Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Syphilis

Le mal et ses remèdes : une représentation multipolaire de la syphilis et de ses thérapies chez Oviedo et Orta

The disorder and its remedies: a multi-faceted representation of syphilis and its treatments
Grégoire Holtz
p. 55-71

Résumés

Cet article se propose d’étudier les enjeux épistémologiques qui, à la Renaissance, se greffent sur la représentation éclatée et mondialisée de la syphilis et de ses divers remèdes. À travers la comparaison de l’historiographe espagnol Oviedo et du médecin portugais Orta qui se sont intéressés aux thérapies locales pour soigner la syphilis, on dégagera les modalités de légitimation des savoirs indigènes. Du bois de gaïac décrit par Oviedo à Hispaniola à la racine de Chine vantée par Orta à Goa, de nouveaux remèdes apparaissent pour soigner une épidémie, décrite pour son caractère à la fois étranger et planétaire. Quels procédés d’écriture, quels imaginaires scientifiques, quels dispositifs de légitimation permettent d’affirmer l’autorité de ces savoirs indigènes ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette question, on se reportera aux différents articles réunis par Dutour Olivier, Palfi Gyorgy (...)
  • 2 Pour des ouvrages généraux sur la syphilis à la Renaissance, voir Arrizabalaga Jon, Henderson John (...)
  • 3 Citons par exemple Antoine Du Verdier : « La maladie que nous appellons mal de Naples et les Italie (...)
  • 4 Sur l’introduction de ces matières premières, voir Griveti Louis E. et Shapiro Howard-Yana, Chocola (...)
  • 5 Pour une vue synthétique sur cette question, voir Gruzinski Serge, Les quatre parties du monde : hi (...)
  • 6 La bibliographie consacrée à cette question est abondante et plusieurs des notes qui vont suivre da (...)

1Le « mal français » vient de loin. Au XVIe siècle, la controverse sur l’origine géographique de la syphilis ne débouche pas plus qu’aujourd’hui sur une certitude scientifique1, mais la perception de la contagion comme une maladie lointaine2, sans doute venue des Amériques, tend à s’imposer dans les textes médicaux et prosopographiques3. Mieux, la maladie est assez rapidement associée à une thérapie, elle aussi étrangère – le pau gaïac –, créant dans l’imaginaire médical une identification géographique entre le mal et son remède, tous deux importés, au même titre que le cacao, le café et bientôt la pomme de terre dans l’Europe humaniste4. On n’interrogera ici ni l’historicité de l’importation de la maladie vénérienne, ni les modalités de diffusion des pratiques thérapeutiques, mais plutôt l’articulation qui s’affirme alors entre la représentation de la syphilis comme épidémie universelle et la connaissance de savoirs thérapeutiques locaux qui, eux aussi, traversent les océans. En effet, si la valorisation des savoirs indigènes lors de la « première mondialisation ibérique5 » a suscité de nombreux travaux scientifiques6, elle n’a cependant pas été étudiée dans ses liens avec la conscience d’une première épidémie planétaire, qui identifie les différents pôles où le « mal français » est présent.

  • 7 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Historia general de las Indias, Séville, Juan Cromberger, 153 (...)
  • 8 Da Orta Garcia, Coloquios dos Simples e drogas he cousas mediçinais da India, Goa, Joanes de Endem, (...)

2C’est cette articulation qu’on veut analyser ici à travers deux textes révélateurs des enjeux médicaux et anthropologiques propres aux pharmacopées indigènes. Dans ces écrits, affleure le processus de décentrement de la médecine européenne qui n’a plus l’autorité suffisante pour soigner ce mal venu de loin et qui doit composer avec des remèdes jusqu’alors inconnus. Le premier témoignage est celui du chroniqueur espagnol Oviedo : son Histoire naturelle et générale des Indes (1535), qui dresse l’inventaire des singularités culturelles et naturelles observées à Hispaniola et au Nicaragua7, connut un grand succès européen pour sa description du gaïac. Le second ouvrage offre une vision élargie de la compréhension de la vérole au XVIe siècle : le médecin marrane portugais Garcia da Orta consacre en effet le quarante-septième colloque de ses Coloquios dos simples e drogas, imprimés en 1563 à Goa8, à la racine de Chine qui, elle aussi, soigne la syphilis. La comparaison de ces deux textes nous aidera à mieux dégager ce qui se joue au XVIe siècle autour de la découverte des pharmacopées indienne et chinoise par les savants européens : quels nouveaux modes d’expertise apparaissent alors et quelle autorité leur est attribuée face à la contamination syphilitique ? Quel rôle est joué par le témoignage du voyageur, qu’il soit médecin ou chroniqueur, dans la description de ces nouveaux remèdes ? Quelle vision décentrée du monde et de ses Grandes Découvertes, marquée par la circulation des hommes et de leurs maladies, est ainsi en train de s’écrire ?

Le gaïac ou la racine de Chine ? La diversité des remèdes face à l’extension planétaire de la syphilis

  • 9 On sait que le Journal de bord de Colomb, tel que nous pouvons le lire aujourd’hui, n’est que le ré (...)
  • 10 Pierre Martyr supprime toute allusion à la syphilis dans ses Decades et « décharge de toute faute l (...)

3Si le texte de Colomb est elliptique sur la syphilis (son Journal de bord relève cependant d’un curieux montage9), et si les Decades de Martyr sont complètement silencieuses sur le sujet10, il n’en reste pas moins que le lien entre l’origine américaine et sa diffusion en Europe s’affirme progressivement au XVIe siècle. La syphilis n’est pas seulement un mal lointain et américain, elle est tout autant perçue comme un mal universel : alors que de nombreux écrits lui assignent une origine américaine, d’autres témoins attestent sa présence aux Indes, non pas occidentales, mais bien orientales. C’est ce que montrent Oviedo et Garcia da Orta qui, en s’appuyant sur leur expérience, soulignent à la fois l’extension de la maladie sur le globe terrestre et son caractère profondément inédit. Appartenant à deux nations alors engagées dans une féroce rivalité coloniale, Oviedo et Orta décrivent l’apport des savoirs indigènes, le premier avec le style historique du chroniqueur, le second avec celui, plus polémique, du médecin empirique, expert dans les pharmacopées européennes comme asiatiques.

  • 11 Sur Oviedo, chroniqueur mais aussi contrôleur des fonderies à Hispaniola, on consultera : Ballester (...)
  • 12 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire ..., op. cit., fo 32 vo. Révélateur de la propension (...)
  • 13 Ibidem.
  • 14 Pour le texte original de ces deux chapitres, on consultera l’édition moderne complète de l’Histoir (...)
  • 15 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 130 vo : « En ces isles, & en la te (...)
  • 16 Cela apparaît par exemple sous la plume de Du Verdier : « On guerit [la syphilis], principalement p (...)
  • 17 Sur cette question, voir l’analyse de Stein Claudia, Negotiating the ‘French Pox’ in Early Modern G (...)
  • 18 Sur ces références et le contexte médical, on se reportera à l’introduction et à la bibliographie d (...)

4Tout d’abord, Oviedo contredit les appellations françaises ou napolitaines de la syphilis pour lui assigner une provenance exclusivement américaine11 : « les uns et les autres l’eussent bien mieulx nommée la maladie des Indes »12. Son insistance sur la nouveauté de la maladie – « Et qui pis est, ce mal estoit si nouveau & incognu »13 – rappelle aussi à quel point le caractère inédit de la situation (et d’une épidémie qui a déjà fait de terribles ravages en Europe) implique un remède tout aussi inédit et qui soit extérieur à la tradition médicale hippocrato-galénique. Cette thérapie autant exotique que le mal qu’elle soigne, Oviedo en a une connaissance directe. Deux chapitres du premier livre de son Histoire naturelle et générale des Indes sont en effet consacrés au gaïac14. Sa description, qui détaille l’aspect physique du bois et de sa préparation en copeaux, distingue en fait deux bois : le gaïac à proprement parler, originaire d’Hispaniola, et le « saint-bois » qui vient de San Juan15 (actuel Porto Rico). On remarque à cet égard que la réception européenne confond sous la seule désignation de gaïac ces deux espèces16, largement vendues et utilisées dans l’Ancien Monde, entre autres grâce aux importations massives financées par les Fugger17. Sous cette unique et nouvelle appellation, décrite par une pléiade de médecins – tels Nicolas Poll, Jacques de Béthencourt ou Niccolò Massa18 –, le gaïac est célébré pour son emploi exotique et utilisé en substitution ou en complément du traitement traditionnel au mercure.

  • 19 Comme cela apparaît dans l’Histoire, mais aussi dans la collaboration qu’Oviedo entretenait avec Ra (...)

5La conscience de la double nouveauté de la maladie et de son remède occupe une place stratégique dans l’argumentation d’Oviedo. Son Histoire naturelle et générale des Indes répond en effet à une visée procolonialiste qui glorifie la conquête espagnole et signale les richesses à découvrir et à exploiter19, essentiellement minières et naturelles. L’historiographe, qui eut aussi une responsabilité administrative dans l’exploitation des ressources aurifères, commence ainsi par établir un parallèle entre la diffusion de la syphilis et l’acquisition tout aussi extraordinaire de l’or américain par les colons ibériques, reprenant la sagesse proverbiale selon laquelle un mal s’accompagne nécessairement d’un bien :

  • 20 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire ..., op. cit., 32 ro. Voir l’original : « Pues qu (...)

Or puisque la plus grand’part de l’or de ces Indes a esté transportée […] par toutes les parties du monde : il semble raisonnable, que comme ils ont jouy de noz labeurs, ils ayent aussi part à noz douleurs & fascheries20.

  • 21 Ibidem, fo 130 vo. Oviedo confirme cette reconnaissance universelle des vertus du gaïac : « C’est c (...)
  • 22 Voir note 18.

6Oviedo ne se contente pas de célébrer ici la puissance de l’Espagne, renforcée grâce à l’or des Amériques et qui s’étend « par toutes les parties du monde », il montre aussi que l’épidémie syphilitique accompagne cet essor économique, comme le revers de la médaille. Or, ce mal « contagieux & terrible » est lui-même suivi d’un nouveau bien, le gaïac, qui dans un dernier temps va pouvoir annuler la nuisance de la maladie. La pharmacopée indigène est mise sur le même plan que les ressources minières, elle est dotée d’une valeur (médicale et économique) dont l’empire colonial espagnol a intérêt à tirer le plus grand profit. Chez Oviedo, la puissance universelle de l’Espagne est aussi glorifiée pour sa capacité à réguler les nouvelles maladies, comme le montrent les nombreuses références au caractère mondial de l’usage du gaïac : « Car en Espagne & en autres plusieurs endroicts du monde a l’on veu l’experience & les cures qu’a faict cest arbre », dit ici Oviedo21 ; on l’a utilisé « tant es Indes qu’en plusieurs regions de l’Univers » indique-t-il ailleurs22.

  • 23 Sur Orta, on lira les travaux de Ines G. Županov, « Drugs, health, bodies and souls in the tropics  (...)
  • 24 Le genre du dialogue médical se développe à la Renaissance : voir celui de Prosper Alpin qui réunit (...)
  • 25 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 526.
  • 26 Ibidem p. 527-528.
  • 27 Comme il le déclare lui-même : « Vous voyez donc, monsieur, que j’aurais de bonnes raisons de préfé (...)
  • 28 La racine de Chine (Smilax china Linn.), plante grimpante et épineuse, appartient à la famille des  (...)
  • 29 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 528.

7L’analyse d’Oviedo sur l’extension universelle de la syphilis, mais aussi sur le gaïac comme remède privilégié, est confirmée par celle du médecin portugais Garcia da Orta23. Postérieur de trois décennies, son témoignage sur la médecine aux Indes orientales, écrit sous la forme de « colloques »24 (des dialogues savants et parfois comiques), atteste aussi l’importation du gaïac jusqu’à Goa : Orta en amène avec lui « cinq quintais » et précise qu’« on [le] félicita grandement d’avoir apporté ce bois car certaines personnes ici s’étaient déjà bien soignées avec et attendaient donc qu’on en apporte du Portugal »25. Parce que « tout le monde désira avoir de ce bois », Orta réussit à Goa « une très bonne vente »26. Cependant, à la différence d’un Oviedo qui célébrait la puissance économique de sa patrie, Orta ne s’étend ni sur l’importation du bois lucratif, ni même sur la bonne affaire qu’il vient d’accomplir27. C’est bien plus l’affirmation de son autorité de médecin – et qui plus est d’un médecin expert dans la pharmacopée européenne et dans la pharmacopée orientale – qui l’intéresse : pour conforter sa légitimité, il n’y a rien de tel que de vanter l’introduction d’un remède indigène supérieur au gaïac, le bois (ou racine) de Chine28. La volonté de singularisation par rapport aux autres nombreux médecins, ou au « gentilhomme allemand » (von Hutten), ayant déjà traité du gaïac, est explicite sous la plume d’Orta : « Et ne vous étonnez pas que je fasse si grand éloge de la racine de Chine alors que personne ne l’a fait et que tant d’auteurs écrivent chaque jour pour vanter le gaïac »29.

  • 30 Il est possible qu’Orta n’ait pas lu directement Vésale et qu’il reprenne cette information dans Ma (...)
  • 31 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 526.
  • 32 « Et comme les Chinois se soignaient là-bas avec ce remède, ils ont fort bien fait d’apporter cette (...)

8Pour Orta, l’enjeu est scientifique – affirmer son autorité contre celle de médecins contemporains, tels Laguna et surtout Vésale30, qui « disent beaucoup de mal » de la racine de Chine – mais il ne se réduit pas à la seule légitimation de son expertise : c’est une fois de plus, comme chez Oviedo, l’argument de la nouveauté et le caractère indigène du remède qui importent. La contagion de la syphilis est en effet telle que « tous ces pays, la Chine aussi bien que le Japon, connaissent le mal napolitain »31 : l’extension du mal à une échelle mondiale implique pour Orta la prise en compte de remèdes locaux qui attestent non seulement l’universalité de l’épidémie, mais encore la grande diversité des thérapies observables sur la planète. Mieux, la racine de Chine est doublement nouvelle aux yeux d’Orta, d’abord parce qu’elle est moins connue que le gaïac, mais aussi parce qu’elle vient de Chine et qu’elle est présentée comme étrangère en Inde, y compris pour la population cosmopolite de Goa32 (Orta force sans doute le trait pour assurer l’effet publicitaire de son propos en indiquant que ce remède aurait été importé de la Chine en Inde en 1535).

  • 33 Ibidem, p. 529.
  • 34 Quelques décennies plus tard, les jésuites Ricci et Trigault décrivent aussi la racine de Chine en (...)

9La racine de Chine est donc décrite comme une compétitrice du bois américain, elle est dotée d’une efficacité supérieure qui s’explique par le fait qu’elle ne soigne pas uniquement la syphilis mais de nombreux maux, comme une sciatique dont Orta est lui-même victime33. Cette supériorité est ensuite confirmée par de nombreuses anecdotes qui, à l’encontre des attentes d’un ouvrage médical, priment sur la description physique du bois de Chine, reléguée à la fin du colloque. La rivalité entre les deux remèdes, américain et chinois, répète sur le terrain scientifique des pharmacopées indigènes la lutte coloniale entre l’Espagne et le Portugal. Engagé dans cette compétition à laquelle participent d’autres médecins contemporains, espagnols (Nicolas Monardes ou Francisco Hernandez) comme portugais (Tomé Pires ou Cristobal Acosta), Orta rappelle volontiers l’apport médicinal des Indes orientales34, et plus particulièrement de la Chine qui, au milieu du XVIe siècle, est très mal connue en Europe. En somme, la présentation de la racine de Chine atteste, au-delà de l’extension mondiale de l’épidémie, la profusion inouïe des remèdes inventés par les différentes nations.

La reconnaissance des expertises locales

  • 35 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 32 ro : « Car depuis j’ay veu, & pa (...)
  • 36 Ibidem, fo 32 vo.
  • 37 Ici il mentionne « une autre recepte, de laquelle j’ay veu user pardeça », là il dira « comment je (...)
  • 38 Sur l’autopsie, voir les analyses classiques de Hartog François, Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la (...)

10Chez Orta, comme chez Oviedo, on remarque une insistance à souligner une nouvelle forme d’expertise, éprouvée et validée loin des universités de médecine européennes. En premier lieu, la légitimation d’une pharmacopée étrangère est rendue possible grâce au poids essentiel assuré par le témoignage personnel des deux auteurs. En effet, chez Oviedo, la preuve de l’origine américaine de la syphilis est attestée par de nombreux marqueurs rappelant son séjour aux Indes occidentales, où il passe près de trente-cinq ans. Ce savoir empirique est aussi mis en relief par la connaissance directe que l’historiographe eut des compagnons de Colomb35, y compris Vincent Pinzon, le commandant et grand rival de l’amiral lors du premier voyage, avec qui Oviedo a « eu grande amitié jusques à sa mort ». L’importance de ces premiers « tesmoings de veuë »36 – le chroniqueur en énumère dix – est nécessaire pour assurer le fondement de son discours, elle permet un relais entre les premières attestations américaines de la syphilis et le témoignage direct qu’Oviedo a eu du gaïac à Hispaniola. En montrant comment il a vu les Taïnos procéder37, il mobilise le principe d’autopsie38, ou vue par soi-même, pour inscrire une continuité légitimante entre l’expérience du témoin européen et l’expérience médicale des indigènes. Il y a comme un cercle vertueux qui relie le témoignage visuel d’Oviedo aux techniques médicales des Taïnos : l’historiographe valide l’efficacité de leur médecine par son témoignage, tout comme les détails qu’il donne sur les usages du gaïac, déjà célèbre en Europe, concourent à légitimer son récit.

  • 39 Ibidem, fo 32 vo.
  • 40 Ibidem, fo 131 ro.
  • 41 Ibidem, fo 131 vo.
  • 42 L’évaluation précise des ravages du « choc bactériologique » n’est toujours pas réglée par les hist (...)

11L’essentiel est de signifier l’adéquation entre le mal et son remède, tous deux américains : « Car [la syphilis] est icy fort commune aux Indiens, & s’en sçavent bien panser & guerir »39. Oviedo précise que si la maladie est commune aux Européens et aux Indiens, elle n’a cependant pas la même gravité à Hispaniola « où ilz se guarissent de ceste maladie aussi facilement, qu’en Espagne de la galle, & en font moins de cas »40. Derrière l’apparente diffusion universelle de l’épidémie, l’historiographe note une grande disparité dans la réalité empirique de la même maladie, des résistances bactériologiques qu’elle rencontre et des ravages qu’elle occasionne. À cet égard, son emploi des analogies semble plus différencier que rapprocher les deux univers : si la syphilis est plus proche de la galle pour les Taïnos, pour les Espagnols elle s’apparente bien plus aux « malades de sainct Ladre »41, c’est-à-dire aux lépreux. Il est attendu que cette perception différenciée des effets de l’épidémie opère selon une grille de lecture européenne qui trouve des équivalences avec les maladies de l’Ancien Monde. En revanche, il est significatif que cette grande connaissance que l’historiographe a des dégâts de la syphilis, tant en Amérique qu’en Europe, se construise sur le refoulement complet du choc bactériologique produit par les microbes importés d’Europe qui, dans la première moitié du XVIe siècle, décime une part immense de la population amérindienne42.

  • 43 On retrouve ici la logique bien connue de la « fragmentation analogique ». Sur ce procédé, voir Tin (...)
  • 44 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 131ro.
  • 45 Ibidem, fo 131 vo. Voir l’original espagnol : « Y no es aquéste sólo con el que los indios sanan e (...)
  • 46 C’est par exemple la position d’un Symphorien Champier qui tempête régulièrement contre l’usage des (...)

12Pour Oviedo, l’essentiel n’est pas là. Plus importante est pour lui l’affirmation d’une pharmacopée qui, par-delà de son apparence familière (la feuille du gaïac ressemble à celle du « framboisier »43), est propre à l’Amérique « car ceste terre & païs est fort different à celuy d’Europe »44. La valorisation d’une expertise médicale locale devient l’argument central du chapitre consacré au gaïac et aux usages qu’en font les Taïnos : « Quant aux Indiens, ilz ne se guarissent pas seulement de ceste maladie, ainçois de plusieurs autres, tant par la cognoissance qu’ilz ont des herbes, que pour les avoir expérimentées »45. Alors que les médecins ferraillent en Europe sur la nécessité ou le danger d’avoir recours à des plantes médicinales orientales46, Oviedo déplace la focale vers le Nouveau Monde en glorifiant non pas tant le végétal américain que l’usage thérapeutique qu’en font les Indiens et dont la médecine européenne doit s’inspirer.

  • 47 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 528.
  • 48 Ibidem, p. 526.
  • 49 Il y a cependant une différence essentielle pour Orta : la diète n’est pas obligatoire avec la raci (...)
  • 50 Orta déclare par exemple : « Chez eux, les Chinois ont coutume de mettre une plus grande quantité d (...)
  • 51 Orta précise : « pour la raison sur laquelle se fondaient les Chinois, je me suis accoutumé à ne pa (...)
  • 52 Ibidem, p. 529.
  • 53 Ibidem, p. 535. L’original portugais est : « e ficou pera sarar com os remedios loaes somente » (Co (...)

13Chez Orta, on retrouve, par-delà la rivalité entre la racine de Chine et le gaïac, le même dispositif de célébration d’un remède indigène. Si la pharmacopée chinoise jouit d’une efficacité universelle puisqu’elle est « fort bienfaisante pour tous »47, c’est grâce à l’expertise d’une tradition médicale extra-européenne : « Dieu, dans Sa miséricorde, a voulu donner [aux Chinois] pour remède cette racine avec laquelle, là-bas, les bons physiciens savent bien soigner, car pour les mauvais, ceux-là font des erreurs partout »48. Le savant marrane donne des détails sur les techniques de la préparation du bois de Chine – assez semblable à celle du gaïac : le malade absorbe la décoction de copeaux de bois bouillis49 –, techniques conçues par les médecins chinois50, mais qu’Orta adapte au contexte indien. Il en est ainsi pour rectifier le volume d’eau par rapport à la quantité de bois bouilli51, ou pour ajuster la préparation au climat de Goa, invitant à ne pas « mettre autant de bois que l’on en met en Chine, parce que ce pays-là est extrêmement froid et celui-ci très chaud »52. Les ajustements proposés par Orta à la pharmacopée chinoise révèlent la dimension pragmatique de son entreprise : tout remède relève d’une appropriation empirique. Qu’elle soit déplacée en Inde, ou en Europe, comme Orta le souhaite, la cure par la racine de Chine peut s’avérer bénéfique, l’autorité des médecins chinois ne faisant aucun doute sous sa plume. Comme Oviedo à propos du gaïac des Taïnos, Orta souligne l’expertise d’une médecine indigène et l’efficacité de sa pharmacopée. Ainsi, à propos d’un malade qui avait « les testicules très gonflés depuis longtemps », il insiste sur le fait qu’« il ne parvint à guérir qu’avec des remèdes locaux »53.

  • 54 Ibidem, p. 528 (voir Matthiole, Commentaires..., op. cit., p. 134).
  • 55 Ibidem, p. 534. Balaghat est situé dans le nord de l’Inde, dans l’état actuel du Madhya Pradesh.
  • 56 Ibidem, p. 529
  • 57 Sur la médecine portugaise dans un contexte colonial, voir Fontes da Costa Palmira et Leitao Henriq (...)
  • 58 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 531. Orta déclare aussi sur le même ton : « Ensuite, nom (...)
  • 59 « Pour les maladies extrêmes les traitements extrêmes sont puissants » (ibidem, p. 534).

14Cependant, au-delà de l’autorité locale de la médecine chinoise, c’est surtout la propre autorité d’Orta lui-même qui est théâtralisée. Le médecin marrane constitue à lui seul l’unique autorité scientifique de son discours, indirectement adoubé par l’autorité politique de Charles Quint qui, selon une citation tirée de Matthiole54, aurait éprouvé le plus grand bien à consommer du bois de Chine. Le fondement premier de son discours reste cependant l’expérience personnelle et, tout comme l’historiographe espagnol, Orta affirme le primat de son autopsie, comme lorsqu’« au Balaghât [il a] vu des gens qui prenaient de ce bois »55. Cependant, à la différence d’Oviedo, Orta, qui précise qu’il n’a « pas du tout le mal gaulois »56, expérimente le bois de Chine et raconte trois anecdotes mettant en scène la réussite de son traitement, qu’il s’agisse du puissant sultan Nizam Chah, d’un lapidaire portugais ou d’un médecin malade. Dans tous les cas, Orta célèbre sa propre autorité57, sa propre capacité à avoir adapté la pharmacopée chinoise, comme lorsqu’il déclare : « Je peux cependant me vanter d’avoir été le premier à en user de cette manière et les autres ont suivi mon exemple »58. Doit-on en conclure que la reconnaissance apparente d’une expertise médicale indigène, révélatrice d’un certain décentrement, n’aboutit en définitive qu’au recentrement sur la seule autorité du médecin familier d’Hippocrate59 ? Ce serait oublier qu’autre chose se joue autour des témoignages sur les expertises indigènes : la dissémination d’une représentation multipolaire de la maladie et de ses remèdes.

La syphilis au cœur du décentrement ?

  • 60 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 33ro.
  • 61 Fernel Jean, Le Meilleur traitement du mal vénérien, trad. et éd. L. Le Pileur, Paris, Masson, 1879 (...)
  • 62 Si les historiens de la médecine relèvent des traces de la syphilis en Chine et au Japon avant le X(...)
  • 63 La relation de Duarte Lopes (rédigée par le ghost-writer F. Pigafetta) mentionne la présence de la (...)

15Les écrits d’Oviedo et d’Orta rendent explicite pour leurs contemporains la contagion mondiale de la syphilis ainsi que la diversité des pharmacopées locales. Les voyages d’exploration et de conquête sont à l’origine d’une propagation physique de l’épidémie, mais aussi d’une conscience nouvelle que cette dernière n’a aucune limite sur le globe, au moment où les premières circumnavigations sont accomplies. Le témoignage d’un voyageur comme Oviedo, affirmant que « la grosse verole est l’une [des plaies] qui fut portée & semée en Espagne, & de là es autres parties du monde »60, trouvent un singulier écho avec l’opinion d’un médecin comme Fernel qui, à la fin des années 1540 déclare « que par contagion [le mal] se sera rendu ensuite dans toute l’Europe, l’Asie, l’Afrique et jusqu’aux confins de l’Inde, en un mot sur toutes les parties de la terre qui sont en rapport de commerce avec nous »61. À lire les écrits médicaux mais aussi les récits de voyage du XVIe siècle, la syphilis s’immisce dans tous les espaces où la vie humaine se développe : en Amérique et en Europe, en Inde et en Chine62, mais aussi en Afrique, dans le royaume du Congo, selon le témoignage de Duarte Lopes mis en forme par Pigafetta (1591)63.

  • 64 Sur la problématique du décentrement à la Renaissance, voir les communications réunies dans les deu (...)

16La contamination de la syphilis, présente sur tous les continents, semble ainsi produire une représentation multipolaire ou décentrée de sa diffusion. Mais peut-on encore parler de décentrement dans le cas du « mal français » ? Non, au sens strict, dans la mesure où, pour de nombreux esprits de l’époque, l’épidémie possède bien un seul centre (américain) relayé par des foyers de diffusion (napolitain, français). En revanche, les écrits d’Oviedo et d’Orta attestent la prise de conscience d’un décentrement – un concept souvent analysé par la critique en termes culturels et relativistes64 – qui trouve dans le champ médical une nouvelle application : la syphilis a peut-être une origine unique, mais les remèdes qu’elle appelle sont divers, éclatés, variés selon les continents, qu’il s’agisse du mercure, du gaïac ou de la racine de Chine.

  • 65 Pour une vue générale sur la circulation des objets dans les empires coloniaux à la Renaissance, vo (...)
  • 66 Sur ce genre qui discute et théorise l’intérêt de voyager, voir les travaux Stagl Justin, Apodemike (...)
  • 67 Brief discours de la maniere de voyager, traduict d’allemand en françois, par maistre Yves Dugué, B (...)

17Or, ces pharmacopées voyagent (la racine de Chine se trouve en Europe, le gaïac à Goa) en s’inscrivant dans une nouvelle culture matérielle qui accompagne le développement des premiers empires coloniaux. On sait que ces derniers reconfigurent la circulation des objets, des hommes, des idées – et des virus – sur l’ensemble de la planète65. L’épidémie accompagne les voyageurs, et les esprits du temps en ont bien conscience, comme ceux qui critiquent l’utilité des voyages en choisissant de manière significative la métaphore filée de la contagion. Ainsi, dans la tradition de l’Ars apodemica66, un détracteur du voyage déclare, dans la traduction qu’en donne Yves Dugué, que c’est une « chose necessaire de maintenir sa ville pure & nette de mœurs & façons de faire estrangeres tout ainsi que de personnes infectées de maladie contagieuse »67.

18Dans le cas de la syphilis et de ses pharmacopées indigènes, la prise de conscience n’a pas toujours été associée à une réaction prophylactique apeurée. Peut-on affiner et mieux caractériser la conscience de cette circulation de la maladie vénérienne et de ses remèdes lointains, telle qu’elle apparaît dans certains écrits du XVIe siècle ? Sans prétendre donner une réponse définitive à cette vaste question, ce qui dépasserait nos compétences ainsi que le cadre de cet article, on proposera deux éléments d’analyse à l’aune de la lecture d’Oviedo et d’Orta.

  • 68 Sur les lectures mythologiques de la syphilis, voir l’article de Gauvin Brigitte, « Mythes antiques (...)
  • 69 Sur cette question, voir ici même l’article de Concetta Pennuto sur Torrella.
  • 70 Antoine Du Verdier dans Mexia Péro, Les diverses Leçons…, op. cit., p. 323.
  • 71 Telle est la version du mythe taïno, recueilli par Ramon Pané : « On raconte qu’arrivé à Guanin [Gu (...)

19Le premier concerne la productivité du récit. La syphilis est à l’origine d’un nombre inouï de textes médicaux, moraux, historiques, poétiques… reproduisant dans le champ de l’imprimé le phénomène de contagion que la matière même de ces textes décrit. Les discours sur les pharmacopées lointaines n’échappent pas à cette règle, ils prolifèrent comme la syphilis. On remarquera cependant que les nombreux écrits consacrés au « mal des Indes » et au gaïac peuvent se lire comme autant de variantes d’un même mythe ambivalent68, sur le double visage de l’Amérique qui à la fois rend malade et soigne le mal qu’elle a inoculé. On retrouve ici l’idée très répandue dans le discours médical du Moyen Âge et de la Renaissance selon laquelle Dieu envoie aux hommes à la fois la maladie et son remède69. Cette lecture symbolique, présente chez Oviedo, se retrouve chez un doxographe comme Du Verdier qui déclare en 1580 qu’« au lieu où ledit mal est plus frequent Dieu a envoyé le remede »70. Précisons cependant que cette prolifération de récits sur le mal vénérien et ses remèdes locaux se fait au détriment de la disparition d’autres récits, comme ceux de la mémoire amérindienne qui, elle aussi, proposait un discours mythologique sur la syphilis. C’est ce que montre à l’état lacunaire la Relation de l’histoire ancienne des Indiens consignée par Fra Ramon Pané71, lors du second voyage de Colomb à Hispaniola.

  • 72 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 33ro.
  • 73 On sait qu’Oviedo est bien plus sévère sur le comportement des Amérindiens qui refusent de « travai (...)
  • 74 « …à fin que de tout, soit de l’or, soit du travail, se souviennent de rendre graces à Dieu : & que (...)

20Le second point porte sur la morale de ces récits consacrés à l’épidémie syphilitique et à ses pharmacopées exotiques. Pour l’historiographe espagnol, l’explication de l’épidémie comme châtiment divin ne tient pas : loin de considérer la syphilis comme une malédiction venant punir les péchés humains, il insiste au contraire pour discréditer toute hypothèse moralisante et culpabilisatrice dans l’explication de sa propagation. En effet, écrit-il, « la grosse verole […] fut portée & semée en Espagne, & de là es autres parties du monde, sans toutefois qu’il y en ayt ici faulte, parce qu’elle y est naturelle »72. La naturalisation de la syphilis – qui permet aussi de ne pas considérer les Amérindiens, du moins dans ce passage de son Historia73, comme une race maudite – n’est pas une évacuation de la morale (cette dernière réapparaît dans la condamnation de la paillardise des colons espagnols avec les Amérindiens) : le mal vénérien comme son remède sont présentés comme les manifestations complémentaires d’une même Nature agencée par le Créateur74.

  • 75 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 536.
  • 76 Sur la figure du médecin charlatan, voir Bayle Ariane, « Le médecin empirique dans les romans comiq (...)
  • 77 Une variante du médecin malade est l’astrologue incapable de voir ce qui se passe dans son propre f (...)
  • 78 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 536.

21Le médecin portugais propose une autre forme de banalisation de la maladie, laquelle a en commun avec Oviedo de refuser l’invocation du châtiment divin. Orta rapporte ainsi deux anecdotes sur la racine de Chine, également construites sur un canevas comique, et reposant sur une autre morale que celle de la syphilis comme malédiction ou comme punition de la lubricité. La première reprend le topos du médecin malade et vaniteux, « bon lettré et praticien assez expert pour soigner les autres »75, un médecin atteint du « mal français » qui aux yeux d’Orta est la figure même du charlatan76. La critique de la philautie de ce personnage, qui « avait plus d’amitié pour lui-même que pour quiconque », constitue la morale – certes conventionnelle77 – de cette anecdote mais elle permet aussi d’opposer deux régimes de thérapie : celui traditionnel des médecins « lisant dans les livres », qui « tiennent leurs propres maladies pour plus graves »78, et celui incarné par Orta, capable de soigner symboliquement (grâce à la racine de Chine) cette maladie déficiente et imbue d’elle-même. La thérapie d’Orta semble tirer son efficacité du fait qu’il peut maîtriser la pharmacopée étrangère, il possède une ouverture d’esprit et une curiosité médicale qui se traduit aussi par le refus d’être obnubilé par son propre corps.

  • 79 Sur ce genre médical, voir Pomata Gianna, « Observation Rising: Birth of an Epistemic Genre, ca. 15 (...)

22La seconde anecdote montre comment le recours à la pharmacopée étrangère perturbe la représentation stéréotypée de l’anecdote médicale (comme dans le genre des observationes79) en introduisant un dénouement facétieux. Dans ce récit, Orta apparaît dans une mise en scène héroïque au terme de laquelle un lapidaire malade de la vérole est bien soigné au gaïac. Cependant, la morale, qui conclut la toute fin du colloque, est particulièrement trouble. En un premier retournement, le malade donne un conseil au médecin, le lapidaire formule une première « morale » qui relativise l’efficacité du traitement :

  • 80 Ibidem, p. 538.

Il tint à ajouter un conseil : que je recommande à tous ceux que je soignerais de s’abstenir de dormir avec une femme car lui, qui ne mangeait que six onces de pain et de raisins secs par jour, après vingt-cinq jours de ce bois, il s’était enflammé à trois reprises pour une de ses servantes, voyez ce que peut faire le désir charnel80 !

23Et, dans un second temps, Orta en arrive à douter, non pas du seul gaïac qu’il a administré mais de la racine de Chine elle-même qui, en un nouveau retournement burlesque, voit son statut de médicament passer à celui… d’aphrodisiaque :

  • 81 Ibidem.

Donc, désormais, j’interdis le coït à ceux qui prennent de cette racine ou bois, parce que si cela se produit avec une diète très sévère, qu’en sera-t-il avec un excès de racine de Chine ? En outre, tous disent que ce bois ou cette racine y incite beaucoup.81

  • 82 Sur cette tradition littéraire, voir Dandrey Patrick, L’Éloge paradoxal de Gorgias à Molière, Paris (...)

24Cette conclusion du colloque laisse perplexe : le médecin décrit une pharmacopée qui peut aussi inciter à la luxure, Orta allant peut-être jusqu’à parodier l’èthos du prédicateur en déclarant qu’il « interdi[t] le coït ». Sans aller jusqu’à l’éloge paradoxal82, sa présentation de la racine de Chine – et du gaïac – montre à quel point l’écriture de la médecine étrangère mobilise un discours autant savant que comique, sans que la tension entre ces deux facettes du récit soit résolue.

*

  • 83 La bibliographie est immense sur la question. Sur l’Inde, voir, entre autres, ŽGuenzi Caterina, Div (...)
  • 84 Parmi les autres écrits sur la syphilis qui oscillent entre une explication morale et « naturelle » (...)
  • 85 Sur les discours faisant de la contagion syphilitique un châtiment divin, voir Arrizabalaga Jon et  (...)

25Au terme de ce parcours, on comprend que la représentation multipolaire de la syphilis et de ses remèdes indigènes produit plusieurs effets de brouillage dans le discours médical. Un premier type de décentrement opère au niveau épistémologique, par la légitimation de pharmacopées extra-européennes dans des écrits savants, qui donnent déjà une assise théorique à ce que les anthropologues nommeront l’ethnomédecine83. Cependant, on a aussi vu que cette représentation multipolaire du mal vénérien et de ses remèdes aboutissait tout autant au renforcement de l’autorité et de l’expertise du témoin européen, qu’il s’agisse du discours du médecin (Orta) ou de celui du chroniqueur (Oviedo). Est-ce à dire que les pharmacopées indiennes se cantonnent à cette fonction de faire-valoir ? Il ne le semble pas, dans la mesure où le décentrement qu’elles autorisent dépasse le seul niveau épistémologique : par la description du gaïac et de la racine de Chine, Oviedo comme Orta donnent encore plus de poids à l’explication médicale et non pas morale de la maladie vénérienne. Ils ne sont certes pas les seuls à le faire dans la première moitié du XVIe siècle84, mais l’épaisseur prise dans leurs récits par les pharmacopées indigènes permet de révéler les trésors naturels de l’ingéniosité humaine pour se soigner et de suspendre, provisoirement, le jugement moral sur la maladie vénérienne85. Les maladies voyageuses – avec la syphilis, bientôt le scorbut et la malaria qui circulent dès le XVIe siècle – ne sont pas uniquement les variantes lointaines des épidémies que l’Europe connaissait depuis l’Antiquité (et qu’elle connaîtra encore longtemps), comme la lèpre et la peste : elles fonctionnent tout autant comme des outils critiques pour observer comment une culture définit, au contact d’autres savoirs et d’autres thérapies, sa propre conception de la maladie.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question, on se reportera aux différents articles réunis par Dutour Olivier, Palfi Gyorgy, Bérato Jacques et Brun Jean Pierre (dir.), L’Origine de la syphilis en Europe : avant ou après 1493 ?, Centre archéologique du Var, Éditions Errance, 1994. Dès le XVIe siècle, les avis pouvaient diverger… parfois au sein de la même œuvre, comme dans le poème de Fracastor (seul le livre III, rédigé près de vingt ans après le livre I, soutient l’hypothèse américaine. Voir l’analyse et la traduction de Gauvin Brigitte, « Syphilis ou le mal français de Jérôme Fracastor. Livre III », Latomus, 62-2, 2003, p. 398-414).

2 Pour des ouvrages généraux sur la syphilis à la Renaissance, voir Arrizabalaga Jon, Henderson John et French Roger, The Great Pox: the French Disease in Renaissance Europe, New Haven-London, Yale University Press, 1997 ; Quetel Claude, Le Mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris, Seghers, 1986. On consultera les communications consacrées au mal vénérien dans Bayle Ariane (dir.), La Contagion. Enjeux croisés des discours médicaux et littéraires, XVIe-XIXe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2013.

3 Citons par exemple Antoine Du Verdier : « La maladie que nous appellons mal de Naples et les Italiens mal François, fut portée des Indes occidentales ou nouveau monde par les Espagnols qui y allerent premierement avec Christofle Colomb Genevois, lesquels prindrent ce mal des femmes de l’Isle que les Indiens appellent Haiti Quisqueia. […] Ladite Isle est pleine de ce mal » (Antoine Du Verdier dans Mexia Péro, Les diverses Leçons de Pierre Messie..., Lyon, Estienne Michel, 1580, p. 322).

4 Sur l’introduction de ces matières premières, voir Griveti Louis E. et Shapiro Howard-Yana, Chocolate: History, Culture, and Heritage, Hoboken, Wiley, 2009 : Wild Antony, Coffee: A Dark History, New York, Norton, 2005 ; Gentilcore, David, Italy and the Potato: A History, 1550-2000, London/New York, Continuum, 2012.

5 Pour une vue synthétique sur cette question, voir Gruzinski Serge, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

6 La bibliographie consacrée à cette question est abondante et plusieurs des notes qui vont suivre dans cet article donneront des informations complémentaires. Pour une vue générale sur la circulation du savoir indigène dans l’Europe de la Renaissance, voir Bénassy Marie-Cécile et Clément Jean-Pierre (dir.), Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1986-1994, 3 vol. ; Crosby Alfred, The Columbian Exchange. Biological and cultural Consequences of 1492, Westport Conn., Greenwood, 1972 ; Trabulse Elias, Historia de la ciencia en México, vol. 1, Mexico, Conacyt, Fondo de cultura económica, 1983. Nous n’avons pas pu n’avons pas pu consulter hélas la récente thèse d’histoire de Boumédienne Samir, Avoir et savoir : L’appropriation des plantes médicinales américaines par les Européens (1570-1750) (directrice Simone Mazauric, thèse soutenue à l’Université de Lorraine, 2013).

7 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Historia general de las Indias, Séville, Juan Cromberger, 1535. Notre édition de référence sera la première traduction française : Histoire naturelle et générale des Indes, trad. Jean Poleur, Paris, Michel Vascosan, 1556. L’édition du premier livre de l’Historia (l’édition complète de l’Historia general y natural de las Indias en 4 volumes devra attendre les années 1851-1855) avait été précédée par le Sumario de la natural historia de las Indias, Tolède, 1526.

8 Da Orta Garcia, Coloquios dos Simples e drogas he cousas mediçinais da India, Goa, Joanes de Endem, 1563. Notre édition de référence sera la récente réédition : Colloques des simples et des drogues de l’Inde, trad. Sylvie Messinger Ramos, António Ramos et Françoise Marchand-Sauvagnargues, Arles, Actes Sud, Lisbonne, Centre culturel de la Fondation Calouste Gulbenkian, 2004.

9 On sait que le Journal de bord de Colomb, tel que nous pouvons le lire aujourd’hui, n’est que le résumé qu’en fit Las Casas à partir d’une copie. On trouve peut-être une allusion aux premiers rapports sexuels de l’équipage (et de Pinzon) avec les jeunes filles Taïnos lors du premier voyage (Colomb, La Découverte de l’Amérique. I. Journal de bord 1492-1493, éd. et trad. Michel Lequenne et Soledad Estorach [1979], Paris, Éditions La Découverte, 1993, « jeudi 10 janvier », p. 193).

10 Pierre Martyr supprime toute allusion à la syphilis dans ses Decades et « décharge de toute faute les insulaires d’Hispaniola » (selon l’analyse de Gauvin Brigitte, « Pierre Martyr d’Anghiera et Jérôme Fracastor : deux visions du Nouveau Monde », Latomus, 63-3, 2004, p. 711-724).

11 Sur Oviedo, chroniqueur mais aussi contrôleur des fonderies à Hispaniola, on consultera : Ballesteros Gaibrois Manuel, Gonzalo Fernandez de Oviedo, Madrid, Fundacion universitaria española, 1981 ; De Solano y Fermin del Pino Francisco (dir.), América y la España del siglo XVI: homenaje a Gonzalo Fernández de Oviedo, Madrid, Instituto Gonzalo Fernández de Oviedo, 1982-1983, 2 vol. ; Myers Kathleen A., Fernandez de Oviedo’s Chronicle of America, A new History for a New World, Austin, University of Texas Press, 2007. Pour des compléments bibliographiques, on se reportera à l’appareil critique donné par Louise Bénat-Tachot (Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Singularités du Nicaragua, trad. Henri Ternaux-Compans, Paris, Chandeigne, 2002).

12 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire ..., op. cit., fo 32 vo. Révélateur de la propension de chaque nation à rejeter sur son voisin l’origine de l’épidémie, le choix de l’appellation de la syphilis est extrêmement variable à la Renaissance : au Japon, elle est nommée… le « Mal de Chine ».

13 Ibidem.

14 Pour le texte original de ces deux chapitres, on consultera l’édition moderne complète de l’Histoire : Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Historia general y natural de las Indias, éd. Juan Perez de Tudela Bueso, Madrid, Ediciones Atlas, 1959, vol. I, livre II, chap. XIV, p. 53-55 (pour la syphilis) et vol. II, livre X, chap. II, p. 9-11 (pour le gaïac). Sur le gaïac, cf. Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Sumario, éd. par Alvaro Baraibar, Madrid, Iberoamericana, 2010, p. 295-298.

15 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 130 vo : « En ces isles, & en la terre ferme sont deux arbres fort notables & excellents pour guerir la grosse verole ». Ces deux arbres du même genre appartiennent à la famille des Zygophyllacées : il s’agit du Guaiacum officinale Linn. (le pau gaïac) et du Guaiacum sanctum Linn (le « saint-bois »).

16 Cela apparaît par exemple sous la plume de Du Verdier : « On guerit [la syphilis], principalement par le Gaiac qui est un bois naissant en ladict Isle d’un arbre appellé Guaicdin, dont y en a grand nombre de forestz & lequel on appelle és bouticques des apothicaires, lignum sanctum, bois sainct » (Antoine Du Verdier dans Mexia Péro, Les diverses Leçons…, op. cit., p. 323).

17 Sur cette question, voir l’analyse de Stein Claudia, Negotiating the ‘French Pox’ in Early Modern Germany, Farnham, Ashgate, 2009.

18 Sur ces références et le contexte médical, on se reportera à l’introduction et à la bibliographie donnée dans Fracastor Jérôme, La Syphilis ou le mal français, sous la dir. de Jacqueline Vons, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

19 Comme cela apparaît dans l’Histoire, mais aussi dans la collaboration qu’Oviedo entretenait avec Ramusio, l’éditeur de la célèbre collection de récits de voyages (Ramusio fut lui-même un proche de Fracastor).

20 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire ..., op. cit., 32 ro. Voir l’original : « Pues que tanta parte del oro destas Indias ha pasado […] por todas las otras partes del mundo, bien es que, como han gozado de nuestros sudores, les alcance parte de nuestros dolores e fatigas » (Historia [éd. 1959], op. cit., vol. I, p. 53, col. a).

21 Ibidem, fo 130 vo. Oviedo confirme cette reconnaissance universelle des vertus du gaïac : « C’est chose notoire, tant es Indes qu’en plusieurs regions de l’Univers, que l’on en a porté en tous les endroicts, où ceste maladie avoit prins, pour y remedier ».

22 Voir note 18.

23 Sur Orta, on lira les travaux de Ines G. Županov, « Drugs, health, bodies and souls in the tropics : Medical experiments in sixteenth-century Portuguese India », The Indian Economic and Social History Review, vol. 39-1, 2002, p. 1-36 (hélas nous n’avons pas pu consulter son autre article, « Botanizing in Portuguese India: Between Errors and Certainties (16th-17th centuries) », dans Mendes Anabela (dir.) Garcia de Orta and Alexander von Humboldt ; Across the East and the West, Lisbonne, Universidade Católica Editora, 2009, p. 21-31). Voir aussi Arrizabalaga Jon, « The World of Iberian Converso Practitioners, from Lluis Alcanyis to Isaac Cardoso », dans Navarro Brotons Victor, Eamon William (dir.), Más allá de la Leyenda Negra. España y la Revolucion Cientifica. Beyond the Black Legend : Spain and the Scientific Revolution, Valence, Universitat de Valencia C.S.I.C., 2007, p. 307-322 ; Walker Timothy, « Acquisition and Circulation of Medical Knowledge within the Early Modern Portuguese Colonial Empire », dans Bleichmar Daniela, De Vos Paula, Huffine Kristin et Sheehan Kevin (dir.), Science in the Spanish and Portuguese Empires, 1500-1800, Stanford, Stanford University Press, 2009, chap. XIII, p. 247-270 ; sur la traduction française d’Orta et sa diffusion, voir aussi mon article « L’appropriation des plantes indiennes chez les naturalistes du XVIe siècle », dans Du Crest Sabine et Lestringant Frank (dir.), Le Théâtre de la curiosité, Cahier V.L. Saulnier, n° 25, Paris, PUPS, 2008, p. 109-122.

24 Le genre du dialogue médical se développe à la Renaissance : voir celui de Prosper Alpin qui réunit des médecins italien, arabe et juif pour discuter du baume (Prosperi Alpini De Balsamo dialogus, Venetiis, Sub Signum Leonis, 1591).

25 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 526.

26 Ibidem p. 527-528.

27 Comme il le déclare lui-même : « Vous voyez donc, monsieur, que j’aurais de bonnes raisons de préférer le gaïac au bois de Chine » (ibidem, p. 528).

28 La racine de Chine (Smilax china Linn.), plante grimpante et épineuse, appartient à la famille des Smilacacées.

29 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 528.

30 Il est possible qu’Orta n’ait pas lu directement Vésale et qu’il reprenne cette information dans Matthiole, lequel lui sert de source principale tout au long de ses Colloques (voir la fin du chapitre sur l’ébène où Matthiole compare la racine de Chine au gaïac, Commentaires de M. Pierre André Matthiole… sur les dix livres de Dioscoride, de la matiere medecinale [1544], trad. Jean des Moulins, Lyon, Guillaume Rouille, 1579, p. 132-135 ; p. 134 pour la critique de Vésale).

31 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 526.

32 « Et comme les Chinois se soignaient là-bas avec ce remède, ils ont fort bien fait d’apporter cette racine de chez eux en l’an 1535 pour se soigner ici » (ibidem).

33 Ibidem, p. 529.

34 Quelques décennies plus tard, les jésuites Ricci et Trigault décrivent aussi la racine de Chine en insistant sur sa ressemblance avec le gaïac, précisant qu’elle « croît de sorte que, sans être cultivée d’aucun, on l’arrache sans qu’il coûte rien que la peine et s’emporte de là avec profit et gain incroyable » (Ricci Matteo et Trigault Nicolas, Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine [1616], éd. Georges Bessière, Paris, Desclée De Brouwer, 1978, p. 82).

35 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 32 ro : « Car depuis j’ay veu, & parlé à quelques uns de ceulx qui retournerent en Castille avec [Colomb] ».

36 Ibidem, fo 32 vo.

37 Ici il mentionne « une autre recepte, de laquelle j’ay veu user pardeça », là il dira « comment je l’ay veu faire par deça » (ibidem, fo 131 ro).

38 Sur l’autopsie, voir les analyses classiques de Hartog François, Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1980 ; Lestringant Frank, L’Atelier du cosmographe ou l’image du monde à la Renaissance, Paris, Albin Michel, 1991.

39 Ibidem, fo 32 vo.

40 Ibidem, fo 131 ro.

41 Ibidem, fo 131 vo.

42 L’évaluation précise des ravages du « choc bactériologique » n’est toujours pas réglée par les historiens : une fourchette hypothétique pour toute l’Amérique précolombienne oscille entre 50 et 10 millions de victimes (voir Boucheron Patrick, « Les boucles du monde : contours du XVe siècle », introduction à Idem (dir.), Histoire du Monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 17-18).

43 On retrouve ici la logique bien connue de la « fragmentation analogique ». Sur ce procédé, voir Tinguely Frédéric, « Jean de Léry et les métamorphoses du tapir », Littératures, 41, 1999, p. 33-45.

44 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 131ro.

45 Ibidem, fo 131 vo. Voir l’original espagnol : « Y no es aquéste sólo con el que los indios sanan e se curan ; porque son muy grandes herbolarios e conoscen muchas hierbas, e tienenlas experimentadas para esto e para otras muchas dolencias » (Historia [éd. 1959], op. cit., vol. II, p. 10, col. b).

46 C’est par exemple la position d’un Symphorien Champier qui tempête régulièrement contre l’usage des plantes orientales (voir son Clysteriorum campi secundum Galeni mentem, Bâle, A. Cratander et J. Bebel, 1532).

47 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 528.

48 Ibidem, p. 526.

49 Il y a cependant une différence essentielle pour Orta : la diète n’est pas obligatoire avec la racine de Chine.

50 Orta déclare par exemple : « Chez eux, les Chinois ont coutume de mettre une plus grande quantité de bois » (ibidem, p. 529).

51 Orta précise : « pour la raison sur laquelle se fondaient les Chinois, je me suis accoutumé à ne pas donner le bois sans rectification » (ibidem, p. 530).

52 Ibidem, p. 529.

53 Ibidem, p. 535. L’original portugais est : « e ficou pera sarar com os remedios loaes somente » (Coloquios dos simples e das droguas da India, éd. Conde de Ficalho, Lisbonne, Imprensa nacional 1895, t. II, p. 267).

54 Ibidem, p. 528 (voir Matthiole, Commentaires..., op. cit., p. 134).

55 Ibidem, p. 534. Balaghat est situé dans le nord de l’Inde, dans l’état actuel du Madhya Pradesh.

56 Ibidem, p. 529

57 Sur la médecine portugaise dans un contexte colonial, voir Fontes da Costa Palmira et Leitao Henrique, « Portuguese Imperial Science, 1450-1800. A Historiographical Review », dans Bleichmar Daniela et al. (dir.), Science in the Spanish and Portuguese Empires, op. cit., chap. II, p. 35-53. Voir aussi, dans un contexte européen, l’article de Farelo Mario Sergio « On Portuguese Medical Students and Masters Travelling Abroad: An Overview from the Early Modern to the Enlightenment », dans Grell Ole Peter, Cunningham Andrew et Arrizabalaga Jon (dir.), Centers of Medical Excellence? Medical Travel and Education in Europe, 1500-1789, Farnham, Ashgate, 2010, p. 127-147.

58 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 531. Orta déclare aussi sur le même ton : « Ensuite, nombreux furent ceux qui suivirent mon exemple et ne voulurent plus prendre d’eau chaude. » (Ibidem, p. 529).

59 « Pour les maladies extrêmes les traitements extrêmes sont puissants » (ibidem, p. 534).

60 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 33ro.

61 Fernel Jean, Le Meilleur traitement du mal vénérien, trad. et éd. L. Le Pileur, Paris, Masson, 1879, p. 23. L’ouvrage de Fernel, édité à titre posthume en 1579 chez Plantin, a été rédigé avant 1554 et il reprend mot pour mot certains passages du De abditis rerum causis publié en 1548. Sur la fortune du manuscrit de Fernel, voir Sherrington Charles Scott, The Endeavour of Jean Fernel with a list of the editions of his writings [1946], Falkestone and London, Dawsons of Pall Mall, reprint 1974, p. 201. Je remercie Ariane Bayle pour m’avoir signalé cette référence.

62 Si les historiens de la médecine relèvent des traces de la syphilis en Chine et au Japon avant le Xe siècle, il semble bien que cela soit avec les voyages des Portugais à partir des premières décennies du XVIe siècle que l’épidémie ait gagné l’Extrême-Orient (quand les Portugais abordèrent à Canton en 1517 ?). Sur cette question, voir la réflexion postérieure du médecin Jean Astruc, « Dissertation sur l’origine, la dénomination, la nature et la curation des maladies vénériennes à la Chine », dans son Traité des maladies vénériennes, trad. A.-F. Jault et Boudon [1740], Paris, Guillaume Cavelier, 1777, t. II, p. 334-384.

63 La relation de Duarte Lopes (rédigée par le ghost-writer F. Pigafetta) mentionne la présence de la syphilis au Congo (a-t-elle été amenée par les Portugais ou s’agit-il d’une variante vénérienne locale ?) et indique l’usage de remèdes locaux : « Les gens de ce royaume emploient des remèdes naturels, tirés des herbes, des arbres et de leur écorce, des huiles, des eaux, des pierres, que la mère nature leur a montrés. […] Outre cela, le mal qu’ici nous nommons mal français et qui se dit chitangas dans l’idiome du Congo, n’est pas dangereux là-bas, ni difficile à guérir comme dans nos pays » (Le Royaume de Congo et les contrées environnantes, 1591. La description de Filippo Pigafetta et Duarte Lopes, éd. et trad. Willy Bal, Paris, Chandeigne, 2002, p. 195 ; voir aussi p. 69).

64 Sur la problématique du décentrement à la Renaissance, voir les communications réunies dans les deux ouvrages collectifs : Warkentin Germaine et Podruchny Carolyn (dir.), Decentring the Renaissance : Canada and Europe in Multidisciplinary Perspective, 1500-1700, Toronto-Buffalo, University of Toronto Press, 2001 ; Tinguely Frédéric (dir.), La Renaissance décentrée, Actes du Colloque de Genève (28-29 septembre 2006), Genève, Droz, 2008.

65 Pour une vue générale sur la circulation des objets dans les empires coloniaux à la Renaissance, voir Gruzinski Serge, Les quatre Parties du monde..., op. cit.

66 Sur ce genre qui discute et théorise l’intérêt de voyager, voir les travaux Stagl Justin, Apodemiken: eine räsonnierte Bibliographie der reisetheoretischen Literatur des 16., 17. und 18. Jahrhunderts, Paderborn, F. Schöningh, 1983 ; idem, A History of Curiosity: The Theory of Travel, 1550-1800, Chur, Harwood Academic Publishers, 1995. Voir aussi Doiron Normand, L’Art de voyager : le déplacement à l’époque classique, Sainte-Foy-Paris, Presses de l’Université Laval-Klincksieck, 1995.

67 Brief discours de la maniere de voyager, traduict d’allemand en françois, par maistre Yves Dugué, Bourges, Veuve de Maurice Levez, 1638, p. 6.

68 Sur les lectures mythologiques de la syphilis, voir l’article de Gauvin Brigitte, « Mythes antiques, maladie et guérison dans le Syphilis siue de morbo Gallico de Jérôme Fracastor », dans Leroux Virginie (dir.), La mythologie classique dans la littérature néo-latine. Hommage à Geneviève et Guy Demerson, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de Clermont-Ferrand, 2011, p. 293-314.

69 Sur cette question, voir ici même l’article de Concetta Pennuto sur Torrella.

70 Antoine Du Verdier dans Mexia Péro, Les diverses Leçons…, op. cit., p. 323.

71 Telle est la version du mythe taïno, recueilli par Ramon Pané : « On raconte qu’arrivé à Guanin [Guagugiona] vit qu’il avait laissé une femme (dans le canot) sur la mer ; il profita d’elle pour son plus grand plaisir, mais chercha rapidement des lieux où se laver, étant rempli de ces plaies que provoque ce que nous dénommons le « mal français ». La femme lui indiqua un endroit écarté, une « guanara » où il séjourna jusqu’à la guérison de ses plaies » (PanÉ fra Ramon, Relation de l’histoire ancienne des Indiens [1571], trad. André Ughetto, Paris, Éditions La Différence, 1992, p. 21).

72 Fernandez de Oviedo y valdes Gonzalo, Histoire..., op. cit., fo 33ro.

73 On sait qu’Oviedo est bien plus sévère sur le comportement des Amérindiens qui refusent de « travailler » puisqu’ils sont « oyseux, vitieux, & de peu de travail, melancoliques, couards, sales, de mauvaise condition, mensongers, de peu de mémoire, & de nulle constance & fermeté » (ibidem, fo 59vo).

74 « …à fin que de tout, soit de l’or, soit du travail, se souviennent de rendre graces à Dieu : & que tant en ce qu’il leur donnera plaisir, comme fascherie, qu’ilz embrassent la patience du bien heureux Job » (ibidem, op. cit., fo 32ro).

75 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 536.

76 Sur la figure du médecin charlatan, voir Bayle Ariane, « Le médecin empirique dans les romans comiques des XVIe et XVIIe siècles : l’expérience en question », dans Alexandre-Bergues Pascale et Guérin Jean-Yves (dir.), Savoirs et savants dans la littérature et dans les arts (Moyen Âge-XXe siècle), Paris, Garnier, 2010, p. 91-109.

77 Une variante du médecin malade est l’astrologue incapable de voir ce qui se passe dans son propre foyer, comme Her Trippa (Rabelais, Le Tiers Livre, chap. XXV).

78 Da Orta Garcia, Colloques..., op. cit., p. 536.

79 Sur ce genre médical, voir Pomata Gianna, « Observation Rising: Birth of an Epistemic Genre, ca. 1500-1650 » dans Daston Lorraine et Lunbeck Elizabeth (dir.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 45-80.

80 Ibidem, p. 538.

81 Ibidem.

82 Sur cette tradition littéraire, voir Dandrey Patrick, L’Éloge paradoxal de Gorgias à Molière, Paris, PUF, 1997.

83 La bibliographie est immense sur la question. Sur l’Inde, voir, entre autres, ŽGuenzi Caterina, Divins remèdes. Médecine et religion en Asie du Sud, Paris, Éditions de l’EHESS, 2008.

84 Parmi les autres écrits sur la syphilis qui oscillent entre une explication morale et « naturelle » de la syphilis, citons en premier lieu, le célèbre poème de Fracastor, Syphilis sive morbus gallicus. Sur cette tension et sur les autres écrits médicaux de Fracastor, voir Pantin Isabelle, « Fracastoro’s De Contagione and Medieval Reflection on ‘Action at a Distance’: Old and New Trends in Renaissance Discourse on the Plague » dans Catlin Claire L. (dir.), Imagining Contagion in Early Europe, Basingtoke, Palgrave-Macmillan, 2005, p. 3-15 ; voir aussi Pennuto Concetta, « La notion de contagion chez Fracastor » dans Bayle Ariane (dir.), La Contagion…, op. cit., p. 9-21. Voir enfin l’introduction de Christine Dussin à sa traduction de Fracastor, Syphilis sive morbus gallicus, Paris, Garnier, 2009, p. 31-48.

85 Sur les discours faisant de la contagion syphilitique un châtiment divin, voir Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox, op. cit., chap. III « God’s Punishment : lay perceptions of the French Disease in Ferrara », p. 38-55 (voir, par exemple, le discours de Coradino Gilino, p. 50).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Holtz, « Le mal et ses remèdes : une représentation multipolaire de la syphilis et de ses thérapies chez Oviedo et Orta »Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 55-71.

Référence électronique

Grégoire Holtz, « Le mal et ses remèdes : une représentation multipolaire de la syphilis et de ses thérapies chez Oviedo et Orta »Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.961

Haut de page

Auteur

Grégoire Holtz

Grégoire Holtz est associate professor au Department of French du Victoria College de l’University of Toronto et appartient au Groupe d’étude sur l’Ancien Régime (GEAR).

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals