins, une perceuse, (...)

6Le matériel permet de dater la tombe du médecin de la fin du Ier siècle/milieu du IIe siècle apr. J.-C. Il se compose de 67 instruments en bronze : treize scalpels, quatre crochets, trois sondes spatules, deux ventouses avec un support décoré avec de la vigne, et un ensemble d’instruments de trépanation (fig. 2)6.

Fig. 2 : Les instruments de la tombe du médecin de Bingen

Fig. 2 : Les instruments de la tombe du médecin de Bingen

Photos © Historisches Museum am Strom, Bingen-am-Rhein et V. Martini

  • 7 Heidecker Karl Maria, « Das Instrumentarium eines römischen Chirurgen in Bingen - Ein Rückblick auf (...)

7Un instrumentarium aussi riche est rare en contexte funéraire. Avec ses 67 pièces, la trouvaille de Bingen constitue le plus grand ensemble d’instruments médicaux antiques retrouvés à ce jour dans une tombe. Leur variété, notamment le trépan et la grande quantité de scalpels à lame interchangeable, permet d’affirmer que le médecin de Bingen était spécialisé en chirurgie, probablement militaire, bien qu’aucune inscription n’ait été associée à la tombe7.

  • 8 Cf. la bassine représentée sur le relief de la tombe de M. Ulpius Amerimnus à Ostie ; DASEN Véroniq (...)
  • 9 Au moment de la découverte, il n’aurait subsisté des ossements du défunt que des résidus contre les (...)

8La pièce principale de l’ensemble est un bassin en bronze pourvu de deux poignées ciselées qui a pu servir à collecter le sang au cours des interventions chirurgicales et des saignées8. Les instruments de chirurgie ainsi que la statuette ont été retrouvés à l’intérieur de ce bassin posé à côté du vase qui contenait les restes incinérés du défunt9 (fig. 3).

Fig. 3 : Trouvailles de la tombe du médecin de Bingen, dont le bassin en bronze qui a pu servir à collecter le sang

Fig. 3 : Trouvailles de la tombe du médecin de Bingen, dont le bassin en bronze qui a pu servir à collecter le sang

Les instruments de chirurgie ainsi que la statuette de l’hippopotame ont été retrouvés à l’intérieur de ce bassin

Photo © Historisches Museum am Strom, Bingen-am-Rhein

  • 10 Behrmann Almuth, Das Nilpferd in der Vorstellungswelt der Alten Ägypter, II, Textband, Francfort am (...)
  • 11 Voir par exemple la figurine en faïence du Musée du Louvre, inv. F 5886, Moyen Empire (ca 2033 – 17 (...)
  • 12 Cf. la mosaïque nilotique de la Maison du Faune à Pompéi, Naples, Museo archologico nazionale, inv. (...)

9La statuette en bronze de l’hippopotame surmonté du cobra est d’une facture très soignée. La représentation réaliste des deux animaux, notamment du serpent, suggère qu’il s’agit d’une pièce d’importation égyptienne et non de fabrication romaine provinciale10. Les traits des deux animaux sont très proches stylistiquement des réalisations égyptiennes (fig. 4) : l’hippopotame a une gueule courte et arrondie, comme les hippopotames pharaoniques en faïence11, et diffère des représentations romaines qui le caractérisent avec une gueule plus fine et allongée12.

Fig. 4 : Détails de la statuette

Fig. 4 : Détails de la statuette

Photo V. Martini

  • 13 Malaise Michel, « La diffusion des cultes isiaques : un problème de terminologie et de critique », (...)

10L’objet peut ainsi être classé parmi les aegyptiaca, définis par M. Malaise comme « les trouvailles faites hors de l’Égypte et du Soudan de produits authentiquement égyptiens et d’imitations peu ou prou égyptisantes13 », avec une association possible au culte isiaque.

  • 14 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht », op. cit., p. 2591.
  • 15 Par exemple Taborelli Luigi et MARENGO Silvia, « Il medicamento lukion e i suoi contenitori », Arch (...)
  • 16 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht », op. cit., p. 2433-2633.

11L’intérieur du ventre de l’hippopotame est creux. Selon E. Künzl, cette cavité était destinée à contenir un médicament, des drogues ou des senteurs aromatiques à usage médical14. L’uraeus bouchant le trou constituerait alors le couvercle de ce pot original. Toutefois, la cavité dans le ventre de l’hippopotame mesure à peine deux centimètres de haut et deux centimètres de large, ce qui peut paraître réduit pour un médicament liquide ou un onguent. Cependant, les pots en terre cuite, métal ou verre contenant le précieux Lykion, un extrait de plante, ne mesurent pas plus de 2,4 à 5 cm de haut15. Quelle sorte de liquide l’hippopotame pouvait-il contenir ? L’eau guérisseuse du Nil, auquel l’animal fait référence, serait une option, mais cette hypothèse est difficile à vérifier. En effet, la restauration effectuée durant la Deuxième Guerre mondiale a malheureusement scellé le cobra et l’hippopotame ensemble. Les photos prises avant la restauration, publiées en 1996 par E. Künzl (fig. 5)16, montrent une ouverture de forme rectangulaire sur le dos de l’hippopotame lorsque l’uræus est ôté. Aucune photo ne montre l’uraeus seul.

Fig. 5 : La statuette avant la restauration

Fig. 5 : La statuette avant la restauration

Photo KÜNZL, Ernst, « Forschungsbericht zu den antiken medizinischen Instrumenten », dans ANRW II, 37.3, Berlin/New York, W. de Gruyter, 1996, p. 2586.

12Le cobra était-il conçu à l’origine comme un bouchon ? Des indices semblent contredire cette hypothèse. L’orifice dans lequel le cobra se loge pourrait avoir simplement servi à assembler les deux parties de la statuette. Un petit trou communiquant avec l’intérieur de l’hippopotame dans un repli du cobra est encore visible aujourd’hui (fig. 6), ce qui rend le récipient peu hermétique et donc peu propice à recevoir du liquide. L’absence de parallèle joue également en défaveur du bouchon.

Fig. 6 : Détail de la statuette

Fig. 6 : Détail de la statuette

Ce qui est encore visible aujourd’hui du trou communiquant avec l’intérieur de l’hippopotame.

Photo V. Martini

  • 17 Behrmann Almuth, Das Nilpferd, op. cit., p. 173.
  • 18 Nous remercions Magali de Haro Sanchez de cette hypothèse suggérée lors du colloque La transmission (...)
  • 19 Voir par exemple deux amulettes au Musée Bible et Orient, Fribourg, Herrmann Christian et Staubli T (...)

