Navigation – Plan du site
Varia

L’action philanthropique des Dames-visiteuses de la Ligue contre le Cancer, une épidémiologie mondaine ?

Coline Loison
p. 137-151

Résumés

Cet article vise à interroger la portée épidémiologique de l’œuvre des Dames visiteuses de la Ligue contre le cancer durant la première partie du XXe siècle. Les Dames visiteuses de la Ligue étaient des femmes bénévoles qui rendaient visite aux malades du cancer les plus démunis à Paris. Leurs visites permettaient d’une part d’aider financièrement et matériellement les malades et leur famille et, d’autre part, d’établir des fiches de suivi. Les dames espéraient que ces fiches puissent également servir à la recherche contre le cancer. En analysant l’action novatrice des Dames dans la prise en charge des malades du cancer, il s’agit d’étudier la portée scientifique de leur travail, l’importance de leur rôle, l’innovation de leur action et l’évolution de leur condition.

Haut de page

Texte intégral

1L’idée de la création d’une Ligue contre le cancer a été suggérée à Henri Hartmann par sa collaboratrice russe Sonia Fabre, venue étudier la médecine à Paris et un temps élève de Marie Curie. Ainsi les femmes ne sont-elles pas totalement absentes de la lutte contre le cancer, cependant on les retrouve moins du côté de la recherche scientifique (Mme Fabre et Mme Curie font exception) que des œuvres caritatives. Fondée en 1918, la Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer est divisée en plusieurs comités, le rôle des femmes se manifeste surtout au travers de l’activité d’un groupe : le comité des Dames. Celui-ci est composé de bénévoles œuvrant, à Paris, au service des indigents malades du cancer. L’organisation de ce comité pose la question de la place et du statut des femmes dans la lutte contre cette maladie, mais aussi plus généralement dans la société française de la première moitié du XXe siècle. Les Dames de la Ligue, du fait du genre, de leur classe sociale et de leur action auprès de la Ligue sont, en effet, détentrices de plusieurs identités sociales.

  • 1 DIEBOLT Évelyne, Les Femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associat (...)

2Il s’agit ici d’établir une histoire sociale des Dames de la Ligue en s’intéressant plus particulièrement à leur statut. Alors que le métier d’infirmière et la relation entre les métiers du soin et les femmes ont régulièrement été l’objet de travaux de recherches1, l’étude de la place et du rôle des femmes n’étant ni religieuses, ni professionnelles du soin révèle de nouvelles pistes de recherche. Dans un premier temps, il sera question de la mise en place de la Ligue et donc de la naissance du groupe du Comité des Dames. Cette partie nous permettra de mieux cerner l’identité de ses membres. La source principale utilisée est le bulletin de la Ligue, La Lutte Contre le Cancer (LCC), une revue trimestrielle dont le premier numéro paraît en 1923. Les différents volumes contiennent des articles des membres de la Ligue sur la politique de lutte contre le cancer, les différents établissements de soin pour malades du cancer, ainsi que quelques articles scientifiques sur les avancées de la recherche. Tous les ans, l’Assemblée générale de la Ligue est retranscrite dans un bulletin : on y retrouve un discours du ministre de l’Hygiène s’il est présent, une présentation rapide de l’action de la Ligue pendant l’année écoulée réalisée par le président de la Ligue, l’état des dépenses et des recettes de l’association par le trésorier, enfin la présidente de la section d’assistance du comité des Dames clôt la réunion par un discours rappelant l’œuvre des Dames de la Ligue ainsi que les besoins toujours grandissants de l’association. Elle profite souvent de la présence du ministre pour souligner le manque de moyens financiers, mais aussi d’infrastructures pour accueillir les malades.

3L’analyse des bulletins de la Ligue, et en particulier des résumés des Assemblées générales, permet d’éclairer l’ampleur de l’action du Comité des Dames, tandis que les discours des différents membres mettent en évidence différentes conceptions de la place et du rôle de ces femmes. On soulignera pour finir la manière dont les Dames se sont forgées une place et se sont rendues indispensables en s’intéressant à des domaines auxquels les infirmières et les travailleurs sociaux ont dû renoncer et en créant des outils de travail novateurs.

De la guerre des tranchées à la lutte contre le cancer

  • 2 PINELL Patrice, Histoire de la lutte contre le cancer, 1890-1940, Paris, Métaillé, 1992, p. 115.

4La Ligue contre le cancer est fondée le 14 mars 1918 par Justin Godart, ex-secrétaire d’État au service de la santé des armées. Une centaine d’invités se retrouvent chez l’avocat Robert Le Bret afin d’apposer leur nom à l’acte de création de l’association2. D’abord nommée La Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer, elle regroupe les vainqueurs de la Première Guerre mondiale. La Grande Guerre a, en effet, eu un rôle majeur dans la prise de conscience par les États des problèmes de santé liés au cancer.

  • 3 Ibidem, p. 120.
  • 4 « Nécrologie du Dr Sonia Fabre », Lutte Contre le Cancer (LCC), 1948, 86, p. 27.
  • 5 MIGNON Alfred, Le service de santé pendant la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 723-725 ; WIEVIO (...)

5Alors que le Service de santé des armées ne peut faire face au flux de malades et de blessés, l’État en fait un service dépendant des pouvoirs publics en créant un poste de sous-secrétaire, attribué à Justin Godart. La durée inattendue de la guerre entraîne un renouvellement permanent des effectifs ce qui a pour effet l’enrôlement d’hommes plus âgés et donc plus susceptibles d’être atteints de cancer. À la fin de l’année 1917, le nombre de soldats malades du cancer est assez important pour que le professeur Henri Hartmann, alors conseiller de Justin Godart, impulse la création de trois Services spécialisés pour les cancéreux des armées. Les centres de Paris (service du Pr Hartmann), de Lyon (service du Pr Bérard) et de Montpellier (service du Pr Forgue) sont ainsi mis en place3. C’est dans ce cadre que Sonia Fabre, qui apporte son radium personnel afin de pratiquer la curiethérapie4 auprès d’Henri Hartmann, transmet à ce dernier son désir de créer une Ligue contre le cancer. L’ancien membre de la Commission supérieure du Service de Santé souffle ensuite cette idée à Justin Godart qui, ayant démissionné de son poste de secrétaire d’État le 2 février 19185, accepte de les fonctions de président de la Ligue.

  • 6 LCC, 1923, 1, p. 3/4, BNF, T37-307.

6Précisons que la Ligue contre le cancer n’est pas la première association à s’intéresser à cette pathologie. L’Association Française d’Étude du Cancer (AFEC, aujourd’hui la Société Française du Cancer) a été fondée en 1906, et lors de la création de la Ligue, on fixe un partage des tâches entre les deux associations. L’AFEC doit s’occuper de la recherche et la Ligue se charger de l’action politique et sociale. Cette dernière garde cependant son conseil scientifique qui dès lors s’en tient à un rôle informatif. La Ligue contre le cancer, association loi 1901 reconnue d’utilité publique en 1920, est organisée autour d’un conseil d’administration et de plusieurs comités. Le premier président de la Ligue est Justin Godart, il est secondé de trois vice-présidents : le professeur Henri Hartmann, Sir John Baldwin et le Baron Édouard de Rothschild, d’un secrétaire général, Robert le Bret et d’un trésorier, Jacques Worth. Le comité des Dames est quant à lui présidé par la duchesse d’Uzès douairière, la vice-présidente est Mme Le Bret, Mme Hartmann est la présidente du comité d’assistance, tandis que Mme de Rothschild est la présidente du comité de propagande6. La Ligue Contre le Cancer est une association parisienne et malgré la création de comités régionaux (tels le Comité du Rhône créé en 1920, le Comité de la Côte d’Or fondé en 1931), le Comité des Dames n’existe qu’à Paris.

  • 7 LCC, 1923, 1, p. 6/7, BNF, T37-307.

7En 1923, Justin Godart présente le rôle de l’association en ces termes : « Le monde entier s’émeut enfin des ravages du cancer […]. Il est urgent de coaliser toutes les volontés contre un fléau qui ne se contente pas de tuer mais conduit ses victimes au trépas par une longue et affreuse déchéance. […] La Ligue a pensé qu’elle devait son concours aux formes multiples d’initiatives dirigées contre le mal. Elle a estimé qu’elle devait les faire surgir là où elles ne s’étaient point encore manifestées. Et c’est pourquoi on la voit soutenant laboratoires, services spéciaux, dispensaires, publications, refuges. On la trouve au berceau des associations régionales qui se multiplient, et, discrètement, elle met aux mains d’admirables infirmières visiteuses les moyens de soulager les terribles misères, les repoussantes incommodités qu’introduit le cancer dans les pauvres logis. […] Elle veut faire luire la grande espérance que la souffrance sera vaincue par la science.7 »

  • 8 « Statuts de la Ligue franco-anglo-américain contre le cancer », LCC, 1925, 10, p. 98, BNF, T37-307
  • 9 BOURDELAIS Patrice, Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques, Paris, Éditions Belin, 2001.
  • 10 MURARD Lion et ZYLBERMANN Patrick, « L’idée de service social dans la pensée hygiéniste (1928-1936) (...)

8La Ligue entend tout d’abord exercer une certaine influence politique sur le gouvernement afin qu’il accorde notamment des subventions aux « centres anticancéreux ». Son second rôle, social, vise à « propager dans le public les notions élémentaires sur le cancer, d’en préciser les premiers signes, afin de le combattre en temps utile8 ». Ces fonctions socio-politiques sont au cœur du travail des Dames. Politique, tout d’abord, puisque le Comité des Dames répond à la volonté des hygiénistes du gouvernement9 d’élaborer un « service social10 » dont un des objectifs majeurs est la création de la profession d’infirmière visiteuse. Social ensuite, puisque les Dames rendent visite aux malades indigents, palliant ainsi le manque d’infirmières visiteuses.

Composition et action du Comité des Dames

  • 11 DESSERTINE Dominique, « Les infirmières visiteuses de la lutte antituberculeuse en France 1900-1930 (...)
  • 12 DUBY Georges, MICHELLE Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome 5, Le XXe siècle, Paris (...)
  • 13 Ibidem, p. 61.

9Pour organiser leur action, les Dames de la Ligue s’inspirent du modèle des infirmières visiteuses de la lutte antituberculeuse11. D’abord bénévoles, les femmes travaillant dans les dispensaires sont petit à petit formées et rémunérées. Pour Georges Risler, président du Musée social, vice-président du Comité national de défense contre la tuberculose et vice-président du congrès : « L’organe le plus indispensable dans la lutte en faveur de l’hygiène sociale et contre toutes les maladies sociales est l’infirmière-visiteuse12 ». Cependant « le salaire de l’infirmière-visiteuse reste toujours entaché de l’idée qu’il pourrait n’être qu’un complément à des revenus familiaux13 », cette situation peu attractive laisse par conséquent une place importante aux activités de bénévolat, très prisées des milieux aisés.

  • 14 THÉBAUD Françoise, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 107.

10Les épouses des membres fondateurs de la Ligue (Henri Hartmann, Justin Godart, Robert le Bret) font alors « naturellement » partie du comité des Dames. On y retrouve également les épouses de personnalité célèbres telles Mme Ernest Carnot, belle-fille de Sadi Carnot, la baronne d’Eichtal (épouse de l’éminent chirurgien et sénateur Émile Reymond) ou la fille de Waldeck-Rousseau. Le comité regroupe ainsi des femmes de médecins, d’hommes politiques ou de grands industriels, et plus rarement d’artistes. Elles appartiennent à une classe sociale aisée, généralement la bourgeoisie parisienne et parfois même l’aristocratie, et perpétuent la tradition philanthropique des notables français. Au début de XXe siècle, le soutien aux œuvres caritatives fait effectivement partie intégrante de la vie mondaine. Les hommes et les femmes de la bonne société se doivent de donner à une œuvre charitable ou, encore mieux, d’en faire partie. Ces dernières sont nombreuses, en particulier à Paris où l’on trouve 500 œuvres en 191414. Alors qu’il paraît indispensable à l’État de définir une politique sanitaire et sociale, les classes sociales privilégiées conservent ce rôle d’assistance aux plus démunis. L’action des Dames de la Ligue participe de ce mouvement ; elles consacrent bénévolement leur temps libre aux malades atteints de cancer, comme à leur famille. Hormis quelques rares exceptions (Marie Curie et la doctoresse Sonia Fabre), la place des femmes dans la lutte contre le cancer est ainsi réduite à un rôle d’assistanat, conforme à l’idéal de piété et de charité, auprès des malades et des médecins.

11Certaines deviennent des figures centrales de la Ligue, telle Mme Hartmann, épouse du chirurgien Henri Albert Hartmann, instigateur de services spécialisés aux « cancéreux » dans l’armée, vice-président de la Ligue et membre de l’Académie des Sciences à partir de 1945. Elle préside la section d’assistance depuis sa création et ne quitte ses fonctions qu’à la fin de l’année 1932 et est alors nommée présidente d’honneur. Ses fonctions lui permettent de prendre la parole chaque année lors de l’assemblée générale de la Ligue. Mme Hartmann est ainsi la voix et l’image du comité des Dames. Ses allocutions sont semblables à celles de ses successeurs : elle s’épanche longuement sur le mérite des Dames visiteuses et sur la détresse des « cancéreux » dont elles s’occupent. La manière dont elle s’exprime est révélatrice de l’attitude de la bonne société envers les classes les moins aisées. Chacune de ses allocutions est l’occasion de présenter l’action des dames, la variété de leurs activités et les solutions qu’elles mettent en œuvre. La présidente de la section d’assistance fait aussi état du nombre de visites annuelles et du nombre de malades assistés depuis la création de la Ligue, avant de rappeler les problèmes de prise en charge des « cancéreux » et des incurables : elle fait appel à la générosité des personnes présentes et des lecteurs ainsi qu’à la bienveillance de l’État, le ministre de l’Hygiène étant souvent présent aux assemblées générales.

  • 15 LCC, 1924, 3, p. 197, BNF, T37-307.
  • 16 LCC, 1928, 20, p. 250, BNF, T37-307.
  • 17 Ibidem, p. 265.
  • 18 LCC, 1949, 89, p. 149, BNF, T37-307.

12En dehors de ces fonctions donnant une aura particulière à celles qui les occupent, le Comité des Dames est divisé en deux sections, la section propagande et la section d’assistance. La section de propagande « est destinée à faire connaître l’œuvre et son but, à recueillir des fonds, en permettant à toutes les classes de la société d’apporter leur obole à l’œuvre naissante dont les besoins s’annonçaient comme devant être proportionnés à l’ampleur de la lutte entreprise15 ». Des quêtes sont organisées à l’occasion de soirées mondaines, de bals ou à la sortie des théâtres. En 1928, Mme Waldeck-Rousseau participe à une quête à Notre-Dame à l’issue d’un sermon de carême16, et à partir de 1930, les Dames participent aux récoltes de fonds de la semaine nationale contre le cancer initiée par la Ligue. De leur côté, les Dames organisent des ventes de charité dont les bénéfices sont reversés à l’association. Mme Hartmann organise ainsi une fois par an une vente à son domicile : le 23 mai 1929, par exemple, sont proposés à la vente des objets offerts par des commerces parisiens17. Les fonds récoltés sont décisifs pour la Ligue (la quête organisée lors de la « Semaine contre le Cancer » de 1949 rapporte 800 000 francs pour les seuls départements de Paris et de la Seine)18. Ils permettent d’éditer des tracts et des affiches servant à informer la population. Au sein de la section d’assistance, l’argent récolté est utilisé pour venir en aide aux malades nécessiteux.

13Le rôle de la section d’assistance est de venir en aide aux malades. Précisons que si les membres de la section de propagande occupent une place subalterne en aidant au bon fonctionnement de la Ligue, les Dames de la section d’assistance ont une mission plus inhabituelle. Elles aident les médecins à rester en contact avec leurs patients, mais sont aussi indépendantes et autonomes dans leur travail ; il n’est donc pas surprenant que ce soit la présidente de la section d’assistance qui représente la Comité des Dames. Les membres de cette section se déplacent auprès des souffrants et se répartissent en deux groupes : les Dames visiteuses à l’hôpital et les Dames visiteuses à domicile.

14Les visiteuses hospitalières se rendent dans les hôpitaux parisiens spécialisés pour apporter leur soutien aux malades du cancer. Elles peuvent les aider à rédiger leur courrier, mais aussi leur faire la lecture et leur apporter des magazines ou de la nourriture. Ces femmes sont appréciées du personnel soignant auquel elles facilitent le travail en établissant un suivi des patients traités à l’hôpital : elles notent les soins reçus et prennent contact avec les malades pour leur rappeler les dates de leur traitement. En outre, elles réalisent bénévolement une grande partie du travail des infirmières, aides-soignantes et secrétaires qui manquent aux établissements de lutte contre le cancer à leur début.

  • 19 LCC, 1923, 1, p. 31, BNF, T37-307.

15Mme Hartmann présente l’activité des Dames lors l’assemblée générale de 1923 en ces termes : « Le malade vu par nous à l’hôpital, est suivi à domicile, et tout ce qui peut être fait pour le soutenir et le soulager, nous tentons de le faire, soit par nos propres moyens, soit en recourant à l’aide d’œuvres multiples qui nous prêtent leurs concours en maintes circonstances. […] À chacun de ces services (spécialisés) sont attachées plusieurs de nos Dames visiteuses, et cette tâche n’est pas pour toutes une sinécure, car, à côté de l’appui moral qu’apporte leur présence presque journalière dans les salles, des douceurs et des distractions qu’elles s’ingénient à procurer aux malades, la confiance de leurs chefs de service leur a attribué une partie administrative, souvent complexe, toujours très absorbante, qui exige une régularité absolue. C’est à elles que sont confiées les fiches indiquant le mouvement du service, ce sont elles qui convoquent les malades devant suivre les traitements de Radiumthérapie19 ». Dans les hôpitaux où les chefs de service ont demandé leur concours, les Dames visitent les malades dans les salles, assistent aux consultations et prennent sur un carnet les renseignements sociaux de chaque malade. Ces informations sont ensuite copiées et envoyées au siège de la Ligue, sur une fiche classée par ordre alphabétique au nom des malades, transmise à la présidente de la section assistance.

  • 20 Ibidem, p. 32.

16Les visiteuses à domicile sont, quant à elles, chargées de la prise en charge des malades avant qu’ils aient reçu des soins ou à leur retour de l’hôpital. Chaque dame est rattachée à un arrondissement, certaines d’entre elles se déplacent aussi dans la banlieue immédiate de Paris. Elles permettent de « rester en contact avec les malades vus à l’hôpital, de suivre l’évolution de la maladie dans toutes ses phases, et selon les cas, d’encourager le malade à revenir dans le service où il a été traité, de lui faciliter une convalescence, ou de le faire définitivement hospitaliser dans un établissement d’incurables20 ». Les visites à domicile sont d’une réelle utilité pour les chefs de services et pour la recherche, car elles permettent un suivi médical des malades sur le long terme. Les Dames apportent également aux patients une aide matérielle, notamment financière. Cependant leur action va plus loin qu’un simple soutien ponctuel aux malades, car elles se préoccupent de leur famille, en particulier de leurs enfants s’ils ont besoin de vêtement, de nourriture ou d’être placés en nourrice.

  • 21 LCC, 1924, 3, p. 197/198.

17Voici à présent la présentation de l’action de ces femmes par la présidente de la section d’assistance : « Le côté charité d’abord. […] Que quelques secours : objets de pansements, linge, alimentation, chauffage, viennent en aide, et surtout par la manière dont ils sont procurés, donnent l’impression réconfortante d’un appui qui ne fera pas défaut. […] Puis, élargissant notre action, seules ou en collaboration avec d’autres œuvres […] nous donnons des secours de loyer, parfois des meubles, notamment de la literie permettant d’isoler le malade. Par nos soins des enfants chétifs ou vivant dans un air vicié sont envoyés en colonies de vacances, placés en pension momentanément ou définitivement ; des malades au sortir de l’hôpital vont en convalescence, des incurables sont hospitalisés dans les établissements où ils trouveront le refuge le plus approprié à leur triste situation ; ou bien, si besoin en est, des démarches sont faites pour faciliter l’assistance due aux malades, le règlement de certaines pensions, etc21 ».

  • 22 PINELL Patrice, op. cit., p. 42.
  • 23 REYMOND Sonia, « L’œuvre des dames du calvaire », Cahiers d’histoire [En ligne], 47-1, 2002.

18Une catégorie de malades correspond particulièrement à l’idéal charitable des Dames de la Ligue et avant elles des Dames du Calvaire : les incurables sont les plus défavorisés des cancéreux22. Les nécessiteux atteints d’un cancer incurable ne peuvent plus subvenir à leurs besoins et sont alors un poids pour leur famille : la question de leur prise en charge est un thème majeur dans le discours des Dames. Les hôpitaux publics, réservés aux indigents, ne les prennent pas en charge sous prétexte que les centres spécialisés ont été créés à cet effet. De leur côté, les centres ferment leurs portes aux incurables car ils donnent la priorité à la guérison du plus grand nombre de malades possible en concentrant leurs efforts sur ceux qui semblent curables. Le coût de la prise en charge des patients indigents en fin de vie explique la difficulté de trouver une institution qui les accepte. Il reste pour les accueillir quelques dispensaires, œuvres charitables ou religieuses dont le nombre est cependant insuffisant. L’association des dames du Calvaire prend notamment soin des femmes atteintes d’un cancer incurable23, tandis que la non-mixité de nombres d’œuvres caritatives rend difficile l’encadrement des malades masculins.

  • 24 PINELL Patrice, op. cit., p. 41.
  • 25 LCC, 1931, 32, p. 1000, BNF, T37-307.
  • 26 DÉMIER Francis et BARILLÉ Claire, Les Maux et les soins, médecins et malades dans les hôpitaux pari (...)
  • 27 LCC, 1923, 1, p. 34, BNF, T37-307.
  • 28 LCC, 1924, 4, p. 334, BNF, T37-307.

19Prendre soin des incurables, délaissés par leur famille et les établissements de soins, relève alors d’une « charité héroïque »24. Aussi, à chaque assemblée générale où elles sont invitées à s’exprimer, les Dames de la Ligue font inlassablement appel à la générosité de l’auditoire pour venir en aide aux incurables de Paris. Mme Hartmann constate ainsi que ces patients sont les laissés pour compte du système de soin de lutte contre le cancer : « Ils ne sont pas très intéressants nos pauvres incurables, en comparaison de ceux qu’on espère pouvoir rendre à la santé, à la vie, et c’est avec l’impression d’être un peu indiscrète que j’ose parler d’eux25 ». Plus à plaindre encore sont les malades résidant en banlieue. Dès le premier numéro de La Lutte Contre le Cancer, Mme Hartmann fait mention d’eux. Si à Paris l’Assistance Publique26 ouvre les portes de l’hôpital de Brévannes aux incurables et que certains dispensaires laissent des lits à leur disposition (Saint-Joseph, Saint-Michel, Dames du Calvaire), en banlieue la situation est encore plus critique : « À part [le dépôt de] Nanterre qui est notre grande ressource, et un hospice où malheureusement la place est si limitée, aucun asile ne leur est ouvert27 ». La situation peine à s’améliorer avec le temps, la création de lits et de services spécialisés n’est jamais suffisante face au nombre de malades. Les Dames essaient de répondre à ce problème par leurs propres moyens, Mme de Rothschild accepte par exemple en 1924 que deux lits soient utilisés à cette fin au dispensaire lui appartenant rue Marcadet28.

Un travail d’intérêt scientifique ?

  • 29 LCC, 1931, 32, p. 1001/1002, BNF, T37-307.

20Les activités de ces femmes, bénévoles et sans formation professionnelle, ainsi que les responsabilités prises au cours de leurs actions caritatives témoignent à la fois de l’absence et du besoin de ce « service social » tant désiré par le gouvernement. Le déficit institutionnel laisse aussi, on le devine, une marge de manœuvre aux Dames dans les actions qu’elles entreprennent auprès des malades. L’absence de surveillance de leur travail et le manque de professionnels de la santé leur laissent la possibilité d’acquérir de nouvelles prérogatives dans le domaine médical – auquel elles sont supposées rester étrangères – ou administratif afin d’accélérer l’admission de certains malades dans les hospices. Les situations complexes qu’elles rencontrent leur font gagner en audace, telle Mme Hartmann menaçant en 1932 de rentrer dans l’illégalité : « Pour que ces incurables de banlieue puissent être soignés, faut-il que nous, Dames Visiteuses impuissantes à soulager ces détresses, faut-il que nous les aidions à se procurer un domicile fictif à Paris ? Faut-il que nous utilisions des relations person-nelles pour obtenir par des passe-droits clandestins une admission qui lésera une autre misère peut-être aussi intéressante que celle pour laquelle nous agissons ?29 » Cette allusion à des possibles démarches illégales des Dames laisse entrevoir l’étendue du travail et la liberté d’action des Dames de la Ligue.

  • 30 LCC, 1937, 56, p. 109, BNF, T37-307.
  • 31 LCC, 1931, 82, p. 1000, BNF, T37-307.
  • 32 LCC, 1941, 69-70, p. 129, BNF, T37-307.

21D’ailleurs, le président de la Ligue rappelle à diverses reprises aux Dames qu’elles ne doivent en aucun cas pratiquer des actes de médecine sur les malades : « Leur rôle est d’assister les malades et de suivre leur destinée, il n’est pas de soigner ou de leur faire des pansements30 ». Avec la professionnalisation progressive du métier d’infirmière, par la création du brevet de capacité professionnelle en 1922 puis du diplôme d’État d’infirmier en 1942, les Dames sont éloignées de la sphère médicale. Selon elles, les dons de nourriture sont leur « seule intrusion dans le domaine médical ; car si nous en croyons les vieux auteurs le manger est, comme les autres drogues, une médecine… contre la maladie de la faim31 ». Pourtant, l’allocution de Mme Gernez durant l’assemblée générale de 1941 laisse à penser que les Dames ont accompli, du moins pendant la guerre, certaines tâches médicales : « l’une de vous, dans l’impossibilité de faire des visites à domicile, à cause de la trop grande fatigue qui en résultait pour elle, n’a pu se résoudre à abandonner ses ’cancéreux’, comme elle les appelait et, dans son appartement, elle travaille à préparer les pansements qu’une autre portera à sa place32 ».

  • 33 TRONTO Joan, Un monde vulnérable, pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009.
  • 34 ROUËSSÉ Jacques, Une histoire du cancer du sein en Occident. Enseignements et réflexions, Springer, (...)
  • 35 DARMON Pierre, « Le cancer : prise de conscience collective et genèse d’une grande peur », Histoire (...)
  • 36 LCC, 1923, 1, p. 32, BNF, T37-307.

22En outre, à la lecture des résumés de leur activité, il apparaît que les Dames prennent parfois des décisions ressortant davantage des prérogatives des travailleurs sociaux, comme l’envoi d’enfants de malades en nourrice. À la frontière entre l’activité bénévole au sein d’une œuvre caritative, l’aide sociale et le travail de soin au sens large, l’action des Dames est tout à faire représentative de la notion de care qui souligne le lien entre l’activité de soin à la personne et le statut de femme en tant que groupe dominé dans la société33. Bénévole, le travail des Dames n’est pas reconnu en tant que tel, alors même qu’il recoupe une activité de type professionnel. Tandis que leur rôle dans les hôpitaux s’apparente au travail des aides-soignantes (profession créée en 1949) et que leurs actions à domicile rappellent l’activité des assistantes sociales (statut créé en 1932), elles s’engagent aussi dans le suivi du parcours du malade grâce à un système de fichage. Les Dames suivent ainsi les malades traités dans les services spécialisés des hôpitaux parisiens (Hôtel-Dieu, Salpêtrière, Tenon, Saint-Antoine, P. Brousse à Villejuif) en établissant des fiches personnelles. En 1923, le Comité des Dames avait déjà réuni 2 800 documents, concernant donc 2 800 malades répertoriés depuis le début de leur action. Or ces fiches, au-delà de leur caractère pratique, sont aussi utiles à la recherche, notamment dans le domaine de l’épidémiologie. Les causes du cancer et sa possible transmission sont, en effet, au cœur des questionnements sur la maladie34, « des médecins vont de bonne foi observer des épidémies de cancer dans certaines villes ou villages, dans certaines rues, dans certaines maisons, voire dans certaines cages à souris de laboratoire35 ». Le potentiel scientifique de ces fiches est pris très au sérieux par le Comité. « Pour chaque malade, nous établissons une fiche qui, au point de vue médical, n’indique que le siège du mal, les dates des interventions ou des séjours à l’hôpital ; tandis que tous les détails que nous pouvons recueillir sur les hérédités, contagiosités possibles, genre de vie, sont soigneusement notés, dans le but de contribuer peut-être un jour, à éclaircir le mystère des origines du cancer36 ».

  • 37 La radiothérapie consiste à irradier localement la tumeur. La radiumthérapie permet quant à elle d’ (...)
  • 38 LCC, 1924, 3, p. 200/201, BNF, T37-307.

23La fiche personnelle ou d’enquête sociale comprend dans son volet administratif le nom, l’âge, l’adresse et la profession du malade, sa date d’entrée et de sortie du service hospitalier et le nom de médecin l’ayant suivi. Sont détaillés ensuite dans un tableau à deux entrées la profession, l’âge (ou l’âge de décès et sa cause) des différents membres de la famille du malade (père, mère, conjoint, enfants), on précise si ces derniers partagent le même logement que lui et s’il possède des animaux de compagnie. Des informations concernant la personne qui donne habituellement les soins au malade sont données. Enfin des indications sur le voisinage, ou sur les antécédents dans le logement, sont demandées. Au verso, se trouve un autre tableau exclusivement en rapport avec le logement du malade : l’étage auquel il habite, le nombre de pièces, l’état de propreté et l’existence d’un poste d’eau et de toilettes. La dernière partie du tableau concerne la chambre du malade et s’intéresse à l’ensoleillement, à l’aération et au nombre de personnes occupant le même lit. Le reste de la fiche permet aux Dames de commenter chaque visite rendue, les secours qui ont été donnés et de préciser le nom de la Dame visiteuse. S’ajoutant à cette fiche d’« enquête sociale », des « fiches médicales » permettent de suivre les traitements suivis par le patient. Elles peuvent aller jusqu’au nombre de sept et se distinguent par couleur, chacune représentant un traitement : grise pour le premier examen, violette pour les examens de laboratoire, « havane » pour les examens ultérieurs, bleue pour les examens divers, rouge pour le traitement par radium, rose pour le traitement opératoire et jaune pour le traitement par rayons X37 ; la fiche d’enquête sociale est blanche. Ces documents sont rangés et conservés par les Dames au siège de la Ligue contre le cancer. Ils constituent un modèle adopté par différents centres de lutte contre le cancer en France, mais aussi en Belgique depuis 192338.

  • 39 LCC, 1925, 8, p. 301, BNF, T37-307.
  • 40 LCC, 1939, 64, p. 128, BNF, T37-307.
  • 41 Ibidem.
  • 42 LCC, Assemblée générale de 1942, p. 22-23, BNF, T37-307.

24L’action des Dames est donc reconnue comme utile par un grand nombre de personnes impliquées dans la lutte contre le cancer, et en premier lieu par les médecins, mais à aucun moment leur statut de simples auxiliaires du travail accompli par les hommes de sciences ne semble être remis en cause. Les bulletins de la Ligue entre 1923 et 1960 regroupent les allocutions des différents membres de l’association et renseignent sur la manière dont ces femmes sont perçues et se perçoivent elles-mêmes. La manière dont la présidente de la section d’assistance décrit le quotidien des Dames visiteuses révèle le poids de leur condition sociale. L’action philanthropique induit en elle-même une réaffirmation de leur positionnement social : le contraste est net entre les Dames et les malades à qui elles rendent visite. Alors que l’action des Dames est toujours décrite de manière lyrique voire héroïque, l’évocation des malades est elle toujours condescendante, comme en témoignent les mots de la doctoresse Sonia Fabre lors d’un discours en 1925 : « les scènes touchantes et pitoyables dont les Dames sont les témoins au cours de leur admirable œuvre d’assistance39 ». L’exemplarité de leur action est soulignée par la qualification des malades visités : « pauvres », « infortunés », « miséreux ». De leur côté, ces épouses de chirurgiens et d’hommes politique illustres s’excusent de ne faire que « vingt ou trente visites par mois40 » souvent réalisées à l’heure du déjeuner ou du dîner pour trouver les gens chez eux. Dans leur maison « aux allures de cabanes à lapin […] aux parois si humides41 ». Souvent, afin de donner un rendu plus réaliste à son allocution, la présidente de la section d’assistance décrit une situation typique vécue par une dame visiteuse. Les histoires choisies sont toujours les plus misérables, on y retrouve la pauvreté, l’alcool, la violence, la maladie. L’agressivité possible des malades y est soulignée. Malgré les évolutions en matière de prise en charge et l’essor des métiers de soins, les Dames continuent de dépeindre les patients avec emphase et pathos. Lors de l’Assemblée générale de 1942, une malade est décrite comme « une vieille femme, d’aspect farouche et buté, qui prenait sa portion comme un chien vole un os », une « sauvage » vivant dans « une baraque d’une saleté repoussante », mais après que la malade lui a annoncé « “Que ferais-je sans vous !” À cette minute la Dame visiteuse fut largement payée de toutes ses peines42 ».

  • 43 Ibidem, 1945, p. 89, BNF, T37-307.
  • 44 Ibidem, 1937, p. 109, BNF, T37-307.
  • 45 Ibidem, 1942, p. 13, BNF, T37-307.
  • 46 Ibidem, 1948, p. 123, BNF, T37-307.

25Le rôle de la classe dominante envers les classes les plus démunies et le bien-fondé de leur action sont tout à fait centraux dans le discours des Dames. Avec les autres membres de la Ligue, elles mettent aussi en valeur leur féminité et ses prétendues qualités intrinsèques telle la patience ou la bonté. Ainsi Mme Gernez appelle-t-elle les femmes à mettre en pratique auprès de la population leur « don de persuasion43 » pour obtenir des financements pour la Ligue. Le vocabulaire utilisé à leur encontre rappelle leur statut. À l’assemblée générale de 1937, M. Le Bret (secrétaire général de la Ligue) décrit ainsi le travail des Dames-visiteuses : « Notre Comité de Dames a une autre qualité éminente : c’est qu’il donne à notre Ligue sa physionomie la plus attachante. [...] Pour bien parler des misères, des souffrances, il faut savoir approcher les malades, les entourer, les consoler. C’est le secret de la femme […]. Leur rôle est d’assister les malades et de suivre leur destinée44 ». C’est bien ici le sexe, et non l’expérience, qui définit les aptitudes. Cinq années plus tard, il réitère son éloge : « La ligue dès sa fondation, a compris que dans toute administration certains rôles reviennent à la femme, parce qu’ils sont de sa compétence. La vanité des hommes et l’égoïsme des politiciens ont longtemps méconnu et étouffé cette vérité45. » Tout en se félicitant que la Ligue valorise des aptitudes pensées comme féminines, Robert Le Bret ne revendique aucunement que ces Dames puissent agir comme les hommes. Pour les Dames, le récit de leurs actions permet de rendre compte de la réalité du terrain, des conditions de vie des malades et de leur entourage, quand les allocutions des autres membres de la Ligue font surtout mention d’avancées scientifiques ou de généralité sur la maladie. Ainsi Mme Gernez indique-t-elle en 1948 que les Dames savent « empêcher la monotonie d’une statistique46 » soulignant que les récits de leurs visites sont divertissants, mais qu’ils apportent aux statistiques leur pendant social essentiel.

  • 47 Ibidem, 1946, 75, p. 30, BNF, T37-307.

26Le fait de prendre soin d’autrui, une des définitions de l’activité de care, est alors envisagé comme une tâche avant tout féminine. Il serait naturel pour les femmes de prendre soin des autres puisqu’il s’agit déjà de leur rôle dans la sphère privée. Ces présupposés renforcent l’idée selon laquelle les activités de care ne pourraient pas être reconnues comme professionnelles. Le bénévolat fournit ainsi un vivier de travailleuses sans enfreindre les normes sociales du début du XXe siècle selon lesquelles seules les femmes des classes populaires auraient besoin de travailler. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’image des Dames de la Ligue se modifie lentement. En 1946, lors d’une intervention au siège de la Ligue, Mlle Y. Hentsch, directrice du Bureau des Infirmières de la Croix Rouge, rappelle que « le rôle de soin revient aux femmes depuis l’antiquité » et que « l’art de protéger la santé et d’aider les malades à se guérir reste une activité qui sied mieux que toute autre à la femme, parce qu’elle répond à ses instincts les plus profonds ». Elle souligne aussi que « telle qu’on l’envisage aujourd’hui, la profession d’infirmière ne fait pas seulement appel à ses instincts, elle mobilise aussi toutes les qualités d’intelligence et de cœur dont la femme est capable47 ». L’évolution de la place dévolue aux femmes dans la société française de la première moitié du XXe siècle, dans les sphères politique et professionnelle, ne met pas fin à l’assignation de rôles genrés. Les activités du care demeurent considérées comme purement féminines, mais une professionnalisation de ces occupations, et donc une certaine reconnaissance, sont en marche. Bien qu’étant genrées et subalternes, les professions d’infirmière, d’aide-soignante ou d’assistante sociale sont progressivement reconnues comme telles et permettent une certaine émancipation.

  • 48 Ibidem, p. 25.

27Naît également une critique du rôle d’assistanat essentiellement dévolu aux femmes. Alors que depuis 1922 il existe un brevet de capacité professionnelle pour le titre d’infirmière diplômée de l’État français, le diplôme d’État d’infirmier est créé en 1942. La professionnalisation de ce métier s’est faite progressivement, aussi bien dans la législation que dans les mentalités. Mlle Y. Hentsch souligne dans son texte, La profession d’infirmière, qu’une des conditions essentielles du développement de la profession dans son sens moderne est l’émancipation des femmes : « Plus la femme possède une position indépendante dans la société, plus il y a de chance pour que la profession d’infirmière puisse y développer sans difficulté son programme48 ».L’indépendance et la formation des infirmières sont jugées indispensables, mais elle ne remet pas en cause la féminisation de ce métier. De leur côté, les Dames vont lentement et subtilement s’émanciper d’un statut restrictif qui délimite leur fonction. Leur vocabulaire va se simplifier, perdre de son emphase, se rationaliser. Cependant le changement le plus notable est celui du nom du Comité. Le Comité des Dames et ses deux différentes sections (propagande et assistance) deviennent en 1949 la « Section féminine d’assistance ». Cette nouvelle appellation délaisse la propagande pour souligner le rôle d’assistanat des Dames. Un peu plus tard, il est renommé « Comité central d’assistance et de propagande ». Le féminin disparaît ; le Comité ne se définit donc plus par l’identité de ses membres. Cette évolution traduit une remise en cause qui va de pair avec celle de la place traditionnelle dévolue aux femmes dans la France d’après-guerre. Conjointement à la mise en place de la Sécurité sociale au sortir de la Seconde Guerre mondiale et à la professionnalisation croissante des activités de care, la reconnaissance par le personnel soignant du travail des Dames a certainement aidé ces dernières à prendre conscience de l’importance de leur action et à mettre à distance les représentations genrées de la première moitié du XXe siècle.

*

  • 49 BROWN Phil, « Naming and Framing: The Social Construction of Diagnosis and Treatment », Journal of (...)

28Les premières Dames de la Ligue revendiquent un statut de femmes de la bonne société caractéristique de la fin du XIXe siècle, dont un des idéaux est la charité chrétienne philanthropique. Les autres membres de la Ligue les confortent alors dans ce rôle en attirant l’attention sur leurs supposées qualités féminines et leur rôle d’aide à la profession médicale. Cependant, les constants rappels des limites de leur champ d’action sont autant d’indicateurs de leurs transgressions. Les Dames ne sont certes pas des professionnelles au sens commun du terme – elles ne possèdent pas de diplôme et travaillent bénévolement – et une grande partie de leur action relève de l’amateurisme en matière d’assistance aux populations démunies. Malgré ce constat, leur travail de fichage est quant à lui digne d’expertes. Reconnues pour leur utilité et leur efficacité, les fiches créées par les Dames ont permis de transformer la prise en charge des malades atteints de cancers en région parisienne. En rendant visite aux patients et en notant leurs traitements, elles ont permis aux médecins d’avoir un suivi régulier et personnalisé de leur patientèle. Les visites rendues et la centralisation des fiches ont permis aux Dames de suivre les malades et leur état de santé afin qu’ils ne se détournent pas des établissements de soin, ainsi que la transmission, d’un établissement à l’autre, du parcours des souffrants. Avec ces fiches, les Dames espèrent également contribuer à la découverte de l’origine du cancer. Les chercheurs comptent d’ailleurs sur elles pour réaliser ce travail d’épidémiologie amatrice, non pas populaire mais mondaine49. Enfin, l’étude du travail des Dames, comme de leurs discours et de ceux qui se rapportent à leurs activités, contribue à s’interroger sur le rôle des femmes dans les sciences. Une analyse des différentes activités de bénévolat féminin dans le milieu de la santé permettrait d’élargir ces premières conclusions livrées par les bulletins de la Ligue contre le cancer.

