Navigation – Plan du site
Compte rendus

Bodiou Lydie, Chauvaud Frédéric et Soria Myriam (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015
Laurence Talairach-Vielmas
p. 162-165
Référence(s) :

Bodiou Lydie, Chauvaud Frédéric et Soria Myriam (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 425 p.

Texte intégral

1De la sorcière de Blanche-Neige à la Marquise de Brinvilliers, les figures de femmes empoisonneuses hantent notre imaginaire collectif. Qu’elles appartiennent au conte ou à l’histoire, elles sont souvent considérées comme des figures mythiques ; elles se font cliché, telles Circé, Médée ou Agrippine, autant de représentations qui ont de tout temps inspiré la littérature et les arts. C’est parce que nombre d’entre elles relèvent souvent autant du mythe que de l’histoire que cet ouvrage collectif, Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, dirigé par Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Myriam Soria, se propose de resituer la figure de la femme empoisonneuse dans le temps et dans l’historiographie. Bodiou, Chauvaud et Soria ont déjà dirigé conjointement Le Corps empoisonné. Pratiques, savoirs et imaginaire de l’Antiquité à nos jours (Classiques Garnier, 2014), et ce nouveau volume ajoute une contribution originale aux recherches qui s’intéressent à l’histoire des femmes violentes, qu’il s’agisse de C. Dauphin et A. Farge (dir.), De la violence des femmes (Albin Michel, 1997) ou de C. Cardi, G. Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes (La Découverte, 2012). Perfide dissimulatrice qui n’a nullement besoin d’user de force physique, l’empoisonneuse incarne la face cachée du sexe dit faible, celle qui se contente bien souvent de concocter sa potion fatale depuis sa cuisine comme elle prépare ses soupes et ses purées. Les recherches sur le poison et la toxicologie, au carrefour de l’histoire, du droit et de la médecine, se doivent donc de croiser les approches pour comprendre l’archétype de la femme empoisonneuse, réévaluer les clichés qui sous-tendent le lien entre empoisonnement et féminité (alors que les chiffres démontrent que les femmes sont moins nombreuses que les hommes à utiliser le poison comme arme) et saisir ce que le poison dit de la condition féminine à travers les âges.

2L’ouvrage collectif est découpé en trois parties, chacune précédée d’une introduction, et comprend vingt-deux chapitres. La première partie, intitulée « Mises en scène », se penche sur les lieux et les lieux communs de la femme empoisonneuse pour saisir l’influence de modèles de représentation qui dépassent bien souvent la réalité historique. Lucile Arnaud propose une étude de la topographie de l’Île de Circé, Aiaié, dans l’Odyssée, semblable à une prison, et des représentations de Brueghel l’Ancien dans Circé et Ulysse (1595) ou encore de Cerrini au XVIIe siècle dans La Magicienne Circé. Pendant le haut Moyen Âge, les « flux de ventre » que l’on note chez les patients sont fréquemment associés à la dysenterie, qui présente les mêmes symptômes que les cas d’empoisonnement. L’empoisonnement n’est pas un crime genré, même si le poison reste associé à la magie et à la sorcellerie (Emmanuelle Santinelli-Foltz). La figure de la sorcière apparaît à la fin du Moyen Âge, explique Santinelli-Foltz, à une époque où sorcellerie et médecine sont peu différenciées selon les milieux, notamment parce que les couches populaires ne s’adressent pas aux médecins, contrairement aux élites. Cependant, les femmes accusées d’empoisonnement ne sont pas toutes coupables : elles sont souvent victimes de leur connaissance et de leur usage des herbes et des plantes pour soigner les maux courants, d’une culture païenne qui fait rimer féminité et toxicité et de la tradition chrétienne qui fait d’Ève la première empoisonneuse. Les contributions suivantes basculent ensuite sur le XIXe siècle, où de multiples cas d’empoisonnement font les gros titres des journaux à scandale. L’affaire Bouvier, dont le corps exhumé révèle des traces d’arsenic (Didier Veillon), tout comme les cas de Sarah Dazley, Mary Ann Cotton, Madeleine Smith, Florence Maybrick, qui défraient la chronique outre-Manche, illustrent à l’envi la recrudescence des empoisonnements à l’arsenic. Si les procès dévoilent l’intimité du couple, jetant un regard osé sous les jupons de ces dames, ils révèlent aussi l’avènement de la jurisprudence médicale et le développement de la toxicologie. Le Traité de toxicologie d’Orfila, utilisé dans l’affaire Bouvier comme dans le cas de Marie Lafarge, tout comme le Traité de médecine légale de Fodéré ou le Dictionnaire des Sciences médicales, deviennent autant d’outils sur lesquels les avocats s’appuient (Didier Veillon). En Angleterre, l’on fait également de plus en plus fréquemment appel aux médecins, mieux formés, pour déchiffrer les symptômes d’un empoisonnement à l’arsenic, souvent confondus avec ceux du choléra ou de la fièvre typhoïde, un poison que les bourgeoises n’hésitent pas à utiliser comme produit de beauté ou pour ses qualités abortives (Anne Chassagnol). On s’étonnera néanmoins que l’article repose davantage sur les travaux de Judith Flanders que sur ceux de Mary S. Hartmann (à peine évoqués) et que les dates de certains romans victoriens soient erronées. De part et d’autre de la Manche, nombreuses sont les fictions qui illustrent l’engouement pour la figure de la femme empoisonneuse. Jules Barbey d’Aurevilly, Wilkie Collins, Alexandre Dumas, Gustave Flaubert, Victor Hugo sont autant d’auteurs qui réécriront les cas de Madeleine Smith, de Lucrèce Borgia ou de la Marquise de Brinvilliers, et l’adaptation ne s’arrête pas au genre romanesque. Mais si le discours littéraire témoigne de l’intérêt pour la figure de l’empoisonneuse, le compte général de l’administration de la justice criminelle devient un outil statistique du Ministère de la Justice à partir de la Restauration qui présente les grandes tendances de la criminalité (Anne-Emmanuelle Demartini). Les statistiques en France, affirme Sandrine Rabosseau, indiquent pourtant que les cas d’empoisonnement sont rares et sans commune mesure avec leur surreprésentation dans l’espace littéraire, qui s’inspire à tout va du fait divers. Pour clore la partie, Solange Vernois, qui souligne également la présence obsessionnelle de l’empoisonneuse dans le récit romanesque comme dans les pièces de théâtre de l’époque, analyse l’esthétique du mélodrame qui met en scène la figure de l’empoisonneuse.

3La deuxième partie de l’ouvrage, « Célèbres et ordinaires », revient sur nombre de cas d’empoisonnements réels à travers les siècles et sur l’imaginaire collectif puissant qui brouille fréquemment les faits historiques. Adeline Grand-Clément et Sarah Rey examinent la figure de Médée et l’historiographie gréco-latine pour revenir sur les modalités de l’association entre femmes, poisons et pouvoir, la force des représentations collectives et du prototype médéen ayant vraisemblablement orienté le traitement de certains cas historiques chez les auteurs anciens (comme dans le cas d’Olympias ou de Livie). Si la rumeur a pu jouer un rôle important, la création romanesque également, explique Eric Limousin dans son analyse visant à démêler la réalité de certains empoisonnements impériaux dans la société byzantine. D’autres cas réels d’empoisonnements continuent d’enrichir la partie : Valentine Visconti, soupçonnée d’avoir tenté d’empoisonner son neveu, le dauphin Louis (Laurent Hablot), seize présumées empoisonneuses dans la Bologne des XVIe et XVIIe siècles (Margaux Buyck), Jeanne Corillaud (Fabrice Vigier), Marie Lafarge et Marie Besnard (Jean-Marie Augustin) – les contributions soulignant l’importance des archétypes, à l’instar de celui de l’Italienne vénéneuse, qui tisse encore et toujours les liens entre sortilège, envoûtement et passion amoureuse (Margaux Buyck). La profession médicale, qui jouera un rôle déterminant dans les cas d’empoisonnement, notamment au XIXe siècle, n’est pourtant pas exempte de soupçons, contrebalançant souvent, comme dans la Bologne moderne, le cliché d’une criminalité toxique essentiellement féminine. Enfin, la partie se clôt sur un article qui rappelle qu’au XXe siècle les rares cas d’empoisonnement souffrent toujours des archétypes du crime féminin et d’une idéologie patriarcale qui construit le féminin comme physiologiquement plus faible et la femme comme une manipulatrice mythomane ou hystérique dissimulée derrière un visage d’ange.

4Dans la troisième partie de l’ouvrage, « Enjeux et controverses », les articles reviennent sur certaines énigmes historiques mettant en scène des cas d’empoisonnement, tels celui de Cléopâtre VII par venin, et pointent la montée de recherches récentes faisant collaborer historiens et professeurs de médecine légale (Bernard Legras). La figure de Médée est à nouveau examinée par Michel Briand, les empoisonneuses de la Rome et de la Grèce antiques par Antonio Gonzales ; Nicole Brocard retrace les liens entre empoisonnement et sorcellerie à travers le procès d’Henriette de Crans ; et d’autres cas encore, du XVIIIe au XXe siècles sont détaillés (Gwénaël Murphy ; Karine Salomé ; Sébastien Soulié). La partie se termine sur un article de Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne sur l’intoxication alcoolique des femmes, notamment dans le cas des femmes enceintes, et la médicalisation de l’ivrognerie dès le XIXe siècle.

5L’ouvrage, riche en contributions et balayant une large période temporelle, confronte sans retenue la réalité historique à l’imaginaire de la fiction, soulignant la puissance de l’archétype et la permanence du mythe de la femme empoisonneuse. Il constituera un apport non négligeable aux recherches sur les liens entre femmes et violence comme sur les ressorts de la construction d’un archétype durable. Néanmoins, son intérêt pour les historiens de la médecine demeurera limité. Seul un nombre relativement restreint d’articles met par exemple en regard les méthodes d’analyse toxicologiques des cas de Marie Lafarge au XIXe siècle et celui de Marie Besnard en 1949 (méthodes de Marsh, de S. Hahnemann, de Cribier) (Jean-Marie Augustin), ou rappelle le rôle joué par certaines figures emblématiques de la médecine légale, tel Orfila, et le développement de la criminologie dès le XIXe siècle (Didier Veillon, J.-M. Augustin, G. Murphy, K. Salomé). Malgré cette réserve et un découpage en parties qui ne permet pas toujours de saisir l’évolution des représentations, l’ouvrage, structuré par de solides introductions, sera sans aucun doute un outil précieux pour qui s’intéresse aux constructions et représentations d’un féminin vénéneux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Talairach-Vielmas, « Bodiou Lydie, Chauvaud Frédéric et Soria Myriam (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours », Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 162-165.

Référence électronique

Laurence Talairach-Vielmas, « Bodiou Lydie, Chauvaud Frédéric et Soria Myriam (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours », Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/922

Haut de page

Auteur

Laurence Talairach-Vielmas

Université Toulouse Jean-Jaurès/Centre Alexandre-Koyré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals