Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier thématique : SyphilisÀ la recherche du « cas » perdu :...

Dossier thématique : Syphilis

À la recherche du « cas » perdu : la problématique de l’origine dans les récits de la vérole

Looking for a “lost case”: The problem of origin in syphilis narratives
Dominique Brancher
p. 73-89

Résumés

La vérole s’épanouit à la rencontre entre un déterminisme humoral idiosyncrasique et un mal collectif, entre ce qui ressort de soi et ce qui est imposé par une entité extérieure. En révélant une zone d’indistinction entre ce qui relève de l’histoire singulière et ce que conditionnent des corps et des éléments étrangers, elle complexifie la recherche du cas originel, à laquelle s’attellent tous les nombreux traités consacrés à cette maladie. Cette étude se penche d’abord sur la quête difficile, vouée à l’échec, du premier cas qui déclencha l’épidémie en Europe, puis sur l’herméneutique propre que requièrent les cas de Mal français dès lors qu’il s’agit pour le praticien de reconstituer la dynamique du processus de contagion. Le projet de faire l’histoire de cette maladie ou de l’une de ses occurrences particulières conduit soit à dire l’impossibilité d’un tel récit, soit à opérer une révélation qui démasque ceux qui dissimulent la maladie. Or c’est précisément cette étiologie difficile qui devient matière de choix pour le « récit littéraire », tel que peut le pratiquer par exemple la sage-femme Louise Bourgeois. Du fait même qu’elle est si difficile à historiciser, à identifier et à traiter, la vérole devient un véritable opérateur discursif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fureteriana ou les bons mots et les remarques d’Histoire, de Morale, de Critique, de Plaisanterie, (...)

Une des plus grandes passions de Mr. Le Duc de *** est de savoir la genealogie de la verolle en France, & de pouvoir dire, assurement, depuis ceux qui nous l’aporterons de Naples, sous le regne de Charles VIII. jusqu’à present, celui-là l’a donnée à une telle, celle-ci à un autre, celui-ci à un autre, & ainsi du reste : ce seroit une longue & belle genealogie à faire1.

  • 2 Leoniceno Nicolò, Libellus de Epidemia quam vulgo Morbum Gallicum vocant, Venise, juin 1497, sig. C (...)

1Attestant l’ambition nationaliste d’écrire une histoire proprement française de la vérole, ce passage des Fureteriana (1696) évoque une véritable passion phylogénétique pour reconstituer les maillons d’une fatale contagion. Or la contagion vérolique a des incidences épistémologiques sur l’enquête étiologique, dès lors que la maladie ne trouve plus sa source dans la dyscrasie d’un individu mais dans l’action directe qu’il subit de la matière empoisonnée. Nicolò Leoniceno inclut la vérole parmi les epidemiae, par quoi il entend des « maladies allant de personne en personne2 », qui appellent du même coup à identifier le proto-malade d’où procède le mal. Le destin de vérolé se convertit nécessairement en récit de cas collectif puisqu’il inclut la relation, directe ou indirecte, qui s’établit entre une pluralité de corps tour à tour contaminés puis contaminants, où se tisse l’histoire commune de la contagion. Si le genre latin des historiae ou observationes, florissant à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, reflète l’attention nouvelle du médecin vers l’individualité du patient à travers une écriture du singulier, les cas syphilitiques marquent en revanche un déplacement de l’individuel vers la communauté dans la conceptualisation de la maladie et de sa progression. Le phénomène de la contagion massive appelle à une mise en scène commune de destins individuels. Dans le genre des observationes, une suite de pathologies diverses forme un recueil unique de récits ; dans la narration d’épidémie, des récits divers et interdépendants rendent compte d’une pathologie unifiée.

  • 3 Pour un traitement de cette question dans un corpus alchimiste, voir Adam Véronique, « Voir Naples (...)
  • 4 Selon Joseph Grünpeck, on trouve à l’origine de cette épidémie la conjonction de Jupiter et Saturne (...)
  • 5 Héry Thierry de, La méthode curatoire de la maladie Venerienne, vulgairement appellée grosse vairol (...)

2Si un cas est à l’origine de tous les autres, où trouve-t-il lui-même sa source ? Qu’est-ce qui a provoqué l’apparition de cette maladie dont certains doivent bien admettre qu’elle fut à peu près ignorée des anciens3 ? Ceux qui convoquent l’influence des astres4, ou celle de l’air vicié5 et des eaux corrompues dans la filiation du Traité des airs, des eaux et des lieux d’Hippocrate, déplacent l’attention des aspects individuels de la maladie (la constitution du patient et la manière spécifique dont la maladie l’affecte) au contexte local d’apparition de la vérole et à la manière dont ce dernier peut affecter une population entière. Mais inversement, c’est le tempérament spécifique à chacun qui permettra à la maladie sévissant à l’extérieur – dans l’air, l’eau ou le corps d’un autre malade – de pénétrer et de s’actualiser dans l’intimité d’un organisme :

  • 6 Ibidem, p. 26-27.

Par similitude, tout ainsi comme en un seul fagot il se trouvera du bois d’un mesme arbre, couppé & assaisonné d’un mesme temps, toutefois l’un s’enflammera & bruslera plus tost que l’autre. Par experience nous voyons tous les jours, que plusieurs communiquent, non seulement avec vairollez : mais aussi avec gens infectz de peste, tant maligne que plusieurs, voire tous ceulx d’une maison seront morts, lesquelz toutesfois n’y prendront aucun mal […] ; qui nous denote la disposition & preparation des corps, par les humeurs vitiez, ou autrement, ayder beaucoup à la cause de ceste maladie, & de toutes les autres pareilles6.

  • 7 Bouchet Guillaume, Troisiesme livre des Serees, Rouen, Robert Valentin, 1615, « Vingt-septiesme ser (...)

3Le mal français s’épanouit ainsi à la rencontre entre un déterminisme humoral idiosyncrasique et un mal collectif, entre ce qui ressort de soi et ce qui est imposé par une entité extérieure, comme l’illustre très efficacement un gentilhomme mis en scène dans les Sérées de Guillaume Bouchet qui joue d’une alternative : il « assembla les plus fameux Advocats de Poictiers, pour faire une consultation, leur proposant un doute, assavoir si la verolle l’avoit prins, ou s’il l’avoit prinse, y faisant grande difficulté : car, leur disoit-il, si je l’ay prinse, je la laisseray quand je voudray : si elle m’a prins, je ne sçay quand elle me laissera »7. Du moins le patient envisage-t-il ici la possibilité de maîtriser son corps et d’expulser un hôte indésirable.

4La vérole brouille donc les limites entre corps privé, forclos et corps communautaire, partageant une même expérience morbide, elle articule spécificité individuelle et mal externe, tout en obligeant à redéfinir le concept traditionnel de maladie. En révélant une zone d’indistinction entre ce qui relève de l’histoire singulière et ce que conditionnent des corps et des éléments étrangers, elle complexifie la recherche du cas originel.

5C’est d’abord la quête difficile, vouée à l’échec, du premier cas qui déclencha l’épidémie en Europe qui nous intéressera, puis l’herméneutique propre que requièrent les cas de mal français dès lors qu’il s’agit pour le praticien de reconstituer la dynamique du processus de contagion. Le projet de faire l’histoire de cette maladie ou de l’une de ses occurrences particulières conduit soit à dire l’impossibilité d’un tel récit, soit à opérer une révélation qui démasque ceux qui dissimulent la maladie. Or, c’est précisément cette étiologie difficile qui devient matière de choix pour le récit « littéraire ».

Le cas originel : un récit impossible

  • 8 Sur ces trois points, voir Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox …, op. cit., chap. 4, p. 71.
  • 9 Ibidem, chap. 10, p. 265.
  • 10 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 2.
  • 11 Du Fail Noël, Les contes et discours d’Eutrapel, Rennes, Noel Glamet, 1598, « De la verole », p. 30 (...)

6L’apparition de la vérole dans l’Europe renaissante mit au défi les grilles herméneutiques et les pratiques thérapeutiques attachées à l’enseignement traditionnel de la médecine. Sur un plan épistémologique, comment admettre les connaissances limitées des autorités antiques, apparemment ignorantes de cette maladie ? Sur un plan cosmologique, comment intégrer dans la croyance en une création unique le surgissement ex novo d’une menace inconnue pour la santé humaine ? Et sur un plan professionnel, comment reconnaître l’impuissance des praticiens à mobiliser l’outillage intellectuel adéquat pour identifier et traiter de manière compétente ce mal8 ? De fait, aucun médecin écrivant au sujet du mal français dans les dix premières années de son existence (1495-1504) ne se risque à affirmer qu’il s’agit d’une maladie radicalement nouvelle. Tout au long des XVIe et XVIIe siècles diverses stratégies sont mises en œuvre pour démontrer qu’elle ne constitue qu’en apparence un fait inédit9, imposant un destin sans précédent au corps. Les traités nombreux consacrés à la vérole ne font jamais l’économie d’une enquête critique menée sur son origine « plus remote [éloignée] et premiere : laquelle selon les autheurs qui en ont escript est incertaine et doubteuse », comme le note Thierry de Héry10. De fait, on débat sur le moment problématique de son surgissement dans les corps et les consciences européennes. C’est la définition de ce moment originel qui rend l’histoire de la vérole possible et qui permet de dégager une discontinuité entre la maladie telle qu’elle s’est manifestée dans la violence de ses débuts et telle qu’elle a ensuite apaisé la virulence de ses symptômes : « Les uns disoyent que la Verole n’avoit en ce jour tel credit & puissance qu’elle eut au commencement qui fut au voyage du Roy Charles VIII. Au Royaume de Naples : car lors pour y avoir songé, l’on estoit happé11. » Ce moment originel se situe ainsi en deçà de la forme de la maladie dont s’occupent les traités médicaux, hors du lieu propre de l’objet étudié.

  • 12 Sur ce point, voir Schleiner Winfried, Medical Ethics in the Renaissance, Washington, Georgetown Un (...)
  • 13 Ricœur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 31. Pour la distinction cause/agent, v (...)

7Dans ces ouvrages, on assiste à une concurrence de récits d’origine12, où la recherche de la première manifestation de la maladie se confond avec l’investigation étiologique : identifier l’origine revient à cerner la cause qui a provoqué le premier cas ayant déclenché la chaîne des contagions. Le terme origine peut donc s’entendre en deux sens distincts : comme point de départ ou commencement d’un côté, comme raison ou cause de la contagion de l’autre (ce deuxième sens étant une spécification du premier). À la question : qu’est-ce qui a causé l’apparition de la maladie ? se substitue ici en réalité une autre : qui a fait cela ? Comme le remarque Paul Ricoeur dans Soi-même comme un autre13, l’enquête sur les causes d’un événement n’admet aucune limite, puisqu’on peut toujours trouver une cause antécédente en amont de n’importe quelle cause intermédiaire, en une sorte de regressus à l’infini ; mais le trait distinctif de l’enquête sur l’agent est qu’elle s’arrête quelque part, sur le nom du responsable. Les auteurs qui recherchent l’origine de la vérole sont en quête du premier homme, de la première femme, du premier organisme qui a été le théâtre de son apparition. Celle-ci ne constitue pas un événement, qui se trouverait inscrit dans une suite a priori sans limites de causes, mais un acte, dont l’origine ou agent est borné dans l’espace et dans le temps. Mais son identification est-elle seulement possible, pour la France et l’ensemble de l’Europe ? Selon Thierry de Héry,

  • 14 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 2-3.

[…] est l’opinion plus commune, que lors que le Roy Charles huyctiesme passa en Italie l’an 1493, pour la reduction de Naples, un gentilhomme lepreux, estant à Valence en Espaigne, achapta la nuict d’une dame cinquante escus, laquelle puis apres infecta plusieurs jeunes hommes, qui eurent aussi compaignie d’elle, dont aucuns suyvirent le camp du Roy & y espandirent ceste pernicieuse semence, qui depuis a regné non seulement en France & Italie : mais aussi en toute l’Europe, & quasi universellement par tout le monde14.

  • 15 Ibidem, p. 3.
  • 16 Ranchin François, Traicté de l’origine, nature, causes, signes, curation & préservation de la Verol (...)
  • 17 Bullinger Henri, ministre de l’Église de Zürich, Cent sermons sur l’Apocalypse de Jesus Christ, rév (...)

8Les cinquante écus investis par un lépreux dans une nuit de plaisirs vont fructifier en autant de bubons syphilitiques qui, d’Espagne, vont ravager les rangs de l’armée française marchant contre Naples. Mais aux yeux de Thierry de Héry, l’histoire pèche par son manque de singularité ; elle n’est pas « cause suffisante de la generation de telle maladie », puisqu’avant son apparition, maints ladres ont eu des rapports sexuels sans entraîner de telles conséquences pathologiques. Le même raisonnement est appliqué à la thèse de l’air vicié ou à celle des eaux corrompues, qui ont de tout temps affecté les hommes. En définitive, il faut référer l’origine de la vérole à la logique punitive de Dieu, qui a décidé de « refrener la trop lascive, petulante et libidineuse volupté des hommes »15. La quête de l’origine se résout en un moralisme théologique devenu un lieu commun du discours sur la vérole, considérée comme flagellum scortatorum [fouet des débauchés]16, et parfois stratégiquement enrôlée dans la croisade réformée. Dans les Cent sermons sur l’Apocalypse du protestant Heinrich Bullinger, les sept plaies d’Égypte sont l’occasion d’un commentaire sur l’action punitive des anges dépêchés par Dieu pour déverser leurs « phioles » remplies de malheur sur la culpabilité humaine. Le premier ange répand un « ulcere mauvais & nuisible », qui correspond à la sixième plaie d’Égypte et signifie la « verolle ». Elle sévit avant tout « aux cloistres des chanoines, aux couvents des moines ou nonnains, & aux clapiers des prestres » qui, en se livrant à « toutes sortes de paillardises infames et execrables », témoignent de la corruption de l’Église catholique17.

  • 18 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 15.
  • 19 Pour cette distinction, encore raffinée, voir encore Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. c (...)
  • 20 Planis Campy David de, La verolle recogneue, combattue et abbatue sans suer & sans tenir chambre, a (...)

9Thierry de Héry traite séparément la question de l’origine de la vérole et celle de ses causes, qu’il divise en causes « externes, que les Grecz appellent Procatartiques : c’est à dire primitives. Les autres internes, appelles des Grecz proigomenes, qui vault autant à dire comme antecendentes »18. Au siècle suivant, David de Planis Campy reprend la distinction entre « cause efficiente interne » (chap. 2) et « cause externe de la verolle », mais traite cette dernière « ensemble du temps qu’elle à apparu en sa plus grande vigueur & force » (chap. 3), l’associant à une recherche des origines19. Comme Héry, il cherche à maintenir le cadre épistémologique traditionnel hérité de la médecine grecque, qui met l’accent sur des personnes malades à cause de leur déséquilibre interne, manifesté ici par « la putrefaction des humeurs », tout en considérant la vérole comme une entité ontologique pouvant être imposée de l’extérieur à l’individu : « elle se peut manifester par l’un & l’autre moyen »20.

  • 21 Ibidem, p. 23.
  • 22 Ibidem, p. 16.
  • 23 Ibidem, p. 27.
  • 24 Voir Winn Colette H., « Introduction », dans Vallambert Simon de, Cinq livres, de la maniere de nou (...)
  • 25 Du Laurens André, Petit traitté de la Verole, auquel l’origine, essence, causes, différences, signe (...)
  • 26 Sur cet auteur, voir Dulieu Louis, « Le chancelier François Ranchin », Revue d’histoire des science (...)
  • 27 Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. cit., p. 518, 516, 519.
  • 28 Grmek Mirko D., « Le concept de maladie émergente », History and Philosophy of the Life Sciences, 1 (...)

10La cause interne consiste en la sublimation du Mercure, par le moyen du Sel réverbéré, thèse hermétique qui ne contredit pas celle des galénistes, qui « ne sont differens qu’en paroles, & non en l’essence de la chose »21. Car la « vapeur maligne, veneneuse & pernicieuse », qu’ils identifient comme cause de la vérole est appelée « Mercure » par les alchimistes22. Cette volonté syncrétiste se manifeste ensuite dans la prise en compte de la cause externe, où l’auteur ne récuse totalement ni la thèse astrologique, ni la thèse théologique, mais scrute plus particulièrement la thèse exotique défendue par beaucoup : en 1493, lors du siège de Naples, « il y avoit grand nombre de femmes Indiennes, qui avoient esté menées & conduites là des Indes par des soldats Espagnols : auquel lieu ceste maladie est Endymique au rapport de plusieurs »23. Se mêlant à ces femmes impudiques, les soldats français, allemands, espagnols et italiens auraient contracté le mal. La première affirmation de la possible origine américaine de la vérole remonterait au médecin sévillan Ruy Diaz de Isla, auteur d’un Tractado co[n]tra el mal serpentino q[ue] vulgarmente en Espana es llamado bubas que fue ordenado en el ospital de Todos los Santos d[e] Lisboa (écrit entre 1504-1506, il ne fut publié à Séville, chez Dominico de Robertis, qu’en 1539, donc après la Relation sommaire de l’histoire naturelle des Indes d’Oviedo, datée de 1526)24. Promise à une grande fortune, cette thèse se retrouve dans le Petit traitté de la Verole d’André Du Laurens25, ou encore dans le Traicté de l’origine, nature, causes, signes, curation & preservation de la Verolle de François Ranchin26. À l’encontre de ceux qui défendent l’idée qu’Hippocrate identifie la maladie dans les Épidémies lorsqu’il décrit une « constitution pestilent », ou de ceux qui la considèrent comme une espèce de lèpre, Ranchin estime cette maladie « nouvelle par toute la Chrestienté », mais « ancienne aux Indes »27. Il s’agirait donc d’une maladie émergente plutôt que d’une maladie nouvelle, au sens où elle n’existait pas dans une région déterminée du monde et y aurait été introduite à partir d’une autre région : c’est une des cinq situations historiques à laquelle Mirko Grmek rattache ce concept28.

  • 29 Planis Campy David de, La verolle recogneue…, op. cit., p. 29.
  • 30 Ibidem, p. 31.
  • 31 Ibidem, p. 32.
  • 32 Ibidem, p. 36.
  • 33 Ibidem.

11Mais Planis Campy montre les incohérences chronologiques de cette thèse : Christophe Colomb n’arriva aux Indes qu’en l’an 1492 et rentra à la cour d’Espagne un an plus tard, en 1493, ramenant avec lui non pas des femmes mais dix hommes indiens, avec lesquels « n’est conjecturable qu’aucune femme Chrestienne, si impie eust elle este, eust voulu s’accointer charnellement »29. Il est également invraisemblable que les soldats qui revinrent avec Colomb aient pu se trouver à la fois en Espagne et à Naples, ni qu’ils aient pu infecter une armée entière ni même eu le temps d’avoir des relations avec les femmes indiennes durant leur séjour au Nouveau Monde. L’auteur entreprend alors de retrouver le véritable récit des origines, entreprise gigogne qui revient à repousser toujours plus loin dans le temps un point inaccessible. À la première étape de cette concaténation aporétique, on retrouve l’an 1495 (l’auteur se trompe et écrit 1493) et la conquête de Naples par Charles VIII. Mais en lieu et place des femmes indiennes, Planis Campy dénonce une fourberie des Espagnols mêlant du sang de ladres avec du vin, le faisant boire aux Français et récoltant « la graine » de ce qu’ils avaient si traîtreusement semé30. L’histoire est plausible puisque lèpre et vérole ont une grande « convenance » : toutes deux sont liées à une corruption des parties internes et la vérole peut facilement dégénérer en ladrerie. Mais en amont de ce récit se dissimule un cas plus ancien de la vérole à ses débuts, celui que Paracelse narre dans sa Grande chirurgie, « disant que la verolle est venuë de la copulation d’une paillarde Bubonique & d’un lépreux, en l’an 1478 »31. Puis, en un coup de théâtre final, l’auteur dramatise la révélation de l’« origine de la verolle plus approchante de la verité », en la rapportant au Créateur, c’est-à-dire à une source métaphysique, qui venge et punit le « detestable peché de paillardise »32. Mais du même coup cette maladie apparaît beaucoup « plus ancienne » qu’on la considère, et est « quasi de tout temps », comme l’indique la manchette, « car est veritable que quasi de tout temps le peché de paillardise est en vogue, & que partant Dieu, ayant en horreur particulièrement ce peché, à puni rigoureusement ceux qui brutalement y estoient adonnez »33. Le modalisateur « quasi » induit une tension entre histoire et anthropologie. Le texte oscille entre une évaluation temporelle qui inscrit la vérole dans l’histoire sous la forme d’une série de dates, et une hyperbole qui l’en soustrait (« de tout temps »). Du récit de cas on bascule à la définition essentialiste d’une identité collective, puisque la concupiscence est consubstantielle à l’homme et appelle la réitération sans fin du châtiment divin.

L’origine sexuelle de la maladie

  • 34 Augustin, De Genesi ad litteram, dans Idem, Œuvres, vol. 49, éd. et trad. P. Agaësse et A. Solignac (...)
  • 35 Pour l’articulation de ces deux aspects, voir Klein Étienne, Discours sur l’origine de l’Univers, P (...)
  • 36 Bethencourt Jacques de, Nouveau Carême de pénitence et purgatoire d’expiation à l’usage des malades (...)
  • 37 Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox…, op. cit., 1997, chap. 6, p. 121-122. André Du Laurens, dan (...)
  • 38 Marot Clément, « Épitaphes », dans Idem, Œuvres poétiques, t. I, éd. G. Defaux, Paris, Classiques G (...)

12L’articulation entre vérole et sexualité repose donc ici sur une anthropologie d’inspiration augustinienne, où la chute a imposé à l’homme « ce mouvement charnel qui pousse les bêtes à s’accoupler »34. La créature payera par là où elle a péché, le « comment » de ce châtiment (qui procède d’un coït impur) répondant à son « pourquoi » (la concupiscence post-lapsarienne35). L’idée que la vérole trouve dans la luxure son origine et sa cause motive le nom de morbus venereus sous la plume de Jacques de Bethencourt36. C’est de ce thème fécond dont s’empare la littérature facétieuse pour transformer l’hécatombe syphilitique en éclat de rire apotropaïque. La transmissibilité irrépressible du mal, qui a favorisé une nouvelle conception ontologique de la maladie comme une entité dotée de traits spécifiques qui se transmet en premier lieu par contact sexuel, en une forme de contagio37, inspire la verve des écrivains qui lui font franchir les limites du monde ici-bas. Ainsi, dans cette épitaphe de Clément Marot, où les « boutons estranges » du « feu Evesque d’Orleans », mort en 1520 de la vérole, menacent la bonne santé de « Sainctes » et « Anges », de sorte qu’il faut prier « Dieu qu’au frere frappart / Il donne quelcque Chambre à part »38. Dans l’Enfer de la mere Cardine, traitant de la cruelle et terrible bataille qui fut aux Enfers, entre les diables & les maquerelles de Paris, un texte attribué à Flaminio de Birague (1583), c’est le personnel infernal et non plus céleste qui est victime de la contagion, distillée par le sexe louche des maquerelles :

  • 39 L’enfer de la mère Cardine, traitant de la cruelle et terrible bataille qui fut aux enfers entre le (...)

[…] chacune à l’arrivée
Fut des diables d’enfer receue bravement ;
Ou ceux qui trop lascifs voulurent bougrement
Baiser la langue en bouche eurent tous la verolle
De la plus fine encor’ qui fust onc chez Nicolle
Venue expressement du plus beau cabinet
De la Passeuse qui, n’eut jamais son cas net,
Ils furent cent d’attains, & un diablot malade
Qui eut de Madelon seulement la pelade39.

  • 40 Rabelais François, Pantagruel, dans Idem, Les cinq livres, éd. J. Céard, G. Defaux et M. Simonin, P (...)
  • 41 Du Fail Noël, Les contes et discours …, op. cit., « De la verole », p. 311.

13Nulle sécurité n’est ainsi assurée dans les territoires métaphysiques : à Pantagruel qui s’étonne qu’il y ait tant de vérolés aux Enfers, Epistemon réplique : « Certes […], je n’en vis oncques tant. Il y en a plus de cent millions. Car croyez que ceux qui n’ont eu la vérole en ce monde ici, l’ont en l’autre »40. Les ébats post mortem ont leurs risques, au même titre que les terrestres, qui donnent lieu à des anecdotes comiques sur de nécessaires et douloureuses castrations, à géométrie variable. Dans une fiction de Noël du Fail, Eutrapel, soldat à Turin, assiste ainsi à la propagation d’une maladie « apportée par une Padoüanne, belle au possible, mais tellement infectee de verole compliquee assemblee à la ladrerie » qu’il ne se trouvait « autre & plus prompt remede, que se faire vistement couper le bout du laboureur de nature : autrement en douze heures le reste du membre estoit estiomené & perdu ; & au rapport de Pacuuin Medecin, & du Capitaine Launay Perraud, fut sçeu que plus de deux cens y avoient laissé part, la teste de l’instrument, le tout, ou la moitié »41. De son côté, Béroalde de Verville se gausse d’un prêtre qui prétend à l’usage de ce dont il n’a plus besoin :

  • 42 Béroalde de Verville François, Moyen de Parvenir, éd. H. Moreau et A. Tournon, Paris, Champion, 200 (...)

Etant ce patient devant le barbier, il lui déclara son mal ; adonc le maître le visite, et trouva qu’il était copieusement gangréné, si qu’il le fallait couper ; à quoi il eut beaucoup de peine à faire résoudre l’affligé, qui enfin, craignant mourir, abandonna son pauvre cas au rasoir. Ainsi que l’exécution était prête, le chirurgien lui demanda de quel état il était ; il lui répondit qu’il était prêtre ; adonc le maître donna le coup rasibus, sans rien épargner, et comme messire prêtre cria, il lui dit : « Là, là, c’est tout un : aussi bien n’en avez-vous que faire »42.

  • 43 Cet usage du terme « cas » s’est popularisé et caractérise le médecin. Voir les paroles du médecin (...)
  • 44 Avec ambiguïté de genre : « cas » de « cazzo » (italien) veut également dire vagin (cf. le vers 7 d (...)

14Cette parodie de l’écriture médicale exploite la richesse polysémique du terme « cas » qui dans la langue du XVIe siècle peut désigner le cas médical43, le membre sexuel44 (« il […] abandonna son pauvre cas au rasoir »), ou encore la nouvelle littéraire, dont se rapproche ce micro-récit. Quant au polyptote « rasoir »/« rasibus » (autrement dit « à ras », du latin rasus, rasé, tondu), il exalte les compétences éradicatrices du barbier, dont le coup de main délivre au prêtre le corps castré qui convient à son état. Au démembrement que la vérole impose au corps, en le faisant littéralement tomber en morceaux, cette thérapeutique sans concessions répond par une mutilation inversant la thérapie par les contraires, prisée par la médecine renaissante : le semblable soigne le semblable.

  • 45 Habert François, Exclamation contre Dame Verolle que les aucuns appellent le mal Italique, & les au (...)

15Si l’histoire de cette maladie s’avère lacunaire, et le récit de ses origines indicible, ce caractère inaccessible suscite donc une profusion d’histoires et de discours dans un corpus hétérogène, où se rencontrent textes ludiques et didactiques. La syphilis fait parler, comme le souligne l’Exclamation contre Dame Verolle du poète François Habert (1542), où « Verolle » rime avec « parolle » pour conjurer, par la puissance de la rime, la « vieille inique » et les souffrances insensées qu’elle inflige45. Au développement gonorrhéique des pustules répond la prolifération des discours, qui tentent de conjurer et maîtriser le mal en le délimitant par les mots, de le cerner dans le champ de la signification. Mais ce travail aporétique de la représentation pour atteindre un référent qui se dérobe reflète l’impuissance à terrasser une maladie si difficile à historiciser, à identifier et à traiter.

L’art du récit : les masques de la contagion

  • 46 Accetto Torquato, De l’honnête dissimulation, trad. M. Blanc-Sanchez, Paris, Verdier, 1990, p. 51. (...)

16En matière d’origine, il est parfois tout aussi difficile pour les praticiens confrontés à des cas contemporains de remonter à la source du mal. Cette étiologie impossible n’est pas sans semer le trouble dans les familles et perturber les rapports sociaux ainsi que la confiance entre les sexes. La difficulté tient à l’ignorance des personnes infectées, ou à leur mensonge. Car la vérole est souvent une maladie de la dissimulation, obligeant certaines de ses victimes à développer un art de la tromperie pour cacher le mal qui les ronge et continuer à faire partie de l’ordre social, notamment par l’exercice d’une profession. La pratique de la dissimulation est alors nécessairement liée à celle de la simulation pour afficher une prétendue bonne santé. Comme l’écrit Torquato Accetto dans Della dissimulazione onesta (1641), « on simule ce qui n’est pas, on dissimule ce qui est »46. Le récit de cas peut donc prendre non seulement un tour choral (en décrivant la filiation des cas) mais aussi les allures d’une intrigue policière, où le praticien s’efforce de déjouer le mensonge et de décaper les fausses apparences pour préserver la santé publique.

  • 47 Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. cit., p. 528 ; 531. Ce dernier cas de figure motive ch (...)
  • 48 Archives des Hospices du Mans, fonds de l’ancien hôtel-Dieu, registre des délibérations du bureau, (...)

17La sage-femme Louise Boursier en offre un exemple remarquable dans l’Instruction à ma fille, exemple qui montre que la maladie n’est pas toujours transmise par contact sexuel, ainsi que le soulignent de nombreux médecins. Selon Fernel, elle peut aussi se diffuser par le simple contact de la peau, par l’haleine ou encore par l’influence de la mère sur l’enfant logé dans son ventre. De même Ranchin, après Héry, mentionne l’attouchement vénérien mais aussi d’autres types de contact (par salive, sueur ou haleine), la nourriture, la génération héréditaire et la transmission de la maladie aux enfants par des nourrices infectées47. Ce cas est dûment documenté, par exemple dans un registre de l’hôtel-Dieu du Mans. Dans une délibération datée du 9 novembre 1591, les administrateurs de l’établissement ordonnent « estre payé par le commys à la recepte du revenu des pauvres à Perrine Hubert, veufve feu Macé Pesaz, la somme de cinq escuz sol pour faire medicamenter Perrine, sa fille, qui a gaigné la verolle avec des nourrices dudict hostel Dieu qui estoient infectées de ladicte malladie »48. C’est d’un tel type de cas dont traite Louise Boursier, qui revient souvent sur les risques encourus par l’enfant lorsqu’il est livré aux soins mortifères d’une femme malade. Invitant sa fille à ne jamais aider à accoucher une femme de mauvaise vie, elle convoque un contre-exemple dramatique :

  • 49 Boursier Louise, Instruction à ma fille, dans Eadem, Récit véritable de la naissance de Messeigneur (...)

[…] j’ay connu dans le faux bourg sainct Germain une sage-femme honneste et assez bien entenduë, laquelle accoucha une courtisanne en cachette, laquelle estoit comme un sepulchre reblanchy, car elle paroissoit avoir aucun mal. Ce sont des femmes qui ont la verolle inveterée qu’elles pallient. Elle donna la verolle sur la main droite de cette pauvre sage-femme, aagée de pres de soixante ans, laquelle ignoroit que ce fut cela. Il luy vint donc une bube rougeastre, pour laquelle elle ne delaissoit d’accoucher des femmes à l’ordinaire. Elle en gasta bien trente-cing mesnages. Il ne fut jamais veu plus grande pitié avant que l’on eut reconnu d’où cela venoit, car les maris prindrent la verolle de leurs femmes, les enfans de leur mere. Quelque connoissance que les maris eussent de la pudicité de leurs femmes, eux sçachans n’estre point coupables de mal, le rejettoient sur leurs femmes ; elles aussi innocents le rejettoient sur leurs maris. Advisez en quelle altercation ils estoient49.

  • 50 Pour la description d’une chaîne de contagion occasionnée par la nourrice, voir aussi Paré Ambroise (...)
  • 51 Ibidem, suite du texte précédent.
  • 52 Siena Kevin P., « Pollution, Promiscuity, and the Pox: English Veneorology and the Early Modern Med (...)

18Toute l’histoire est placée sous le sceau de la dissimulation : la nourrice procède à l’accouchement de la courtisane « en cachette » et en retour elle est infectée à son insu (« elle ignorait que ce fut cela ») : de femme « honneste » elle est devenue semblable à cette femme de mauvaise vie. L’enchaînement fatal des contagions condamne maris et enfants, et chacun se renvoie la faute sous la figure du chiasme : « les maris […] le rejettoient sur leurs femmes ; elles aussi innocents le rejettoient sur leurs maris »50. Mais cette apparente symétrie se défait puisque les femmes s’imposent comme coupables idéales : « Les mauvaises humeurs se jettent tousjours sur la partie la plus debile : l’on blames plustost les femmes que les homes »51. La polysémie du terme « humeurs » renvoie aussi bien aux fluides nocifs travaillant l’organisme qu’aux dispositions mentales des accusateurs, renvoyant la faute sur les femmes qui constituent les corps et les agents sociaux les plus faibles. Comme le souligne Kevin Siena, dès que le lien fut établi entre vérole et sexualité, les femmes furent envisagées comme les principaux agents de contamination52. Mais Boursier invite à faire la distinction entre d’une part la courtisane débauchée, de l’autre les nourrices et les femmes honnêtes, fidèles à la pudeur et à la chasteté exigées par leur sexe.

  • 53 Voir Gourevitch Danielle, Pudeur et pratique médicale dans l’Antiquité classique, Paris, Masson et  (...)
  • 54 The Trotula. A Medieval Compendium of Women’s Medicine, éd. et trad. M. H. Green, Philadelphie, Uni (...)
  • 55 Silvius Jacques, Livre de la nature et utilité des moys des femmes, et de la curation des maladies (...)
  • 56 Boursier Louise, Observations diverses, sur la sterilité, perte de fruict, foecondité, accouchement (...)

19Par recoupement, la sage-femme ignorante de son mal est bientôt identifiée comme la cause de l’infection. Elle reconduit alors la pratique de la dissimulation sur un autre plan, en refusant d’être pansée au motif « que jamais homme ne la verroit nuë ». Ses filles et ses gendres mettent en place une stratégie efficace : ils lui font épouser un « vieil Chirurgien veuf, fort honneste homme, environ de son aage », qui pourra la soigner une fois les épousailles consommées, seul un mari pouvant légitimement découvrir sa nudité. De l’infection masquée par une courtisane aux apparences de « sepulchre reblanchy » on est donc passé à une maladie dissimulée par pudeur. La dissymétrie des genres qu’induit la contagion syphilitique ne se mesure pas seulement à la distribution des responsabilités mais aussi à l’accès aux soins. La pudeur a en effet un sexe de prédilection. Déjà dans les plus anciens textes gynécologiques grecs il est fait allusion à la réticence des femmes à exposer leurs maladies intimes au médecin53. Le Trotula latin, un compendium de trois traités consacrés à la thérapie des maladies féminines, rassemblés au XIIe siècle et imprimés en 1544, reprend ce topos54. Au XVIe siècle, cela devient un refrain classique des ouvrages de gynécologie en vernaculaire que de prétendre aider les femmes trop « pusillanimes et craintifves » à découvrir leurs « secretes maladies »55. Certes, en matière d’accouchement, Boursier peut affirmer sa supériorité sur ses collègues masculins puisqu’elle a accès à des faits qui leur échappent : « ordinairement la vergongne de nostre sexe ne peut permettre qu’ils en ayent la congnoissance que par rapport de celle qui opere, n’en faisant touiours rapport veritable »56. Cependant, une vérolée ne nécessite pas le diagnostic et les soins d’une sage-femme, mais ceux d’un chirurgien ou d’un médecin.

  • 57 Ibidem, fo ãiij.
  • 58 Pour les caractéristiques de la nouvelle, voir Labère Nelly, Défricher le jeune plant. Étude du gen (...)

20À la compétence qui lui fait ici défaut, Boursier substitue les talents de narratrice, revendiquant fièrement dans sa préface être « la premiere femme de [s]on art qui mette la plume en main pour descrire la cognoissance que Dieu [lui] en a donee »57. La réussite s’est déplacée de l’efficacité de la cure à la performance narrative du texte. Les Observations de la sage-femme renouvellent en effet le genre des historiae et des observationes en français par des procédés de mise en récit et de dramatisation empruntés à la nouvelle. Nombreux sont leurs points de rencontre : même esthétique du segment bref, même impératif d’actualité et de véracité assuré par l’inscription forte d’un « je » narrateur (« j’ay connu dans le faux bourg sainct Germain une sage-femme honneste et assez bein entenduë… » ; « je les ay reconnus tous deux… »), qui les situe dans le genre historique : même diversité sociale des personnages convoqués et même art du dialogue au discours direct58. Aux dissensions conjugales provoquées par l’infortunée nourrice répond, en guise de chute, sa réussite matrimoniale et sa salvation corporelle.

  • 59 Boursier Louise, Observations diverses, sur la sterilité, perte de fruicts, foecondité, accouchemen (...)
  • 60 Ibidem, p. 175.

21Si la vérole met en jeu les rapports entre les sexes, elle implique aussi des rapports sociaux de classe et peut toucher au destin de la nation. Dans le deuxième livre des Observations de Boursier, une autocélébration romancée vient se greffer sur les péripéties d’un cas de vérole. La reine va accoucher et l’on entreprend d’élire à Fontainebleau la nourrice qui aura l’honneur de s’occuper du nouveau-né. Louise Boursier a l’occasion de rencontrer celle qui semble en position d’occuper la fonction chez une amie et l’entend un jour se faire appeler du nom de son époux : « Je me ressouvins que c’estoit le nom d’un jeune homme que mon mary avoit traitté de la verolle, lequel avoit voulu sortir sans attendre qu’il eust este guary »59. Cette irresponsabilité ne fut pas sans dramatiques conséquences : l’épouse du vérolé mit au monde trois enfants sortant tous pourris de son ventre. Ce moment de réminiscence fait perdre à la sage-femme ses couleurs ; l’action médicale s’efface devant des rebondissements psychologiques et des calculs stratégiques qui, plutôt que de fournir seulement un cadre contextuel à l’élaboration d’un savoir, deviennent essentiels à un récit qui tisse une intrigue de cour. À son amie qui la presse de dire ce qui la préoccupe, Bourgeois oppose le silence et préfère attendre de voir si la nourrice passera les premières sélections. C’est ce qui arrive : il faut dès lors avertir la reine, par l’intermédiaire d’une femme de chambre, Mademoiselle de Cervage, à défaut de pouvoir joindre le médecin Du Laurens. Reconnaissante, la reine avertit le roi qui convoque tous les médecins de la Cour auxquels Boursier, tenant le premier rôle, révèle tout, avec à l’appui des témoignages de chirurgiens qui ont pansé la nourrice malade. Le « service qu’elle devoit à leur Majesté »60 l’emporte sur le désagrément qu’elle cause à la prétendante et l’élection est reconduite. La dénonciation relève du sacrifice héroïque.

  • 61 Ibidem, p. 178.
  • 62 Ibidem, p. 174.

22Dans un second épisode, le mari « verollé » de la nourrice, venu réclamer au mari de Bourgeois un certificat attestant sa salubrité, le poursuit en justice et lui inflige toutes sortes de tracas. « Il vaut bien mieux que nous en ayons du mal, qu’il fust arrivé mal de Madame », conclut la sage-femme : « L’on n’a pas touiours du bien pour bien faire, sur l’heure, le temps amene tout »61. Le récit s’articule ainsi en deux temps parfaitement balancés, qui mettent d’abord Boursier aux prises avec la sage-femme, puis confronte les deux maris, pour célébrer non pas un acte thérapeutique (la guérison d’un vérolé) mais un dévoilement aléthique. Le récit de cas se déporte vers une narration hagiographique qui met en scène les époux Bourgeois comme sauveurs du sang royal et pourfendeurs des impostures. Le roi ne se déclare-t-il pas courroucé que « les nourrices venoyent de loin pour le tromper, devant tout le monde »62 ? L’intérêt pour la singularité biographique du malade cède la place au désir autobiographique de la sage-femme qui offre une peinture de son caractère pour exalter la manière dont elle a enrayé la propagation de la maladie. Exploitant en même temps les formes fictionnelles de la nouvelle, le récit dramatise la dissimulation coupable de deux malades qui mettent en péril l’avenir de la nation.

*

  • 63 Watts Sheldon, Epidemics and History. Disease, Power and Imperialism, New Haven et Londres, Yale Un (...)

23En définitive, la vérole apparaît comme une maladie qui a partie liée avec l’ignorance, qui oblige à faire l’expérience du non-savoir. D’abord parce qu’elle met au défi l’apparatus théorique hérité de la médecine antique et oblige à repenser le concept de maladie. Ensuite, parce qu’elle dérobe la vérité de son origine et se prête souvent à l’explication causale sur un plan métaphysique et moral, celui de la colère divine. Comment articuler alors des invariants anthropologiques (la paillardise humaine) avec l’amorce d’une histoire, l’apparition soudaine d’un phénomène morbide et la désignation d’un premier coupable ou d’un premier malade ? Enfin, la syphilis apparaît par excellence comme la maladie du non-su ou du non-dit : soit qu’elle demeure ignorée de celui qui la transporte, soit que ce dernier maintienne dans l’ignorance ceux qui le côtoient pour cacher ce qui était alors considéré comme la plus honteuse des maladies63 et éventuellement pour préserver ses prérogatives professionnelles. Dès lors, elle se prête particulièrement bien au développement narratif d’intrigues qui exploitent l’anagnorisis aristotélicienne pour révéler, grâce à la perspicacité d’une sage-femme, une entité nosologique cachée dans les replis du corps et inaccessible au regard social. Certains se sont rendus maîtres dans cet art de la dissimulation et il se scelle parfois entre la maladie et des empiriques cupides d’étranges pactes diaboliques, qui font leur fortune :

  • 64 Pieces curieuses, en suite de celles du sieur de S. Germain,… par divers autheurs, Sur la coppie im (...)

J’ay veu la fille d’un Empyrique à Paris qui fit present de la verolle à quantité d’honnestes gens pour donner de la pratique à son Pere, qui la guerissoit parfaictement64.

Haut de page

Notes

1 Fureteriana ou les bons mots et les remarques d’Histoire, de Morale, de Critique, de Plaisanterie, & d’Erudition de Mr. Furetiere, Bruxelles, François Foppens, 1696, p. 112.

2 Leoniceno Nicolò, Libellus de Epidemia quam vulgo Morbum Gallicum vocant, Venise, juin 1497, sig. C8 (fac-similé dans The Earliest Printed Literature on Syphilis, being Ten Tractates from the Years 1495-1498, éd. K. Sudhoff, Florence, 1925, p. 119-182). Cité dans Arrizabalaga Jon, Henderson John and French Roger, The Great Pox. The French Disease in Renaissance Europe, Yale, Yale University Press, 1997, chap. 4, p. 75.

3 Pour un traitement de cette question dans un corpus alchimiste, voir Adam Véronique, « Voir Naples et pourrir. L’origine de la contamination chez les alchimistes (XVIe-XVIIe) », in Les Lieux de la contamination, éd. V. Adam et L. Revol, Garnier, 2012, p. 33-46.

4 Selon Joseph Grünpeck, on trouve à l’origine de cette épidémie la conjonction de Jupiter et Saturne, le 25 novembre 1484, à la sixième heure et quatre minute (Tractatus de pestilentiali scorra, in The Earliest Printed Literature on Syphilis…, op. cit., p. 23-68 ; cap. 9, p. 51. Passage commenté dans Pennuto Concetta, « Langage médical et grosse vérole à la Renaissance : Joseph Grünpeck », dans Vons Jacqueline et Fouassier Frédérique (dir.), Morbus Gallicus. Retour aux textes sources médicaux, http://www.bium.univ-paris5.fr/sfhd/ecrits, 2009, p. 7-17.

5 Héry Thierry de, La méthode curatoire de la maladie Venerienne, vulgairement appellée grosse vairolle, & de la diversité de ses symptômes, Paris, Matthieu David, 1552, « Des causes de Vairolle », p. 16-17.

6 Ibidem, p. 26-27.

7 Bouchet Guillaume, Troisiesme livre des Serees, Rouen, Robert Valentin, 1615, « Vingt-septiesme seree. Des barbiers & du mal des dents », 75.

8 Sur ces trois points, voir Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox …, op. cit., chap. 4, p. 71.

9 Ibidem, chap. 10, p. 265.

10 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 2.

11 Du Fail Noël, Les contes et discours d’Eutrapel, Rennes, Noel Glamet, 1598, « De la verole », p. 308.

12 Sur ce point, voir Schleiner Winfried, Medical Ethics in the Renaissance, Washington, Georgetown University Press, 1995, « Renaissance Moralizing about Syphilis and Prevention », p. 165-166 ; Eamon William, « Cannibalism and Contagion: Framing Syphilis in Counter-Reformation Italy », Early Science and Medicine, 3, n° 1, 1998, p. 5 ; l’auteur remarque que cette maladie « was generally seen as a disease that came from the outside. It was a disease connected with the Other ».

13 Ricœur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 31. Pour la distinction cause/agent, voir encore Bitbol Michel, « Origine et création », dans Samana Guy (dir.), Les origines de la création, Paris, Unesco, 2004, p. 5-30.

14 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 2-3.

15 Ibidem, p. 3.

16 Ranchin François, Traicté de l’origine, nature, causes, signes, curation & préservation de la Verolle, dans Opuscules ou traictés divers et curieux en médecine…, Lyon, Pierre Ravaud, 1640, p. 514.

17 Bullinger Henri, ministre de l’Église de Zürich, Cent sermons sur l’Apocalypse de Jesus Christ, révélée par l’Ange du Seigneur, veuë & escrite par S. Jean Apostre & Evangeliste, Lyon, Jean Frellon, 1564, Sermon sur l’Apocalypse LXIX « Les trois premiers Anges versent leurs phioles sur les complices de l’Antechrist, & sur tous les orgueilleux & meschans », commentaire au chap. 16, p. 772-773.

18 Héry Thierry de, La methode curatoire …, op. cit., p. 15.

19 Pour cette distinction, encore raffinée, voir encore Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. cit., chap. 6 « Des causes efficientes de la verolle », p. 531 : « sçavoir est de celle qui est efficiente, parce qu’elle agit ; & d’une autre qui est patiente, laquelle souffre & reçoit par disposition l’action & l’effect de la première. La cause efficiente est double, il y en a une qui est externe, & l’autre qui est interne, laquelle est encores antecedente, ou conjoincte ».

20 Planis Campy David de, La verolle recogneue, combattue et abbatue sans suer & sans tenir chambre, avec tous ses accidens, le tout selon l’ancienne & moderne medecine..., Paris, Nicolas Bourdin, 1623, p. 23.

21 Ibidem, p. 23.

22 Ibidem, p. 16.

23 Ibidem, p. 27.

24 Voir Winn Colette H., « Introduction », dans Vallambert Simon de, Cinq livres, de la maniere de nourrir et gouverner les enfans dès leur naissance, Genève, Droz, 2005, p. 63, note 115 ; avec une bibliographie sur le sujet. Voir aussi Guerra Francisco, « The Dispute over Syphilis: Europe versus America », Clio Medica, 13, 1978, p. 39-61. Depuis 1978, le débat sur l’origine américaine, européenne, voire africaine (via les Portugais) a été relancé par des analyses d’ossements médiévaux et même antiques qui témoignent d’attaques de tréponèmes qui pourraient être syphilitiques (voir par exemple l’article de La Recherche de 1999 : http://www.larecherche.fr/actualite/aussi/origine-syphilis-01-09-1999-88672. Il semblerait que la thèse américaine soit aujourd’hui la plus probable (voir notamment Harper Kirstin N. et alia, « On the Origin of the Treponematoses: A Phylogenetic Approach », PLOS. Neglected Tropical Diseases, 15 janvier 2008, http://journals.plos.org/plosntds/article?id=10.1371/journal.pntd.0000148, consulté le 16 avril 2016), mais l’énigme est loin d’être résolue (voir Melo, Fernando Lucas de, et alia, « Syphilis at the Crossroad of Phylogenetics and Paleopathology », PLOS. Neglected Tropical Diseases, 5 janvier 2010, http://journals.plos.org/plosntds/article?id=10.1371/journal.pntd.0000575, consulté le 16 avril 2016).

25 Du Laurens André, Petit traitté de la Verole, auquel l’origine, essence, causes, différences, signes & curation de cette maladie sont exactement expliquées, dans Idem, Toutes les Œuvres, Rouen, Raphael du Petit Val, 1621, chap. 2, fo 23r°-v°.

26 Sur cet auteur, voir Dulieu Louis, « Le chancelier François Ranchin », Revue d’histoire des sciences, tome 27, n° 3, 1974, p. 223-239, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhs_0151-4105_1974_num_27_3_1087.

27 Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. cit., p. 518, 516, 519.

28 Grmek Mirko D., « Le concept de maladie émergente », History and Philosophy of the Life Sciences, 15, 1993, p. 281-296, p. 285.

29 Planis Campy David de, La verolle recogneue…, op. cit., p. 29.

30 Ibidem, p. 31.

31 Ibidem, p. 32.

32 Ibidem, p. 36.

33 Ibidem.

34 Augustin, De Genesi ad litteram, dans Idem, Œuvres, vol. 49, éd. et trad. P. Agaësse et A. Solignac, Paris, Desclée de Brouwer, 1972, XI, XXXII, 42, p. 300-301.

35 Pour l’articulation de ces deux aspects, voir Klein Étienne, Discours sur l’origine de l’Univers, Paris, Flammarion, 2012, p. 14.

36 Bethencourt Jacques de, Nouveau Carême de pénitence et purgatoire d’expiation à l’usage des malades affectés du mal français ou mal vénérien... ; suivi d’un Dialogue où le mercure et le gaïac exposent leurs vertus et leurs prétentions rivales à la guérison de ladite maladie, traduction et commentaires par A. Fournier, Paris, V. Masson et fils, 1871, p. 32.

37 Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox…, op. cit., 1997, chap. 6, p. 121-122. André Du Laurens, dans la lignée du platonisme médical, décrit ainsi deux modalités de contagion par « attouchement ». Cf. Du Laurens André, Petit traitté de la Verole…, op. cit., chap. 5, 24 : « car il y en a un mathematical, la nature duquel consiste en la contiguité de deux quantitez, quand deux corps se touchent immediatement : l’autre est appellé physical, qui se fait par communication de quelque qualité & puissance, encores que les corps soient eslongnez ». Notons ici que la traduction française de Théophile Gelée inverse les termes « mathematical » et « physical » : c’est bien dans la contagion de type « mathematical » que l’action infectieuse s’opère à distance, possibilité que récuse Riolan (cf. Arrizabalaga Jon et al., The Great Pox …, op. cit., chap. 9, p. 244).

38 Marot Clément, « Épitaphes », dans Idem, Œuvres poétiques, t. I, éd. G. Defaux, Paris, Classiques Garnier, 1996, VII, p. 103 : « Cy gist, repose et dors leans / Le feu Evesque d’Orleans, / J’entends l’Evesque en son surnom, / Et frere Jehan en propre nom. / Qui mourut l’an cinq cens, & vingt, / De la verolle qui luy vint. / Or affin que Sainctes et Anges / Ne prennent ces boutons estranges, / Prions Dieu, qu’au frere frappart / Il donne quelcque Chambre à part ».

39 L’enfer de la mère Cardine, traitant de la cruelle et terrible bataille qui fut aux enfers entre les diables et les maquerelles de Paris aux nopces du portier Cerberus et de Cardine, qu’elles vouloyent faire royne d’enfer, et qui fut celle d’entr’elles qui donna le conseil de la trahyson, etc. : outre plus est adjoustée une chanson de certaines bourgeoises de Paris faignant d’aller en voyage, furent surprinses au logis d’une maquerelle à S. G. des Pre, [s.n.], 1597, p. 18.

40 Rabelais François, Pantagruel, dans Idem, Les cinq livres, éd. J. Céard, G. Defaux et M. Simonin, Paris, Le Livre de Poche, La Pochothèque, 1994, chap. XXVI, p. 507.

41 Du Fail Noël, Les contes et discours …, op. cit., « De la verole », p. 311.

42 Béroalde de Verville François, Moyen de Parvenir, éd. H. Moreau et A. Tournon, Paris, Champion, 2004, p. 346-347.

43 Cet usage du terme « cas » s’est popularisé et caractérise le médecin. Voir les paroles du médecin dans les Souhaits du Monde : « Et Moy, qui suis docteur en médecine / Je souhaite, pour mieux faire mon cas / Avoir tousjours l’urinal et l’urine / Entre mes mains pour serrer les ducatz » (Les Souhaits du monde [1513-1514], dans Recueil de Poésies françoises des XVe et XVIe siècles, morales, facétieuses, historiques, éd. A. de Montaiglon, Paris, P. Jannet puis P. Daffis, Bibliothèque elzévirienne, 1855-1878, t. I, p. 308).

44 Avec ambiguïté de genre : « cas » de « cazzo » (italien) veut également dire vagin (cf. le vers 7 de l’extrait de l’Enfer de la mère Cardine cité précédemment).

45 Habert François, Exclamation contre Dame Verolle que les aucuns appellent le mal Italique, & les aultres le mal Francoys. Au moyen d’ung sien amy par elle rudement traicté, in Le Combat de Cupido et de la mort, nouvellement composé par le Banny de lyesse, François Habert, avec plusieurs œuvres contenues cy apres…, Paris, A. Lotrian 1542, fo N : « Le paouvre amy n’a plus que la parolle, / En me disant venge moy de Verolle / Par tes escriptz, ou j’ay ma confiance, / Puis que mon corps elle a mis à oultrance ».

46 Accetto Torquato, De l’honnête dissimulation, trad. M. Blanc-Sanchez, Paris, Verdier, 1990, p. 51. Jean-Pierre Cavaillé souligne que cette double définition reprend une distinction d’Isidore de Séville. Cf. Cavaillé Jean-Pierre, « De la dissimulation honnête », Sigila, 8, 2001, p. 74-75.

47 Ranchin François, Traicté de l’origine…, op. cit., p. 528 ; 531. Ce dernier cas de figure motive chez Boaistuau une diatribe contre les mères « si tendres & delicates » qu’elles ne veulent nourrir leur progéniture et l’exposent au « lait vicieux & corrompu » des nourrices, dont « procedent apres infinies maladies, comme verolle, lepre, & autres semblables, ainsi que plusieurs medecins ont experimenté, au grand dommage des pauvres enfans, & eternelle infamie des meres » : cf. Boaistuau Pierre, Le Theatre du Monde representant par un ample discours les miseres Humaines, traduit par P. Boaistuau lui-même, Livre second, [Genève], Jacob Stoer, 1621, p. 48-49.

48 Archives des Hospices du Mans, fonds de l’ancien hôtel-Dieu, registre des délibérations du bureau, de novembre 1585 à décembre 1596 (299 feuillets papier), fo 174, délibération signée des administrateurs C. Domontriuilx, I. Deschamps, G. Monteul et C. Lambert. Cité dans L’Hermitte J. et Rouquette P., « Exemples de contagion extra-génitale à la nourricerie de 1’Hôtel-Dieu du Mans (1591-1596) », Journal des maladies cutanées et syphilitiques, 19, 1908, p. 785-788.

49 Boursier Louise, Instruction à ma fille, dans Eadem, Récit véritable de la naissance de Messeigneurs et Dames les enfans de France ; Instruction à ma fille et autres textes, éd. F. Rouget et Colette H. Winn, Genève, Droz, 2000, p. 129.

50 Pour la description d’une chaîne de contagion occasionnée par la nourrice, voir aussi Paré Ambroise, Les Œuvres, Lyon, Veuve de Claude Rigaud et Claude Obert, 1633, « Le dix-neuviesme livre traictant de la grosse verole, dite maladie vénérienne & des accidents qui adviennent à icelle », chap. 2, p. 520 : « Une honneste & riche femme pria son mary qu’il luy permist d’estre nourrice d’un sien enfant : ce qu’il luy accorda, pourveu qu’elle prinst une nourrice pour la soulager à nourri l’enfant. Icelle nourrice avoit la verole, & la bailla à l’enfant, & l’enfant à la mère, & la mère au mary, & le mary à deux autres petits enfans, qu’il faisoit ordinairement boire & manger, & souvent coucher avecques luy, non ayant cognoissance qu’il fust entaché de ceste maladie ».

51 Ibidem, suite du texte précédent.

52 Siena Kevin P., « Pollution, Promiscuity, and the Pox: English Veneorology and the Early Modern Medical Discourse on Social and Sexual Danger », Journal of the History of Sexuality, 8, n° 4, 1998, p. 553-574.

53 Voir Gourevitch Danielle, Pudeur et pratique médicale dans l’Antiquité classique, Paris, Masson et Cie, 1968.

54 The Trotula. A Medieval Compendium of Women’s Medicine, éd. et trad. M. H. Green, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2002, p. 70 : Et ipse condicione sue fragilitatis propter verecundiam et faciei ruborem egritudinum suarum, que in secreciori loco accidunt, angustias non audent medico revelare (« Liber de sinthomatibus mulierum », XIIIe-XIVe siècles).

55 Silvius Jacques, Livre de la nature et utilité des moys des femmes, et de la curation des maladies qui en surviennent, composé en Latin par feu M. Jacques Sylvius professeur du Roy en medecine, et depuis mis en Françoays par M. Guillaume Chrestian, Paris, Guillaume Morel, 1559, dédicace à Diane de Poitiers, p. 104-105.

56 Boursier Louise, Observations diverses, sur la sterilité, perte de fruict, foecondité, accouchements, et maladies des femmes, et enfants nouveaux naiz, Paris, Abraham Saugrain, 1609, « A la Royne », fo ãiij.

57 Ibidem, fo ãiij.

58 Pour les caractéristiques de la nouvelle, voir Labère Nelly, Défricher le jeune plant. Étude du genre de la nouvelle au Moyen Âge, Paris, Champion, 2006, deux premières parties. Sur la revendication de vérité par les nouvellistes, voir Pérouse Gabriel André, « Nouvelle et histoire à la Renaissance », dans Engel Vincent et Guissard Michel, La Nouvelle de langue française aux frontières des autres genres, du Moyen Âge à nos jours, Metz, Quorum, 1996, p. 114-121.

59 Boursier Louise, Observations diverses, sur la sterilité, perte de fruicts, foecondité, accouchements, et Maladies des femmes et enfants nouveaux naiz amplement traittées, et heureusement praticquées par L. Bourgeois dite Boursier sage femme de la Roine, Paris, Abraham Saugrain, 1677, p. 171-172.

60 Ibidem, p. 175.

61 Ibidem, p. 178.

62 Ibidem, p. 174.

63 Watts Sheldon, Epidemics and History. Disease, Power and Imperialism, New Haven et Londres, Yale University Press, 1997, p. 122.

64 Pieces curieuses, en suite de celles du sieur de S. Germain,… par divers autheurs, Sur la coppie imprimée à Anvers, 1644, « Catolicon françois », p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Brancher, « À la recherche du « cas » perdu : la problématique de l’origine dans les récits de la vérole »Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 73-89.

Référence électronique

Dominique Brancher, « À la recherche du « cas » perdu : la problématique de l’origine dans les récits de la vérole »Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.969

Haut de page

Auteur

Dominique Brancher

Dominique Brancher est professeure associée au séminaire d’études françaises de l’Université de Bâle. Elle s’intéresse principalement aux interactions entre littérature et savoirs à la Renaissance (médecine, philosophie, philosophie naturelle, botanique).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search