Haut de page

Notes

1 DIEBOLT Évelyne, Les Femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations face aux institutions, Paris, Association Femmes et associations, 2001 ; DIELBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, « Force de frappe américaine », dans Devenir infirmière en France. Une histoire atlantique ? (1854-1938), Paris, Publibook, 2011 ; EHRENREICH Barbara et ENGLISH Deirdre, Sorcières, sages-femmes et infirmières : une histoire des femmes et de la médecine, Montréal, Éditions du Remue-Ménage, 2005 ; MARLAN Hilary, « Women, Health and Medicine », The Oxford Handbook of the History of Medicine, Oxford University Press, 2011 ; GEYER-KORDESCH Johanna, « Women and Medicine », Companion Encyclopedia of the History of Medicine, vol. 2, London/New York, Routledge, 1992 ; HARDY Anne et CONRAD Lawrence, Women in Modern Medicine, Amsterdam/New York, Rodopi, 2001 ; COHEN Yolande, « Profession infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec », Sciences sociales et santé, 2001, vol. 19, n° 4.

2 PINELL Patrice, Histoire de la lutte contre le cancer, 1890-1940, Paris, Métaillé, 1992, p. 115.

3 Ibidem, p. 120.

4 « Nécrologie du Dr Sonia Fabre », Lutte Contre le Cancer (LCC), 1948, 86, p. 27.

5 MIGNON Alfred, Le service de santé pendant la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 723-725 ; WIEVIORKA Annette (dir), Justin Godart. Un homme dans son siècle (1871-1956), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 2005.

6 LCC, 1923, 1, p. 3/4, BNF, T37-307.

7 LCC, 1923, 1, p. 6/7, BNF, T37-307.

8 « Statuts de la Ligue franco-anglo-américain contre le cancer », LCC, 1925, 10, p. 98, BNF, T37-307.

9 BOURDELAIS Patrice, Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques, Paris, Éditions Belin, 2001.

10 MURARD Lion et ZYLBERMANN Patrick, « L’idée de service social dans la pensée hygiéniste (1928-1936) », Vie Sociale, 1978, 8-9, p. 467.

11 DESSERTINE Dominique, « Les infirmières visiteuses de la lutte antituberculeuse en France 1900-1930 », Bulletin du centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, 1995, p. 2-3.

12 DUBY Georges, MICHELLE Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome 5, Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992, p. 279.

13 Ibidem, p. 61.

14 THÉBAUD Françoise, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 107.

15 LCC, 1924, 3, p. 197, BNF, T37-307.

16 LCC, 1928, 20, p. 250, BNF, T37-307.

17 Ibidem, p. 265.

18 LCC, 1949, 89, p. 149, BNF, T37-307.

19 LCC, 1923, 1, p. 31, BNF, T37-307.

20 Ibidem, p. 32.

21 LCC, 1924, 3, p. 197/198.

22 PINELL Patrice, op. cit., p. 42.

23 REYMOND Sonia, « L’œuvre des dames du calvaire », Cahiers d’histoire [En ligne], 47-1, 2002.

24 PINELL Patrice, op. cit., p. 41.

25 LCC, 1931, 32, p. 1000, BNF, T37-307.

26 DÉMIER Francis et BARILLÉ Claire, Les Maux et les soins, médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2007.

27 LCC, 1923, 1, p. 34, BNF, T37-307.

28 LCC, 1924, 4, p. 334, BNF, T37-307.

29 LCC, 1931, 32, p. 1001/1002, BNF, T37-307.

30 LCC, 1937, 56, p. 109, BNF, T37-307.

31 LCC, 1931, 82, p. 1000, BNF, T37-307.

32 LCC, 1941, 69-70, p. 129, BNF, T37-307.

33 TRONTO Joan, Un monde vulnérable, pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009.

34 ROUËSSÉ Jacques, Une histoire du cancer du sein en Occident. Enseignements et réflexions, Springer, Paris, 2011, p. 60.

35 DARMON Pierre, « Le cancer : prise de conscience collective et genèse d’une grande peur », Histoire Économie et Société, 1986, vol 5, 54, p. 596.

36 LCC, 1923, 1, p. 32, BNF, T37-307.

37 La radiothérapie consiste à irradier localement la tumeur. La radiumthérapie permet quant à elle d’irradier les tissus tumoraux par l’application locale de radium. Au début des années 1920, on utilise des aiguilles de radium permettant d’atteindre les tumeurs internes, on parle alors de curiethérapie. Voir PINELL Patrice, « Cancer (Lutte contre) », dans LECOURT Dominique (dir), Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, PUF, 2004, p. 201-206 ; TUBIANA Maurice, « Radiothérapie », ibidem, p. 941-945.

38 LCC, 1924, 3, p. 200/201, BNF, T37-307.

39 LCC, 1925, 8, p. 301, BNF, T37-307.

40 LCC, 1939, 64, p. 128, BNF, T37-307.

41 Ibidem.

42 LCC, Assemblée générale de 1942, p. 22-23, BNF, T37-307.

43 Ibidem, 1945, p. 89, BNF, T37-307.

44 Ibidem, 1937, p. 109, BNF, T37-307.

45 Ibidem, 1942, p. 13, BNF, T37-307.

46 Ibidem, 1948, p. 123, BNF, T37-307.

47 Ibidem, 1946, 75, p. 30, BNF, T37-307.

48 Ibidem, p. 25.

49 BROWN Phil, « Naming and Framing: The Social Construction of Diagnosis and Treatment », Journal of Health and Social Behavior, 1995, p. 34-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coline Loison, « L’action philanthropique des Dames-visiteuses de la Ligue contre le Cancer, une épidémiologie mondaine ? », Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 137-151.

Référence électronique

Coline Loison, « L’action philanthropique des Dames-visiteuses de la Ligue contre le Cancer, une épidémiologie mondaine ? », Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.907

Haut de page

Auteur

Coline Loison

Coline Loison est doctorante au sein du laboratoire CERHIO, UMR 5268, Université du Maine. Sa thèse intitulée « Histoire politique, sociale et culturelle de la lutte contre le cancer, 1920-1960 » est réalisée sous la direction de Nathalie Richard et la co-direction d’Hervé Guillemain.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals