Navigation – Plan du site
Compte rendus

Knoeff Rina et Zwijnenberg Robert (dir.), The Fate of Anatomical Collections

Farnham, Ashgate, 2015
Laurence Talairach-Vielmas
p. 155-157
Référence(s) :

Knoeff Rina et Zwijnenberg Robert (dir.), The Fate of Anatomical Collections, Farnham, Ashgate, 2015, 305 p.

Texte intégral

1Publié dans la collection History of Medicine in Context, dirigée par Andrew Cunningham et Ole Peter Grell, l’ouvrage collectif The Fate of Anatomical Collections fait suite à un colloque international organisé à l’Université de Leyde en février 2012 (« Cultures of Anatomical Collections »). Si nombre des outils qui servirent longtemps à la formation médicale ont peu à peu été abandonnés, témoignant du déclin de l’anatomie pratique, ils se trouvent néanmoins aujourd’hui au centre d’études interdisciplinaires qui font collaborer professionnels de la médecine, chercheurs et artistes. The Fate of Anatomical Collections, qui associe, entre autres, les contributions d’historiens de la médecine, de conservateurs, d’historiens de l’art et même d’artistes, s’inscrit dans cette mouvance. La couverture de l’ouvrage, signée de Lisa Temple Cox, représentant, selon l’artiste, « une capsule de mémoire et d’affect » (a capsule of memory and affect, p. xix), comme la reproduction d’un texte de la plume de Ruth Richardson, qui redonne une voix aux objets exposés sur les rayonnages d’un musée d’anatomie, nous rappellent combien les collections anatomiques peuvent faire dialoguer art et médecine.

2L’ouvrage se compose d’une partie introductive, suivie de quatre parties distinctes, réunissant au total une quinzaine d’articles. Il s’agit ici, annoncent Knoeff et Zwijnenberg, de mettre en lumière une partie importante de l’histoire de la médecine que constituent les collections anatomiques – des collections souvent devenues désuètes au fil des siècles. La première partie de l’ouvrage se penche sur l’influence que certains conservateurs ont pu avoir sur des collections, comme dans le cas de celle de John Hunter achetée par le Parlement Britannique en 1800 et confiée au Royal College of Surgeons, qui tombera entre les mains de l’anatomiste et paléontologue Richard Owen à partir de 1827 – qui adoptera une méthode de présentation plutôt cuviériste) (A. Cunningham) –, ou de Maude Abbott, conservatrice du musée de la médecine de l’Université McGill au Canada, plus de dix ans avant que les femmes ne soient admises à la faculté de médecine, et dont le musée fermera après sa mort en 1940 (Cindy Stelmakowich). L’une des plus anciennes collections anatomiques de Leyde est également présentée par Tom Huisman, tandis qu’un article d’Anita Gerrini propose un panorama de l’exposition des squelettes en Europe entre le XVIe et le XVIIIe siècles – des « squelettes » qui, s’ils deviennent peu à peu des objets de science, retiennent néanmoins presque toujours leur dimension symbolique.

3Dans la partie suivante, consacrée aux modèles et aux préparations, Hieke Huistra aborde l’évolution des préparations anatomiques à Leyde au XIXe siècle. Certaines préparations célèbres, comme celle d’Albinus par exemple, furent réutilisées dans la seconde moitié du XIXe siècle pour la formation médicale : transférées dans de nouveaux bocaux et ré-étiquetées, elles perdirent alors leur statut d’objet historique, comme leurs liens avec leur préparateur, pour ne rester qu’un simple outil destiné à l’enseignement et la pratique de l’anatomie. La question des modèles anatomiques est également traitée par Anna Maerker présentant la stratégie commerciale bien rôdée du Dr Auzoux en France, qui permit la diffusion à l’international de ses modèles en papier mâché tout au long du XIXe siècle, en faisant même des armes éducatives symboles de civilisation. En Autriche, Vienne reste encore aujourd’hui célèbre pour ses collections d’anatomie-pathologique, ses préparations fluides, ses moulages dermatologiques ou les cires anatomiques du XVIIIe siècle provenant de l’atelier florentin de Felice Fontana exposées au Josephinum. Mais le regard porté sur les collections anatomiques au long du XIXe siècle fut sujet à de nombreuses variations, notamment au moment de la révolution viennoise de 1848. Comme Tatjana Buklijas le montre, sous la houlette de l’anatomiste Joseph Hyrtl ou de ses collègues, comme Carl Bernhard Brühl, les collections oscillent entre la vision baroque de Hyrtl, notamment entre 1845 et 1873, et une vision plus « moderne » impulsée par Brühl, qui encourageait ses étudiants, comme le grand public, à interagir physiquement avec les préparations et à ne voir en elles que de simples outils pédagogiques. Du côté espagnol, Alfons Zarzoso et José Pardo-Tomàs suivent le voyage des collections du musée Roca à Barcelone, fondé dans les années 1920 pour instruire et édifier le peuple, jusqu’en Belgique dans les années 2000.

4Les articles de la quatrième partie se penchent, quant à eux, sur la provenance et l’identification de plusieurs collections. Marieke Hendriksen aborde la question des fœtus humains décorés de colliers de perles, présents dans plusieurs collections des Pays-Bas comme à Saint-Pétersbourg. Datant de la fin du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle, ces témoins de l’histoire coloniale hollandaise sont aujourd’hui voués à tomber dans l’oubli faute d’identification possible. L’histoire coloniale des Pays-Bas se lit également en filigrane dans les collections de crânes rapportés de Java, de Bornéo ou de Nouvelle-Guinée dès le début du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle (Fenneke Sysling). Cependant, l’origine exacte de ces restes humains, provenant souvent de dons d’officiers militaires en poste dans les colonies, reste problématique, tout comme leur rapatriement éventuel en Indonésie. Enfin, Tricia Close-Koenig examine les catalogues et inventaires de la collection d’anatomie-pathologique de la faculté de médecine de Strasbourg ; elle compare par exemple les six catalogues publiés entre 1820 et 1857 à ceux du British Museum ou du musée Hunter en Angleterre et suit leur évolution à partir de 1871, ainsi que les réorganisations successives des collections.

5La dernière partie, consacrée aux collections présentes dans les musées d’aujourd’hui regroupe les contributions du directeur du musée Hunter, Samuel Alberti, qui porte sur les différentes techniques de conservation des collections anatomiques, de Flavio Häner, qui retrace le voyage d’un crâne arrivé dans le musée d’anatomie de l’université de Bâle entre 1857 et 1870 au fil des différentes restructurations du musée. Karin Tybjerg, quant à elle, se penche sur les bio-banques, notamment au Danemark, tandis que Rina Knoeff met en lumière la dimension éthique des restes anatomiques et pointe les liens entre le reste humain exposé dans ces collections et la relique. Elle rappelle également combien certains projets artistiques récents, tels Narrative Remains (2009) de Karen Ingham, permettent de sensibiliser le grand public aux collections anatomiques en dévoilant derrière le verre des vitrines ces individus, devenus simples numéros sur un bocal, qui contribuèrent pourtant à leur constitution. En annexe figure la déclaration de Leyde (Leiden declaration on human anatomy/anatomical collections concerning the conservation & preservation of anatomical & pathological collections), signée par les participants du congrès de février 2012, qui met en lumière l’inquiétude croissante des conservateurs, chercheurs et artistes quant aux conditions de stockage et de conservation des collections anatomiques à travers le monde, soulignant la menace qui pèse sur nombre d’entre elles, qu’il s’agisse de préparations humaines ou animales, de modèles anatomiques, notamment de pièces en cire, de dessins, de gravures, de photographies ou d’archives.

6On ne peut que saluer cet ouvrage collectif qui réunit des contributions variées portant sur des collections anatomiques européennes, des collections dont les sens et les usages ont changé au cours du temps, des lieux où se trouvent rassemblés des objets qui ne servent plus aujourd’hui, des modèles et des préparations relégués aux oubliettes, et qui emportent avec eux une page de l’histoire de la médecine occidentale. La diversité des articles offre un panorama européen riche et de qualité, et même si certaines conclusions peuvent parfois paraître un peu trop évidentes, le projet collectif dans son ensemble témoigne de la mobilisation des chercheurs, artistes et professionnels des musées et de la médecine pour la sauvegarde d’un patrimoine scientifique, culturel et historique en danger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Talairach-Vielmas, « Knoeff Rina et Zwijnenberg Robert (dir.), The Fate of Anatomical Collections », Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 155-157.

Référence électronique

Laurence Talairach-Vielmas, « Knoeff Rina et Zwijnenberg Robert (dir.), The Fate of Anatomical Collections », Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/916

Haut de page

Auteur

Laurence Talairach-Vielmas

Université Toulouse Jean-Jaurès/Centre Alexandre-Koyré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals