Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier thématique : SyphilisLa più santa, la più gloriosa, la...

Dossier thématique : Syphilis

La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che sia al mondo : notes sur le discours parodique sur la pelade au XVIe siècle

La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che sia al mondo: Notes on sixteenth century parodic discourses on alopecia areata
Chiara Lastraioli
p. 41-54

Résumés

La littérature italienne de la Renaissance fait état de nombreux écrits à caractère burlesque qui parodient la culture médicale de l’époque. Parmi les sujets les plus fréquentés par les auteurs figure naturellement le « discours sur la pelade », l’un des symptômes les plus évidents de la syphilis. Comme toute autre affection sexuellement transmissible, cette « maladie honteuse » impliquait une sorte de stigmatisation sociale, tout en renvoyant implicitement à des pratiques sexuelles plus ou moins interdites (fréquentation des courtisanes, pratique de rapports hétéro et/ou homosexuels, etc.). De même, son caractère d’affection incurable permettait de renouveler le répertoire comique concernant la satire de médecins et d’apothicaires, qui vantait déjà une tradition longue et illustre. Ainsi, dans la littérature comique, malades, courtisanes et médecins seront tous logés à la même enseigne, faisant l’objet d’une dérision aussi mordante qu’hilarante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Lastraioli Chiara, « “Credi a me, che son medico cerugo”. Medicina in burla nella poesia giocos (...)

1La littérature comique et satirique européenne du XVIe siècle a emprunté à la production textuelle à caractère médical de nombreux stratagèmes thématiques et rhétoriques, confirmant ainsi l’essor d’une littérature proto-scientifique en langue vernaculaire qui eut un large succès à partir du XVe siècle. Le chercheur qui s’attarde sur les milieux des médecins humanistes et sur les réseaux éditoriaux, qui ont constitué les moteurs indispensables à la diffusion des savoirs thérapeutiques de la Renaissance, ne peut que constater la présence massive, dans la littérature satirique et burlesque, des récits de maladies. La production d’opuscules anonymes à caractère facétieux et comique démontre en outre la perméabilité de la littérature pseudo-populaire à des thématiques liées aux maladies les plus répandues et les plus virulentes. Dans d’autres occasions, ce sont des milieux médicaux spécifiques, tels que le florentin du XVe siècle, qui font l’objet d’une satire, surtout pour ce qui concerne les écoles médicales et les métiers de la santé (médecins, chirurgiens, apothicaires, etc.) de l’univers citadin1.

  • 2 Sur la syphilis dans la littérature comique voir surtout Rossi Vittorio, « Di un motivo della poesi (...)
  • 3 Cf. Purgatorio delle Cortegiane di Roma. Con un lamento di una Cortigiana che fu gia fauorita poi v (...)

2Au cours de mes recherches, j’ai pu inventorier de nombreux textes parodiques et satiriques et un bon nombre d’ouvrages en vers et en prose dans lesquels il est question des maladies les plus gênantes et immédiatement visibles, telles que la peste, la gale, la goute et, naturellement, la syphilis. Cette dernière est assurément la pathologie qui plaît le plus aux auteurs comiques, non seulement en raison de sa relative nouveauté et du caractère pandémique de sa diffusion2, mais aussi parce qu’elle se prêtait à merveille à la raillerie du malade et de son médecin – trop souvent impuissant vis-à-vis d’une pathologie incurable –, par le biais de l’équivoque sexuel, du discours scatologique et de la dérision de certaines catégories sociales marginales, telles les courtisanes3. Comme nous le verrons par la suite, les discours sur le mal francese, appelé aussi mal napolitain, qui pouvait s’articuler en débat pro et contra, permettait aussi de ridiculiser des modèles canoniques omniprésents, tels que le pétrarquisme poétique, mais aussi certaines formes argumentatives humanistes et savantes.

  • 4 Lamento del tribolato Strascino Campani sanese : il quale tratta della patienza, & impatienza, che (...)
  • 5 Sur cet auteur voir surtout Alonge Roberto, « Campani Niccolò, detto lo Strascino », in Dizionario (...)
  • 6 Voir à ce propos, dans la base bibliographique EDIT16 (http://www.edit16.iccu.sbn.it) les pages de (...)
  • 7 Par littérature bernesque, on entend généralement un genre poétique à caractère satirique et burles (...)
  • 8 Voir par exemple l’opuscule Capitolo in lingua venetiana. Sopra il mal francese, in Venetia, dalla (...)

3De la masse d’ouvrages et de textes isolés, conservés dans les recueils poétiques, épistolaires et autres écrits en prose à caractère facétieux, émerge un panorama confus et foisonnant à la fois, qui nécessite un certain effort de classification : essayons donc de mettre un peu d’ordre dans ce fatras de témoignages littéraires. La première saison de l’écriture comique en langue vernaculaire est apparemment antérieure à la toute première diffusion du traité sur la syphilis de Fracastor – à savoir le début des années 1530 –, et elle se développe dans les écrits poétiques et non pas dans la littérature médicale en prose. Parmi les premières attestations de la diffusion de ce motif dans la production versifiée du XVIe siècle figure la composition du saltimbanque siennois Niccolò Campani dit Strascino, intitulé Lamento sopra il male incognito, il quale tratta della patientia & impatientia4, une églogue comique dans laquelle le célèbre auteur-acteur témoigne des effets néfastes de ce « mal inconnu » qui le conduira à la mort en 15235. Parmi les textes performatifs de Strascino, celui-ci eut une pérennité remarquable et on connaît de multiples éditions de ce livret de quelques feuillets, dont certaines font état, dans la page de titre, d’illustrations plus ou moins raffinées représentant certains symptômes propres à la syphilis6. Bien que très populaire, l’ouvrage du Strascino ne trouva pas d’imitateurs directs dans la littérature bernesque7 des années 1530-1540, ni dans la production burlesque postérieure issue des milieux courtisans et académiques, mais il eut un écho puissant dans la production de pièces anonymes facétieuses circulant à Venise à partir de la troisième décennie du Cinquecento : des pièces souvent en dialecte, mettant en scène des courtisanes, des personnages appartenant au milieux les plus modestes (valets, faquins, soldats, etc.) ou encore des voyageurs8.

  • 9 Le terze rime de messer Giouanni Dalla Casa di messer Bino et d’altri, [Venezia], per Curtio Navo e (...)
  • 10 In Rime, a cura di Danilo Romei, Milano, Mursia, [1985], p. 145, v. 36.
  • 11 Ibid., p. 131-138.

4Le vrai initiateur de la « vogue syphilitique » de la poésie burlesque en terza rima est en réalité Giovan Francesco Bini. Son Capitolo del mal francese fut rédigé entre 1530 et 1532, mais publié seulement en 1538 avec les Rime satiriques de monseigneur Giovanni della Casa9, puis reproduit à maintes reprises dans les recueils collectifs des satires et capitoli. La composition de Bini fut remarquée par le poète Francesco Berni qui les mentionna dans le Capitolo secondo della peste10. Rattaché au prélat Matteo Maria Giberti, Berni était un proche de Fracastor, auquel il offre le célèbre Capitolo del prete da Povigliano11, mais aussi l’auteur d’autres compositions dans lesquelles on tisse l’éloge paradoxal des maladies.

  • 12 « De même, votre mal n’a pas de remède, on n’en connaît pas l’origine, et des phénomènes semblables (...)
  • 13 La locution legno santo renvoie au gaïac, l’un des remèdes contre la syphilis. Cf. Firenzuola Agnol (...)
  • 14 « Ne voyez-vous pas comment [la syphilis] rend les visages délicats ? Comment elle agrandit les mem (...)

5La composition de Bini se présente comme une épître burlesque adressée à un ami qui n’est jamais nommé et qui a contracté la syphilis. L’argumentaire est simple et essentiellement de type antiphrastique : l’éloge du mal napolitain se fonde sur le renversement comique et tous les désagréments physiques et moraux induits par la maladie sont élevés au rang de vertus. Le fait que la syphilis soit un mal incurable, qu’on ne connaisse pas son origine – d’où la référence explicite à Fracastor12 –, et qu’il se solde par la mort du patient, mais aussi l’inefficacité des remèdes connus – tels que le legno santo13 –, sont des thématiques que nous retrouverons par la suite dans d’autres capitoli rédigés par des correspondants et des imitateurs de Bini. Dans le discours paradoxal, le mal français devient ainsi le mal des savants et des grands hommes, ses symptômes – dont la pelade et les différentes pustules14 – des marques de noblesse, mais surtout l’emblème d’une hétérosexualité sans faille, car c’est justement de la pratique des courtisanes que l’on croyait dépendre l’infection. Ce dernier « atout », l’hétérosexualité, permettait, dans la joute poétique, l’éloge de son contraire, à savoir des pratiques homosexuelles – largement diffusées, y compris au sein de la communauté masculine hétérosexuelle – qui auraient eu le mérite de mettre à l’abri de la contagion. L’on trouve les premières réactions au texte de Bini dans les vers In lode della pederastia de Francesco Beccuti dit Coppetta (1509-1553) :

  • 15 « Può far il mondo ladro, messer Bino, / che abbiate perso il gusto e l’intelletto /di quel ch’impo (...)

Louange de la pédérastie
   Le monde voleur peut-il, Monsieur Bino,
faire en sorte que vous ayez perdu le goût et l’intelligence
de ce qui importe plus que le pain et le vin ?
   Je sais pourtant que vous avez un jugement parfait
et qu’il vous plaît plus de manger
le dos des becfigues que leur poitrine.
   Vous surprenez chacun d’entre nous
par cette nouveauté,
car on n’entend plus parler que de cela :
   je vous vois engagé dans une situation qui vous conduira
au mal français ou à la pelade,
mais on peut dire aussi le chancre du membre, si vous voulez.
[…]
   Je préfèrerais me finir à la main [me masturber]
et le faire avec des gâte-sauces
que d’être un vain prétendant des dames.
   Cela causera votre perte,
car la nature ne vous incite pas à cette pratique
mais bien à la doctrine sphérique [la sodomie].
   Même si je pensais y perdre la vie,
je suivrais cette belle et noble pratique,
digne d’être sculptée dans le bronze.
[…]
   Il y a bien l’un de vos amis et mon compère
qui, bien qu’il soit chef de famille,
n’arrête pas de réconforter les jeunes hommes ;
   il s’attache tantôt à l’un, tantôt à l’autre
et il ressemble à un commandant en pleine campagne ;
heureux celui qui arrive à s’en séparer.
[…]
   Ainsi, Bino, revenez à ce bien bel art
et ne cherchez pas à donner un mauvais exemple,
vous qui êtes notre guide et notre couronne […]15.

  • 16 « Alcun si piglia un ragazzo per moglie / per fuggir di pelarsi, e poi s’avvede / c’ha preso il mal (...)

6Dans l’échange hilarant et salace, Beccuti invite son ami Bini à revenir aux anciennes pratiques, en délaissant les femmes et le mal napolitain, afin de privilégier les cohortes de jeunes hommes qui semblent peupler les soirées des cénacles savants florentins. Il est extrêmement difficile de dater les rimes de Coppetta, et ce texte en particulier, car elles ont été publiées bien après sa mort, en 158016, puis au XVIIIe siècle. On peut raisonnablement postuler une rédaction rapprochée des deux capitoli, situable autour des années 1540 et, en tout cas, avant 1556, date de la mort de Bini.

7Que le mal francese constitue un prétexte argumentatif, une simple occasion poétique aussi bien chez Beccuti que chez d’autres auteurs, cela est attesté par le fait que ces mêmes auteurs écrivent pour et contre la syphilis, pour et contre la sodomie, pour et contre les pratiques hétérosexuelles ; à l’exemple de cet extrait d’un poème de Beccuti adressé A Francesco Colombo, soprannominato Platone, intitulée Contro la pederastia :

  • 17 « [...] Alcun si piglia un ragazzo per moglie / per fuggir di pelarsi, e poi s’avvede / c’ha preso (...)

[...] Untel prend un garçon plutôt qu’une femme
pour fuir la pelade ; puis il s’aperçoit
qu’il a pris le mal français avec tout son lot de douleurs17.

  • 18 Sur cet auteur, voir la bibliographie fournie par Pignatti Franco, in Cinquecento plurale, http://w (...)

8Une relation étroite entre pratiques homosexuelles et sodalitas humaniste est attestée par des multiples textes toscans dont l’un des plus éloquent est sans doute le sonnet d’Anton Francesco Grazzini, dit Il Lasca18, adressé à Alfonso de’ Pazzi, dans lequel les symptômes de la syphilis apparaissent comme des marques honteuses d’une trahison du cercle d’amis :

  • 19 La Biliorsa est une figure féminine monstrueuse, souvent associée à la Befana ou à une chimère.
  • 20 « Tu parrai tosto, Alfonso, una gallina / padovana che mudi, od una gazza ; / sì che datti piacere (...)

À M. Alfonso de’ Pazzi
   Tu ressembleras, Alphonse, à une poule
de Padoue qui perd ses plumes ou bien à une pie ;
ainsi, prends maintenant ton plaisir et jouis,
car ta honte approche.
   De quelque servante ou d’une sale prostituée
ou de la pire race que l’on puisse trouver au bordel,
buvant à la tasse, comme tu en as l’habitude,
tu as fini par attraper la pelade.
   Mais cette fois, c’est toi qui seras l’oiseau ;
et Varchi, Tasso, Orsilago et Gelli
seront vengés par muids plutôt que par boisseaux.
   Tu seras la risée des enfants
qui diront : « Voici Alfonso, celui-là, celui-là,
qui ressemble à la gaie Biliorsa19 ».
   Mais toi, sainte Pelade,
si vraiment tu veux nous rendre heureux et contents,
fais-lui tomber les yeux, le nez et les dents20.

  • 21 Cf. Molza Francesco Maria, Poesie..., a cura di Pierantonio Serassi, Milano, Società tipografica de (...)
  • 22 Cf. Caro Annibale, Commento di ser Agresto da Ficaruolo sopra la prima ficata del padre Siceo, Roma (...)

9À la fin des années 1530, la diatribe pour ou contre la pelade, id est pour ou contre les amours hétérosexuelles, fait surface dans les écrits d’humanistes de renom, qui s’adonnent également à des exercices littéraires en langue vernaculaire, des auteurs du calibre de Francesco Maria Molza et d’Annibal Caro. En 1539, Molza avait fait paraître trois capitoli burlesques dont celui Delle fiche (« des figues »)21 ; or la figue est – hier comme aujourd’hui – une métaphore du sexe féminin. Dans ce texte, le poète chantait, sous le pseudonyme de Saliceo, ses fréquentations féminines, parmi lesquelles figurait la courtisane romaine Beatrice Paregia ou Béatrice de Ferrare, ce qui lui valut d’être infecté par la syphilis. En guise de réponse à ces vers, Annibal Caro rédigea un des premiers commentaires burlesques en prose dans lequel, tout en s’inspirant des Métamorphoses d’Ovide, il s’en prenait aux amours mercenaires (et plus généralement féminines) qui avaient provoqué l’affliction de Molza22. Selon il Commento di ser Agresto (alias Annibal Caro) à la Ficheide del padre Siceo, la transmission du mal francese était provoquée justement par les humeurs féminines (ici représentées par le lait qui coule des fruits bien mûrs), ce qui avait conduit Daphné à offrir les terga à son poursuivant, tout en choisissant d’être transformée en laurier (d’où le renvoi ironique au binôme pétrarquien lauro/Laura) plutôt qu’en figuier :

  • 23 « L’altra cagione, perchè non si trionfa co’ Fichi, è che quel lor latte è arsivo, e appiccaticcio, (...)

L’autre motif, selon lequel on ne festoie pas avec les figues, est que leur jus est caustique et collant, et là où il est posé il produit des croûtes, des abrasions, ou bien il pèle. Il gratte et il pèle, et pour cette raison on dit qu’Apollon n’appréciait pas les figues. Ainsi, une fois Python tué, Apollon voulant goûter à la figue de Daphné, elle, qui connaissait bien son époque et qui savait que son lait aurait pelé la mèche d’Apollon, lui tourna le dos, et ce dernier lui courut derrière. Puis, ayant bon jugement, on a voulu que son figuier devienne un laurier, et qu’il reste toujours vert, afin que d’autres puissent en jouir sans danger. Depuis cette époque-là, les empereurs et les poètes – par dévotion à Apollon et par crainte de la pelade – ont abandonné les figues et recherchent le laurier. Ceux qui sont venus postérieurement, à savoir ceux qui ont pris plaisir aux fruits modernes comme les pêches, les coings, les oranges et autres fruits semblables, ont été tous prélats ou poètes23.

10L’argumentation contre la syphilis entraînait donc avec elle une autre thématique omniprésente dans les écrits burlesques, à savoir la polémique contre les femmes et anti-courtisane et, plus généralement, misogyne. Grazzini avait déjà illustré ce rapprochement dans une sextine très explicite :

  • 24 « Come alla primavera / i fioretti e le fronde, / e come il pesce all’onde, / così all’empia schier (...)

Sur le mal français
[…]
   Aussi bien que les fleurs et les feuillages
ornent le printemps,
et le poisson orne les ondes,
ainsi le mal français
est un ornement beau et gracieux
au cortège impie des femmes fautives24.

  • 25 Cf. à titre d’exemple : Veneziano Andrea, Lamento della Ferrarese cortigiana. Qual narra la sua dis (...)

11Naturellement, l’écriture misogyne pouvait prendre plusieurs formes, à savoir celle de la vitupération ou celle de l’éloge paradoxal. Parmi les opuscules produits à Venise pendant le XVIe siècle, on observe une relative abondance de plaquettes anonymes ou d’auteur s’en prenant aux courtisanes. Ces textes ont rarement un but moralisateur, car il s’agit le plus souvent de textes facétieux dénigrant l’une des classes sociales les plus turbulentes de la ville. Les catalogues font état aussi bien du tarif des prostituées que de compositions dans lesquelles on suit la courbe descendante du métier « le plus ancien du monde », une descente aux enfers via la syphilis, la solitude et la mort, y compris pour celles qui furent jadis les plus convoitées de la Sérénissime25.

  • 26 Manziana, Vecchiarelli, 2012.
  • 27 Manziana, Vecchiarelli, 2009.

12Les textes anti-féminins qui revoient en revanche à l’éloge paradoxal des femmes et du mal français impliquent souvent d’autres cibles critiques. C’est le cas des ouvrages en prose du fantomatique Grappa, un pseudonyme sous lequel se cachent un ou plusieurs écrivains proches de l’académie des Ortolani de Plaisance, ou encore des textes courts (des épîtres satiriques, des discours pseudo-académiques, etc.), tels que ceux que j’ai édités dans le volume Pasquinate, grillate, pelate et altro Cinquecento librario minore26. Voyons d’abord l’un des ouvrages du Grappa, qui exemplifie à merveille l’enchevêtrement de motifs polémiques sus-jacents à une écriture burlesque sur le mal napolitain. Dans le Cicalamenti intorno al sonetto « Poi che mia speme è lunga a venir troppo », dove si ciarla allungo delle lodi delle donne e del mal francioso, édité par Franco Pignatti27, la parodie du traité sur les vertus féminines se marie avec l’éloge paradoxal d’une maladie qui, par essence, renvoie à l’appétit sexuel des femmes et à la dérision d’un genre humaniste et académique, tel que celui du commentaire d’un texte faisant autorité. Dans le cas spécifique, il s’agit d’un sonnet de Pétrarque qu’on dissèque vers par vers comme lors d’une rencontre entre académiciens. Or la dérision des modèles canoniques, à savoir Pétrarque, Bembo et, dans certain cas même l’Arioste, se fait par l’adaptation des genres propres au canone à des contenus vils, bas et scatologiques, ce qui équivaut à établir une démarche hautement subversive qui, d’un seul coup, met à mal l’hypocrisie du moralisme hétérosexuel, une vision de la femme angélique de matrice pétrarquiste, ainsi qu’une pratique du commentaire des textes exemplaires, désormais perçue comme stérile et désuète. Dans ce contexte, et dans ces années-là, c’est-à-dire autour de 1550, à une époque où les écrits médicaux et littéraires sur la syphilis sont désormais nombreux et bien connus, l’éloge de la syphilis perd une partie de son essence antiphrastique pour devenir à son tour un discours – certes paradoxal – sur l’autorité et les auctoritates.

  • 28 Pasquinate, grillate pelate e altro Cinquecento librario minore, op. cit., p. 155-170.
  • 29 Ibid., p. 171-192.
  • 30 Ibid., ill. 7, p. n. num.

13Les deux textes en prose sur la syphilis que j’ai édités appartiennent aux deux traditions argumentatives illustrées précédemment, à savoir celle anti-féminine et homo-érotique et celle de l’éloge paradoxal. Il s’agit d’une missive présentée comme anonyme, mais en réalité d’Anton Francesco Doni, la Littera in modo di riprensione fatta dallo Eccellente Dottore misser Marforio, verso Maestro Pasquino, per esser andato alle putane senza una cura al mondo, & eßer inciampato nelle mani de ogni sorte de mali, che ogodi regano nella compagnia del putanesimo…28 et du texte anonyme intitulé Le lode de la pelata29, dont on connaît au moins trois éditions, deux de la moitié du XVIe siècle, publiées à Florence et à Venise, et une de 1582, expurgée des contenus pouvant déplaire à l’Inquisition. Aussi bien le titre que les images illustrant l’éloge de la syphilis évoquent la maladie en tant que pelata (pelade), une forme toscane métonymique qui désigne la maladie par l’un de ses symptômes, à savoir la perte des cheveux et autres pilosités corporelles. On connaît également des synonymes du terme pelata, tels que pelaia, pelarella, pelatina, etc., qui reviennent dans de nombreux textes comiques, mais d’autres formes plus connues subsistent, telles que malfrancioso, mal galiego, mal spagnolo, etc. Par ailleurs, l’image figurant dans le frontispice du texte de Doni, connu dans une autre version sous le titre de Lettera del pelatoio, représente deux personnages qui pourraient être atteints aussi bien par une maladie vénérienne que par la gale30.

14Ces textes anonymes en prose me semblent particulièrement intéressants tant du point de vue littéraire que du point de vue médical, car ils fournissent de nouveaux sujets de réflexion qui méritent d’être explorés. Prenons par exemple la lettre que la statue parlante romaine, connue sous le nom de Marforio, envoie à son compère Pasquino ; ce dernier, à force de fréquenter les prostituées, a été infecté par la syphilis et il fait ainsi l’objet des pires railleries. Vers la fin du texte, la missive burlesque tourne en éloge la syphilis afin d’inviter le souffrant à prendre – et c’est le cas de le dire – son mal en patience. Cela donne lieu à un jeu linguistique foisonnant et hautement novateur qui puise aussi bien dans le double sens sexuel, que dans le langage burlesque et anti-pédantesque ou encore dans la terminologie médicale des praticiens. Citons à titre d’exemple, ce passage dans lequel figurent des lexèmes propres au langage des praticiens :

  • 31 « Ohimè la pelatina, ah ? Ohimè pelarsi, eh ? La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che (...)

Hélas la pelade, ah ? Hélas se peler, eh ? La plus sainte, la plus belle chose qui soit au monde, et surtout pour vous. Pour cette raison, avant les poux vous démangeaient (avec tout le respect pour votre barbe) et vous aviez une dizaine de croûtes collées au Colisée [au cul] et un million de petits crabes faisaient une joute entre vos testicules, lesquels crabes, une fois la guerre terminée, combattaient – comme vous le savez – avec ceux de la barbe. Ainsi, si vous n’aviez pas contracté la pelade, vous ne seriez jamais sorti de telles peines. Mon doux Chipotier, cela tombe bien : vous n’aurez plus la nécessité de vous peigner ni de dépenser en barbiers. De plus, chez tout homme [la syphilis] fait des merveilles, et assurément – pour Votre Seigneurie – le fait de peler a été une grande chose, car comme on l’entend de toute part, elle ne se dévoile pas de cette façon chez tous les autres. Je suis presque en colère de voir que vous n’avez pas deux poulains gros et durs, car comme vous vous êtes purgé des saletés extérieures, vous pourriez éliminer les vices intérieurs, bien que, sans trop de souffrance, une glandule ou bien un de ces beaux gonflements qui font tirer les caleçons auraient été suffisants pour vous peler dedans et dehors31.

15Dans Le lode de la pelata, en revanche, on cherche à convaincre des femmes honnêtes à ne pas refuser leurs faveurs par crainte d’être contaminées par la syphilis. Dans ce cas, on assiste au déplacement de l’interdiction de l’acte sexuel pour les femmes convenables, du terrain de la morale universellement approuvée à celui médical, tout en transformant le discours exemplaire et édifiant, traditionnellement adressé à ces dernières, en un éloge d’un des caractères propres du féminin, à savoir l’absence de pilosité, opposée à une masculinité sauvagement poilue. L’auteur se pose en pédagogue et étoffe son argumentaire d’exemples tirés de l’histoire ancienne et/ou mythique, tout en ramenant sa péroraison à un savoir contemporain et proverbial qui arrache un franc sourire :

  • 32 « Ma prima avete a sapere che l’esser piloso è cosa più tosto propria di fiere alpestre che di razi (...)

Mais avant tout, vous devez savoir qu’être poilu est une chose plutôt propre aux fauves alpestres qu’aux créatures rationnelles. Et parmi les fauves, ceux qui ont le poil le plus dense et le plus hirsute – comme les loups, les sangliers et les ours – sont plus rapaces, féroces et cruels que les autres. De la même façon, les personnes qui sont très poilues ressemblent à ces fauves, et nous devons nous garder de celles-ci comme de ceux-là, et nous en éloigner, car pour chaque poil qu’ils ont attaché à leur peau, ils ont un vice accroché au cœur. On lit à propos d’un certain Athénien qui avait commis tous les crimes du monde, qu’ayant plusieurs fois échappé par ruse au billot et sauvé sa peau, il fut enfin capturé et écartelé. Ce fut alors que l’on découvrit que même son cœur était poilu. Néron, Attila, Azelin Romain et celui qui vola l’épée à Marphise et le cheval à Sacripant étaient exceptionnellement poilus. Mira, Byblis, Sémiramis et la fille cruelle de Nisus avaient le menton un peu moins poilu que les hommes, et de là naît le proverbe : « la femme barbue, on la salue avec des pierres »32.

16À l’exemple ancien suit, naturellement, l’argumentaire médical qui, dans ce cas spécifique, tend à associer à l’abondance de poils et de chevelure des pathologies que la pelade – symptôme d’une maladie hélas bien plus grave et incurable – permettrait d’éviter :

  • 33 « I peli tengono il capo umido, generano cattarro, inducono strangoglioni, infermano gl[i] occhi, o (...)

Les poils tiennent le crâne humide, génèrent du catarrhe, provoquent des attaques, atteignent les yeux, bouchent les oreilles et induisent de nombreuses autres infirmités. Pour cette raison, une fois que quelqu’un s’est mis au lit, car gravement malade, le très excellent physicien lui tond les poils de la tête comme première origine de tout mal. J’ai moi-même plusieurs fois cogité à la manière et à l’utilité des poils qui poussent dans la personne, et je n’ai jamais pu l’expliquer sauf en tant qu’erreur de la nature […]. Et à la fin, j’ai compris que le poil n’est qu’une auberge pour les poux, qu’une chambre pour les morpions, qu’un réceptacle de toute laideur, et surtout de certaines petites bestioles fastidieuses et importunes, qui s’accrochent même aux racines. Et je me souviens maintenant d’un jeune gentilhomme qui, comme il avait une barbe bien fournie, fut de cette peste maudite pris au piège ; les parasites se posèrent jusqu’aux cils et dans les paupières. C’est ainsi que le pauvre mesquin utilisa toute une pharmacie de vif-argent, et qu’il lui fut très difficile de tuer et arracher les poux de la peau, tant et si bien qu’il risqua de perdre la vue33.

17Il est évident que de telles tirades visent aussi bien la rhétorique médicale que l’inefficacité des remèdes conçus pour combattre la syphilis, d’où la référence, dans de multiples pièces de Berni, Bini, Firenzuola et bien d’autres, au legno santo, c’est-à-dire au bois de gaïac qui était administré aux syphilitiques sous forme de décoctions.

18La satire des médecins, apothicaires et praticiens rejoignait ainsi la raillerie du pédantisme et des faux-savants qui parlent, comme le dénonçait l’Arétin et bien d’autres auteurs de cette période, en -bus et -bas. Or cette critique est fortement liée, dans les milieux qui ont produit ces textes, à une critique radicale de la scolastique, du cicéronianisme et des genres littéraires propres à la communication et à l’interprétation scientifiques et philosophiques, tout en déplaçant les limites de ce qui était considéré comme étant socialement acceptable. Entre femme honnête et courtisane, entre santé et maladie, entre hétérosexualité et homosexualité, nos auteurs semblent préférer souvent le deuxième terme de chaque binôme. Cela ne dépend pas d’une attraction saturnine pour l’interdit ou pour la corruption du corps et de l’esprit, ni de l’envie de s’encanailler à tout prix, mais plutôt de la mise en exergue, grâce à un procédé logique et littéraire de type paradoxal, de l’absurdité des savoirs canoniques, aussi bien philosophiques et littéraires que scientifiques. En somme, les textes rapidement illustrés dans ces pages n’appartiennent pas au domaine de la littérature de divertissement pure et simple. Certes, les presses des imprimeurs (surtout vénitiens) produisent de nombreuses plaquettes facétieuses dans lesquelles figurent des compositions souvent versifiées et en dialecte, hautement codifiées dans la forme et dans les contenus, sans doute conçues pour une lecture à haute voix et/ou performative, mais dans ces opuscules la mise en question des milieux et des savoirs institutionnels n’entre pas en ligne de compte.

  • 34 Cf. Tiraboschi Girolamo, Biblioteca modenese o notizie della vita e delle opere degli scrittori nat (...)
  • 35 Cf. Lando Ortensio, Paradossi/Paradoxes, éd. bilingue, texte établi par A. Corsaro, trad. de M.-F. (...)
  • 36 Dédié à une dame nommée Alessandrina, sans doute une courtisane, ce capitolo est publié dans le Le (...)
  • 37 Cf. In lode della rogna, ibid., F7r-F8v ; In lode della indispositione, N2v-N4v ; In lode del (...)

19À partir de la fin des années 1560, on assiste à la raréfaction de poèmes burlesques dont la portée critique investit aussi bien les contenus que les formes canoniques. L’un des derniers capitoli sur la syphilis est celui rédigé par Giovan Francesco Ferrari34, un écrivain modénais qui a longtemps vécu à Rome et qui compose des poèmes en s’inspirant de Berni, d’Arioste et de Della Casa, mais aussi des Paradoxes d’Ortensio Lando, l’un des textes les plus populaires de l’hétérodoxe milanais, un ouvrage mis à l’Index au début des années 155035. Si sa composition In lode della pelatina, alias Pelarella36 ne brille pas par son originalité, elle a le mérite de se faire l’écho de la tradition burlesque antérieure, qui semble avoir exploité tous les mécanismes comiques et paradoxaux offerts par le mal napolitain. Une récupération systématique des modèles textuels des années 1520-1560 figure également dans des poèmes analogues qui portent sur l’éloge ou la ridiculisation d’autres maladies et même de l’état pathologique tout court37.

  • 38 Celebrino Eustachio, Questo e lo modo da guarir del mal francioso nouo, & vechio, occulto, & palese (...)
  • 39 Lobera de avila Luis, Libro delle quatro infermita cortigiane che sono catarro, gotta, artetica, sc (...)

20En guise de conclusion, je rappellerai qu’au XVIe siècle, il existe en Italie des œuvres en langue vernaculaire à caractère médical proposant des remèdes spécifiques pour la syphilis ou bien une sorte de prophylaxie, comme dans l’ouvrage d’Eustachius Celebrinus Questo e lo modo da guarir del mal francioso nouo, & vechio, occulto, & palese…38 ou le Libro delle quatro infermita cortigiane…39, des œuvres fort intéressantes pour ce qui concerne le lexique inhérent à la syphilis ; un lexique qui mériterait d’être étudié plus en profondeur, à partir d’un corpus textuel comprenant aussi bien des compositions littéraires que des œuvres à caractère thérapeutique et pharmacologique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Lastraioli Chiara, « “Credi a me, che son medico cerugo”. Medicina in burla nella poesia giocosa del Quattrocento », in Le cabinet du curieux. Culture, savoirs, religion de l’Antiquité à l’Ancien Régime, sous la direction de Witold Konstanty Pietrzak et Magdalena Koźluk, Paris, Garnier, 2013, p. 61-78.

2 Sur la syphilis dans la littérature comique voir surtout Rossi Vittorio, « Di un motivo della poesia burlesca italiana », in Calmo Andrea, Le lettere riprodotte sulle stampe migliori, con introduzione ed illustrazione di Vittorio Rossi, Torino, Ermanno Loescher, 1888, p. 371-397.

3 Cf. Purgatorio delle Cortegiane di Roma. Con un lamento di una Cortigiana che fu gia fauorita poi venuta in calamtia per il mal francese si condusse andare in caretta, s.l.n.d., in-8° ; Veneziano Andrea, Lamento della Ferrarese cortigiana. Qual narra la sua disonesta uita, & come per la superbia & mal gouerno suo si condusse piena di mal franzese andar accatando in una carretta. Et piu insegna come s’habbino a gouernar le cortigiane al di d’hoggi. Con un sonetto & una bella Canzone nel fine, , s.l.n.d., in-8° ; Bandito in questo luoco solitario, tramutato per un giouine che haueua il mal francese. Con un capitolo in lingua venetiana contra una cortigiana molto bello, ne più stampato, s.l.n.d., in-8°. Voir à ce propos Romei Danilo, « Cortigiane honeste e (dis)honeste nei libri italiani del Cinquecento », in Otium. Antisociété et anticulture, Journée d’études sous la direction de Maria Teresa Ricci, http://www.nuovorinascimento.org, p. 22-35.

4 Lamento del tribolato Strascino Campani sanese : il quale tratta della patienza, & impatienza, che auuiene a quelli che hanno il mal franzese, In Siena, s.t. [après 1511], in-8°. Cf. Cosentino Paola, « Imperia, lo Strascino e il poemetto sul mal francese », in Giulio II. La cultura non classicista, a cura di P. Procaccioli, 2010, p. 131-148.

5 Sur cet auteur voir surtout Alonge Roberto, « Campani Niccolò, detto lo Strascino », in Dizionario Biografico degli Italiani, v. 17, 1974 (en ligne : http://www.treccani.it/enciclopedia/campani-niccolo-detto-lo-strascino_(Dizionario-Biografico)/) ; Pieri Marzia, Lo Strascino da Siena e la sua opera poetica e teatrale, Pisa, ETS, 2010.

6 Voir à ce propos, dans la base bibliographique EDIT16 (http://www.edit16.iccu.sbn.it) les pages de titre numérisées des éditions suivantes : Lamento del tribolato Strascino Campani sanese…, op. cit., CNCE 62783 ; Lamento di quel tribulato di Strascino Campana senese sopra il mal francioso, [s.l.n.d., après 1511], in-8°, CNCE 8781 ; Lamento di quel tribulato di Strascino Campana sopra el male incognito, el quale tratta de la patientia, & impatientia in ottaua rima, opera molto piaceuole, In Venetia, per Nicolo Zopino e Vincentio compagno, 1521 adi XII de decembrio, in-8 , CNCE 8789 ; Lamento del tribolato Strascino Campani sanese quale tratta della pazienza, & impazienza, che auuiene à quelli che hanno il mal franzese, Stampata in Firenze, appresso Giouanni Baleni, 1599, in-8°, CNCE 8808.

7 Par littérature bernesque, on entend généralement un genre poétique à caractère satirique et burlesque, souvent ouvertement anti-pétrarquiste, inspiré de la production de Francesco Berni (1497-1535).

8 Voir par exemple l’opuscule Capitolo in lingua venetiana. Sopra il mal francese, in Venetia, dalla bottega del Guadagnino, 1584, in-8.

9 Le terze rime de messer Giouanni Dalla Casa di messer Bino et d’altri, [Venezia], per Curtio Navo et fratelli, 1538, in-8.

10 In Rime, a cura di Danilo Romei, Milano, Mursia, [1985], p. 145, v. 36.

11 Ibid., p. 131-138.

12 « De même, votre mal n’a pas de remède, on n’en connaît pas l’origine, et des phénomènes semblables sont immortels et éternels, et divins [...]. Qu’il n’a pas d’origine est témoigné par les vers rédigés par Fracastor, qui sont pourtant si doctes, mais ne savent pas l’expliquer [expliquer l’origine de cette affection] » : « Parimente il mal vostro non ha fine / Ne si sa del principo, & simil cose / Sono immortali, & eterne, & divine. / [...] / Che principio non ha si può provare / Da versi che n’ha fatto il Fracastoro, / Che son si dotti & non lo san trovare. » Bini Giovanni Francesco, Capitolo del mal franzese, in Il primo libro dell’opere burlesche di M. Francesco Berni..., Venezia, Domenico Giglio, 1544, 167v.

13 La locution legno santo renvoie au gaïac, l’un des remèdes contre la syphilis. Cf. Firenzuola Agnolo, In lode del legno santo, in Opere, a cura di Adriano Seroni, Firenze, Sansoni, s.d., p. 954-957. Sur cet auteur voir la bibliographie fournie par Romei Danilo in Cinquecento plurale, http://www.nuovorinascimento.org/cinquecento/bibliografie.html. Sur l’inutilité des rémèdes contre la syphilis, voir aussi l’opuscule suivant, répertorié par Worldcat : El Crudele, et terribile lamento quale fa un giovene tribulato dal mal francese, narrando tutti gli empiastri, ontioni, profumi, bagni, & lavande, che ha adoprato per guarire detto male, ma tutto e riuscito in vano, & piu acerbamente se glie inasperito adosso, ne piu spera guarire se non per morte. Essortando ognuno a riguardarsi da si terribil male, s.l.n.d.

14 « Ne voyez-vous pas comment [la syphilis] rend les visages délicats ? Comment elle agrandit les membres les plus frustes, comment elle emplit les plus petits et calme les plus agités ? Comment elle blanchit la chair trop rouge, comment elle fait apparaître les articulations, les nerfs et les os, ce qui relève des fondements de l’art ? [Ne voyez-vous pas] comment elle nettoie et pèle la tête, les cils, les yeux et le menton, ainsi que quelqu’un semble avoir cinquante ans mais il en a cent ? » : « Non vedete voi i visi dilicati, / Ch’ei fa ? come che i membri rozzi ingrossa, / Empie gli smilzi, & doma gli sforzati ? / Come imbianca la carne troppo rossa, / Come fa comparir, che e ‘l fondamento / Dell’arte, le giunture i nervi & l’ossa. / Come il capo, le ciglia, e gli occhi e ‘l mento / Si gentilmente pela netta & sbuccia, / Ch’un par di cinquant’anni & hanne cento ». Bini Giovan Francesco, Capitolo del mal franzese, op. cit., 169v-170r.

15 « Può far il mondo ladro, messer Bino, / che abbiate perso il gusto e l’intelletto /di quel ch’importa più che’l pane e’l vino ? /So pur ch’avete il giudizio perfetto / e che più vi diletta di mangiare / dei beccafichi la schiena che ‘l petto. / Fate ciascun di noi maravigliare / di questa novità che voi tenete, / ché d’altro non si sente cicalare : / vedovi in una trama che darete / in qualche mal francese o pelarella ; / ma il canchero a la falla, se ‘l volete. [...] Io vorrei prima menarmelo a mano / più tosto farlo ai guatter di cucina, /ch’esser di dame un polimante vano. / Quest’è per esser la vostra ruina ; / la natura a quell’arte non v’incita, / ma sì bene a la sferica dottrina. / S’io credessi perderci la vita, / vo’ seguir questa bella e nobil arte, / degna nei bronzi d’essere scolpita. / Bastivi far al signor Strozzo parte / di voi nel resto con fatti e parole ; / ma ‘l suo mistier ciascun facci in disparte : / e lassate pur dir, dica chi vòle, / che ‘l più dolce mistier non si può fare ; / e, che ‘l sia ver, ne son piene le scole. / Bene abbi un vostro amico e mio compare, / ché egli, se ben è capo di famiglia, / non cessa il giovinetto confortare ; / quando a uno e quando con l’altro s’appiglia, / che di campagna pare un barigello, / e beato da lui chi si scatiglia : / porta un suo berrettin sott’il cappello / e ne va al buio per tutt’i cantoni / fin che rimbuca il signor suo fratello. / Sicché, Bin, ritornate a l’arte buona / né vogliate dar mal esempio voi / che sete guida e la nostra corona ». Becutti Francesco, detto il Coppetta, Rime, ed. Ezio Chiorboli, Bari, Laterza, 1912 (en ligne : http://www.bibliotecaitaliana.it). Sur cet auteur, voir surtout l’article biographique de Mutini Claudio, in Dizionario Biografico degli italiani, vol. 7, 1970 (en ligne : http://www.treccani.it/enciclopedia/beccuti-francesco-detto-il-coppetta_(Dizionario-Biografico)/).

16 « Alcun si piglia un ragazzo per moglie / per fuggir di pelarsi, e poi s’avvede / c’ha preso il mal francese con le doglie» Rime di m. Francesco Coppetta de’ Beccuti perugino, In Venetia, appresso Domenico, et Gio. Battista Guerra, fratelli, 1580.

17 « [...] Alcun si piglia un ragazzo per moglie / per fuggir di pelarsi, e poi s’avvede / c’ha preso il mal francese con le doglie », Beccuti Fancesco, (detto il Coppetta), Rime, éd. cit., texte CXCII (www.bibliotecaitaliana.it).

18 Sur cet auteur, voir la bibliographie fournie par Pignatti Franco, in Cinquecento plurale, http://www.nuovorinascimento.org/cinquecento/bibliografie.html.

19 La Biliorsa est une figure féminine monstrueuse, souvent associée à la Befana ou à une chimère.

20 « Tu parrai tosto, Alfonso, una gallina / padovana che mudi, od una gazza ; / sì che datti piacere adesso e isguazza, / per che la tua vergogna è già vicina. /Da qualche fante, o sudicia sgualdrina, / o se si trova in chiasso peggior razza, / come sei uso, beendo alla tazza, / hai pur cavato alfin la pelatina. / A questa volta pur sarai l’uccello ; / e vendicato a moggia, non ch’a staia, / fia il Varchi, il Tasso, l’Orsilago e ‘l Gello. / Tu sarai messo da i fanciulli in baia, / e diranno : « Ecco Alfonso, vello, vello, / che proprio par la Biliorsa gaia ». / Ma tu, santa pelaia, / se affatto ci vuoi far lieti e contenti, / fagli cadere gli occhi il naso e i denti. » Grazzini Anton Francesco, Opere, éd. par Guido Davico Bonino, Torino, Unione tipografico-editrice torinese, 1974 (en ligne : www.bibliotecaitaliana.it), texte X.

21 Cf. Molza Francesco Maria, Poesie..., a cura di Pierantonio Serassi, Milano, Società tipografica dei Classici Italiani, 1808. Sur cet auteur, voir surtout Pignatti Franco, Molza, Francesco Maria, in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 75, 2011 (en ligne : http://www.treccani.it/enciclopedia/francesco-maria-molza_(Dizionario-Biografico)/).

22 Cf. Caro Annibale, Commento di ser Agresto da Ficaruolo sopra la prima ficata del padre Siceo, Roma, A. Blado, [1538 ?]. Sur cet ouvrage voir surtout Garavelli Enrico, Presenze burchiellesche (e altro) nel « Comento di ser Agresto » di Annibal Caro, in La fantasia fuor de’ confini: Burchiello e dintorni a 550 anni dalla morte (1449-1999), a cura di Michelangelo Zaccarello, Ed. di Storia e Letteratura, 2001, p. 195-239 et id., « I pentimenti di Ser Agresto. Terza variazione al commento alla Ficheide di Annibal Caro », Filologia e critica, XXVIII, 2003, p. 181-208.

23 « L’altra cagione, perchè non si trionfa co’ Fichi, è che quel lor latte è arsivo, e appiccaticcio, e dove tocca, o incrosta, o scortica, o pela ; scortica, o pela ; e per questo dicono, che Apollo non ne trionfasse. Perciocché morto Pitone, volendo trionfar del Fico di Dafne, ella, che conosceva d’esser nel tempo, che il latte gli avrebbe pelata quella bella zazzera d’oro, gli voltò le spalle, ed egli le corse dietro ; ma poi riconosciuta la sua discrezione, volle, che ‘l suo Fico diventasse Lauro, e che sempre fosse verde, perchè altri non portasse pericolo a trionfarne d’ogni tempo. Da indi innanzi e gli Imperadori, ed i Poeti, per amor d’Apollo e per paura della pelatina, abbandonati i Fichi, si dettero dietro al Lauro. Quei che venner di dietro, cioè che si son dilettati delle frutte moderne, come delle Pesche, delle Grisomele, delle Melangole, e simili, che sono stati i Prelati, e i Poeti ». Caro Annibale, Gli straccioni commedia, La ficheide comento, La nasea e statua della foia dicerie di Annibal Caro, Milano, Daelli, 1863, p. 105-106.

24 « Come alla primavera / i fioretti e le fronde, / e come il pesce all’onde, / così all’empia schiera / delle femmine false il malfrancioso / è ornamento bello e grazïoso ». « Sul malfrancioso », in Grazzini Anton Francesco, op. cit., texte XLVII.

25 Cf. à titre d’exemple : Veneziano Andrea, Lamento della Ferrarese cortigiana. Qual narra la sua disonesta uita, & come per la superbia & mal gouerno suo si condusse piena di mal franzese andar accatando in una carretta..., [s.l.n.d., XVIe siècle] ; Grandissimi dolori, et gli insopportabili tormenti che patscono [sic] le pouere cortigiane, e chi le seguita, [s.l.n.d., XVIe siècle] ; Purgatorio delle Cortegiane di Roma. Con un lamento di una Cortigiana che fu gia fauorita poi venuta in calamtia per il mal francese si condusse andare in caretta, [s.l.n.d., 1560 ?].

26 Manziana, Vecchiarelli, 2012.

27 Manziana, Vecchiarelli, 2009.

28 Pasquinate, grillate pelate e altro Cinquecento librario minore, op. cit., p. 155-170.

29 Ibid., p. 171-192.

30 Ibid., ill. 7, p. n. num.

31 « Ohimè la pelatina, ah ? Ohimè pelarsi, eh ? La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che sia al mondo, massimamente per voi. Per questa ragione, prima vi scanavano (con riverenza della vostra barba) i pidocchi ; e sempre voi avevi una dozina di pastegli appiccati al più bel di Roma e un million di granchiollini in giostra fra il casato di Bartolomeo, i quali, sfidatosi a guerra finita, come voi sapete, combattevano con quelli della barba, in modo se non era el pelatoio, voi non saresti mai uscito di tante tresche. Tentennone mio tenero, la vi torna bene : non arete cagione [di pettinarvi] né di spendere al barbieri ; oltre che ogni persona fa le meraviglie, e certo l’è stata gran ventura la di V. S. a pelarsi, come io ho inteso per tutto, che ella non costuma così con gli altri, e’l mi vien mezza colera che voi non abbiate un paio di tinconi grossi e duri, che così come voi vi sete purgato dalle spurcizie di fuori, vi netasti dalle manigolderie di dentro, benché senza darvi tanto fastidio una giandussa o un gavocciolo di quei buoni che v’avessero fatto tirar le calze era bastante a pelarvi di dentro e di fuori ». Ibid., p. 169.

32 « Ma prima avete a sapere che l’esser piloso è cosa più tosto propria di fiere alpestre che di razionali creature, e tra le fiere quelle che più hanno il pelo denso e irsuto, come lupi, cignari e orsi, più de l’altre son rapace, feroce e crudeli, così quelle persone che pilose sono molto queste fiere assomigliano, né meno da queste che da quelle abbiamo a guardarci e allontanarci perché invero per ogni pelo c[h ]’hanno attacato a la pelle hanno un vizio inchiodato nel core. Leggesi d’un certo Ateniese, il qual avea tutte le scelerità del mondo commesse e, essendo più volte con astuzie inusitate dal ceppo e da la morte campato, fu finalmente ripreso e squartato, dove che gli trovarono persino il core tutto piloso. Nerone, Attila, Azzelin Romano e colui che la spada a Marfisa e’l cavallo a Sacripante furò erano oltre l’ordine di natura pilosi. Mirra, Bibli, Semiramis e la crudel figliola di Niso avevano poco men de gl[i] uomini il mento piloso, e da qui nacque il proverbio che dice “femina barbuta co’ sassi si saluta” ». Ibid., p. 182-183.

33 « I peli tengono il capo umido, generano cattarro, inducono strangoglioni, infermano gl[i] occhi, otturono l’orecchie, e altre fanno infirmitadi assai, onde tantosto che alcuno s’è posto a giacere gravemente amalato, il fisico eccellente il pelo del capo li leva come prima cagione e origine d’ogni male. Io ho più volte tra me medesimo considerato a che commodo e a che utile questi peli nascano ne la persona, né mai altro ho potuto darmi a credere salvo che ciò sia errore de la natura [...] ; e a la fine i’ comprendo che il pelo non è altro che albergo di pulci, stanza di pedocchi, ricetto d’ogni bruttura, e in spezie di certi animaletti fastidiosi, importuni, che persino ne le radici si ficcano ; e or mi soviene d’un certo gentil giovane che perché egli avea la barba alquanto folta di peli, questa peste maledetta vi fece entro una imboscata e passò perfino ne le ciglia e palpebre de gl[i] occhi, di modo che’l meschino spese tutta una specieria d’argento vivo e gli fu fatica l’uccidergli e spiccargli da la carne, e ne fu appresso per perdere la vista ». Ibid., p. 183-184.

34 Cf. Tiraboschi Girolamo, Biblioteca modenese o notizie della vita e delle opere degli scrittori natii degli stati del serenissimo signor Duca di Modena..., t. II, in Modena, presso la Società tipografica, 1782, p. 272-273. Je me permets de signaler mon étude récente sur les poèmes burlesques de Ferrari : « In extremis : la manière burlesque de Giovanni Francesco Ferrari », Italique, XVI, 2013, p. 233-257.

35 Cf. Lando Ortensio, Paradossi/Paradoxes, éd. bilingue, texte établi par A. Corsaro, trad. de M.-F. Piéjus, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

36 Dédié à une dame nommée Alessandrina, sans doute une courtisane, ce capitolo est publié dans le Le rime burlesche sopra varii, et piacevoli soggetti, indirizzate a diversi nobili Signori..., Venezia, Heredi di M. Sessa, 1570, F2v-F5r. Dans le même recueil figurent également une composition contre la barbe (Contra la barba. Ad un suo amico, ibid., F5r-F7r).

37 Cf. In lode della rogna, ibid., F7r-F8v ; In lode della indispositione, N2v-N4v ; In lode dello stare ammalato,  N4v-N6r.

38 Celebrino Eustachio, Questo e lo modo da guarir del mal francioso nouo, & vechio, occulto, & palese, piaghe, doglie, broze, & gomme con la purgatione, & oncione cosa excellentissima, & piu uolte experimentata, Venezia, Giovanni Antonio Nicolini da Sabbio, 1526.

39 Lobera de avila Luis, Libro delle quatro infermita cortigiane che sono catarro, gotta, artetica, sciatica : mal di pietre, & di reni : dolore di fianchi, et mal francese, & d’altre cose utilissime ... Con un trattato di esperienze certissime, & provate, Tradotto di Spagnuolo in Italiano per M. Pietro Lauro, [Venetia], Gio. Battista, & Marchio Sessa, [1558].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Lastraioli, « La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che sia al mondo : notes sur le discours parodique sur la pelade au XVIe siècle »Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 41-54.

Référence électronique

Chiara Lastraioli, « La più santa, la più gloriosa, la più bella cosa che sia al mondo : notes sur le discours parodique sur la pelade au XVIe siècle »Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.947

Haut de page

Auteur

Chiara Lastraioli

Chiara Lastraioli est professeure d’Études italiennes à l’Université François-Rabelais de Tours. Elle est directrice de la Maison des sciences de l’homme du Val de Loire et chercheuse au Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323 du CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search