Navigation – Plan du site
Compte rendus

Belmas Élisabeth et Nonnis-Vigilante Serenella (dir.), Les relations médecin-malade des temps modernes à l’époque contemporaine

Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2013
Olivier Faure
p. 158-161
Référence(s) :

Belmas Élisabeth et Nonnis-Vigilante Serenella (dir.), Les relations médecin-malade des temps modernes à l’époque contemporaine, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 221 p.

Texte intégral

1Depuis bientôt quinze ans, un partenariat lie l’AP-HP et l’université Paris XIII. En ces temps de logique étroitement budgétaire, on ne peut que féliciter cette grande organisation hospitalière d’encourager les recherches historiques et d’avoir contribué à l’émergence d’un nouveau groupe d’histoire de la médecine qui organise son quatrième colloque. Il associe des chercheurs spécialisés dans ce domaine (Anne Nardin, Joël Coste, Serenella Nonnis-Vigilante, Stanis Perez) et des collègues issus d’autres champs (Élisabeth Belmas, Isabelle Robin-Romero). Tous constituent l’équipe habituelle de ces colloques qui mériterait d’être ouverte à d’autres historiens particulièrement ici où il est question de relations entre médecins et malades. En plus d’être une question d’actualité, la question des relations médecins-patients correspond à une préoccupation historiographique montante. Certes, nos collègues anglo-saxons ont ouvert la voie il y a bien longtemps, mais le thème n’est arrivé à maturité dans l’espace francophone qu’il y a peu avec les remarquables thèses suisses de Philip Rieder (La figure du patient au XVIIIe siècle) et de Séverine Pilloud (Les mots du corps) et la thèse de Jean-François Viaud (Le malade et la médecine sous l’Ancien Régime). Si l’on est un peu déçu qu’ils n’aient pas été invités, on reste très impatient de lire ce livre et d’y glaner de nouvelles connaissances et interprétations.

2Certes, comme le dit Yves-Marie Bercé dans sa conclusion, « il y avait audace et risque à essayer de reconnaître les avatars d’un thème social sur un long espace de temps et à convier ensemble historiens des temps lointains et interprètes des faits contemporains », mais c’est ce qui fait l’une des originalités du livre. En revanche, celui-ci aurait pu éviter les textes éloignés du sujet, comme celui qui porte sur un hôpital parisien médiéval destiné aux pèlerins ou celui qui traite des médecins scolaires aux XVIIIe et XIXe siècles. Ce dernier retrace l’histoire de l’hygiène à l’école, décrit l’influence des médecins sur la vie scolaire, et analyse finalement les relations d’une société avec sa médecine et ses médecins, et non les relations entre ces derniers et leurs patients.

3Malgré sa répartition en trois parties, l’ouvrage répartit la question suivant que les relations se passent en dehors de l’hôpital ou à l’intérieur de ses murs.

4Les règlements des hôpitaux militaires français du XVIIIe siècle, sur lesquels se fonde très largement l’article d’Élisabeth Belmas, sont évidemment intarissables sur la subordination souhaitée des soldats malades aux chirurgiens qui ont aussi le grade d’officiers. Pourtant, des témoignages cités dans l’article montrent combien les mesures d’hygiène les plus élémentaires étaient bafouées. Si le texte nous convainc, s’il en était besoin, que les hôpitaux militaires sont bien les laboratoires d’un nouveau type d’hôpital, il est forcément de portée limitée sur les relations médecins-patients. S’il suggère avec sagacité « que l’accumulation des procédures médico-administratives a contribué à transformer le malade en un cas dont on attendait docilité et soumission », l’exemple précédent rend sceptique sur la réalisation de projet.

5Serenella Nonnis, quant à elle, utilise comme dans le colloque précédent les plaintes adressées aux hôpitaux parisiens à la charnière des XIXe et XXe siècles. Ici, elle retient une cinquantaine d’articles de presse dont elle déduit peut-être un peu trop vite « qu’elle assume le rôle de caisse de résonance du mécontentement généralisé qui circule dans la société » (p. 125). Elle sous-estime un peu la recherche du sensationnel qui est le signe de la grande presse de ce temps et les effets des engagements dans la lutte anticléricale. Quant aux journaux socialistes, on peut se demander s’ils ne transfèrent le schéma de la lutte de classes dans leur analyse des relations médecins-malades en dénonçant la façon dont les hospitalisés sont traités par des médecins volontiers qualifiés de morticoles (suivant le titre du célèbre roman de Léon Daudet). Des témoignages de malades montrent que ce jugement n’est pas forcément partagé et Paul Verlaine qui a assidument fréquenté les hôpitaux de Paris ne tarit pas d’éloges dans ses Chroniques d’hôpital sur l’humanité des médecins réservant ses traits acérés à une partie des internes.

6Anne Nardin, qui exploite avec constance la Revue hospitalière de France, arrive à en tirer pour le sujet de précieuses hypothèses. Elle montre en particulier que la politique d’humanisation des hôpitaux mise en œuvre après 1958 a privilégié la dimension matérielle (les locaux) au détriment de la dimension immatérielle. Pour celle-ci, on fit pleine confiance aux médecins. Or, dans un ouvrage de 1954 intitulé À la recherche d’une éthique médicale, le Professeur Louis Portes, ancien président du Conseil de l’Ordre des médecins sous Vichy, écrivait : « Tout patient est et doit être pour lui (le médecin) comme un enfant », comparaison volontiers reprise par ses confrères et qui a longtemps persisté.

7Depuis 1970, la question est entrée dans une phase juridique avec une avalanche de lois, décrets et circulaires, de la charte du malade hospitalisé (1974) aux droits des patients (2002). Tout récemment (article de Marc Dupont p. 173-182), on en est arrivé à exiger des agences régionales d’hospitalisation la mission de « contribuer au développement de la “bientraitance” dans les établissements et services de santé et médico-sociaux » (loi du 21 juillet 2009). Bien vague, la notion en regroupe d’autres (bienveillance, bienfaisance, protection), toutes aussi floues. Au total, comme le dit Anne Nardin, la politique en faveur des droits des malades a consisté à multiplier les textes, les procédures et les intermédiaires (médecins conciliateurs) sans jamais envisager la question de savoir comment concrètement on devait informer, accueillir, accompagner et comment se former à ces tâches. Malgré ces beaux discours, il existe, en effet, dans la France de 2015 des services de gériatrie ou, faute de personnel, les patients ne sont lavés que tous les quinze jours.

8Sortie de son contexte hospitalier, la relation médecin-malade est à la fois plus facile à appréhender et plus complexe que les apparentes relations de soumission ou de domination censées régner à l’hôpital.

9Travaillant après d’autres sur les consultations par correspondance, Joël Coste veut surtout « montrer l’inadéquation des conceptions simples ou simplistes proposées jusque-là et l’inadéquation même de la manière dont le problème de ces relations a été posé dans l’historiographie » et nous administrer « un exercice d’épistémologie historique appliquée », autrement dit une leçon magistrale de vraie science historique, loin des « anachronismes, des fausses pistes ou des impasses historiographiques ». Outre ce ton inutilement agressif, le procès porte à faux. Contrairement à ce qui est affirmé, les interprétations foucaldiennes n’ont jamais eu beaucoup de succès chez les historiens de la médecine. Contrairement à ce que croit – ou fait semblant de croire – J. Coste, les historiens n’élaborent pas des modèles exclusifs. Mettre l’accent sur la pression des malades, sur l’asymétrie de la relation entre celui qui soigne et celui qui veut guérir, etc… tout cela a pour seul but de montrer l’infinie complexité des relations entre patients et médecins. Loin d’être neuves, les interprétations proposées sont déjà bien connues. Dans sa thèse curieusement non citée, Philip Rieder a si bien vu l’importance des proches et des intermédiaires qu’il a forgé le terme de groupe-patient pour rendre cette façon collective de vivre la maladie et de s’adresser au médecin.

10Les écrits médicaux ont bien d’autres fonctions que de décrire les mots des patients et de prescrire des traitements. Les médecins de Charles-Quint mourant, de Louis XIII et de son fils, étudiés par Stanis Perez ont écrit « pour témoigner et non pour guérir » et fait « travail d’historien, de chroniqueurs et de mémorialiste », ce qui était du reste une seule et même chose. Même l’indigeste et en apparence anodin journal d’Héroard est aussi un ouvrage qui veut « faire passer les incommodités du souverain de l’anecdotique à l’événementiel ». Continuant d’étudier la correspondance d’Étienne-François Geoffroy (1672-1731), Isabelle Robin-Romero insiste cette fois sur les styles comparés des lettres reçues et envoyées par Geoffroy. D’un côté les malades supplient, prient, font appel à la bonté du médecin et se montrent très déférents et respectueux vis-à-vis du médecin. Celui-ci en revanche envoie avant tout des textes professionnels qui parlent du patient à la troisième personne et réservent les formules de civilité aux seules personnes connues. Si ces correspondances obéissent sans doute à des codes, elles font voler en éclat, s’il en était besoin, la vieille thèse de Jewson selon laquelle les malades auraient exercé une sorte de patronage sur les médecins avant l’âge de la clinique. Elles suggèrent aussi que l’asymétrie est dès le début du XVIIIe siècle une composante des relations médecin-malade.

11Il n’existait pas jusqu’à présent d’ouvrages consacré à la question des relations médecin-malade et il faut rendre grâce au groupe de Paris XIII d’avoir franchi le pas. L’initiative était peut-être trop précoce et un peu improvisée comme en témoignent les articles assez loin du sujet et le vivier un peu limité des chercheurs sollicités. Chercheurs, lecteurs auraient tous gagné à lire les actes d’un colloque construit de façon plus ouverte. On souhaite que l’organisation du cinquième colloque se fasse de cette manière. Les organisateurs en seraient les premiers bénéficiaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Faure, « Belmas Élisabeth et Nonnis-Vigilante Serenella (dir.), Les relations médecin-malade des temps modernes à l’époque contemporaine », Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 158-161.

Référence électronique

Olivier Faure, « Belmas Élisabeth et Nonnis-Vigilante Serenella (dir.), Les relations médecin-malade des temps modernes à l’époque contemporaine », Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/919

Haut de page

Auteur

Olivier Faure

LARHRA, Université Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals