Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier thématique : SyphilisDiscours moral et tableaux cliniq...

Dossier thématique : Syphilis

Discours moral et tableaux cliniques : la pluralité des figures féminines dans les textes médicaux sur la syphilis au XVIe siècle

Moral discourse and clinical pictures: the different female figures in sixteenth century medical writings on syphilis
Ariane Bayle
p. 19-39

Résumés

Dans cet article, Ariane Bayle confronte le point de vue porté sur les femmes dans des textes littéraires et dans des textes médicaux sur la syphilis au XVIe siècle. Puisant dans une longue et ancienne tradition d’images de la femme coupable, bien des textes poétiques et satiriques français allégorisent la maladie, en réinvestissant des figures mythologiques et religieuses, pour signifier que les femmes sont plus souvent contaminantes que contaminées. Bien que l’entreprise de moralisation soit plus discrète dans les traités rédigés par des médecins cherchant à objectiver un savoir sur la maladie nouvelle, ce préjugé misogyne innerve souterrainement le discours de chirurgiens et de médecins comme Thierry de Héry, Ambroise Paré ou Jean Fernel, qui font de la prostituée, de la sage-femme et de la nourrice coupable les symboles obsédants d’un péril social et d’une transmission sans fin de la pandémie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Schleiner Winfried, « Infection and Cure through a Woman: Renaissance Constructions (...)
  • 2 Schleiner W., Renaissance Medical..., op. cit., p. 183.

1Les premiers discours sur la syphilis en font un mal lié à la concupiscence humaine et ressortissent à une conception pénitentielle de la maladie. En 1496, la gravure qui accompagne le Tractatus de pestilentiali scorra sive mala de franzos de Joseph Grünpeck (Fig. 1) place en son centre la Vierge Marie, au pied de laquelle sont agenouillés l’empereur Maximilien, que Marie s’apprête à couronner, et deux femmes, visiblement marquées par la maladie, qui reçoivent de l’enfant Jésus des rayons, que l’on peut supposer rédempteurs. Au premier plan, un homme dévêtu, allongé au sol, représente un malade. Hommes et femmes, sans distinction de sexe, semblent donc attendre un secours de la Vierge de Miséricorde. Cette image d’égalité des chrétiens dans la souffrance ne saurait cependant masquer la force des stéréotypes de genre dans les premiers discours sur la maladie et, pour beaucoup d’historiens de la médecine, il semble admis qu’une topique antiféminine ancienne soit réactivée avec l’irruption de la syphilis en Europe1. One cannot read far into the works of Renaissance syphiliographers without being struck by the gendered perceptions of syphilis in the period, rappelle Winfried Schleiner2.

Fig. 1 : Joseph Grünpeck, Tractatus de pestilentiali scorra sive mala de Franzos […], Nuremberg, Kaspar Hochfeder [1496 ou 1497], page de titre.

Fig. 1 : Joseph Grünpeck, Tractatus de pestilentiali scorra sive mala de Franzos […], Nuremberg, Kaspar Hochfeder [1496 ou 1497], page de titre.
  • 3 On ne saurait rappeler dans les limites de cet article les sources médicales et théologiques de la (...)
  • 4 Jacquart Danielle et Thomasset Claude, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Puf, « Les chemins (...)

2Dès longtemps, dans l’Europe médiévale, la tradition médicale aristotélo-galénique, consistant à associer l’anatomie et la physiologie féminines à l’inaccompli et au pathogène, a rencontré le discours théologique chrétien sur la femme pécheresse, première tentatrice ayant conduit au péché originel, associé à partir de saint Augustin au péché de chair3. Le point de vue strictement androcentré des représentations médicales et théologiques explique largement l’incrimination première des femmes dans les cas de maladies contractées par la sexualité. Ainsi, la médecine médiévale attribuait fréquemment la lèpre à un coït avec des femmes impures4.

3Notre intention sera d’examiner la tension qui se noue entre discours de moralisation et clinique à travers des textes médicaux qui mobilisent diverses figures de femmes malades. Partant du constat de la force d’imprégnation du discours moral antiféminin dans des textes littéraires qui répercutent certaines hypothèses médicales sur l’origine de la syphilis, nous montrerons que l’expérience clinique de quelques chirurgiens français et italiens vient nécessairement moduler l’incrimination des femmes sans pour autant parvenir à la remettre en question. C’est en somme l’histoire d’un impossible dépassement que nous chercherons à retracer.

De Vénus à Vérole

  • 5 Bethencourt Jacques de, Nova pestilentialis Quadragesima nec non purgatorium in morbum gallicum, si (...)
  • 6 Enquête lexicale menée dans le Dictionnaire de Moyen Français disponible sur le site de l’ATILF. L’ (...)

4La maladie vénérienne, morbus venereus, expression que propose le médecin Jacques de Béthencourt5 en 1527, pour désigner la maladie nouvelle contractée par les soldats français lors des guerres d’Italie, tire son nom de celui d’une déesse : Vénus. L’adjectif « vénérien » déjà employé, en français du moins, dès le milieu du XVe siècle, pour parler de « ce qui a rapport avec l’amour physique », et notamment d’un comportement « lubrique », pouvait, substantivé, désigner « celui qui est soumis à Vénus, qui a des mœurs dissolues »6. Dans tous les cas, le mot est porteur de l’idée d’un excès dans la sexualité, d’une transgression des normes admises.

  • 7 Talvacchia Bette, « Il mercato dell’eros: rappresentiazioni della sessualità femminile nei soggetti (...)
  • 8 Citons par exemple : Blankaart Stephen, Die belagerte und entsetzte Venus, Leipzig, 1689 ; Lindern (...)
  • 9 De l’Iliade, où la peste s’abat sur le camp des Achéens, au corps criblé de flèches de saint Sébast (...)
  • 10 Sur le motif de la flèche, plusieurs interprètes du tableau de Bronzino, Allégorie avec Vénus et Cu (...)

5La transmission sexuelle de la maladie étant reconnue très tôt, c’est logiquement à la déesse des plaisirs charnels qu’est rapportée son origine, aussi bien dans les textes médicaux que littéraires. Au début du XVIe siècle, alors que Vénus devient en peinture le modèle majeur de l’érotisation du corps féminin7, toute une tradition d’images allégoriques de la déesse est réinvestie pour évoquer la maladie frappant une sexualité excessive ou jugée illicite. Son nom même suffit, dans une tradition continue de traités syphiliographiques, de la Renaissance au XIXe siècle, à euphémiser la désignation de la maladie sous le voile plaisant et transparent de la référence mythologique8. Dans le traitement iconographique du thème, la familiarité de Vénus avec Cupidon permet notamment de remotiver un emblème traditionnel depuis l’Antiquité grecque pour figurer toute maladie contagieuse : la flèche divine, qui a pu servir à représenter la fulgurance de l’épidémie de peste9, signifie, placée dans les mains de Vénus ou Cupidon, les coups assénés par le désir, dans leur version sentimentale ou pathologique10. Ce renouvellement de la figure mythologique dans une perspective nosographique n’est certainement pas sans rapport avec les représentations de Vénus associée à la mort, plus fréquentes dès la fin du XVe siècle, comme en témoigne par exemple une gravure de la Nef des fous de Sebastian Brant, attribuée à Dürer, qui montre la déesse ailée tenant en laisse plusieurs hommes, dont des ecclésiastiques, tandis que la mort semble surgir derrière elle (Fig. 2).

Fig. 2 : « De amore venereo », in Sebastian Brant, Stultifera Navis [das Narrenschiff, 1494], Bâle, Johann Bergmann, 1498, fol. XXIIII.

Fig. 2 : « De amore venereo », in Sebastian Brant, Stultifera Navis [das Narrenschiff, 1494], Bâle, Johann Bergmann, 1498, fol. XXIIII.
  • 11 Érasme, dans l’Éloge de la folie (XVII), reprend ce thème de la folie érotique inspirée aux hommes (...)

6La déesse allégorise le désir sexuel, partagé a priori par les hommes et les femmes, mais dans une littérature adressée d’abord à des hommes, Vénus est la figuration sous des traits féminins d’un désir masculin, un désir qui se donne à voir comme nécessairement captif de la puissance de séduction des femmes, premières coupables. Dans plusieurs textes littéraires du début du XVIe siècle, notamment dans la tradition néo-latine humaniste, le caractère impérieux de la déesse, que l’allégorisme érotique médiéval associait déjà aux extravagances de la folie d’amour11, est transféré à la maladie allégorisée. Ainsi le Triumphus Veneris d’Heinrich Bebel (1509), émule de Brant, fait de la syphilis une des maladies que le créateur envoie aux hommes parce qu’ils ont choisi de se soumettre à la puissance de Vénus plutôt qu’à celle de Vertu.

  • 12 Voir Bayle Ariane et Wajeman Lise, « Le Triumphe de Dame Verolle ou les Bienfaits de l’obscénité », (...)
  • 13 Les Traictez singuliers, contenus au present opuscule. Les trois Comptes de Cupido et de Atropos…, (...)
  • 14 Peut-être l’allusion à un puits, fût-il la métaphore d’un sexe, présenté comme source létale, peut- (...)

7Dans l’anonyme Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle12 de 1539, la gloire paradoxale de Vénus est transférée, par une réduction métonymique, à sa conséquence, la vérole. Cet opuscule placé sous le patronage d’Alcofrybas Nasier, qui avait fait des vérolés les premiers destinataires de Gargantua (1534), reprend le deuxième et troisième des Contes de Cupido et Atropos de Jean Lemaire de Belges13, fable allégorique narrant l’échange de l’arc de Cupidon et d’Atropos, qui cause la maladie nouvelle, puis elle les fait suivre d’un très original Triomphe vérolique, pièce poétique constituée de 33 gravures sur bois assorties chacune d’une épigramme en octosyllabes. Cette pièce sérielle imite ce qui serait l’entrée d’une reine, en l’occurrence « Dame Verolle », célébrée par les soldats qu’elle a asservis et qui portent tous l’habit de fous. Déclinant leur identité en fonction de rôles qui renvoient tantôt à des pratiques sexuelles, tantôt à des symptômes de la maladie, tantôt à une thérapeutique, tous disent se rendre « au Puy d’amour » qui désigne, selon une métaphore assez transparente, le sexe féminin. Ce motif du « puy d’amour », vers lequel marche le cortège de soldats pour y répéter le même acte, peut comporter une dimension étiologique, en rappelant l’histoire des mercenaires de toutes origines (le texte parle des « souldarts ») contaminés par les prostituées communes aux divers camps, lors des guerres d’Italie menées par Charles VIII14. Cet encodage discret d’éléments historiques dans la fable profite de la structure plus large du « triomphe », ici parodiée, souvent employée au XVIe siècle dans les textes littéraires et dans des jeux théâtraux : ces soldats portant l’habit de fous, défilant comme les esclaves d’une impératrice antique qui les humilie, se succèdent à pied, parfois aidés de béquilles, tantôt montés sur des mules, tirant des chars sur lesquels siègent entre autres, comme autant de nobles personnages de cour, Vénus puis sa fille Volupté, Amour, son fils voltigeant dans les airs, un Seigneur, et in fine, « Dame Verolle » (Fig. 3).

Fig. 3 : « Dame Verolle », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6.

Fig. 3 : « Dame Verolle », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6.
  • 15 Quétel Claude, Le Mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris, Seghers, 1986, p. 90.

8Celle-ci, également nommée « Reine et princesse du puy d’Amour » – mais d’un puits « tout puant et noircy et de mal infaict » – ne se distingue pas nettement par son vêtement, sa coiffe ou sa gestuelle des autres personnages féminins allégoriques. Elle est tout aussi noble et, de la maladie, elle ne porte aucun signe, si ce n’est le nom. Que la direction prise par son char soit inversée par rapport aux autres personnages peut étonner. Il est surtout intéressant que la mise en page du livre et l’orientation des images obligent à penser l’affrontement entre Dame Verolle et la dernière des figures féminines représentées dans ces gravures, celle d’une jeune femme humblement vêtue, montée sur un âne et portant dans ses bras un enfant, entourée d’une foule des gueux et des malades. Contrairement à Claude Quétel qui évoque rapidement cette gravure dans son étude sur Le Mal de Naples15, nous ne voyons pas nécessairement dans cette jeune femme une représentation de la vérole, mais plutôt de son antidote symbolique : la Vierge Marie, lors de la fuite en Égypte, telle qu’elle était parfois jouée lors de la fête des fous (Fig. 4).

Fig. 4 : « Le Bagage », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6.

Fig. 4 : « Le Bagage », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6v°.
  • 16 Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Lyon, François Juste, 1539, « le bagage », n.  (...)

9Montrant cette jeune femme humble, entourée par la foule des malades portant bandages et béquilles, l’image indique que c’est implicitement auprès de la Vierge à l’Enfant qu’un réconfort doit être trouvé, tandis que l’épigramme souscrite impute clairement la responsabilité de la maladie à « Vénus, l’infecte », la déesse qui « soumet » et « réduit » les hommes. Vénus devient pour ainsi dire un double de Verolle16.

  • 17 « Exclamation contre Dame Verolle que les aucuns appellent le mal italique, et les aultres le mal F (...)

10Toute maladie, sans doute, est allégorisable sous les traits d’une femme. Mais ce qui motive l’allégorisation de la maladie sexuellement transmissible, c’est bien l’existence d’un signifiant féminin déjà disponible pour parler des excès du désir, dont la vérole serait une conséquence parmi d’autres. Vénus est un signifiant aux connotations plus larges qu’il suffit de resémantiser dans une histoire tragi-comique aux implications non seulement morales mais corporelles pour en faire la jumelle de la maladie. Toujours associée aux plaisirs de Vénus, la personnification de la maladie dans l’expression « Dame Verolle » semble ainsi avoir connu une certaine postérité. On la retrouve ainsi chez François Habert, un poète d’inspiration marotique pratiquant des formes allégoriques. En 1542, le « Banny de Liesse » adresse à Dame Verolle une longue « exclamation » – ou mise en accusation – en décasyllabes à la suite des quatorze Epistres cupidiniques dans lesquelles un berger invective une certaine Alix qui lui a transmis la maladie17.

11L’expression réapparaît encore sous la plume d’Henri Estienne mais sous une forme lexicalisée, en binôme avec la Pelade, autre nom donné à la maladie, dans un discours charge où l’auteur protestant stigmatise le recours aux prostituées dans la Rome papale, « siège présidial des putains ». La paillardise catholique romaine est châtiée par l’envoi de deux émissaires :

  • 18 Estienne Henri, Traité préparatif à l’Apologie pour Hérodote, tome 1, éd. critique par Bénédicte Bo (...)

Car il est certain que comme les medecins usent de nouveaux et plus violens remedes quand ils voyent le mal devenir incurable, ainsi Dieu a envoyé ces bonnes dames, la Verole et la Pelade, et toutes leurs compagnes, au siecle qui estoit le plus incurablement desbordé, pour executer sa justice18.

  • 19 Ibidem, p. 264 : « De faict j’ay bonne memoire de m’estre trouvé à Padouë en une leçon de Michaele (...)

12Quelques lignes plus loin, Henri Estienne s’indigne de constater que le célèbre professeur de médecine padouan, Gabriel Fallope, enseigne à ses étudiants comment se protéger de la maladie prise au contact de la même Dame Verole19. La personnification n’est plus, cette fois-ci, déployée dans un récit doté d’une fonction étiologique, mais devient une simple antonomase servant à évoquer ironiquement la maladie que l’on contracte auprès des prostituées.

L’énigme de la prostituée originelle

  • 20 Widman Johann, Tractatus clarissimi medicinarum doctoris Johannis Widman dicti Meichinger, de pustu (...)

13Les hypothèses en circulation sur l’origine de la maladie sont nombreuses parmi les médecins dans la première décennie de l’épidémie, de même qu’est controversée la question de sa nouveauté, mais tous s’accordent sur la contamination par l’acte sexuel et soulignent d’emblée pour un lecteur masculin le danger d’un coït avec une femme malade, et notamment avec les prostituées20.

  • 21 Arrizabalaga Jon, Henderson John, French Roger, The Great Pox. The French Disease in Renaissance Eu (...)

14Les auteurs de The Great Pox21 nuancent ce cliché de l’historiographie sur la maladie, et considèrent que l’allusion fréquente au rôle des prostituées dans la contamination, aussi bien dans les traités médicaux que dans la littérature, ne suffit pas à prouver que les hommes du XVIe siècle ont vu dans la syphilis une maladie exclusivement vénérienne. Ils tendent ainsi à relativiser le rôle joué par les prostituées dans l’esprit des médecins du XVIe siècle par rapport à d’autres modes de transmission (la transpiration, le baiser, l’allaitement, notamment).

  • 22 Voir dans ce numéro d’Histoire médecine et santé l’article de Chiara Lastraioli sur le corpus itali (...)
  • 23 Delicado Francisco, Retrato de la Lozana Andaluza, ed. de Claude Allaigre [2a ed.], Madrid, Catédra (...)

15Cependant, comme nous l’avons observé, toute une littérature22 à visée moralisatrice, vulgarisant un savoir médical sur la maladie, tend à renforcer cette association du mal francese et du commerce sexuel dans la prostitution et véhicule implicitement le scénario d’une transmission originelle par une « première » femme infectée. Cette hypothèse d’une énigmatique prostituée originelle apparaît sous la plume de certains médecins, et l’on peut faire l’hypothèse d’une imprégnation mutuelle de cette croyance dans les textes médicaux et littéraires, les uns venant sans doute renforcer les autres. Ainsi le récit sous forme dialoguée de Francisco Delicado, La Lozana Andaluza23 (1528) développe le scénario de l’arrivée à Rome d’une prostituée espagnole, qui s’emploie tout autant à diffuser la maladie qu’à en soigner les symptômes apparents par la cosmétique.

16La diffusion de la maladie par l’intermédiaire d’une prostituée, espagnole en l’occurrence, n’est pas sans rappeler un récit rapporté par plusieurs syphiliographes, dont le chirurgien Thierry de Héry donne à son tour un résumé en précisant qu’il s’agit d’une opinion plus répandue que l’hypothèse américaine :

  • 24 Héry Thierry de, La Méthode curatoire de la maladie Venerienne, vulgairement appelée grosse vairoll (...)

Les autres disent, et est l’opinion plus commune, que lors que le Roy Charles huyctieme passa en Italie l’an 1493 pour la réduction de Naples, un gentilhomme lepreux, estant à Valence en Espaigne, achapta la nuict d’une dame cinquante escus, laquelle puis apres infecta plusieurs jeunes hommes, qui eurent aussi compaignie d’elle, dont aucuns suyvirent les camp du Roy et y espandirent ceste pernicieuse semence, qui depuis a regné non seulement en France et Italie : mais aussi en toute l’Europe, et quasi universellement par tout le monde24.

  • 25 Pour la même histoire : Manardi, Epistolae medicinales, Livre VII, épître 2 ; Mathiole, Morbi Galli (...)

17On trouve déjà chez Manardi et Mathiole, l’histoire du chevalier lépreux achetant les services d’une prostituée de Valence pour 50 écus, qui à son tour contamine tout un régiment d’Espagnols en route pour les guerres d’Italie25. Ces textes médicaux se font donc à la fois l’écho et le relais de croyances mais sans nécessairement soutenir l’entreprise de moralisation qui caractérise la plupart des textes littéraires en langue vulgaire reliant explicitement la maladie et la prostitution.

  • 26 Schleiner Winfried, Renaissance Medical..., op. cit., p. 163-170, développe notamment le cas du méd (...)

18À ce partage générique s’en ajoute sans doute un autre, religieux et géographique. W. Schleiner26 fait ainsi observer que dans les pays protestants et anglicans, l’alliance entre discours médical et vision morale de la maladie, généralement accompagnée d’accents anticatholiques, est plus marquée que chez les médecins français et italiens qui, sans se départir d’une vision androcentrée, adoptent, semble-t-il, un regard plus charitable sur les femmes et la responsabilité des prostituées.

La neutralité bienveillante des chirurgiens ?

19Chez la plupart des médecins, et en particulier chez les chirurgiens qui sont souvent les premiers sollicités dans la thérapie des lésions cutanées dues à la maladie, on observe en effet une tension forte entre l’allégeance implicite à ce faisceau de croyances misogynes et l’observation clinique.

  • 27 Il s’agit du seizième livre dans l’édition de 1575 des Œuvres et du dix-neuvième livre dans la 4e é (...)
  • 28 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 4.

20Dans la littérature médicale française, ce sont des chirurgiens qui ont sans doute donné le discours le plus clair sur la maladie : Thierry de Héry dans La Méthode curatoire de la maladie vénérienne, puis Ambroise Paré, qui plagie souvent son prédécesseur, auquel il rend d’ailleurs hommage dans ses Œuvres au livre traitant De la grosse verolle27. La particularité de ces chirurgiens est de montrer d’emblée une forme de pragmatisme, en faisant un sort rapide dans les premières lignes de leur traité à l’explication théologique et à la moralisation pour donner le primat à la description clinique et à l’exposé d’une thérapeutique. Tous semblent faire une concession au topos de la colère divine, cause première de la maladie nouvelle, pour mieux se consacrer à leur domaine réservé. Ainsi Héry réfère l’origine de la maladie à l’indignation du Créateur, « lequel pour refrener la trop lascive, petulante et libidineuse volupté des hommes, a permis que telle maladie regnast entre eux, en vengeance et punition de l’enorme péché de Luxure », comparant l’irruption de la maladie au fléau que Dieu jette sur la terre d’Égypte au chap. 9 de l’Exode ; puis, il ajoute : « Mais sans nous consommer en telles disputes non necessaires à la matiere presente, commençons à expliquer sa nature, sans laquelle n’est pas possible methodiquement suivre sa guérison »28. Cette prise de distance avec le discours de moralisation a pour corollaire des considérations sur la manière dont la maladie touche le genre humain dans son ensemble, aussi bien les hommes que les femmes.

21La parité homme/femme dans l’exposé des causes et des symptômes de la maladie se traduit dans le lexique par le souci de marquer systématiquement l’alternative grammaticale masculin/féminin et dans la désignation bien différenciée des parties anatomiques masculines et féminines. Paré, au chapitre des « causes de la verolle », précise, après avoir rapporté de manière attendue la première cause à l’ire de Dieu :

  • 29 Paré Ambroise, Le 19e livre traitant de la grosse verolle, in Œuvres (4e éd.), Paris, Gabriel Buon, (...)

La seconde, est pour avoir eu compagnie d’homme ou de femme ayant ladite maladie, laquelle se prend à cause que l’homme aura à la verge quelques ulceres de verolle ou chaude-pisse, ou la femme à sa matrice.
[…] Toutefois elle peut advenir par autre cause, comme par la reception de l’haleine infectée d’un verollé ou verollée, baisant plusieurs fois un enfant : ce qui n’est hors de raison29.

De même, au chap. 4 et 6, on lit respectivement :

  • 30 Ibidem, chap. IV, p. VIL.cII.
  • 31 Ibidem, chap. VI, p. VII.C IIII.

Lors que la verolle est recente, il s’apparoist ulceres à la verge, ou à la vulve […]30.
À scavoir si au commencement de la verolle, comme il advient que quelqu’un aura ulcere à la verge ou à la vulve, pour avoir eu compagnie d’un verollé ou verollée, s’il faut promptement purger et saigner31.

22Les symptômes énumérés par la suite (sensation de cuisson urinaire, douleurs musculaires et articulaires, inflammation des muqueuses, difficulté à avaler la salive, pustules sur toute la peau, alopécie, amaigrissement) semblent les mêmes pour les deux sexes.

23Chez Thierry de Héry, l’ordre d’exposition des anecdotes isole parfois un cas féminin sans qu’il soit facile de statuer sur la signification de cette mise en relief. Alors qu’il entreprend de montrer que la vérole est une maladie aux causes occultes qui mérite une thérapeutique particulière, il relate avoir réussi la cure de trois patients grâce à des médicaments inhabituels. Au sujet de cette thérapeutique spécifique, il précise :

  • 32 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 8-9.

Ce qu’encor nagueres nous avons pratiqué en deux hommes et une femme, l’un ayant une ophtalmie en l’œil senestre : laquelle il avoit porté bien par neufs moys […]. L’autre avoit une douleur intolerable en la teste, laquelle avoit duré bien pres d’un an. Et la tierce qui estoit une femme avoit porté par plus de trois ans rongnes en la teste, pensant estre la tigne avec fluxions32.

  • 33 Ibidem, p. 11.

24La précision sert-elle simplement à accréditer la parole du médecin ? Traduit-elle le fait que les chirurgiens avaient plus souvent à traiter des hommes ? De même, une parenthèse vient préciser qu’il a souvent eu l’occasion de traiter chez les femmes certains symptômes accompagnant la vérole, comme les « escrouelles », sans qu’il soit possible de dire si Héry signifie par cette parenthèse que le symptôme touche plus particulièrement les femmes ou s’il indique implicitement que les femmes sont les premières à s’inquiéter des manifestations de la maladie visibles à la surface de la peau : « J’en ay traicté maintes (specialement femmes) auxquelles elle [la vérole] était compliquée avec strumes ou escrouelles, les unes ulcérées, les autres non »33. On pourrait aller jusqu’à imaginer qu’une telle précision, dite comme en passant, peut servir de publicité indirecte à un chirurgien célèbre imaginant derrière « les lecteurs de bon vouloir » auxquels il adresse son œuvre, et qui sont supposément masculins, de possibles lectrices, que le marché du livre médical vise désormais aussi.

  • 34 Sur ces collections, voir Arrizabalaga Jon et alii, The Great Pox…, op. cit., p. 4-5.

25La période de production de ces textes ne doit pas être négligée : ils paraissent dans la seconde moitié du siècle, alors que la maladie semble se faire moins virulente, que la pandémie à l’échelle européenne semble mieux contrôlée et que les deux thérapeutiques principales, par le mercure et le gaïac, sont déjà bien connues. Le savoir médical universitaire sur les causes et les symptômes de la syphilis est désormais stabilisé et pour ainsi dire « consigné » dans plusieurs grandes sommes, parues à partir de 1516, qui culmineront en 1566 dans la collection de Luigi Luigini, De Morbo Gallico34. Pour ces chirurgiens, c’est une médecine moins soucieuse des débats théoriques sur les causes de la maladie que des réalités de l’expérience pratique, prenant en compte l’homme et la femme, touchés également par la maladie vénérienne, et notamment dans la relation conjugale, qu’il s’agit de publier.

  • 35 Fioranvanti Leonardo, Tesoro della Vita humanadiviso in libri quattro [1570], Venezia, Heredi di (...)

26Si les récits de cas concernant des femmes sont statistiquement beaucoup plus rares que ceux qui concernent des hommes, certains médecins empiriques comme Leonardo Fioravanti se distinguent par l’intérêt qu’ils portent au sort de l’épouse. Dans les récits de cures que ce dernier rassemble dans le Tesoro della Vita humana, le « chevalier bolonnais » installé à Venise relate plusieurs cas de mal francese, dont au moins deux sont spécifiquement consacrés à des femmes souffrant d’un vague « mal de matrice »35. Dans la correspondance avec ses patients qu’il publie dans le même opus, un patient génois, Battista Pelegrino Pontremolo, demande qu’on les soigne, lui et sa femme. Pontremolo expose à Fioravanti deux maladies : celle de sa femme et celle dont il souffre, lui, mais il ne cherche manifestement pas à corréler les deux pathologies. Il décrit approximativement les symptômes de sa femme, notamment un écoulement (scalomento di rene) qui lui a duré plusieurs mois au « bas des parties naturelles » ainsi, dit-il, que des écoulements de bile à la tête, puis il aborde ses propres symptômes, en particulier une difficulté et une douleur à uriner. Fioravanti, dans sa réponse, relève que son correspondant lui parle « à couvert » et que son devoir, à lui, médecin, est de dévoiler le nom d’une maladie que l’on tenait jusque-là caché :

  • 36 Nous soulignons. « Magnifico messer Battista carissimo. Una di vostra Signoria delli 17. Ottobre 64 (...)

Très cher et très grand Messire Battista, j’ai reçu une lettre de votre Seigneurie datée du 17 octobre 1564. Je l’ai reçue avec un grand plaisir et j’ai compris ce que votre Seigneurie me dit en ce qui concerne la maladie de sa femme, et aussi votre difficulté à uriner. Et comme j’ai vu que vous me demandez conseil et aide, je n’ai pas voulu manquer, comme c’est mon devoir, de bien réfléchir à votre cas. Mais parce que vous me dites la chose à couvert, il faut que je la dise ouvertement, et dire la vérité, si je veux être cru de vous. Vous apprendrez donc que l’origine de votre maladie a été le mal français, maintenant on dit morbo gallico, je dis cela pour ne pas avoir l’air ignorant. Avant de vous écrire la présente lettre, j’ai voulu donner mon avis à Messire Jacomo Guerra, votre beau-frère, et lui m’a tout confessé36.

27Que ce « parler à couvert » soit l’indice d’une forme de honte qui touche le couple semble confirmé par le verbe confessare, employé pour désigner les explications ou révélations du porteur de la lettre, qui n’est autre que le beau-frère de l’expéditeur.

Pudeur du médecin, pudeur des femmes

28Il est tentant de déduire de ces considérations la possibilité d’un point de vue qui ne serait pas strictement androcentré, ou du moins de postuler que le point de vue strictement professionnel du médecin transcende le discours de moralisation et prend bien en compte l’homme et la femme, de manière égale, en dépassant par l’observation objective la culpabilité particulière traditionnellement imputée au genre féminin. Les choses ne sont cependant pas si claires : si l’exposé général concernant la maladie reflète bien la recherche d’une parité dans les considérations liminaires et, d’une certaine manière, un effort accru de neutralité, plusieurs entraves à l’effort d’objectivation apparaissent. Ces obstacles sont à la fois d’ordre moral et pratique.

  • 37 Ibidem, Libro secondo, cap. 24, « cura fatta in una donna che havea dolori di matrice », 44.

29Il semble d’abord que l’examen clinique des patientes, présentées comme d’honnêtes femmes et d’honnêtes épouses par des hommes médecins, reste un moment délicat à négocier, ou en tout cas difficile à restituer textuellement, tant la question de la pudeur et en particulier de la honte de la nudité demeure centrale. Ce n’est donc pas tant la honte due au caractère infamant d’une sexualité pathogène qui prime, comme cela ressortait de la lettre de Fioravanti, qu’une honte de la nudité qu’imposerait soit l’examen clinique, soit la thérapeutique particulière de cette maladie. Ainsi, lorsque Fioravanti parle de sa visite à Margarita Valotti, épouse d’un marchand de Lucques qui l’appelle pour examiner sa femme, le verbe esaminare correspond à l’entretien oral avec la patiente visant à obtenir d’elle une description de ses troubles sans que Fioravanti ne se livre, semble-t-il, à une observation des organes sexuels. Le médecin empirique écoute et déduit à un faisceau de signes rapportés par la patiente elle-même que celle-ci est atteinte du mal francese37.

30De son côté, Ambroise Paré, dans le moment où il expose les contraintes matérielles qu’impose la cure par frictions mercurielles, trouve nécessaire de mentionner dans une parenthèse le cas particulier des femmes « honnestes et honteuses », moralement gênées de dévoiler leur nudité à ceux qui les soignent. Il propose en conséquence qu’elles exposent successivement les parties du corps à frictionner, ne livrant jamais, grâce à cette tactique de morcellement, une image entière du corps nu :

  • 38 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. XI, « La forme d’executer ladite friction », p. VII (...)

Aussi où le patient serait débile, ne pouvant endurer la chaleur du feu, ou estre debout, ou ne voudroit s’exposer nud devant ceux qui le traiteroyent (comme entre autres font les femmes honnestes et honteuses en ce cas) estant couché dedans le lict, on pourra luy frotter les parties les unes après les autres. Comme ayant presenté un bras hors le lict, et luy avoir frotté les articles d’iceluy avec l’onguent preparé, au dessus, au près d’un petit feu de charbon, mis dans un reschaut ou poisle, on luy enveloppera d’estoupes, ou de cotton cardé, de compresses de linge, d’une fueille de papier noir, ou autre semblable : puis on le bandera et remettra dedans le lict, en faisant autant à l’autre bras : pareillement des articles et des jambes, et des autres parties38.

  • 39 Quelques sondages dans les Trois Livres appartenans aux infirmitez des maladies des femmes pris du (...)

31On pourrait ajouter à ces relevés dans des textes en langue vernaculaire – qui mériteraient d’être renforcés par l’examen des femmes dans des recueils d’observationes en latin – que les premiers traités de médecine strictement consacrés aux maladies des femmes ne sont pas très diserts sur la maladie nouvelle. Ils se concentrent sur les pathologies de la génération. Les chapitres consacrés aux maux pouvant toucher les parties naturelles féminines, les symptômes de la vérole sont bien présents mais parmi d’autres manifestations pathologiques, classées en fonction des parties lésées. Ces symptômes sont nommés dans le corps du texte, sans que la maladie soit reconnue comme une entité nosologique à part entière comme le sont « les fleurs blanches » ou les dysménorrhées. Tout se passe comme si ces auteurs célébrant une médecine pour les femmes, centrée sur le souci de la reproduction, répugnaient à parler de la vérole en soi, comme d’une maladie nécessairement liée à la sexualité. Ils n’en font pas une entrée clairement identifiable dans les index39. Ainsi aucune indication prophylactique pour les femmes n’apparaît dans ces ouvrages, tandis que les traités généralistes sur la maladie abordent toujours la question de la prévention d’un point de vue strictement masculin.

Retour de la femme coupable

32Cet « androcentrisme » dans les explications détaillées sur les causes de la maladie voit le retour presque inconscient du discours gynophobe qui ne cesse de signaler à quel point les causes de contamination possibles sont nombreuses et complexes si un homme a une relation sexuelle avec une femme déjà contaminée. On peut certes trouver des raisons objectives à une telle différence de traitement, des raisons qui tiennent pour une part à la réalité sociale de la pratique clinique : la demande de soin émane plus souvent des hommes que des femmes. Soignant plus souvent des hommes que des femmes – et sans doute des hommes déclarant des pratiques hétérosexuelles – les chirurgiens qui prennent la plume s’intéressent surtout aux modalités de la contamination des hommes par les femmes.

33Cette dissymétrie se traduit textuellement par une amplification des « causes » de contamination liées aux femmes, qui tend à accréditer et à renforcer implicitement l’idée d’un danger strictement féminin. Là encore, les hommes sont essentiellement présentés comme contaminés, les femmes comme contaminantes. Ainsi, lorsque Thierry de Héry décrit la progression du « venin » vérolique due à une forme d’excès dans l’acte vénérien, il semble d’abord traiter à parts égales le cas masculin et féminin, mais insiste, dans une énumération, sur le rôle de la femme : soit ses propres secrétions sont considérées comme vecteurs de la maladie (les fleurs blanches), soit elle est présentée selon un schéma actif, ayant eu « compagnie » d’hommes malades plutôt qu’ayant subi une contamination :

  • 40 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit. p. 20.

Ledict venin se communique et est porté es parties principalles : aydant à ce les coincidents et coadjuvants : comme se delecter trop longuement en tel acte, quant l’homme ou la femme infectez sont plains de mauvais suc, ou que la femme a quelques fluxions blanches, pasles ou autrement decolorées : ou que recentement elle a eu compagnie d’aucun ayant ladicte vairolle : car par la confrication et mouvement les pores s’ouvrent et dilatent, parce que la peau s’eschauffe et rarefie : à laquelle s’attache facilement cette matière limeuse et muqueuse, qui apres par le toucher communique sa qualité véneneuse à celuy qui est plus enclin et disposé à la recevoir40.

34Dans cette dernière phrase, les genres grammaticaux des entités mises en rapport ne sont pas sans incidence sur l’imaginaire : c’est la peau, au féminin, qui se dilate pour laisser passer la maladie, tandis que le sujet malade, théoriquement neutre, non genré, qui reçoit la maladie, porte la marque du masculin.

35Le même effet de relance par l’énumération, du côté d’un féminin contaminant, se lit sous la plume de Paré qui, juste après avoir semblé reconnaître une forme de parité, développe l’explication des modalités de transmission de la maladie en insistant sur les particularités de l’anatomie de la matrice, organe doublement mis en cause, non seulement parce qu’il produit des secrétions favorisant la transmission de la maladie mais surtout parce qu’il est un contenant qui retient les humeurs pathogènes et, pour ainsi dire, les conserve afin qu’elles s’impriment ensuite sur l’organe masculin :

  • 41 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. II, p. VII.C.

La seconde [cause], est pour avoir eu compagnie d’homme ou de femme ayant eu ladite maladie, laquelle se prend à cause que l’homme aura à la verge quelques ulceres de verolle ou chaude-pisse, ou la femme à la matrice : ou qu’elle aura une chaude-pisse (qu’elles appellent fleurs blanches) ou de la semence recentement receüe de quelque verollé : et par le contact de la verge, la mucosité et sanie virulente retenue aux rugositéz du col de sa matrice, s’imprime aux porositez de la verge, causant ulceres malins, ou chaude-pisse41.

36La contamination de la femme par l’homme se justifie par un simple contact, tandis que la contamination de l’homme par la femme nécessite que l’on s’arrête sur la complexité et le caractère secret, soustrait au regard, de l’appareil génital féminin. La puissance de la transmission maligne reste étroitement liée à l’invisible, au caché de l’anatomie féminine.

37Ainsi s’établit une forme d’homogénéité entre les liquides féminins, qu’ils soient normaux ou pathogènes, secrétés ou retenus à l’intérieur du corps, et l’idée que l’on se fait de la maladie comme d’un venin liquide circulant à l’intérieur du corps. Les qualités de liquidité et de porosité associées dès longtemps au corps féminin sont toujours potentiellement pathogènes.

Trois femmes puissantes

38Ces caractéristiques concrètes se retrouvent au final dans trois figures de femmes contaminantes : la prostituée, sur laquelle nous ne reviendrons pas, mais aussi la sage-femme et la nourrice. Une véritable topique des métiers féminins exposés à la maladie, et donc aussi responsables de sa diffusion, émerge, tant ces figures font l’objet d’un intérêt répété d’un auteur à l’autre.

  • 42 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 17.

39Héry rapporte ainsi l’histoire d’une sage-femme trouvée sous la plume de « Maistre Antoine Le Coq docteur Regent en la faculté de Medicine », celle d’une sage-femme qui avait été contaminée en accouchant une femme vérolée, tandis que l’enfant, lui, était sain. La contamination qui « n’estoit que par la reception de l’air et vapeur veneneuse receue assez promptement et plus tost par les porositez des mains et bras »42.

40Mais ce sont certainement les anecdotes concernant les nourrices dont le récit est le plus travaillé. Elles frappent d’autant plus l’imagination que les nourrices sont à l’origine de contaminations perçues comme particulièrement scandaleuses parce qu’elles concernent des enfants et des « familles honnêtes ». Thierry de Héry insiste avec un certain pathétique sur la dignité bafouée de celles qui, voulant faire « acte de vraye mères », nourrissent elles-mêmes leur enfant mais demandent parfois l’aide d’une nourrice,

  • 43 Ibidem, p. 19.

laquelle ayant la vairolle la donnera à l’enfant, l’enfant à la mère, et la mère au père. Le semblable adviendra par emprunter nourrisses, ou faire teter son enfant à autres une, ou deux fois seulement. Jaçoit ce qu’elles soyent femmes de bien. Car de l’un à l’autre (chose aujourd’hui trop commune) facilement ce mal peult estre communiqué, et par telz moyens (ô chose fort deplorable) sont survenuz grands inconveniens en beaucoup de bonnes et honnestes maisons43.

41Le préjugé social contre les femmes du peuple venant souiller une engeance pure et déshonorer une riche famille est particulièrement sensible chez Paré, qui décrit avec plus d’énergie encore la même chaîne contagieuse dans une « histoire mémorable » :

  • 44 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. 2, p. VII.CI.

Une honneste et riche femme pria son mary qu’il luy permist d’estre nourrice d’un sien enfant : ce que luy accorda, pourveu qu’elle print une autre nourrice pour la soulager à nourrir l’enfant. Icelle nourrice avoit la verolle, et la bailla à l’enfant, et l’enfant à la mere, et la mere au mary, et le mary à deux autres petits enfans, qu’il faisoit ordinairement boire et manger, et souvent coucher avec luy, non ayant cognoissance qu’il fust entaché de ceste maladie. Or la mere considerant que le petit enfant ne profitoit aucunement, et qu’il estoit en cry perpetuel, m’envoya querir pour cognoistre la maladie44.

  • 45 Ibidem.
  • 46 Inversement, c’est bien dans le lait de la nourrice, rendu « alimenteux et medicamenteux », par la (...)

42Paré, observant les mêmes pustules sur les tétins de la nourrice et de la mère, sur le corps du père et des enfants, révèle aux parents qu’ils sont « entachez de la verolle, ce qui estoit provenu par la nourrice ». Le chirurgien traite alors la famille entière : « et furent tous guaris, reste le petit enfant qui mourut : et la nourrice eut le fouet sous la custode, et l’eust par les quarrefours, n’eust esté de crainte de deshonnorer la maison »45. Seule, donc, la peur d’une honte publique empêche que le châtiment réservé à la femme contaminante ne soit donné aux yeux de tous46.

43Qu’une continuité pathogène s’établisse dans ces figures féminines que sont la prostituée, la nourrice et la sage-femme, apparaît clairement sous la plume de Jean Fernel dans son traité sur le mal vénérien, De luis venereae curatione perfectissima liber, publié de manière posthume en 1579. Dans sa démonstration, ces trois « emplois » féminins se relaient comme par ricochet. Le médecin fait des organes métonymiquement associés à chacune d’elles – le sexe, le sein, la main – organes jugés poreux, les agents majeurs d’une transmission en chaîne dont on ne verrait pas l’issue :

  • 47 Fernel Jean, De luis venereae curatione (1579), trad. Louis le Pileur (1879), Le Meilleur traitemen (...)

Il se contracte surtout dans les plaisirs de Vénus d’où lui vient son nom ; c’est par là qu’il s’est propagé dans l’espèce humaine et que la souillure et l’infection d’un seul individu ont disséminé peu à peu sur toute la terre ce cruel châtiment des libertins. Ainsi, l’homme qui a des rapports sexuels avec une femme infectée contracte le mal par les parties honteuses ; la nourrice, dont un enfant souillé suce le lait, le contracte par la mamelle ; c’est la main qui est contaminée chez la sage-femme prêtant son secours à une femme en couche infectée ; ce sont tantôt la bouche, tantôt les organes intérieurs chez l’enfant qui tète une nourrice malade ; la peau et les parties superficielles, se prennent chez l’individu contagionné par la transpiration de son compagnon de lit ; celui enfin que la salive d’un baiser lascif a souillé est atteint à la bouche47.

44Si l’on suit scrupuleusement la lettre du texte, la première femme mentionnée est contaminante, tandis que les deux suivantes sont contaminées, soit par un nouveau-né, soit par une parturiente. Mais, mis en série de cette manière, ces trois emplois féminins tendent à esquisser un dispositif allégorique. Leur enchaînement retracerait implicitement, par le moment qui est associé à chacun d’eux, l’avènement progressif d’un sujet malade universel : maladie donnée ou prise dans la reproduction ; maladie donnée ou prise dans l’accouchement ; maladie donnée ou prise dans la nutrition et la croissance, jusqu’à ce que l’enfant malade devienne à son tour un sujet reproducteur. D’autres séries circulaires, subordonnées à la première, s’organisent. Ainsi les organes poreux associés aux femmes – parties génitales, mamelle et main – sont relayés par d’autres, évoqués plus généralement à la fin de l’extrait, la peau et la bouche notamment. De même en est-il de l’évocation des humeurs. Des liquides féminins, secrétions génitales, lait maternel, on passe en effet à d’autres, communs à toute humanité : transpiration et salive. L’image d’une propagation universelle de la maladie passe donc par la suggestion d’une mise en relation incontrôlable de différentes parties du corps et par l’image d’un organisme parcouru d’humeurs nombreuses dont le flux ne saurait être arrêté. L’énumération tend ici à la concaténation, si bien que du coït impur originel, on en revient dans un effet de bouclage au baiser lascif qui souille la bouche. Implicitement la diversité des modalités de la transmission est projetée sur l’unité d’un corps universel où circulent des humeurs, selon un procédé qui confine à l’allégorisme.

*

  • 48 Ariès Philippe, Essais sur l’histoire de la mort en occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil (...)

45Bien des historiens d’art ont observé un accroissement au XVIe siècle de l’association de l’éros et de la mort48, notamment dans le traitement fréquent du thème de la jeune fille et la mort ou bien du couple et la mort. On peut se demander si l’épidémie de syphilis qui frappe l’Europe à partir de 1495 n’a pas été un facteur déterminant de cette tendance, en accentuant l’incrimination des femmes, éternelles tentatrices.

  • 49 Grafton Antony with Shelford April and Siraisi Nancy, New Worlds, Ancient Texts: the Power of Tradi (...)
  • 50 Sitoni, Miscellanea medico-curiosa (2nd ed., Cologne, 1677), tractatus 45, p. 288, cité par Schlein (...)

46La maladie sexuellement transmissible qu’est la syphilis constitue un défi pour la médecine du début de l’époque moderne. Non seulement elle la confronte brusquement à l’insuffisance des théories humorale et aéroclimatique de la maladie, mais elle l’oblige aussi à intégrer, de façon inédite, les réalités de l’expérience sexuelle – même si elle n’en donne qu’une vision incomplète – et donc à repenser les relations entre les hommes et les femmes. Antony Grafton49 souligne avec raison que le trait le plus frappant des textes, aussi bien médicaux que littéraires, produits à l’occasion de l’épidémie de syphilis, est d’avoir intégré dans les explications préexistantes et les croyances traditionnelles, pourtant si prégnantes, la dimension de l’expérience. Mais en ce qui concerne l’observation clinique des cas féminins, on doit bien constater que les textes médicaux, malgré l’effort d’objectivation et d’égalisation entre hommes et femmes qu’ils tentent, nous permettent difficilement d’approcher ce que serait une expérience féminine de la maladie, tant les stéréotypes moraux associés aux femmes par les locuteurs masculins servent de médiation au regard. De Vénus à la nourrice, du venin originel au lait maternel s’instaure une continuité implicite. Sans doute faudra-t-il attendre la fin du XVIIe siècle, et une reconnaissance accrue du rôle des femmes dans la société, pour trouver pour la première fois sous la plume d’un médecin l’idée d’une égalité des hommes et des femmes face à la contagion sexuelle : « elle [la maladie] ne passe pas seulement des femmes aux hommes mais, puisqu’elle est réciproque, se transmet aussi des hommes aux femmes »50.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Schleiner Winfried, « Infection and Cure through a Woman: Renaissance Constructions of Syphilis », Journal of Medieval and Renaissance Studies, 24, 1994, p. 501-517, dont beaucoup d’éléments sont repris dans Renaissance Medical Ethics, Washington, Georgetown University Press, 1995, p. 163-202 ; sur l’association de la syphilis à des figures féminines dans la littérature et l’art de la Renaissance, en particulier en Angleterre, voir Healy Margaret, Fictions of Disease in Early Modern England: Bodies, Plagues and Politics, Basingstoke, Palsgrave, 2001, p. 123-187.

2 Schleiner W., Renaissance Medical..., op. cit., p. 183.

3 On ne saurait rappeler dans les limites de cet article les sources médicales et théologiques de la misogynie savante. La bibliographie sur la construction par le discours médical d’un sujet féminin, réceptacle des maladies ou des humeurs malignes, étant très abondante, nous renvoyons pour un aperçu synthétique à Raber Karen (dir.), A Cultural History of Women in the Renaissance, London, Bloomsbury, 2013, chap. 4 (« Medicine and disease »), p. 95-113. Sur les deux mythes de l’origine de la femme associée au mal, dans les récits hésiodiques et bibliques, voir Schmitt Jean-Claude (dir), ève et Pandora. La Création de la première femme, Paris, Gallimard, « Le temps des images », 2001.

4 Jacquart Danielle et Thomasset Claude, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Puf, « Les chemins de l’Histoire », 1985, p. 242-264.

5 Bethencourt Jacques de, Nova pestilentialis Quadragesima nec non purgatorium in morbum gallicum, sive venereum… (Nicolas Savetier, 1527), trad. Alfred Fournier, Le Nouveau Carême de Pénitence et purgatoire d’expiation, Paris, V. Masson et fils, 1871.

6 Enquête lexicale menée dans le Dictionnaire de Moyen Français disponible sur le site de l’ATILF. L’anglais venerian est attesté depuis le XIVe siècle.

7 Talvacchia Bette, « Il mercato dell’eros: rappresentiazioni della sessualità femminile nei soggetti mitologici », dans Matthews Grieco Sara E. (dir.), Monaca, Moglie, Serva, Cortigiana: Vita e immagine delle donne tra Rinascimento et Controriforma, Florence, Morgana Edizioni, 2001, p. 192-245.

8 Citons par exemple : Blankaart Stephen, Die belagerte und entsetzte Venus, Leipzig, 1689 ; Lindern Franz Balthasar von, Speculum Veneris noviter politum : das ist neuausgeputzter Venusspiegel oder Beschreibung deren meisten Venuskrankheiten, Strasbourg, 1736 ; ou le poème du Docteur J.-F. Sacombe, La Vénusalgie, ou la Maladie de Vénus, Paris, 1814. Sur ce dernier, voir Wenger Alexandre, « La décomposition de Vénus. Poésie et syphilis au XIXe siècle », dans Bayle Ariane (dir.), La Contagion. Enjeux croisés des discours médicaux et littéraires (XVIe-XIXe siècle), Dijon, EUD, « Écritures », 2013, p. 109-121.

9 De l’Iliade, où la peste s’abat sur le camp des Achéens, au corps criblé de flèches de saint Sébastien qui sert de bouclier à la population, la flèche reste un motif central de l’imaginaire de la contagion.

10 Sur le motif de la flèche, plusieurs interprètes du tableau de Bronzino, Allégorie avec Vénus et Cupidon (National Gallery de Londres), cherchent ainsi à décrypter l’allégorie dans le sens d’une réflexion sur les modalités de transmission de syphilis : Conway J. F., « Syphilis and Bronzino’s London Allegory », Journal of the Warbourg and Courtauld Institute, 49, 1986, p. 250-255 ; Gaston Robert W., « Love’s Sweet Poison: A New Reading of Bronzino’s London Allegory », I Tatti Studies. Essays in the Renaissance, 4, 1991, p. 249-288 ; Healy Margaret, « Bronzino’s London Allegory and the Art of Syphilis », Oxford Art Journal, 20-1, 1997, p. 3-11 ; Brock Maurice, Bronzino, Paris, Éditions du regard, 2002, p. 214-231.

11 Érasme, dans l’Éloge de la folie (XVII), reprend ce thème de la folie érotique inspirée aux hommes par les femmes, elles aussi « folles ».

12 Voir Bayle Ariane et Wajeman Lise, « Le Triumphe de Dame Verolle ou les Bienfaits de l’obscénité », EMF: Studies in Early Modern France, vol. 14 (« Obscenity »), Charlottesville, Rookwood Press, 2010, p. 129-147 ; Bayle Ariane, « Une allégorie malade ? Le Triumphe de Dame Verolle (1539) » dans Lavocat Françoise (dir.), Allégorie et fiction, Louvain, Peeters, à paraître en 2016. Sur les représentations allégoriques de la syphilis en littérature et peinture, voir aussi Wajeman Lise, « Pandora’s pox », ibidem.

13 Les Traictez singuliers, contenus au present opuscule. Les trois Comptes de Cupido et de Atropos…, Paris, Galliot du Pré [1525], rééd. dans Lemaire de Belges Jean, Œuvres, éd. J. Strecher [1882-1885], Genève, Slatkine reprints, 1969, vol. III, p. 39-67. Le poète français reprenait la thématique des sonnets XLI et XLII des Opere dello elegantissimo Poeta Serafino Aquilano, Rome, 1502 ; reproduits dans Lemaire de Belges Jean, Œuvres, op. cit., p. 372-373.

14 Peut-être l’allusion à un puits, fût-il la métaphore d’un sexe, présenté comme source létale, peut-elle aussi faire référence à un récit des origines de la maladie qui voulait que les Espagnols aient infecté l’eau des troupes françaises. Gabriel Fallope relaterait aussi cette hypothèse. Voir Schleiner Winfried, Renaissance…, op. cit., p. 166.

15 Quétel Claude, Le Mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris, Seghers, 1986, p. 90.

16 Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Lyon, François Juste, 1539, « le bagage », n. p. [p. 76] : « De ce Triumphe icy est le bagage / (Comme on peult veoir) acoustré pauvrement. / Garde-toy bien d’en estre, sy es sage / Sy a jamais ne vœux souffrir tourment : car ceulx, a qui oste l’entendement / Venus l’infecte, et les reduict a elle, / Communement sont de nostre sequelle, / submiz a mal, et privez de plaisir : / Parquoy ne doibz suyvre Deesse telle, / Sy de sain vivre as vouloir, et desir. »

17 « Exclamation contre Dame Verolle que les aucuns appellent le mal italique, et les aultres le mal Françoys…», dans Le Combat de Cupido et de la mort, nouvellement composé par le Banny de Lyesse, François Habert, avec plusieurs œuvres contenues cy après : premièrement le Combat de Cupido et de la mort, [...] Plus les Épistres cupidiniques, plus une Éclogue sur la mort d’ Érasme, Item une exclamation contre dame Verolle…, Paris, Alain Lotrian, [1541].

18 Estienne Henri, Traité préparatif à l’Apologie pour Hérodote, tome 1, éd. critique par Bénédicte Boudou, Genève, Droz, 2007, chap. XII (« De combien la paillardise est plus grande aujourdhuy qu’elle n’a esté »), p. 263-264.

19 Ibidem, p. 264 : « De faict j’ay bonne memoire de m’estre trouvé à Padouë en une leçon de Michaele [sic] Faloppio, en laquelle il promettoit à ses escholiers de leur apprendre le lendemain le moyen comment ils pourroyent paillarder tout leur saoul sans aucune crainte de madame la Verole, ni de tous ses appenages ».

20 Widman Johann, Tractatus clarissimi medicinarum doctoris Johannis Widman dicti Meichinger, de pustulis et morbo…, Strasbourg, 1497, et Rome, 1497, cité par Quétel C., Le Mal..., op. cit., p. 27 ; Almenar Juan, Libellus ad evitandum et expellendum morbum gallicum…, Venise, 1502 ; cité par Quétel C., ibidem, p. 27-28.

21 Arrizabalaga Jon, Henderson John, French Roger, The Great Pox. The French Disease in Renaissance Europe, New Haven and London, Yale University Press, 1997, p. 34-37.

22 Voir dans ce numéro d’Histoire médecine et santé l’article de Chiara Lastraioli sur le corpus italien incriminant les prostituées.

23 Delicado Francisco, Retrato de la Lozana Andaluza, ed. de Claude Allaigre [2a ed.], Madrid, Catédra, « letras hispanicas », 1994 ; Portrait de la Gaillarde andalouse, trad. de l’espagnol par Claude Bleton, préface de Juan Goytisolo, Fayard, 1993. Sur la représentation de la syphilis dans ce roman, voir David-Peyre Yvonne, La Peste et le mal vénérien dans la littérature ibérique du XVIe et du XVIIe siècle, thèse de doctorat, Faculté de lettres de Poitiers, 1967, p. 373 et suiv.

24 Héry Thierry de, La Méthode curatoire de la maladie Venerienne, vulgairement appelée grosse vairolle, et de la diversité de ses symptomes, Paris, M. David et A. L’Angelier, 1552, p. 2-3. Héry réfute cette opinion en en montrant l’invraisemblance.

25 Pour la même histoire : Manardi, Epistolae medicinales, Livre VII, épître 2 ; Mathiole, Morbi Gallici curandi ratio equisitissima a variis… medicis conscripta, ed. Joseph Tectander, Bâle, 1536, p. 8, cité par Schleiner Winfried, Renaissance Medical..., op. cit., p. 200.

26 Schleiner Winfried, Renaissance Medical..., op. cit., p. 163-170, développe notamment le cas du médecins anglais Philip Barrough, chez qui l’histoire de la maladie tourne à la propagande nationaliste contre les soldats espagnols catholiques à la solde de Charles V ; il s’arrête aussi sur le traité du chirurgien William Clowes qui, tel un prédicateur puritain, associe explicitement l’infection au péché originel.

27 Il s’agit du seizième livre dans l’édition de 1575 des Œuvres et du dix-neuvième livre dans la 4e édition de 1585, qui nous servira de référence pour les citations.

28 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 4.

29 Paré Ambroise, Le 19e livre traitant de la grosse verolle, in Œuvres (4e éd.), Paris, Gabriel Buon, 1585. Dans les citations, nous soulignons par l’italique la référence aux deux genres.

30 Ibidem, chap. IV, p. VIL.cII.

31 Ibidem, chap. VI, p. VII.C IIII.

32 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 8-9.

33 Ibidem, p. 11.

34 Sur ces collections, voir Arrizabalaga Jon et alii, The Great Pox…, op. cit., p. 4-5.

35 Fioranvanti Leonardo, Tesoro della Vita humanadiviso in libri quattro [1570], Venezia, Heredi di Melchior Sessa, 1582, libro secondo, cap. 5 et 24.

36 Nous soulignons. « Magnifico messer Battista carissimo. Una di vostra Signoria delli 17. Ottobre 64. ho ricevuta con grandissimo mio contento, nella quale ho intenso quanto vostra signoria mi scrive in materia della infermità di sua moglie ; & ancor della vostra difficultà d’orina. & perche veggio che mi dimandate conseglio et aiuto, non ho voluto mancare, comme il debito mio è, di farvi buona consideratione – ma perche mi dicete la cosa coperta, bisogna che io la dica scoperta, & dire la verità, se io voglio essere creduto da voi. Saperete dunque che l’origine della vostra infermità, è stata mal francese, & hora è morbo gallico, & cio dico per non parere ignorante, & prima che io vi habbia scritta la presente mia litera, ho voluto dire questa mia oppinione a messer Jacomo Guerra vostro cognato, & lui mi ha confessato il tutto. » Ibidem, libro terzo, lettera del 30 novembre 1564, 122v-123.

37 Ibidem, Libro secondo, cap. 24, « cura fatta in una donna che havea dolori di matrice », 44.

38 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. XI, « La forme d’executer ladite friction », p. VII.CIX.

39 Quelques sondages dans les Trois Livres appartenans aux infirmitez des maladies des femmes pris du latin en français (1re éd. 1582), ouvrage dans lequel Jean Liébault adapte Gli ornamenti delle donne (1562) et Le Medicine partenenti all’infermità delle donne (1563) de Giovanni Marinello, montrent que les maladies « vénériennes et véroliques » ne sont évoquées qu’incidemment lorsqu’il est question d’ulcères et de chancres des parties honteuses ou de la matrice, difficiles à cicatriser. Sur le traité de Liébault, voir Worth-Stylianou Valérie, Les Traités d’obstétrique en langue française au seuil de la modernité, Genève, Droz, THR, 2007.

40 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit. p. 20.

41 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. II, p. VII.C.

42 Héry Thierry de, La Méthode..., op. cit., p. 17.

43 Ibidem, p. 19.

44 Paré Ambroise, Le 19e livre..., op. cit., chap. 2, p. VII.CI.

45 Ibidem.

46 Inversement, c’est bien dans le lait de la nourrice, rendu « alimenteux et medicamenteux », par la thériaque qu’on lui aura fait prendre, que Paré suggère de faire passer le traitement des petits enfants nés avec la maladie (chap. 37).

47 Fernel Jean, De luis venereae curatione (1579), trad. Louis le Pileur (1879), Le Meilleur traitement du mal vénérien (1579), traduction, préface et notes par L. Le Pileur, Paris, G. Masson, 1879, chap. 4, p. 46 : « Maxime autem venereo contrahitur concubitu, a quo et nomen invenit et ejus frequentatione propagata est lues in hominum genus et, ex unius impuritate et inquinamento, sensim in universum orbem disseminata, miserabile scortorum flagellum. Itaque qui venereo complexu jungitur cum inquinata, a pudendis luem contrahit ; nutrix a qua infans pollutus lac sugit, a mammis ; obstetrix quae infectae parienti opem tulerit, a manu ; infans a vitiata ? nutrice altus, nunc ab ore, nunc ab interioribus ; condormiens inquinato sudore diffluenti, a cute et a summis partibus ; qui effusiore osculo salivam exceperit, ab ore. »

48 Ariès Philippe, Essais sur l’histoire de la mort en occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, [1975], Point Seuil, 2014, p. 51-52 ; Wirth Jean, La jeune fille et la mort. Recherches sur les thèmes macabres dans l’art germanique de la Renaissance, Genève, Droz, 1979.

49 Grafton Antony with Shelford April and Siraisi Nancy, New Worlds, Ancient Texts: the Power of Tradition and the Schock of Discovery, Cambridge, Harvard University Press, 1992, p. 193.

50 Sitoni, Miscellanea medico-curiosa (2nd ed., Cologne, 1677), tractatus 45, p. 288, cité par Schleiner Winfried, Renaissance Medical…, op. cit., p. 201, note 61 : « Sed non a foeminis solum in masculos pertransit, cum reciprocus sit et a masculis in foeminas etiam transferatur ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Joseph Grünpeck, Tractatus de pestilentiali scorra sive mala de Franzos […], Nuremberg, Kaspar Hochfeder [1496 ou 1497], page de titre.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/936/img-1.png
Fichier image/png, 368k
Titre Fig. 2 : « De amore venereo », in Sebastian Brant, Stultifera Navis [das Narrenschiff, 1494], Bâle, Johann Bergmann, 1498, fol. XXIIII.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/936/img-2.png
Fichier image/png, 292k
Titre Fig. 3 : « Dame Verolle », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/936/img-3.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 4 : « Le Bagage », in Le Triumphe de Treshaulte et Puissante Dame Verolle, Royne du Puy d’Amours, nouvellement composé par L’inventeur de menus plaisirs honnestes, Lyon, François Juste, 1539, E6.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/936/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Bayle, « Discours moral et tableaux cliniques : la pluralité des figures féminines dans les textes médicaux sur la syphilis au XVIe siècle »Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 19-39.

Référence électronique

Ariane Bayle, « Discours moral et tableaux cliniques : la pluralité des figures féminines dans les textes médicaux sur la syphilis au XVIe siècle »Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.936

Haut de page

Auteur

Ariane Bayle

Ariane Bayle est maîtresse de conférences à la Faculté des Lettres et Civilisations de l’Université Jean Moulin-Lyon 3. Elle effectue ses recherches au sein de l’équipe GADGES (IHRIM-Lyon 3, UMR 5317).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search