13La tête du cobra est surmontée d’une couronne qui a été diversement interprétée. A. Behrmann propose d’y voir la couronne rouge de la Basse-Égypte, ou un fragment de la double couronne d’Égypte, le pschent17. M. de Haro Sanchez y reconnaît le calathos de Sérapis (fig. 7)18, mais la déesse égyptienne hippopotame Thouéris porte aussi un modius semblable à ce calathos19.

Fig. 7 : le calathos de Sérapis

Fig. 7 : le calathos de Sérapis

Dessin V. Martini

14Relevons encore que le sommet du couvre-chef de l’uraeus porte une marque au poinçon (fig. 8). La gravure n’est pas très précise, probablement parce que le poinçon a été frappé deux fois de suite. Cette marque ne saurait être fortuite mais elle reste à interpréter.

Fig. 8 : Détail de la statuette

Fig. 8 : Détail de la statuette

Marque illisible faite au poinçon sur le sommet du couvre-chef de l’uraeus.

Photo V. Martini

15Quelle était la fonction de cet objet ? Avait-il une simple valeur décorative ou faisait-il partie de l’instrumentarium du médecin ? Les deux animaux réunis comptent parmi les plus célèbres du bestiaire des pharaons. Comment un médecin de l’époque romaine pouvait-il les comprendre ? L’étude de leur symbolisme permet d’avancer une hypothèse.

Un animal féroce qui vous veut du bien

  • 20 Vernus Pascal et Yoyotte Jean, Bestiaire des pharaons, Paris, 2005, p. 248-263.
  • 21 Horus et Seth prennent chacun l’apparence d’un hippopotame lors de leur combat au milieu des eaux. (...)
  • 22 Lors de la pesée du cœur, la déesse Ammit dévore les âmes des humains jugés indignes de continuer à (...)
  • 23 Cf. son usage en amulette, pour les vivants et les morts, Herrmann Christian et Staubli Thomas, op. (...)

16L’hippopotame mâle est à la fois craint et mal-aimé des Égyptiens20. Animal plutôt débonnaire, il a la réputation d’être benêt et lourdaud. Il ne constitue pas un danger de mort au quotidien comme le crocodile, mais il est très nuisible. Il vit en bande et dévore ou piétine les cultures la nuit. Il est donc considéré comme fauteur de famine par la population. Jugé facilement colérique et batailleur, l’hippopotame est aussi associé au dieu Seth, personnifiant les forces négatives du chaos21. Les pattes arrière de l’hippopotame entrent d’ailleurs dans la composition de la Grande Dévoreuse Ammit22. Le pachyderme est aussi vénéré (moins cependant que le crocodile) et apprécié pour sa puissance surhumaine. Les forces les plus terrifiantes, si on sait se les concilier, peuvent en effet devenir des défenseurs pour contrer les forces maléfiques. L’image de l’hippopotame se retrouve ainsi sur les amulettes et les scarabées comme talismans procurant la sécurité et une bonne santé23. Les hippopotames femelles, en revanche, sont considérées positivement et adorées sous le nom de Thouéris, divinité dont le rôle principal est la protection des naissances. Associée à la fête d’Opet, Thouéris représente la fertilité apportée par les eaux du Nil qui fécondent la terre. Elle joue également un rôle dans le domaine funéraire, en accueillant le mort à l’entrée de la nécropole.

  • 24 Nater Géraldine, « Le Nil : histoire d’eau, d’animaux et de divinités », op. cit., p. 83.
  • 25 Une mosaïque polychrome provenant de Lepcis Magna, « Villa del Nilo », montre ainsi la procession d (...)
  • 26 Cf. la statue en marbre blanc de Ashmunein (Hermopolis Magna), époque hellénistique ? ; Stuttgart, (...)
  • 27 Jentel Marie-Odile, s.v. « Neilos », op. cit., p. 724, n° 51 et pl. 428.

17À l’époque romaine, l’hippopotame revêt une nouvelle symbolique : il incarne la prospérité apportée par la crue. Il est ainsi associé aux représentations du dieu Nil, traité comme une divinité à part entière24. Avec le crocodile, l’hippopotame devient l’attribut traditionnel du dieu de la crue sur des mosaïques, des lampes, des statues, des monnaies25. Sur les statues du dieu-fleuve, l’hippopotame fait parfois office d’accoudoir pour le dieu26. À partir du règne de Tibère, il apparaît parfois seul sur le revers de pièces de monnaie, alternant avec le crocodile. Sur les monnaies alexandrines, il est parfois attelé au bige du dieu Nil27. La représentation de l’hippopotame peut ainsi se substituer à celle de l’eau du Nil.

  • 28 Petitpa Marie-Christine, « L’eau dans l’Égypte Pharaonique », dans Hairy I. (dir.), Du Nil à Alexan (...)
  • 29 Voir les stèles du Louvre, Gasse Annie, Les stèles d’Horus sur les crocodiles. Catalogue, Musée du (...)
  • 30 L’absorption de l’eau s’accompagnait probablement d’autres usages, comme des contacts par frottemen (...)

18En Égypte ancienne déjà, l’eau de la crue a des vertus salutaires et magiques. La montée des eaux vient directement du Noun, les eaux de l’Océan primordial, et elle redonne vie à tout ce qui en est privé, que ce soit le sol ou le corps humain. L’eau de la crue est conservée dans les temples, à l’aide de bassins et de récipients, pour le culte de la conservation de Hâpi, génie du Nil28. L’eau sacrée du Nil joue également un rôle important dans la médecine de l’Égypte pharaonique. Elle détient des propriétés purifiantes et vivifiantes. Elle a pour tâche de soigner les membres d’un malade ou d’un brûlé, et plus particulièrement de chasser les forces destructrices du venin de serpent, de scorpion ou d’autres bêtes venimeuses. Une pratique bien attestée consiste à faire couler de l’eau sur de petites stèles à l’effigie d’Horus, surmontée du visage apotropaïque du dieu Bès, qui se multiplient à la Basse Époque ; le jeune dieu est représenté debout sur des crocodiles, maîtrisant dans chaque main des scorpions, des serpents et d’autres animaux jugés maléfiques29. La stèle est recouverte de formules magiques évoquant la guérison d’Horus par Isis et Thot, destinées à chasser le venin et d’autres maux. L’eau, imprégnée du pouvoir magique des hiéroglyphes, se chargeait de vertus curatives et devait probablement être bue30.

19Les auteurs grecs et latins rapportent également que l’eau du Nil possède des facultés bénéfiques. Ainsi Rufus d’Éphèse (IIe s. apr. J.-C.) témoigne :

  • 31 Rufus d’Éphèse, Sur les boissons, apud Oribase, Collection médicale, V, 3 (trad. U. Bussemaker et C (...)

Il n’y a, à ma connaissance, que les marais de l’Égypte qui soient favorables à la santé, parce que l’eau, n’étant pas chauffée outre mesure, ne se corrompt pas en hiver, tandis qu’en automne le Nil, en remplissant les marais, chasse la vieille eau et y introduit de l’eau nouvelle. […] Bien que je ne loue pas les eaux du midi, je loue cependant le Nil à un tel degré, qu’à mon avis il y a peu de fleuves qui lui soient comparables sous le rapport de la bonté de l’eau ; car elle relâche le ventre, provoque les règles, et on peut l’administrer pendant les couches31.

  • 32 Hairy Isabelle, « Qualité de l’eau et maladies hydriques », dans Hairy I. (dir.), Du Nil à Alexandr (...)
  • 33 Bonneau Danielle, La crue du Nil : ses descriptions, ses explications, son culte d’après les auteur (...)
  • 34 Denderah (Nitentore en égyptien ancien et Tentyris en grec), petite ville de Haute Égypte, sur la r (...)
  • 35 Daumas François, « Le sanatorium de Dendara », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orient (...)

20L’eau du Nil fait prospérer les animaux et les êtres humains, facilite l’enfantement, rend fertiles les femmes stériles, etc. Bref, pour les Grecs et les Romains aussi, les usages de l’eau du fleuve égyptien qui apporte fertilité, fécondité et vie éternelle sont nombreux32. À l’époque hellénistique, l’eau du Nil est toujours conservée dans des bassins pour servir à des ablutions dans des salles attenantes aux chambres d’incubation de temples33. Ainsi, dans le « sanatorium » ptolémaïque du temple d’Hathor à Denderah34, les malades se rendaient auprès de la déesse guérisseuse Isis pour y baigner la partie du corps qu’ils désiraient soigner. Dans cet espace de soins est conservé un bloc de grès qui supportait une statue de la déesse. Il porte inscrit un long texte magique en hiéroglyphes35. L’eau versée sur la statue devait couler sur la base en s’imprégnant des vertus bénéfiques du texte, avant de remplir les cuves qui servaient aux soins des malades.

  • 36 Pausanias, X, 32, 18 (trad. M. Clavier, Paris, A. Bobée).

21Avec l’extension du culte d’Isis et de Sérapis dans le monde méditerranéen se répandent des rites isiaques dans lesquels l’eau du Nil est utilisée. Le couple isiaque est, comme l’hippopotame, étroitement lié au culte rendu à la crue bienfaisante du Nil. Selon Pausanias (ca 115-180 apr. J.-C.), c’est Isis qui provoque la crue du Nil : « On célèbre en Égypte une fête en l’honneur d’Isis, à l’époque où l’on dit qu’elle pleure Osiris, c’est alors que le Nil commence à monter, et beaucoup de gens du pays assurent que ce sont les larmes de la déesse qui font que le fleuve s’enfle et arrose les terres36 ».

  • 37 Wild Robert A., Water in the Cultic Worship of Isis and Sarapis, Leiden, 1981, p. 60 (Délos, Gortyn (...)
  • 38 Hérodote, Histoires, III, 6, 6 (trad. Ph.-E. Legrand, Paris, CUF).

22L’eau sacrée du Nil est associée aux vertus thérapeutiques de ces deux divinités. Partout où les cultes égyptiens s’installent hors d’Égypte, des cryptes sont aménagées dans les sanctuaires afin d’accueillir des réserves d’eau du Nil destinée à des usages rituels, voire profanes37. Dans le temple d’Isis à Pompéi, on adore l’eau de la crue et celle du vase sacré (urnula, vase canope ou hydreion). Hérodote (ca. 484-420 av. J.-C.) observe, lors de son voyage en Égypte, que des jarres d’eau sont préparées, remplies et cachetées à Memphis, puis expédiées vers l’est : « Chaque démarque a le devoir de rassembler toutes les jarres qui sont dans sa ville et de les conduire à Memphis ; les gens de Memphis doivent les remplir d’eau et les transporter dans ces lieux arides de Syrie dont j’ai parlé38 ».

  • 39 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », dans DAL COVOLO E. et SFAMENI GASPARRO G. (éd.), Cri (...)
  • 40 Bonneau Danielle, La crue du Nil, op. cit., p. 282.
  • 41 Siard Hélène, « L’hydreion du Sarapieion C de Délos », op. cit., p. 434.

23Cette eau divine est exportée pour y recevoir un culte ou pour servir le culte, comme dans le Sérapeion de Délos. Des traitements médicaux ont pu se faire dans ces réservoirs, comme le suggère la découverte d’ex-voto39 ainsi que la présence du dieu Hydreion, personnifiant le pouvoir assainissant des eaux de la cure, à côté de Sérapis, Isis, Anubis et Harpocrate40. La tentation de voir en l’hippopotame de Bingen un petit récipient rempli de l’eau régénératrice et vivifiante du Nil est donc grande. Une petite fiole d’eau miraculeuse fut-elle emportée dans les bagages du médecin, à l’image peut-être de l’hydrie isiaque divinisée dans les sanctuaires isiaques d’époque impériale ? À Délos, le vase était porté en procession à l’occasion des fêtes isiaques ou égyptiennes41.

  • 42 Ibidem, p. 437.

24Face à l’absence totale de parallèles, il est difficile de conclure, d’autant que la taille réduite du contenant et de son ouverture suggère que l’eau ne servait pas à soigner les patients au quotidien. Sa présence serait plutôt symbolique, à la manière de l’hydreion des temples, dont le contenu, l’eau divine cultuelle, vénérée en tant qu’élément dans lequel s’incarne un dieu, n’était pas directement employé. À l’inverse, cependant, les cryptes des Sérapieia A et B de Délos étaient pourvues de dispositifs de puisage qui permettaient de faire usage de leur contenu42.

  • 43 Oribase, V, 3.
  • 44 Eschyle, Les Suppliantes, 855 et Les Perses 33,
  • 45 Sénèque, Questions naturelles, III, 25, 11 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 3.
  • 46 Sambin Chantal, « La purification de l’œil divin ou les deux vases de Kôm Ombo », Revue d’égyptolog (...)

25D’après les textes anciens, l’action de l’eau magique du Nil avait un large rayon d’action, de la régulation des fonctions intestinales, aux règles des femmes43, à l’enfantement44 ou à la guérison de la stérilité45. Si le médecin de Bingen était bien le chirurgien d’un camp militaire, cet emploi était-il indiqué ? Il existe il est vrai un exemple de lien entre l’eau du Nil et la chirurgie à l’époque romaine : la cérémonie du renouvellement des yeux-oudjat dans le temple de Kôm Ombo. Le temple de Kôm Ombo est dédié à deux divinités égyptiennes : le dieu faucon Haroëris (le « médecin des yeux » de la mythologie égyptienne) et le dieu-crocodile Sobek, mais sa construction débute sous Ptolémée VI (186-145 av. J.-C.) et se prolonge jusqu’à l’époque impériale. Dans ce temple était accomplie une cérémonie durant laquelle le prêtre simulait une opération symbolique pour régénérer l’œil solaire de Rê et l’œil lunaire d’Horus grâce à des instruments chirurgicaux représentés sur le « relief aux instruments ». La purification finale de ces yeux était effectuée avec l’eau du Nil contenue dans une vasque46.

26L’hippopotame possède aussi d’autres qualités qui pourraient expliquer sa présence dans l’instrumentarium d’un médecin. À l’époque romaine, on lui attribue en effet les qualités d’un bon médecin, voire d’un chirurgien. Deux auteurs de langue latine décrivent son intelligence médicale naturelle ; l’hippopotame serait même l’inventeur de la saignée. Cette particularité est rapportée à trois reprises par Pline l’Ancien (23-79 apr. J.-C.) :

  • 47 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VIII, 96 (trad. A. Ernout, Paris, CUF).

L’hippopotame s’est même révélé comme un maître dans certaine partie de la médecine. Quand l’abondance continue de nourriture l’a rendu trop gras, il sort de l’eau pour inspecter le rivage où l’on vient de faire une coupe de roseaux ; et là, quand il voit une tige très aiguë, il s’y appuie de façon à se couper une veine à la jambe, puis, soulagé par cette saignée de la maladie qui le gênait, il recouvre la plaie de limon47.

  • 48 Ibidem, XI, 227.

Le cuir de l’hippopotame est tellement épais qu’on en tourne des lances ; et cependant cet animal possède une certaine intelligence médicale naturelle (quaedam ingenio medica diligentia)48.

  • 49 Ibidem, XXVIII, 121.

Il existe une certaine parenté entre le crocodile et l’hippopotame : l’un et l’autre habitent le même fleuve et mènent une existence double. L’hippopotame est, comme nous l’avons dit, l’inventeur de la saignée, repertore detrahendi sanguinis ; c’est au-delà de la préfecture de Saïs qu’il se trouve en plus grand nombre. La cendre de son cuir appliquée avec de l’eau guérit les panus ; sa graisse, les fièvres froides, de même que sa fiente en fumigation. Les dents du côté gauche guérissent les maux de dents si l’on en scarifie les gencives. La peau du front du côté gauche attachée à l’aine est antiaphrodisiaque, sa cendre regarnit les calvities. Un drachme des testicules prise en boisson dans de l’eau protège des serpents. Les peintres utilisent son sang49.

  • 50 Solin, Recueil de faits remarquables, 33 (trad. par M. A. Agnant, Paris, Panckoucke). Je remercie P (...)

Solin le répète (première moitié du IIIe s. apr. J.-C.)50 :

L’hippopotame naît dans le même pays et dans le même fleuve […]. Lorsqu’il se sent surchargé d’embonpoint, il va vers des roseaux nouvellement coupés, et s’y promène jusqu’à ce qu’un piquant de ces tiges aiguës l’ait blessé, et que le sang qu’il perd ait dégagé son corps ; ensuite il enduit la plaie de limon, pour qu’elle se cicatrise.

  • 51 Sur l’automédication attribuée aux animaux, voir Zucker Arnaud, « Homme et animal : pathologies com (...)

27L’automédication animale est un sujet attesté dans la littérature grecque, notamment chez Aristote et Théophraste, chez qui Pline a peut-être puisé ses informations51. Le modèle de soin que propose l’hippopotame est répété à la Renaissance par Ambroise Paré (1510-1590) :

  • 52 Œuvres complètes d’Ambroise Paré revues et collationnées par J.-F. Malgaigne, III, Le livre des ani (...)

L’hippopotame (qui est un cheval de la rivière du Nil) nous a enseigné la phlébotomie, lequel, estant de nature gourmand et glout, se sentant aggravé de plénitude de sang, se frotte contre les roseaux rompus les plus piquans, et s’ouvre une veine de la cuisse, pour se descharger tant que besoin luy est : puis se veautrant dedans la fange, s’estanche le sang52.

28Cette compétence médicale particulière du pachyderme est matérialisée de manière troublante à Bingen : au moment de la découverte, l’hippopotame était déposé dans le bassin en bronze destiné à recueillir le sang des interventions chirurgicales et des saignées. L’objet trouve ainsi sa place dans un contexte militaire où le soin des blessures fait le quotidien du médecin.

Un cobra peut-il en cacher un autre ?

29Le serpent-cobra, ou uraeus, qui domine l’hippopotame, est l’animal le plus emblématique du monde pharaonique. Toujours féminines, les déesses-cobra sont de deux sortes : soit elles sont liées au pouvoir royal et leur fonction est de défendre l’ordre royal, soit elles sont plus familières et sont liées au sol et à la production agricole. À l’époque pharaonique il existe plusieurs déesses-cobra, veillant sur les récoltes, sur les nécropoles, déesses de la maternité ou de la fertilité du sol et des eaux. Mais après la troisième période intermédiaire (1069-664 av. J.-C.), Isis s’approprie, par syncrétisme, les noms et les fonctions de toutes les déesses bénéfiques. Le bestiaire féminin se concentre sur elle, comme le montre au IVe siècle av. J.-C. une déesse-cobra possiblement identifiable à l’uræus de Bingen : Isis-Thermouthis, divinité de la fertilité, pourvoyeuse de vivres de l’époque gréco-romaine. Cette déesse connaît une grande popularité dans l’iconographie gréco-égyptienne sous la forme d’un cobra couronné. À l’époque romaine, de nombreuses statuettes de terre cuite figurent Isis-Thermouthis comme un cobra à buste de femme coiffée du basileon, une coiffe composée d’un disque solaire entouré de deux cornes de vache (fig. 9).

Fig. 9 : Le basileon : coiffe composée d’un disque solaire entouré de deux cornes de vache

Fig. 9 : Le basileon : coiffe composée d’un disque solaire entouré de deux cornes de vache

Dessin V. Martini

  • 53 Voir aussi la variante avec un calathos attestée sur une monnaie d’Alexandrie de l’époque de Trajan (...)

30Parfois la déesse revêt entièrement la forme d’un uraeus. Seuls les attributs l’accompagnent, et plus particulièrement l’emblème isiaque qu’elle porte sur la tête. Cependant, il est difficile de faire correspondre le basileon avec le couvre-chef porté par le cobra – même en admettant que la statuette de Bingen, de petite taille, ne permettait pas le rendu précis de détails53.

  • 54 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », op. cit., p. 56.
  • 55 Cf. la bague en or d’époque impériale figurant trois bustes serpentiformes, avec Sérapis et Isis-Th (...)

31Isis n’est pas la seule divinité guérisseuse égyptienne qui peut être évoquée par la figure ophidienne de Bingen. Sérapis, le dieu guérisseur qui possède la faculté d’apparaître en songe chez les malades pour leur indiquer le remède à suivre54, pourrait être représenté par le serpent. En effet, il existe une forme de Sérapis figuré comme un serpent à tête humaine, barbue et coiffée du calathos55, issu du rapprochement entre Sérapis et l’Agathodaimon gréco-égyptien, le bon génie de la ville d’Alexandrie.

  • 56 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », op. cit, p. 55-59.
  • 57 Jaspe vert, IIIe s. apr. J.-C., Londres, British Museum, inv. G 408 (EA 56408). Veymiers Richard, ” (...)

32Grâce à ses aspects oraculaires et guérisseurs, Sérapis est, dès l’époque hellénistique, associé à Asclépios. Leur iconographie, leurs fonctions salvatrices et leur capacité à apparaître en rêve sont autant de facteurs qui prédisposent à leur rencontre56. À l’époque impériale, ce lien est très fort. Le serpent d’Asclépios s’invite naturellement dans les représentations de Sérapis, afin de souligner ses fonctions guérisseuses. Sur une intaille en jaspe vert conservée au British Museum (fig. 10)57, le serpent guérisseur d’Asclépios vient s’enrouler autour du bâton de Sérapis debout sur un autel, un bras levé.

Fig. 10 : Intaille en jaspe vert

Fig. 10 : Intaille en jaspe vert

Photo d’après Veymiers, Richard, ”Iλεως τω’/ φορου’ντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, Bruxelles, Classe des Lettres - Académie royale de Belgique, 2009, planche 38, III.C20.

  • 58 Pendentif en or, II-IIIe s. apr. J.-C., de Mossul, Irak. Paris, Musée du Louvre, inv. E 14268. Veym (...)

33Sur un pendentif en or de Mésopotamie (fig. 11)58, Sérapis est allongé sur une kliné et tend une patère au serpent ; le dieu est entouré de deux formes d’Isis, à sa gauche Isis-Thermouthis, dressée sur la queue, à sa droite Isis lactans offre son sein à Harpocrate.

34Le serpent de Bingen serait-il une forme de Sérapis-Agathodaimon ? Si le couvre-chef de l’animal ressemble au calathos, Sérapis-Agathodaimon ne prend cependant jamais l’apparence d’un cobra. Le cobra de Bingen reste donc une énigme. Il ne correspond pas à Isis car sa couronne n’est pas le basileion qui caractérise la déesse à l’époque gréco-romaine.

Fig.11 : Pendentif en or de Mésopotamie

Fig.11 : Pendentif en or de Mésopotamie

Photo d’après Veymiers, Richard, ”Iλεως τω’/ φορου’ντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, op. cit., planche XXI, V.BD2.

  • 59 BODSON Liliane, « Les Grecs et leurs serpents. Premiers résultats de l’étude taxonomique des source (...)

35En revanche, la déesse égyptienne Ouadjit, déesse de la fertilité du sol et des eaux, est représentée à l’époque pharaonique avec la couronne rouge de la Basse-Égypte. À l’époque romaine, la déesse Isis avait absorbé la plupart des divinités féminines, et peut-être a-t-on cherché dans la statuette de Bingen à faire ainsi allusion à cet aspect agraire de la déesse ? Peut-être l’artisan a-t-il voulu représenter le serpent d’Asclépios à l’égyptienne avec une couronne semblable au pschent ? Le compagnon d’Asclépios n’est cependant jamais un cobra, mais une couleuvre59.

36Le cobra de Bingen semble donc être un produit syncrétiste caractéristique de l’époque romaine. Il intègre différents éléments iconographiques pour former une créature nouvelle, unique, performante, magique, faisant appel à plusieurs éléments en lien avec Isis, Sérapis et leurs rites, l’eau sacrée du Nil, la santé et la régénération.

Un tandem salutaire

37Quel sens possède l’association des deux animaux ? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Si, malgré les quelques réserves émises en début d’article, l’hippopotame a servi de contenant pour de l’eau sacrée du Nil, l’uraeus qui servait de bouchon a peut-être joué un rôle protecteur. Lové sur le dos de l’hippopotame, il veillerait sur son précieux contenu. Image d’Isis, déesse guérisseuse, il rappellerait en même temps les rites isiaques, largement diffusés dans l’Empire, où l’eau du Nil joue un rôle primordial. La déesse apporterait ses compétences salutaires et vivifiantes pour renforcer le pouvoir guérisseur de l’eau magique.

38L’objet constitue également une construction magiquement performante. En Égypte pharaonique, représenter un dieu sur le dos d’un animal est une façon de montrer son pouvoir, à la manière d’Harpocrate maîtrisant les crocodiles. L’hippopotame, animal malfaisant associé à Seth, serait ainsi dominé par une déesse-cobra isiaque. Le cobra, évoquant un serpent guérisseur, et l’hippopotame malfaisant formeraient alors l’image d’un dieu-médecin maîtrisant le mal. Pline et Solin prêtent à l’hippopotame un savoir qui pourrait être mis en scène ici : ce couple composerait l’image d’un serpent-médecin, dominant la saignée. Le contexte de trouvaille de la statuette, dans une bassine destinée à recueillir le sang, parle en faveur de cette hypothèse.

  • 60 Voir Lioux Mélanie et Santrot Jacques, « Tombes de médecins en Gaule romaine », dans DASEN Véroniqu (...)
  • 61 Ibidem, p. 19, fig. 7 ; Musée de Fontenay-le-Comte (IIe s. ap. J.-C.). Pour le contenu de la tombe, (...)
  • 62 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 37, 10, 28 explique que les médecins utilisent le cristal de ro (...)

39Relevons également que les tombes de médecins contiennent souvent des objets particuliers, témoignant de la porosité des limites entre pratiques magiques et médicales60. Ainsi, dans la tombe d’oculiste à Saint-Médard-des-Prés se trouvaient deux cuillères torsadées en cristal de roche, sans équivalent connu61. Le choix du cristal de roche n’est certainement pas anodin et pourrait être associé aux vertus magico-thérapeutiques attribuées à la pierre62.

  • 63 Cf. la main votive en bronze de Jupiter Dolichenus, témoignage de religion orientale, découverte da (...)
  • 64 Malaise Michel, « Isis en Occident : thèmes, questions et perspectives d’un colloque », dans Bricau (...)
  • 65 Haase Mareile, « Kulte der Isis in den Germanischen Provinzen », dans Bricault L. (éd.), Isis en Oc (...)
  • 66 Witteyer M., Das Heiligtum für Isis, op. cit., p. 32-33. Pour d’autres exemples de nains danseurs d (...)

40Quoi qu’il en soit, l’aegyptiacum est probablement aussi associé au culte isiaque ; il pourrait témoigner de l’appartenance religieuse de ce chirurgien militaire63. M. Malaise a relevé que les objets égyptisants ou égyptiens sont rarement découverts dans des contextes dépourvus d’autres isiaca64. Un important sanctuaire d’Isis, actif entre le Ier siècle et le IIIe siècle de notre ère, se trouve à Mayence (Mogontiacum) à une trentaine de kilomètres du site de Bingen65. D’après les inscriptions conservées, le sanctuaire était dédié à Isis et à Magna Mater dont la vénération a été importée par les troupes romaines. Au centre du temple, une salle pour les ablutions était alimentée par une fontaine fournissant, peut-être, l’eau sacrée du Nil ; parmi les offrandes se trouvait un objet exotique, une statuette en bronze de nain danseur provenant d’un atelier alexandrin d’époque hellénistique66.

Haut de page

Notes

1 Marganne Marie-Hélène, « Links between Egyptian and Greek Medicine », Forum, Scuola Internazionale di Oncologia e Medicina, 3, 5, 1993, p. 37.

2 Marganne Marie-Hélène, « L’Égypte médicale de Pline l’Ancien », dans Sabbah G. (éd.), Le latin médical : la constitution d’un langage scientifique, Saint-Étienne, 1991, p. 155-171.

3 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht zu den antiken medizinischen Instrumenten », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 37, 3, Berlin/New York, 1996, p. 2591.

4 Picard Ch. et Garnot J. Sainte-Fare, « Le trésor chirurgical de Bingen (Rhénanie) », Revue archéologique 1, 1961, p. 70.

5 Ortalli Jacopo, « Archeologia e medicina, la casa del “chirurgo” riminese », dans De Caroli S. (éd.), Ars Medica, i ferri del mestiere, Rimini, 2009, fig. 26, p. 39.

6 Deux cuillères, trois pinces à épiler, quatre écarteurs, six crochets, quatre burins, une perceuse, un couteau, un cautère (?).

7 Heidecker Karl Maria, « Das Instrumentarium eines römischen Chirurgen in Bingen - Ein Rückblick auf die Chirurgie vor 2000 Jahren », document présenté au Congrès de la Société allemande de chirurgie en mai 2000, lu sur http://www.regionalgeschichte.net

8 Cf. la bassine représentée sur le relief de la tombe de M. Ulpius Amerimnus à Ostie ; DASEN Véronique, « Médecin, un métier exclusivement masculin ? », L’ArchéoThéma, 16, 2011, p. 17.

9 Au moment de la découverte, il n’aurait subsisté des ossements du défunt que des résidus contre les parois du vase dont le fond était brisé. Ceux-ci ont été détruits lors de la restauration, ce qui exclut une étude anthropologique (informations recueillies auprès du Dr. Matthias Schmandt, directeur culturel de l’Historisches Museum am Strom).

10 Behrmann Almuth, Das Nilpferd in der Vorstellungswelt der Alten Ägypter, II, Textband, Francfort am Main, 1996, p. 173.

11 Voir par exemple la figurine en faïence du Musée du Louvre, inv. F 5886, Moyen Empire (ca 2033 – 1710 av. J.-C.). Nater Géraldine, « Le Nil : histoire d’eau, d’animaux et de divinités », dans Hairy I. (dir.), Du Nil à Alexandrie : histoires d’eaux, Alexandrie, 2009, p. 83, fig. 12.

12 Cf. la mosaïque nilotique de la Maison du Faune à Pompéi, Naples, Museo archologico nazionale, inv. 9900, fin du IIe siècle av. J.-C. ; Jentel Marie-Odile, s.v. « Neilos », Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, VI, Zurich/Munich, 1992, p. 723, n° 45.

13 Malaise Michel, « La diffusion des cultes isiaques : un problème de terminologie et de critique », dans Bricault L. et al. (éd.), Nile into Tiber. Egypt in the Roman World, 200 BC – AD 400, IIIrd international congress of Isis Studies, Leiden/Boston, 2006, p. 34.

14 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht », op. cit., p. 2591.

15 Par exemple Taborelli Luigi et MARENGO Silvia, « Il medicamento lukion e i suoi contenitori », Archeologia Classica, 50, 1998, p. 213-272. Voir aussi les récipients miniatures découverts en Grèce. STAMPOLIDIS Nicholas Chr. et TASSOULAS Yorgos (éd.), Hygieia. Health, Ilness, Treatment from Homer to Galen, Catalogue de l’exposition au Musée d’art cycladique, Athènes, 2014, p. 278-288.

16 KÜNZL Ernst, « Forschungsbericht », op. cit., p. 2433-2633.

17 Behrmann Almuth, Das Nilpferd, op. cit., p. 173.

18 Nous remercions Magali de Haro Sanchez de cette hypothèse suggérée lors du colloque La transmission des savoirs magiques Antiquité-Renaissance (Fribourg, 2011). Le calathos (du grec ancien κάλαθος, « panier ») est à l’origine une corbeille dans laquelle on dépose les produits de la moisson ou de la vendange. À ce titre, il est symbole de puissance et de fécondité. C’est également un type de coiffure ou de couronne cylindrique à sommet plat parfois orné de symboles, de motifs végétaux ou de l’uraeus.

19 Voir par exemple deux amulettes au Musée Bible et Orient, Fribourg, Herrmann Christian et Staubli Thomas, 1001 Amulett. Altägyptischer Zauber, monotheisierte Talismane, säkulare Magie, Fribourg, 2010, no 2 et no 3, p. 81. Une monnaie d’Alexandrie de l’époque de Trajan, citée par Dunand Françoise, « Les représentations de l’agathodémon », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 67, 1969, p. 27, note 1, représenterait aussi Isis-Thermouthis coiffée du calathos.

20 Vernus Pascal et Yoyotte Jean, Bestiaire des pharaons, Paris, 2005, p. 248-263.

21 Horus et Seth prennent chacun l’apparence d’un hippopotame lors de leur combat au milieu des eaux. Vernus Pascal et Yoyotte Jean, Bestiaire des pharaons, op. cit., p. 248.

22 Lors de la pesée du cœur, la déesse Ammit dévore les âmes des humains jugés indignes de continuer à vivre dans l’au-delà ; Seeber Christine, Untersuchungen zur Darstellung des Totengerichts im Alten Ägypten, Munich, 1976, p. 162-86. Sur la face inquiétante de l’hippopotame sous sa forme de Taouret, Reret ou Ipet, Vandier Jacques, « Une statuette de Touéris », Revue du Louvre, 12, 1962, p. 197-204 ; Vernus Pascal et Yoyotte Jean, Bestiaire des pharaons, op. cit., p. 686-697.

23 Cf. son usage en amulette, pour les vivants et les morts, Herrmann Christian et Staubli Thomas, op. cit,, p. 80-82.

24 Nater Géraldine, « Le Nil : histoire d’eau, d’animaux et de divinités », op. cit., p. 83.

25 Une mosaïque polychrome provenant de Lepcis Magna, « Villa del Nilo », montre ainsi la procession de la fête du Nil ; Tripoli, Musée archéologique, inv. 417 (fin IIe – début IIIe s. apr. J.-C.) ; Jentel Marie-Odile, s.v. « Neilos », op. cit., p. 723, no 45 et pl. 428.

26 Cf. la statue en marbre blanc de Ashmunein (Hermopolis Magna), époque hellénistique ? ; Stuttgart, Landesmuseum, inv. I.27 ; Jentel Marie-Odile, s.v. « Neilos », op. cit., p. 721, no 18 et pl. 426.

27 Jentel Marie-Odile, s.v. « Neilos », op. cit., p. 724, n° 51 et pl. 428.

28 Petitpa Marie-Christine, « L’eau dans l’Égypte Pharaonique », dans Hairy I. (dir.), Du Nil à Alexandrie, op. cit., p. 67-69. Sur le culte des eaux du Nil, voir aussi Frankfurter David, Religion in Roman Egypt. Assimilation and Resistance, New Jersey, 1998, p. 42-46.

29 Voir les stèles du Louvre, Gasse Annie, Les stèles d’Horus sur les crocodiles. Catalogue, Musée du Louvre, Antiquités égyptiennes, Paris, 2004, avec la bibliographie antérieure. Voir aussi Frankfurter David, Religion in Roman Egypt, op. cit., p. 47-49, pls 4-6.

30 L’absorption de l’eau s’accompagnait probablement d’autres usages, comme des contacts par frottements. Annie Gasse, Les stèles d’Horus sur les crocodiles, op. cit., p. 22.

31 Rufus d’Éphèse, Sur les boissons, apud Oribase, Collection médicale, V, 3 (trad. U. Bussemaker et Ch. Daremberg), Paris, J.-B. Baillière, 1851.

32 Hairy Isabelle, « Qualité de l’eau et maladies hydriques », dans Hairy I. (dir.), Du Nil à Alexandrie, op. cit., p. 478-81. Voir par exemple Sénèque, Questions naturelles, III, 25, 11 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 3 ; Plutarque, Sur l’usage des viandes, I, 3, 2.

33 Bonneau Danielle, La crue du Nil : ses descriptions, ses explications, son culte d’après les auteurs grecs et latins, et les documents des époques ptolémaïque, romaine et byzantine, Paris, 1964, p. 277.

34 Denderah (Nitentore en égyptien ancien et Tentyris en grec), petite ville de Haute Égypte, sur la rive ouest du Nil, à 65 km au nord de Louxor.

35 Daumas François, « Le sanatorium de Dendara », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 56, 1957, p. 35-57 ; Frankfurter David, Religion in Roman Egypt, op. cit., p. 47-49. Sur les guérisons dans les Sérapeia, voir aussi Lang Philippa, Medicine and Society in Ptolemaic Egypt, Leiden/Boston, 2013, p. 45-100.

36 Pausanias, X, 32, 18 (trad. M. Clavier, Paris, A. Bobée).

37 Wild Robert A., Water in the Cultic Worship of Isis and Sarapis, Leiden, 1981, p. 60 (Délos, Gortyne, Pompéi, Sabratha, Thessalonique, Erétrie, Cyme, Pergame et Frauenberg).

38 Hérodote, Histoires, III, 6, 6 (trad. Ph.-E. Legrand, Paris, CUF).

39 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », dans DAL COVOLO E. et SFAMENI GASPARRO G. (éd.), Cristo e Asclepio. Culti terapeutici e taumaturgici nel mondo mediterraneo antico fra cristiani e pagani. Atti del Convegno Internazionale, Accademia di Studi Mediterranei, Agrigento 20-21 novembre 2006, Rome, 2008, p. 58.

40 Bonneau Danielle, La crue du Nil, op. cit., p. 282.

41 Siard Hélène, « L’hydreion du Sarapieion C de Délos », op. cit., p. 434.

42 Ibidem, p. 437.

43 Oribase, V, 3.

44 Eschyle, Les Suppliantes, 855 et Les Perses 33,

45 Sénèque, Questions naturelles, III, 25, 11 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 3.

46 Sambin Chantal, « La purification de l’œil divin ou les deux vases de Kôm Ombo », Revue d’égyptologie, 48, 1997, p. 189-199.

47 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VIII, 96 (trad. A. Ernout, Paris, CUF).

48 Ibidem, XI, 227.

49 Ibidem, XXVIII, 121.

50 Solin, Recueil de faits remarquables, 33 (trad. par M. A. Agnant, Paris, Panckoucke). Je remercie Patricia Gaillard-Seux pour cette référence.

51 Sur l’automédication attribuée aux animaux, voir Zucker Arnaud, « Homme et animal : pathologies communes et thérapies partagées ? », dans Isabelle Boehm et Pascal Luccioni (éds.), Le médecin initié par l’animal, Lyon, 2008, p. 63-78 et Bouffartigue Jean, « L’automédication des animaux chez les auteurs antiques », ibidem, p. 79-96, et l’article de Patricia Gaillard-Seux dans ce volume.

52 Œuvres complètes d’Ambroise Paré revues et collationnées par J.-F. Malgaigne, III, Le livre des animaux et de l’excellence de l’homme, Paris, Baillière, 1841, p. 737.

53 Voir aussi la variante avec un calathos attestée sur une monnaie d’Alexandrie de l’époque de Trajan, supra note 19.

54 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », op. cit., p. 56.

55 Cf. la bague en or d’époque impériale figurant trois bustes serpentiformes, avec Sérapis et Isis-Thermoutis entourant Harpocrate. Londres, British Museum, inv. EA2965 (245). Veymiers Richard, ”Iλεως τωφορουντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, Bruxelles, Classe des Lettres - Académie royale de Belgique, 2009, p. 324-325, pl. XX, V.BAA4.

56 Bricault Laurent, « Serapide, dio guaritore », op. cit, p. 55-59.

57 Jaspe vert, IIIe s. apr. J.-C., Londres, British Museum, inv. G 408 (EA 56408). Veymiers Richard, ”Iλεως τωφορουντι, op. cit., p. 297, pl. 38, III.C20. Campbell Bonner Magical Gems Database (CBd) 412 < http://classics.mfab.hu/talismans/cbd/412>.

58 Pendentif en or, II-IIIe s. apr. J.-C., de Mossul, Irak. Paris, Musée du Louvre, inv. E 14268. Veymiers Richard, ”Iλεως τω’ φορου’ντι, op. cit., p. 339, pl. XXI, V.BD2.

59 BODSON Liliane, « Les Grecs et leurs serpents. Premiers résultats de l’étude taxonomique des sources anciennes », L’Antiquité classique, 50, Bruxelles, 1981, p. 69.

60 Voir Lioux Mélanie et Santrot Jacques, « Tombes de médecins en Gaule romaine », dans DASEN Véronique (éd.), La médecine à l’époque romaine « Quoi de neuf, docteur ? », Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, Lyon, 2011, p. 16-19.

61 Ibidem, p. 19, fig. 7 ; Musée de Fontenay-le-Comte (IIe s. ap. J.-C.). Pour le contenu de la tombe, voir Santrot Jacques, « L’ophtalmologiste gallo-romain de Saint-Médard-des-Prés (Vendée) : une nouvelle analyse du mobilier et des produits », Archéo-Théma 16, septembre-octobre 2011, p. 50-52.

62 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 37, 10, 28 explique que les médecins utilisent le cristal de roche pour cautériser avec les rayons du soleil. Sur d’autres vertus attribuées au cristal de roche, Nagy Árpad M., « Pilula Crystallina », Bulletin du Musée hongrois des beaux-arts, 73, 1990, p. 11-19 ; GUIRAUD Hélène, « Neige d’hiver durcie » ? Bague en cristal de roche du Nord-Est de la Gaule », Pallas, 83, 2010, p. 143-153.

63 Cf. la main votive en bronze de Jupiter Dolichenus, témoignage de religion orientale, découverte dans la maison du chirurgien de Rimini ; ORTALLI Jacopo, « Archeologia e medicina : la casa del ‘chirirgo’ riminese », dans DE CAROLIS Stefano (éd.), Ars medica. I ferri del mestiere. La domus ‘del chirurgo’ di Rimini e la chirurgia nell’antica Roma, Rimini, 2009, p. 29, fig. 16.

64 Malaise Michel, « Isis en Occident : thèmes, questions et perspectives d’un colloque », dans Bricault L. (éd.), Isis en Occident. Actes du IIe Colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002, Leyde, 2004, p. 484.

65 Haase Mareile, « Kulte der Isis in den Germanischen Provinzen », dans Bricault L. (éd.), Isis en Occident, op. cit., p. 107-36 ; Witteyer Marion, Das Heiligtum für Isis und Mater Magna, Mayence, 2004.

66 Witteyer M., Das Heiligtum für Isis, op. cit., p. 32-33. Pour d’autres exemples de nains danseurs dans le culte d’Isis, Dasen Véronique, « Des musiciens différents ? Nains danseurs et musiciens dans le monde hellénistique et romain », dans Emerit S. (éd.), Le statut du musicien dans la Méditerranée ancienne : Égypte, Mésopotamie, Grèce et Rome, Le Caire, 2013, p. 259-77.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Statuette en bronze d’un hippopotame mâle sur lequel est juché un cobra, fin du Ier siècle/milieu du IIe siècle apr. J.-C
Crédits Photo V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-1.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 2 : Les instruments de la tombe du médecin de Bingen
Crédits Photos © Historisches Museum am Strom, Bingen-am-Rhein et V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-2.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig. 3 : Trouvailles de la tombe du médecin de Bingen, dont le bassin en bronze qui a pu servir à collecter le sang
Légende Les instruments de chirurgie ainsi que la statuette de l’hippopotame ont été retrouvés à l’intérieur de ce bassin
Crédits Photo © Historisches Museum am Strom, Bingen-am-Rhein
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-3.png
Fichier image/png, 174k
Titre Fig. 4 : Détails de la statuette
Crédits Photo V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-4.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. 5 : La statuette avant la restauration
Crédits Photo KÜNZL, Ernst, « Forschungsbericht zu den antiken medizinischen Instrumenten », dans ANRW II, 37.3, Berlin/New York, W. de Gruyter, 1996, p. 2586.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 6 : Détail de la statuette
Légende Ce qui est encore visible aujourd’hui du trou communiquant avec l’intérieur de l’hippopotame.
Crédits Photo V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-6.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 7 : le calathos de Sérapis
Crédits Dessin V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 8 : Détail de la statuette
Légende Marque illisible faite au poinçon sur le sommet du couvre-chef de l’uraeus.
Crédits Photo V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-8.png
Fichier image/png, 110k
Titre Fig. 9 : Le basileon : coiffe composée d’un disque solaire entouré de deux cornes de vache
Crédits Dessin V. Martini
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-9.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Fig. 10 : Intaille en jaspe vert
Crédits Photo d’après Veymiers, Richard, ”Iλεως τω’/ φορου’ντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, Bruxelles, Classe des Lettres - Académie royale de Belgique, 2009, planche 38, III.C20.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-10.png
Fichier image/png, 35k
Titre Fig.11 : Pendentif en or de Mésopotamie
Crédits Photo d’après Veymiers, Richard, ”Iλεως τω’/ φορου’ντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, op. cit., planche XXI, V.BD2.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/892/img-11.png
Fichier image/png, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Martini, « Du Nil au Rhin. L’imaginaire égyptien du médecin de Bingen », Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 115-133.

Référence électronique

Valérie Martini, « Du Nil au Rhin. L’imaginaire égyptien du médecin de Bingen », Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.892

Haut de page

Auteur

Valérie Martini

Valérie Martini s’est spécialisée dans l’étude de l’histoire de la médecine auprès de Véronique Dasen qui a dirigé son mémoire de Master sur La médecine et la santé en Égypte gréco-romaine. Elle a en outre collaboré à l’exposition « Quoi de neuf, docteur ? Médecine et santé à l’époque romaine » présentée par le Musée romain de Nyon en 2010 et a participé à plusieurs colloques sur des thématiques liées à l’influence de l’imaginaire égyptien sur le monde romain et à l’interpénétration entre magie, religion et pratiques médicales.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals