Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier thématique : SyphilisConfiance et espoir de guérison :...

Dossier thématique : Syphilis

Confiance et espoir de guérison : Gaspar Torrella, médecin de la pudendagra

Trust and the hope of recovery: “pudendagra” physician Gaspar Torrella
Concetta Pennuto
p. 91-108

Résumés

Dans cet article, l’auteure propose une étude du Tractatus cum consiliis de pudendagra (Rome, 1497) de Gaspar Torrella, médecin actif à la cour des Borgia à Rome. Les contenus du texte sont analysés afin de comprendre les enjeux de la relation thérapeutique que Torrella instaure avec les patients malades du mal français. La relation est fondée sur la confiance entre le médecin et le patient, ce qui permet la réussite des démarches thérapeutiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le médecin valencien Gaspar Torrella (1452 ca.-1520) est connu du monde scientifique pour ses écrits sur le mal français et pour être l’un des premiers auteurs à avoir consacré plusieurs ouvrages à cette maladie. Dans ses traités, et en particulier dans le Tractatus cum consiliis de pudendagra, qui constitue l’objet principal de notre recherche, Torrella, médecin lié à la famille Borgia et à la cour papale, offre une riche étude de ce que nous pourrions appeler l’étiologie, la pathologie et la thérapeutique de la maladie qu’il nomme pudendagra, la maladie des pudenda, les parties honteuses du corps. En accord avec la médecine galénique, l’analyse des causes et de la nature de la maladie, ainsi que l’appréhension de la constitution du patient demeurent le fondement du choix thérapeutique. Ce qui s’avère être singulier dans ce traité, c’est le passage de la réflexion théorique à la mise en pratique des savoirs médicaux par le biais des consilia, où le récit de la consultation médicale et du dialogue entre le médecin et le patient repose sur la confiance accordée par le malade à la figure soignante. De fait, les consilia, qui clôturent le Tractatus, forment le terme d’un parcours ouvert par une longue réflexion sur la confidentia, offrant au lecteur un modèle de la manière dont la consultation devrait se dérouler en cas de pudendagra.

  • 1 Un petit avertissement doit précéder cet article : notre approche sera médicale, mais d’autres pers (...)

2Dans cette contribution, après une brève présentation de Gaspar Torrella et de son œuvre, nous explorerons les échanges entre la figure soignante et le patient, pour nous interroger sur le rôle de la confidentia dans la relation thérapeutique en cas de mal français. La lecture des consilia insérés dans le Tractatus nous amène à comprendre les interactions entre le médecin qu’est Torrella et ses patients. On ne doit pas perdre de vue cependant le contexte particulier d’une maladie, la pudendagra, qui touche aux parties génitales. La confidentia est l’élément qui permet au patient souffrant de cette maladie de se remettre dans les mains de celui qui a su l’écouter1.

Gaspar Torrella, témoin de la diffusion du mal français

  • 2 Sur Alessandro Sermoneta, voir Griguolo Primo, « Professori di medicina senesi tra Ferrara e Padova (...)
  • 3 C’est à partir du pontificat d’Alexandre VI que la documentation enregistre l’inclusion de médecins (...)
  • 4 Dans cet article, nous avons gardé le nom « mal français » au vu de la datation du traité de Torrel (...)
  • 5 Sur la vie et l’œuvre de Torrella, cf. Arrizabalaga Jon, « Medicina Universitaria y Morbus Gallicus(...)

3Né autour de 1452 à Valencia dans une famille de médecins juifs convertis, Gaspar Torrella étudia la médecine à Sienne et à Pise dans les années 1470 avec Alessandro Sermoneta et Pierleone da Spoleto2. Après les études en Italie, en raison du durcissement des mesures de l’inquisition contre les néo-convertis, il ne revint pas en Espagne mais resta en Italie, en entrant dans la cour de Rodrigo Borgia, devenu pape sous le nom d’Alexandre VI en 14923. Torrella ne quitta plus Rome et continua à être lié à la famille Borgia, dont il soignera, en tant que médecin personnel, le fils d’Alexandre VI, le cardinal César Borgia. Après la chute des Borgia et l’arrivée à la chaire de Saint Pierre de Jules II (Giuliano della Rovere, 1503-1513), Torrella n’abandonna pas Rome et devint l’un des médecins de ce nouveau pape, atteint du mal français4. Grâce aux liens avec la cour papale, Torrella fut également bibliothécaire de la Bibliothèque Vaticane et entra dans le clergé, ce qui lui rapporta de nombreux bénéfices ecclésiastiques5.

  • 6 Torrella Gaspar, Tractatus cum consiliis contra pudendagram seu morbum gallicum, Romae, per magistr (...)
  • 7 Torrella Gaspar, Dialogus de dolore cum tractatu de ulceribus in pudendagra evenire solitis, Romae, (...)
  • 8 Torrella Gaspar, De morbo Gallico cum aliis, Romae, s.e. s.d. ; Arrizabalaga Jon, « De morbo gallic (...)
  • 9 Luisini Luigi, De morbo gallico omnia quae extant, Tomus prior, Venetiis, apud Iordanum Zilettum, 1 (...)
  • 10 Astruc Jean, De morbis venereis libri sex, Lutetiae Parisiorum, apud Guillelmum Cavelier, 1736, p.  (...)
  • 11 Torrella Gaspar, Consilium de egritudine pestifera et contagiosa Ovina cognominata nuper cognita qu (...)
  • 12 Torrella Gaspar, Qui cupit a peste non solum preservari sed et curari hoc legat consilium, Romae, p (...)
  • 13 Torrella Gaspar, Pro regimine seu preservatione sanitatis. De loculentis & poculentis dialogus, Rom (...)
  • 14 Torrella Gaspar, Judicium universale. De portentis, praesagiis et ostentis, rerumque admirabilium, (...)

4À la lecture des œuvres de Torrella, il apparaît qu’une grande partie de son activité médicale ait été consacrée aux soins des maladies contagieuses. Torrella fut, en effet, l’un des premiers témoins de la diffusion du mal connu sous le nom de mal français en Italie, traditionnellement identifié comme la syphilis. À cette maladie il consacra deux ouvrages, le Tractatus cum consiliis contra pudendagram seu morbum gallicum, publié à Rome, chez Pietro della Torre, le 22 novembre 14976, et le Dialogus de dolore cum tractatu de ulceribus in pudendagra euenire solitis, paru à Rome, chez Johannes Besicken et Martinus de Amsterdam, le 31 octobre 15007. Ces deux écrits furent dédiés à César Borgia, lui-même contaminé par le mal français. Le Tractatus fit l’objet d’une réédition, publiée sans nom d’éditeur ni de lieu, mais que Jon Arrizabalaga a réussi à dater de 1498 et à attribuer, avec vraisemblance, à l’imprimeur Besicken8. Nombreuses sont les rééditions du Tractatus et du Dialogus dans les recueils sur le mal français à partir du XVIe siècle, notamment dans le De morbo gallico de Luigi Luisini (XVIe siècle)9 et, sous forme d’extraits, dans le De morbis venereis de Jean Astruc (1684-1766)10. Le mal français ne fut pas la seule maladie contagieuse qui intéressa Torrella. Nous enregistrons un traité sur la modorrilla, une maladie contagieuse qui toucha, comme Jon Arrizabalaga l’a expliqué, la flotte castillane des Flandres11 ; un conseil sur la peste12 ; et encore un Regimen sanitatis en forme de dialogue, adressé au pape Jules II13 ; enfin un Iudicium universale, dédié à César Borgia et rédigé sous forme épistolaire en 150214.

  • 15 Voir l’introduction au présent dossier (« La syphilis au XVIe siècle : maladie nouvelle, discours n (...)
  • 16 Sur le rapport entre César Borgia et Torrella, cf. Arrizabalaga Jon, « De morbo gallico … », op. ci (...)
  • 17 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2ro.

5Le Tractatus cum consiliis contra pudendagram seu morbum gallicum est donc la première œuvre que Torrella consacre à l’étude de la maladie des parties honteuses du corps, quelques années après le début de la diffusion du mal en Italie15. Le traité est articulé en deux parties, dont la première expose les éléments pathologiques et thérapeutiques, la seconde présente des curae particulares, appelées consilia dans le titre de l’ouvrage. Ces curae consistent en des consultations avec explication des soins administrés à des patients traités par Torrella lui-même. La lecture du Tractatus reste fondamentale afin de comprendre l’attitude de Torrella envers le mal français et la manière dont il développe le lien thérapeutique avec ses patients. César Borgia comme nous l’avons dit, est à l’origine du traité16. Il requiert l’avis du médecin sur la nature de la maladie fatale appelée morbus gallicus : existe-t-il d’autres traités médicaux sur cette maladie ? D’ailleurs, a-t-on découvert un remède spécifique pour le mal français ? Pourquoi les douleurs se déclenchent-elles pendant la nuit ? C’est à ces questions que Torrella tente de répondre, en se confrontant à la littérature existante et en s’appuyant sur son expérience de médecin17. Le premier point traite de la nature, des causes et de l’action de la maladie sur le corps du patient.

Une maladie singulière aux multiples facettes

  • 18 Ibid., fos a3vo-4vo. Jon Arrizabalaga a souligné la proximité de l’attitude de Torrella envers l’as (...)
  • 19 Ibidem, fo a4vo : « pudendagra est defoedatio universalis cutis corporis cum dolore et excoriatione (...)
  • 20 Ibidem, fo a4vo : « Et quia non habet aliquid quod prohibeat, ergo est curabilis » (« Et puisqu’il (...)
  • 21 Ibidem, fos a4vo-b1ro. Cf. Aristote, Problèmes, Tome I, Sections I à X, Texte établi et traduit par (...)
  • 22 Ibidem, fo b1ro-vo.

6Face à la maladie des pudenda, la première question que les médecins se posent, dit Torrella dans le Tractatus, porte sur l’origine du mal. D’après les astrologues (astrologi), les constellations en sont la cause, alors que d’autres (alii) parlent d’un fléau divin. Ramener en tout cas la connaissance de la maladie à la compréhension de la manière dont elle agit sur le corps signifie admettre que la maladie est curable et se prédisposer à l’administration du soin18. Le morbus gallicus, qui apparut en France en 1493, est donc une maladie qui peut être soignée et la guérison est possible si l’on en connaît la nature, les causes et les symptômes. Le nom qu’il faut lui donner est alors celui de pudendagra, parce que le premier signe se manifeste sur les organes génitaux, et sa définition relève du fait que « la maladie des organes génitaux est une souillure de la peau du corps dans sa totalité avec douleur et une excoriation modérée »19. Les troubles de la peau peuvent concerner le corps entier ou bien une partie du corps, surtout les extrémités, continue Torrella. Il s’agit enfin d’une maladie que l’on peut guérir, parce que rien ne s’oppose à un traitement20. Cette maladie de la peau appartient à l’espèce de la gale, scabies. Elle est donc contagieuse, comme Aristote l’a montré dans les Problèmes : il s’agit de maladies qui se transmettent par contact. Cela dit, le médecin valencien n’exclut pas qu’une mauvaise complexion humorale et une corruption des humeurs puissent contribuer à la diffusion du mal21. En effet, la pudendagra est causée par un mélange d’humeurs gâtées dans le sang, ce qui lui donne des caractéristiques particulières : on parlera alors de pudendagra sanguinea colerica, pudendagra colerica, pudendagra sanguinea melancolica, pudendagra sanguinea flegmatica, etc.22

  • 23 Torrella consacre le Dialogus de dolore aux douleurs et en particulier à la douleur de la pudendagr (...)
  • 24 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo b1vo.

7La description du mal passe par la mention d’un des symptômes les plus gênants pour le patient, à savoir les fortes douleurs qui tourmentent le malade surtout pendant la nuit23. Torrella en recherche la cause, afin de répondre à la question que César Borgia lui avait posée durant leurs conversations. L’analyse de cette douleur comporte une étude minutieuse de la matière qui, dans le corps, provoque la maladie. Les pustules et les ulcères sont engendrés par une substance subtile qui remonte jusqu’à la surface du corps ; les douleurs en revanche, ces douleurs qui atteignent les muscles et les articulations, sont causées par une matière plus épaisse24. Mais pourquoi les douleurs s’activent-elles le plus pendant la nuit ? La réponse ne relève pas uniquement de l’intérêt médical pour la nature du mal français, mais témoigne d’un souci du vécu de la maladie par le patient. Comprendre sa douleur, c’est le premier pas que Torrella accomplit dans le but de mieux l’aider à surmonter une maladie sans répit, qui le soumet à de lourds traitements, le jour, dont il est difficile de se remettre durant la nuit.

  • 25 Ibidem, fo b3ro.

8La souffrance engendrée par les douleurs nocturnes a plusieurs causes, telle la concentration de la pensée sur le corps durant la nuit, alors que pendant la journée cette dernière est prise par d’autres facteurs, ainsi que l’humidité et la chaleur naturelles qui se retirent à l’intérieur du corps, les pores étant fermés25. Ces facteurs psychiques et somatiques connus, le médecin n’oubliera pas le lien existant entre la nature de la maladie et la complexion du patient, c’est-à-dire que l’intensité de la douleur est due au type d’humeur atteinte par la maladie. Le symptôme de la douleur devient ainsi le signe par lequel le médecin, durant la consultation, comprend la nature singulière du mal, car la pudendragra est une maladie contagieuse aux multiples facettes :

  • 26 Ibidem, fo b4vo : « Et licet in omni pudendagra, ut dixi, sit dolor, verum tamen in sanguinea dolor (...)

Et quoique, dans toute pudendagra, comme je l’ai dit, il y ait de la douleur, dans la pudendagra sanguine la douleur est tolérable, dans la pudendagra flegmatique la douleur n’est pas très intense, bien que non tolérable, dans la pudendagra colérique la douleur est aiguë et mordante, et dans la pudendagra mélancolique la douleur n’est pas très intense, mais plutôt profonde. La pudendagra flegmatique est humide, avec des pustules épaisses et larges, qui, lorsqu’elle se sèche, laissent tomber des croûtes blanches, comme des écailles. La pudendagra sanguine est humide, avec des pustules pointues, non larges, et à la hâte y est engendrée une sanie qui pourrait être louable, mais dans la flegmatique beaucoup de sanie est produite […] En outre, la couleur de la pudendagra sanguine tourne aux couleurs rougeâtre et jaunâtre, celle de la flegmatique à la couleur bleuâtre, celle de la mélancolique à la couleur de la cendre, s’il n’y a pas eu de combustion, et, s’il y a eu de combustion, au noir pourpre.26

  • 27 C’est Torrella qui définit la douleur et les pustules comme signa de la maladie : cf. ibidem.
  • 28 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fos b4vo-c4ro.

9Le langage médical des signes27 de la maladie, et tout particulièrement celui de la douleur et des pustules, s’avère particulièrement représentatif de l’attention que Torrella porte au patient et à ce qui est ressenti (sentitur) dans son corps. Le lexique des sens définit la symptomatologie : la douleur est intense ou légère, plus ou moins tolérable, ou encore profonde, aiguë ou qui pique (dolor intensus, suavis, profundus, cum acuitate et punctione) ; les pustules sont grandes et larges (pustulae grossae et latae), les croûtes blanches comme des écailles (cortices albae sicut scamae) ; les couleurs de la maladie varient en fonction de la caractérisation humorale. Ces caractérisations individuelles de la maladie orientent le choix thérapeutique, dont le régime, les purgatifs, les saignées, les traitements chirurgicaux seront adaptés à la singularité des patients, en accord avec l’espèce de pudendagra28. Torrella prépare ainsi la transition avec la deuxième partie de son traité, où la pathologie, l’étiologie et la thérapeutique ne sont plus décrites de façon à en extraire des savoirs médicaux théoriques, mais sont tournées vers le particulier et forment un véritable recueil de dossiers médicaux : le consilia.

Patient et médecin en dialogue

  • 29 La littérature sur les consilia étant très riche, je me limite à renvoyer à Agrimi Jole et Criscian (...)

10Torrella considère la narration des consilia29 comme une sorte de deuxième traité, dont l’intention est de présenter des cas dont il s’est lui-même occupé, curae particulares, afin d’accroître la confiance (fides) du lecteur dans les propos (dicta) des médecins :

  • 30 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo c4vo : « venit michi in mentem aliquas particulares cura (...)

J’ai pensé rapporter quelques cas particuliers, afin que l’on puisse accorder plus de confiance aux mots des médecins exposés dans le traité précédent30.

  • 31 Ibidem. Comme Arrizabalaga le rappelle, selon Karl Sudhoff, ce Nicolas serait César Borgia. Cf. Arr (...)
  • 32 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo c4vo.
  • 33 Ibidem, fo d1ro.
  • 34 Ibidem, fos d1ro-2vo.

11La première cura particularis concerne Nicolaus minor Valentinus, lié d’amitié à Torrella, âgé de 24 ans, d’une taille moyenne, de complexion sanguine avec tendance à la prévalence de colère (bile jaune)31. Le jeune Nicolas a eu un rapport sexuel avec une femme malade de la pudendagra, explique Torrella, par conséquent il a été infecté le jour même du rapport sexuel, comme l’a montré la pustule apparue sur la verge. La semaine suivante, de fortes douleurs se sont manifestées aux bras, aux jambes, à la tête et au cou, puis des pustules sur le visage et le cou32. Le cardinal Borgia intervient auprès de Torrella, pour qu’il soigne Nicolas, son serviteur, ce que Torrella fait sans hésitation33. Après le diagnostic d’une pudendagra flegmatique et mélancolique, la thérapie consiste en le choix du régime et des remèdes appropriés, ainsi qu’en des séances de sudations dans l’étuve, selon une démarche réglée pendant cinq jours de phases de traitement et de phases de repos. Cependant, des pustules restent sur le visage et d’autres parties du corps. Nicolas demande donc un autre remède, que Torrella ordonne : un onguent à utiliser pendant la nuit uniquement sur les pustules. La thérapie fonctionne et Nicolas rentre chez lui purifié, sans pustules, mais avec quelques douleurs, traitées à l’aide de certaines pilules34.

12Au-delà de la description des mesures adoptées pour combattre la maladie, qui ont bien pour fonction d’illustrer exemplairement une thérapie efficace, le récit de cas nous renseigne sur les questions que le patient Nicolas adresse à son médecin. Les douleurs aux articulations et aux muscles sont très intenses, intensissimi ; les pustules sont grandes et couvertes de croûtes, sans perte de fluide. Nicolas demande à Torrella pourquoi il avait été infecté au premier contact et pourquoi lui-même n’avait pas infecté de femmes saines, même après des contacts répétés. La réponse de Torrella ne se fait attendre :

  • 35 Ibidem, fos c4vo-d1ro : « Quaesivit unde erat quod ipse fuit infectus in primo contactu [De morbo g (...)

J’ai répondu qu’il ne devait pas en être surpris, car les hommes étant plus chauds que les femmes, les pores du membre viril sont ouverts et les vapeurs corrompus qu’exhale la matrice lèsent ce dernier assez rapidement. C’est pourquoi il faut éviter les rapports avec une femme infectée. La femme, puisqu’elle est plus froide, n’est pas contaminée, à moins qu’elle n’ait des rapports fréquents avec un homme infecté. En effet, la matrice est froide, sèche, dense et ne reçoit pas la lésion. En outre, la semence reçue d’un homme infecté est expulsée assez rapidement ou, restant broyée, elle s’en trouve détruite.35

13Par le dialogue avec le patient, qui veut être informé sur la nature de la maladie et les modes de transmission de l’infection, Torrella montre qu’il se consacre non seulement au soin physique du malade, mais aussi à la construction du rapport de confiance que le médecin doit instaurer avec la personne malade. La prise en charge de la maladie comporte l’écoute du patient selon une attitude thérapeutique que nous retrouvons dans les autres cas médicaux du Tractatus.

  • 36 Ibidem, fo d2vo : « ab omnibus evitabatur propter defoedationem maximam faciei, nam tota facies vid (...)
  • 37 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo d2vo : « venit ad me quaerens utrum aegritudo sua posset (...)
  • 38 Ibidem, fos d2vo-3ro.
  • 39 Ibidem, fo d3ro : « quem bonis verbis, rationibus et experimentis consolavi atque ei, permittente d (...)
  • 40 Sur le régime des six choses non naturelles (air, aliments et boisson, mouvement et repos, veille e (...)
  • 41 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo d4vo : « confidens quod sicut paulatine generantur, ita (...)

14Le deuxième patient est un homme de 46 ans, de complexion sanguine, soigné par Torrella durant le mois d’août 1497. Torrella s’interroge sur sa conduite de vie et découvre que ce patient – dont l’identité n’est pas révélée – s’est consacré à des travaux excessifs pour entretenir sa propriété, en s’exposant souvent aux rayons du soleil, aux bords de la mer, le corps étant soumis à un régime irrégulier. La pudendagra est de nature sanguine, avec des pustules grandes et rouges, des douleurs intenses au cou et aux épaules, et quand les taches se sont répandues sur toute la surface du corps, les douleurs aussi se sont diffusées au corps tout entier, surtout durant la nuit. Le visage de ce patient est tellement défiguré par la maladie, que tout le monde l’évite, les gens étant impressionnés par la morphée rouge qui le recouvre : « tout le monde l’évitait à cause de la très grande défiguration de son visage, qui était entièrement couvert de morphée aux taches rouges »36. Comme dans le cas précédent, le visage pousse le malade à chercher l’aide du médecin, car c’est la sociabilité qui est affectée par la mise à l’écart et l’isolement. Le patient de 46 ans consulte Torrella pour savoir si une thérapie existe pour cette maladie, sans espoir de trouver une issue, parce que d’autres médecins ont diagnostiqué la lèpre37. La voix est cassée par un enrouement dû aux fortes douleurs, lequel l’amène à se plaindre et à crier, ouvrant ainsi le passage à la pénétration d’humidités dans l’épiglotte et la luette38. Torrella s’engage à réconforter son patient par des paroles apaisantes, une méthode valable et son expérience : « je l’ai consolé avec de mots gentils, raisonnements et preuves tirées de l’expérience et lui ai promis de retrouver sa parfaite santé en peu de temps, si Dieu le voudra »39. L’administration des traitements (régime des six choses non naturelles40, onguents, sudations) se déroule avec succès, mais, explique Torrella, on sait bien que ce genre de patients fait souvent des rechutes, parce que cette mauvaise matière ou qualité se reforme dans le corps : le patient continuera à prendre l’une des pilules ordonnées après la disparition des pustules « en étant certain que, de même que (les pustules) sont engendrées peu à peu, de même, peu à peu, elles sont effacées »41.

15La description détaillée du parcours thérapeutique caractérise la troisième cura du catalogue de Torrella, où le patient est un homme de 30 ans, d’origine lombarde (Longobardus), de complexion flegmatique, qui a contracté la maladie par contagion. La pudendagra est flegmatique et, au moment de la consultation, le jeune homme souffre depuis dix mois de grosses pustules, couvertes de croûtes, dont s’écoule une saleté épaisse, de couleur blanche avec tendance à la suie. Torrella examine le patient, dont le phlegme brûlé s’est tourné en mélancolie avec un petit mélange de colère (bile jaune). L’interrogatoire révèle que, quand il était en bonne santé, le jeune homme était bien nourri ; maintenant il est maigre, même si, comme il le dit lui-même, son appétit est bon, il digère, assimile et élimine bien la nourriture, son foie fonctionne correctement, aucune lésion n’empêche les fonctions habituelles du corps, même celles du cerveau. Seul le manque de sommeil, dû aux douleurs nocturnes, l’affaiblit.

16Cette consultation est exposée par Torrella dans les deux éditions du traité de manière différente : dans le Tractatus de 1497, le dialogue avec le patient est raconté à la troisième personne, alors qu’en 1498, dans la deuxième version du Tractatus, le De morbo gallico, le patient s’exprime à la première personne, en interagissant avec son médecin :

  • 42 Ibidem, fo e1ro : « Quum erat sanus, erat pinguis, nunc vero factus est macilentus, res digna admir (...)

Quand il était en bonne santé, il était gras, mais désormais, il est devenu maigre, fait digne d’admiration, puisqu’il se nourrit bien et, à ce qu’il rapporte, il a de l’appétit, digère bien, retient bien les aliments, les attire et expulse bien, dans la région du foie il ne sent aucun trouble. Manifestement, les actions de son corps ne sont pas endommagées. De même, les actions de son cerveau seraient dignes d’être louées, si ce n’était pour les douleurs qui l’empêchent de dormir la nuit42.

  • 43 Torrella Gaspar, De morbo …, op. cit., fo B8ro-vo : « Quum erat sanus, erat pinguis, nunc uero fact (...)

Quand il était en bonne santé, il était bien nourri, mais maintenant il est devenu maigre, fait digne d’admiration, puisqu’il se nourrit bien et, comme il le dit : « j’ai un bon appétit, je digère bien, je retiens bien les aliments, les attire et expulse bien, dans la région du foie je ne sens aucun trouble ». Manifestement, les actions de son corps ne sont pas endommagées. De même, les actions de son cerveau seraient dignes d’être louées, si ce n’était pour les douleurs qui l’empêchent de dormir la nuit43.

  • 44 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo e1ro : « Nam antequam transiret mensis Octobris, ipse es (...)

17Ce dialogue est au cœur de la relation thérapeutique, qui joue un rôle essentiel dans la cure : ordinavi itaque, dit Torrella, « j’ai ordonné », après avoir écouté son patient, le choix du traitement étant fondé sur la confiance que le médecin accorde au récit de ce dernier sur son état de santé précédant la maladie et le déroulement des fonctions du corps durant celle-ci. La confiance est réciproque : le patient confie son corps au médecin après des mois de souffrance ; le médecin l’écoute et adapte la thérapie au récit du patient. C’est ainsi que nous découvrons que le jeune de trente ans est réduit à une situation d’extrême pauvreté qui le condamne à la prostration. C’est pourquoi Torrella lui ordonne de changer la manière de vivre, d’organiser sa chambre de façon à y avoir de la chaleur et un air sec, de ne pas rester dans la partie basse de sa maison, mais de monter à l’étage, de se couvrir le corps de vêtements, de mettre un bonnet sur sa tête, des chaussures à ses pieds. En outre, il l’exhorte à la joie, à l’allégresse, à fuir toute colère, tristesse et solitude, à se réjouir de toute son âme. La thérapie fonctionne : à la fin du mois d’octobre 1497, le jeune homme est guéri et retourne voir Torrella : « Dieu me soit témoin – raconte Torrella – qu’il m’a dit que ce sont sa solide imagination et l’espoir de santé qui, seuls, l’ont fait dormir cette nuit-là »44.

  • 45 Ibidem, fos e1vo-2ro : « redivit ad me et dixit [De morbo gallico 1498 : ad me rediit et dixit] : « (...)
  • 46 Ibidem, fo e2ro.

18L’imagination solide, firma imaginatio, est l’un des éléments clés de l’espoir (spes) de guérison et de la démarche thérapeutique choisie par Torrella, qui fonde la réussite de sa méthode médicale sur la participation active des facultés émotionnelles du patient, un élément aussi important que les remèdes pharmaceutiques ou les procédures chirurgicales : exercice physique, clystères, onguents, sudations. À la fin du cycle thérapeutique, le jeune homme se rend chez son médecin et dit : « Monsieur, je vais bien, je suis libre du grand poids de la maladie, j’arrive à soulever les bras jusqu’à la tête, je peux jeter des pierres, je peux marcher sans canne. Que pourrai-je faire encore ? ». Torrella répond en lui conseillant « de continuer le régime habituel et, en cas de constipation, de pratiquer un clystère avant le dîner […] Les traitements terminés, je lui ordonnai d’enduire toutes les pustules restées avec cet onguent »45. Le patient peut ainsi retourner à son travail de maçon à Rome, où il était très réputé pour sa maîtrise dans la construction de maisons, tout en tenant sous contrôle la maladie par le traitement pharmacologique46.

  • 47 Ibidem, fo e2ro-vo.
  • 48 Ibidem, fo e2vo.
  • 49 Ibidem, fos e2vo-3ro.

19Le quatrième cas est celui d’un homme d’un certain âge, maigre, la peau brunâtre, ayant peu de poils, typiquement mélancolique, souffrant depuis un an de la pudendagra, comme il le dit. Il raconte à Torrella (ut ipse retulit mihi) avoir contracté la maladie un an auparavant, après avoir dormi dans le même lit que son frère, lui aussi contaminé. Deux mois après la contagion, aux douleurs nocturnes de la tête aux pieds s’ajoutèrent de grosses pustules, couvertes de croûtes et de la couleur de la cendre, puis les douleurs disparurent. Dix mois passèrent sans douleur, jusqu’à il y a un mois et demi, explique Torrella, et maintenant ces douleurs s’accompagnent de deux ulcères sur le tibia gauche, infectés et douloureux. Le patient attribue l’extension de ces ulcères à un chirurgien qui y appliqua des remèdes corrosifs. Torrella, après avoir écouté l’histoire, décide de le traiter, parce que c’est un geste pieux que de secourir les gens qui souffrent et que le cardinal Borgia le lui a demandé47. Le dialogue passe à trois locuteurs, quand, après l’énoncé des consignes sur le régime des six choses non naturelles et l’administration des remèdes, on pratique les sudations et traite les plaies. Un autre chirurgien intervient, en effet : c’est un ami du patient qu’il soigne par les onguents ordonnés par Torrella, ut dicto cirurgico dixeram48. Ces dialogues et les thérapies décrites, dit Torrella, ne sont pas retranscrits afin d’enseigner quoi que ce soit de nouveau aux médecins, mais uniquement dans le but mémoriel. Tout médecin lettré connaît ces thérapies et pourra enrichir ces savoirs sans difficulté49.

  • 50 Ibidem, fo e3ro.
  • 51 Ibidem, fo e3vo : « affligor, crucior, morior, anima mea quaerit exitum omni nocte. Recurri ad crea (...)
  • 52 Ibidem. Cf. Le livre de l’Ecclésiastique, traduit par Dom Hilaire Duesberg et paul Auvray, Paris, É (...)
  • 53 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo 1fro- vo : lepra, asafati, serpigo, essere, planta nocti (...)
  • 54 Ibidem, fos f2ro-3ro.
  • 55 Ibidem, fo f3vo. Dans la version de 1500, le final s’enrichit de réflexions concernant les mouvemen (...)
  • 56 Torrella donne la liste des médecins canonisés dans la dédicace du Dialogus de dolore : cf. Torrell (...)

20Johannes de Toledo, le dernier patient de la liste, proche du cardinal Borgia, évêque et trésorier, âgé de 55 ans, souffre de la pudendagra : les douleurs incessantes au bras, aux épaules, au cou, aux jambes, aux pieds et aux mains – la description de Torrella ne laisse de côté aucune partie du corps – poussent Toledo à chercher l’aide du médecin de la maison Borgia. Peu importent, dit Torrella, les spéculations théoriques que l’on peut faire sur la maladie de ce patient, dont, en tout cas, la corruption des humeurs ne peut qu’être le berceau. Ce qui l’intéresse, c’est que Johannes de Toledo a déjà eu recours aux médecins lettrés et aux empiriques, mais le mal n’a cessé d’empirer50. Il est donc venu le chercher, en lui disant : « je me sens abattu, je souffre, je meurs, mon âme cherche la mort toutes les nuits. J’ai prié Dieu, le créateur et l’omnipotent »51. La référence à l’invocation à Dieu offre à Torrella l’occasion de parler de l’origine divine de la médecine et du devoir du médecin de soigner, étant donné que Dieu a créé le médecin et les plantes à cette fin, tout comme il a créé les pierres et les éléments naturels qui entrent dans la composition des remèdes52. Toutes les mesures thérapeutiques sont adoptées afin de soigner Toledo, après un diagnostic obtenu par exclusion des autres maladies de la peau : lèpre, impétigo, herpès, petites tumeurs noueuses de la chair, démangeaisons et douleurs nocturnes, affections des paupières, véroles, verrues, nœuds, boutons dus à des sueurs excessives, lichens53. Les propria signa, les signes spécifiques, de la maladie emmènent Torrella à lire sur le corps du patient un mal analogue à la scabies, c’est-à-dire la pudendagra, qu’il faudra traiter par le régime des six choses non naturelles, par des rythmes irréguliers du sommeil du patient, ainsi que par les remèdes pharmaceutiques et les sudations nécessaires dans ce cas pathologique54. Le patient est libéré de la maladie après le dernier traitement et Torrella ordonne qu’il continue de prendre des remèdes pour maintenir son état de santé et combattre le retour du mal. Au médecin originaire de Valentia, il ne reste plus qu’à prier Saint Damien55, le médecin canonisé par l’église56.

La relation de confiance

  • 57 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2ro.
  • 58 Ibidem.
  • 59 Sur Niccolò Falcucci, cf. Muccillo Maria, « Niccolò Falcucci », dans Dizionario Biografico degli It (...)
  • 60 Le passage cité occupe les fos a2vo, l.1 – 3vo, l.18 du Tractatus et fos a2vo, l.1 – 3vo, l.9 du De (...)

21Le genre humain est redevable à César Borgia, parce que c’est grâce à lui que l’on a découvert comment soigner une maladie considérée comme incurable57 : c’est par cette réflexion que, dans la dédicace du Tractatus au cardinal, Torrella introduit une longue analyse du rapport de confiance entre le médecin et le patient. En effet, tous les cas présentés dans le Tractatus font l’objet d’une guérison (disparition des symptômes), avec indications thérapeutiques et conseils pour prévenir ou traiter les rechutes éventuelles. Parce que Torrella a compris comment traiter la maladie, sa nature et ses manifestations, les patients lui font confiance et gardent intact leur espoir de guérison. C’est cette confidentia qui pourra guérir les malades58. En mentionnant le médecin florentin Niccolò Falcucci († 1412)59, il développe le discours sur la confiance du patient envers le médecin, en en faisant une action de la vertu imaginative (virtus imaginativa), voire une affection de l’âme rationnelle, fondée sur l’idée que la personne acquiert quelque chose qui pourra lui être utile. En effet, la dédicace du Tractatus se transforme en une longue citation du deuxième Sermo medicinalis de Niccolò Falcucci, dont la Summa I du Tractatus I porte sur la notion de curatio, traitement de la maladie. Le chapitre qui intéresse Torrella est le sixième, consacré à l’étude de ce qui empêche la réussite du traitement : De his quae impediunt curationem fieri. La longue citation de Falcucci constitue le trait d’union entre l’hommage à César Borgia et la présentation des causes de la pudendagra. C’est une sorte d’introduction aux mesures que le médecin peut adopter afin que sa démarche thérapeutique obtienne les résultats attendus, voire la guérison60.

22Comme nous le lisons dans cette longue citation de Falcucci, médecine, exorcisme, discours et incantation agissent par le biais de la confiance :

  • 61 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a2vo : « confidentia pertinet ad virtutem imaginativam fo (...)

La confiance concerne la vertu imaginative qui agit avec force et façonne une opinion solide sur quelque chose, qui, certainement, doit lui être utile. C’est ainsi que la confiance est une affection de l’âme rationnelle, née de l’idée de quelque chose d’attendu qui est utile et salutaire, que ce soit la médecine ou un exorcisme ou un discours ou une incantation, qui semble apporter beaucoup à la santé du malade61.

  • 62 Voir Arrizabalaga Jon, « Práctica y teoría … », op. cit, p. 138.
  • 63 Cf. Falcucci Niccolò, Sermones medicinales, Sermo primus, Papiae, Johannes Antonius de Basinis (Gio (...)

23Comme Jon Arrizabalaga le dit, par ces affirmations Torrella se pose en thérapeute, en dépassant l’écriture médicale théorique62. Au début de ses Sermones medicinales, Falcucci avait dressé le portrait du bon médecin, dont la bona fama, la bonne réputation, doit reposer sur l’éloignement des vices et des occupations mondaines, ainsi que le rejet de la fréquentation des gens coupables, surtout les assassins. Le bon médecin pourra donc acquérir la confiance des patients (confidentia aegrorum) uniquement s’il cultive les qualités de modestie et d’humilité qui sont au fondement de la médecine, sans être jaloux de ses confrères et sans les mépriser publiquement. Dans la relation thérapeutique, ce bon médecin parlera un langage compréhensible pour le patient et le visitera sur demande, en se montrant toujours sobre, fuyant les fêtes, la musique instrumentale et les lieux de prostitution. Afin d’obtenir la confiance des patients, le médecin doit donc être maître de soi-même, continue Falcucci, puisque d’après Avicenne la confidentia du malade envers le médecin est plus efficace sur la santé que tous les instruments du médecin63.

  • 64 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2vo. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. c (...)
  • 65 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2vo : « ait enim Plato. Cum mens humana rem aliquam qua (...)
  • 66 Seul le texte latin du De physicis ligaturis nous est parvenu, dans la version de Constantin l’Afri (...)
  • 67 Ibidem, p. 49.

24Avicenne revient dans les pages de la dédicace de Torrella-Falcucci, afin de démontrer que la confidentia suit l’imagination, imaginatio. L’expérience montre que le patient se remet de sa maladie parce que son espoir d’être pris en charge par un grand médecin longuement attendu est satisfait. Les choses se déroulent alors, comme lorsqu’on écoute le discours d’un homme de foi et honnête, ou que l’on applique à sa vie un passage des Écritures, ou que l’on prend une potion médicinale : dans tous ces cas, le malade se concentre sur ces actions64. D’autre part, Platon a bien montré, continue Falcucci, cité par Torrella, l’influence de la mens sur le corpus et l’importance de la confiance dans la relation entre le médecin et le patient : « Platon dit : quand l’esprit humain a assuré qu’une chose lui est utile, bien qu’elle ne soit pas utile en soi, cette chose sera utile au corps, par la seule force de l’esprit humain »65. Cette citation se réfère en réalité au De physicis ligaturis du médecin et astronome chrétien de langue arabe Qusta ibn Luca (830-910)66. Depuis la fin du Moyen Âge, le texte circule sous le nom de Galien, sous le titre De incantatione, et, à partir du XVIe siècle, est imprimé dans les œuvres complètes galéniques67.

  • 68 Cf. Plato, Charmides, dans idem, Opera, Florentiae, Laurentius (Francisci) de Alopa Venetus, 1484, (...)
  • 69 Platon, Charmide, dans Idem, Œuvres complètes, Tome II, texte établi et traduit par Alfred Croiset, (...)
  • 70 Ibidem, 157a, p. 57.
  • 71 Ibidem, 157b, p. 57. Cf. Plato, Charmides (1484), fo u4vob.

25Comme Judith Wilcox et John M. Riddle l’ont mis en lumière dans leur édition du De physicis ligaturis, Qusta ibn Luqa avait pu avoir accès à plusieurs sources platoniciennes, telles que le Charmide, dont plusieurs passages sont consacrés aux incantations et à la confiance entre le médecin et le patient. Dans les pages de ce dialogue de Platon, que Torrella aurait pu lire dans la traduction ficinienne68, Socrate se pose en guérisseur du mal de tête de Charmide, qui est à la recherche du bon remède. Il connaît une plante à laquelle il faut ajouter une incantation, nécessaire afin que le médicament agisse69. Car le bon médecin ne soigne pas uniquement la partie du corps en proie aux douleurs ; on peut même dire qu’il ne parvient pas à soigner correctement cette partie, explique Socrate, s’il ne s’intéresse au corps tout entier et à l’âme du patient, comme les médecins de Thrace le savent. Qu’est-ce une incantation ? Socrate explique que ce sont les incantations « les beaux discours, qui font naître dans l’âme la sagesse. Quand l’âme possède une fois la sagesse et la conserve, il est facile alors de donner la santé à la tête et au corps entier »70. Comme un médecin de Thrace, donc, l’a expliqué à Socrate, il faut que le patient « confie son âme à l’action salutaire de l’incantation », s’il veut être soigné : sans l’action conjointe du corps et de l’âme, il sera impossible d’atteindre la guérison71.

  • 72 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a2vo : « medicus plures curat in quo plures confidunt ». (...)
  • 73 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a3ro. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. c (...)
  • 74 Ibidem.
  • 75 Sur ces Differentiae, cf. Delaurenti Béatrice, « Pietro d’Abano et les incantations. Présentation, (...)
  • 76 Cf. Delaurenti Béatrice, « Pietro d’Abano et les incantations »…, op. cit. ; Pietro d’Abano, Concil (...)

26Torrella trouve un soutien philosophique à son idée dans la lecture de Falcucci et de Platon, associée à la médecine galénique. En effet, dans son commentaire sur le premier livre du Pronostic d’Hippocrate, Galien explique que le médecin arrive à soigner plus de monde, s’il obtient la confiance des gens : « Le médecin, en qui plus de personnes ont confiance, soigne plus de monde »72. De la confidentia vient l’effectus realis sur le corps, qui subit des changements physiques, expliquent Falcucci et Torrella, parce que la confiance s’accompagne de l’action de l’imagination, stimulée par les passions de l’âme. Le médecin, en sachant que le regard et l’écoute sont les éléments qui déclenchent la confiance, doit chercher à la susciter par des discours doux, des affirmations séduisantes, des promesses inébranlables et l’exemple de ceux sur lesquels il est intervenu de la même manière. Il agit comme un exorciste (exorzista) ou un enchanteur (praecantator)73. Il doit croire en ce qu’il dit et fait, de cette façon il pourra adoucir l’âme de celui qui l’écoute et la rendre ouverte et joyeuse. Alors, le cœur du patient, déjà affligé par la violence de la maladie et par la peur de la mort, se dilatera, en remplissant d’esprit fortifiant les membres du corps. Ce ne sont pas l’exorciste ou l’enchanteur en eux-mêmes qui produisent leurs effets ou induisent la guérison. C’est aussi la confiance du patient qui contribue, selon l’habilité de ces derniers à la solliciter74. La tradition avicennienne de la confiance et de l’imagination se réunit ici avec celle du Conciliator de Pietro d’Abano († 1316), dont deux Differentiae sont consacrées aux incantations : la 135 Utrum confidentia infirmi de medico conferat in ipsius salutem, necne (Si la confiance du malade dans le médecin contribue à sa santé, ou non) et la 156 An precantationes curent (Les incantations soignent-elles ?)75. Dans cette dernière, nous lisons que l’enchanteur doit être astucieux, lui-même confiant en ce qu’il fait et affectueux, tandis que celui qui recevra l’incantation sera prédisposé, plein d’espoir et désireux de recevoir l’action de l’enchanteur76.

  • 77 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3ro. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. ci (...)
  • 78 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3vo. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. ci (...)

27C’est donc la coopération des deux participants à l’enchantement qui permet à la thérapie de fonctionner. C’est pourquoi, continuent Falcucci et Torrella, les stulti, les sots, qui se moquent des exorcismes, doivent se taire77, car grâce à l’enchantement, l’on peut retirer une flèche sans douleur ou arrêter une crise d’épilepsie78. La relation étroite entre la médecine et l’éloquence est la source de la réussite du geste thérapeutique. Torrella utilise la longue citation de Falcucci pour démontrer l’utilité d’un lien entre le médecin et le patient fondé sur la confidentia de façon à bien mener à terme les soins de la pudendagra, une maladie qui se transmet par contagion et contamine en première instance les parties honteuses du corps. Comme nous l’avons lu dans les récits des cas médicaux, le patient souffrant du mal des pudenda cherche non seulement le médecin apte à le soigner, mais aussi celui qui est capable de le guider dans le parcours thérapeutique par des explications touchant les modalités de la transmission du mal, ses différentes manifestations sur le corps et les douleurs à endurer. Le patient a besoin de ne pas perdre l’espoir de guérison, dans un contexte de souffrance et de honte, comme le nom de la maladie le montre. Le médecin, Torrella en est bien conscient, permettra à son patient de retrouver la santé et aux gens sains de la conserver :

  • 79 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3vo : « Ex quibus manifeste liquet dominationem tuam rev (...)

D’après ce que nous avons dit, il est évident qu’à cause de l’espoir de retrouver la santé, ta maîtrise très vénérable a soigné les personnes contaminées par la maladie et a préservé les personnes saines79.

Haut de page

Notes

1 Un petit avertissement doit précéder cet article : notre approche sera médicale, mais d’autres perspectives pourraient enrichir cette étude, telle une recherche sur les milieux religieux dans lesquels se développe l’activité médicale de Torrella autour des notions de charité et de soin. Cette problématique demanderait à elle seule une autre contribution. Je tiens à remercier Jon Arrizabalaga, Brigitte Gauvin et Ariane Bayle pour leurs conseils dans la rédaction de cet article.

2 Sur Alessandro Sermoneta, voir Griguolo Primo, « Professori di medicina senesi tra Ferrara e Padova: notizie dei Benzi e di Alessandro Sermoneta », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 41, 2008, p. 135-149. Sur Pierleone da Spoleto et les membres de la famille Torrella, cf. Rotzoll Maike, Pierleone da Spoleto. Vita e opere di un medico del Rinascimento, Firenze, Leo S. Olschki, 2000, en particulier p. 91-108.

3 C’est à partir du pontificat d’Alexandre VI que la documentation enregistre l’inclusion de médecins et d’archiatres juifs dans la familia papale. Cf. Esposito Anna, « Alla corte dei papi: archiatri pontifici ebrei tra ‘400 e ‘500 », dans Andretta Elisa et Nicoud Marylin (dir.), Être médecin à la cour (Italie, France, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècle), Micrologus’ Library 52, 2013, p. 24-32.

4 Dans cet article, nous avons gardé le nom « mal français » au vu de la datation du traité de Torrella (1497). Sur la diffusion du nom « syphilis » et l’identification de cette maladie, cf. Jon Arrizabalaga, « Syphilis », dans Kiple F. Kenneth (dir.), The Cambridge World History of Human Disease, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 1025-1033 ; Idem, « The Changing Identity of the French Pox in Early Renaissance Castile », dans Glaze Florence Eliza and Nance Brian N. (dir.), Between Text and Patient. The Medical Enterprise in Medieval and Early Modern Europe, Micrologus’ Library 39, Firenze, Sismel, 2011, p. 397-417.

5 Sur la vie et l’œuvre de Torrella, cf. Arrizabalaga Jon, « Medicina Universitaria y Morbus Gallicus en la Italia de finales del siglo XV : el arquiatra pontificio Gaspar Torrella (c. 1542-c. 1520) », Asclepio, 40, n° 1, 1988, p. 9-10 ; Idem, « Práctica y teoría en la medicina universitaria de finales del siglo XV: el tratamiento del mal francés en la corte papal de Alejandro VI Borgia », Arbor, 153, 1996, p. 130-132.

6 Torrella Gaspar, Tractatus cum consiliis contra pudendagram seu morbum gallicum, Romae, per magistrum Petrum de Laturre, 1497.

7 Torrella Gaspar, Dialogus de dolore cum tractatu de ulceribus in pudendagra evenire solitis, Romae, per Joannem Besicken et Martinum de Amsterdam, 1500.

8 Torrella Gaspar, De morbo Gallico cum aliis, Romae, s.e. s.d. ; Arrizabalaga Jon, « De morbo gallico cum aliis : another incunabular edition of Gaspar Torrella’s Tractatus cum consiliis contra pudendagram seu morbum gallicum (1497) », La bibliofilia, 89, n° 2, 1987, p. 145-157.

9 Luisini Luigi, De morbo gallico omnia quae extant, Tomus prior, Venetiis, apud Iordanum Zilettum, 1566, p. 421-476. Les deux traités sont remaniés en trois textes : la première partie du Tractatus constitue le premier texte ; le Dialogus le deuxième texte ; la deuxième partie du Tractatus le troisième texte de Torrella. Le De morbo gallico de Luisini est publié de nouveau à Venise en 1599 (Aphrodisiacus, sive de lue venerea in duo volumina bipartitus, Venetiis, apud Baretium et socios, 1599), en 1728 (Aphrodisiacus, sive de lue venerea in duo volumina bipartitus, Lugduni Batavorum, apud Johan. Arnold. Langerak et Johan. et Herman. Verbeek bibl., 1728 ; édité par Herman Boerhaave) et encore en 1789 (Aphrodisiacus sive de lue venerea in duas partes divisus […] subiecit Christianus Gothfridus Grüner, Ienae, apud Chr. Henr. Cunonis Heredes). Dans cette dernière édition, le texte de Torrella n’apparaît pas. En revanche, l’on remarque la présence du traité de l’un des collègues de Torrella à la cour des Borgia, Petrus Pintor.

10 Astruc Jean, De morbis venereis libri sex, Lutetiae Parisiorum, apud Guillelmum Cavelier, 1736, p. 432-437 ; Idem, De morbis venereis libri novem, Tomus II, Lutetiae Parisiorum, apud Guillelmum Cavelier, 1740, p. 568-574.

11 Torrella Gaspar, Consilium de egritudine pestifera et contagiosa Ovina cognominata nuper cognita quam Hispani Modorrillam vocant, Romae, per Joannem Besicken Alemanum, 1505. La même année, le texte fut édité à Salamanque. Sur ce texte, cf. Arrizabalaga Jon, « El Consilium de modorrilla (Roma y Salamanca, 1505) : una aportación nosográfica de Gaspar Torrella », Dynamis, 5-6, 1985-86, p. 59-94. Ce traité de Torrella fut inséré dans le recueil de conseils de Baverio Baveria, édités à Pavie en 1521 : Consilia Baverii, Papiae, per Magistrum Bernardinum de Garaldis, 1521, fo 101ro-103vo, avec la reproduction du colophon de l’editio princeps.

12 Torrella Gaspar, Qui cupit a peste non solum preservari sed et curari hoc legat consilium, Romae, per magistrum Johannem Besicken, [1504].

13 Torrella Gaspar, Pro regimine seu preservatione sanitatis. De loculentis & poculentis dialogus, Roma [sic], per magistrum Io. Besicken, 1506.

14 Torrella Gaspar, Judicium universale. De portentis, praesagiis et ostentis, rerumque admirabilium, ac solis et lunee [sic] defectibus, et cometis, Romae, per Johannem Besicken Alemannum, 1507.

15 Voir l’introduction au présent dossier (« La syphilis au XVIe siècle : maladie nouvelle, discours nouveaux »).

16 Sur le rapport entre César Borgia et Torrella, cf. Arrizabalaga Jon, « De morbo gallico … », op. cit., p. 148-156.

17 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2ro.

18 Ibid., fos a3vo-4vo. Jon Arrizabalaga a souligné la proximité de l’attitude de Torrella envers l’astrologie avec celle des Disputationes adversus astrologiam divinatricem de Jean Pic. Cf. Arrizabalaga Jon, « Medicina universitaria … », op. cit., p. 18 ; cf. aussi Idem, « Medical Responses to the ‘French Disease’ in Europe at the Turn of the Sixteenth Century », dans Siena Kevin (dir.), Sins of the Flesh: Responding to Sexual Disease in Early Modern Europe, Toronto, Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2005, p. 41.

19 Ibidem, fo a4vo : « pudendagra est defoedatio universalis cutis corporis cum dolore et excoriatione modica ».

20 Ibidem, fo a4vo : « Et quia non habet aliquid quod prohibeat, ergo est curabilis » (« Et puisqu’il n’y a pas ce qui pourrait l’empêcher, la maladie est donc guérissable »). Torrella cite ici un passage d’Avicenne sur la nature des maladies. Cf. Avicenne, Liber canonis, Venetiis, apud Iuntas, 1555, I 2, 1, 8, fo 30ro : « Omnes vero aegritudines aut sunt sanativae, aut non sanativae. Et sanativa quidem aegritudo est, quae non habet quod prohibeat quin medicetur, ut debet ».

21 Ibidem, fos a4vo-b1ro. Cf. Aristote, Problèmes, Tome I, Sections I à X, Texte établi et traduit par Pierre Louis, Paris, Les Belles Lettres, 1991, VII 8, 887a22-39, p. 127.

22 Ibidem, fo b1ro-vo.

23 Torrella consacre le Dialogus de dolore aux douleurs et en particulier à la douleur de la pudendagra : nature, causes, différentes qualités, manifestations, rythmes et thérapies. Cf. Torrella Gaspar, Dialogus…, op. cit.

24 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo b1vo.

25 Ibidem, fo b3ro.

26 Ibidem, fo b4vo : « Et licet in omni pudendagra, ut dixi, sit dolor, verum tamen in sanguinea dolor est suavis, in flegmatica non est multum intensus, non tamen est cum suavitate, et in colerica est cum acuitate et punctione, et in melancolica dolor non est multum intensus et sentitur magis in profundo. Et flegmatica est humida cum pustulis grossis et latis et, cum siccatur, cadunt ab ea cortices albae sicut scamae. Et sanguinea est humida cum pustulis acutis non latis et festine generatur in ea sanies quasi laudabilis, sed in flegmatica generatur sanies multa […] Amplius color in sanguinea vergit ad rubedinem et citrinitatem, et in flegmatica ad lividitatem, et in melancolica ad cinereytatem, si non fuerit adusta, et si fuerit adusta, ad fuscedinem ».

27 C’est Torrella qui définit la douleur et les pustules comme signa de la maladie : cf. ibidem.

28 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fos b4vo-c4ro.

29 La littérature sur les consilia étant très riche, je me limite à renvoyer à Agrimi Jole et Crisciani Chiara, Les conseils médicaux, trad. de C. Viola, Turnhout, Brepols, 1994.

30 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo c4vo : « venit michi in mentem aliquas particulares curas enarrare, ut dictis medicorum in supradicto tractatu positis maior fides adhibeatur ».

31 Ibidem. Comme Arrizabalaga le rappelle, selon Karl Sudhoff, ce Nicolas serait César Borgia. Cf. Arrizabalaga Jon, « Medicina universitaria » …, op. cit., p. 21 ; Idem, « Medical Responses », op. cit., p. 41.

32 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo c4vo.

33 Ibidem, fo d1ro.

34 Ibidem, fos d1ro-2vo.

35 Ibidem, fos c4vo-d1ro : « Quaesivit unde erat quod ipse fuit infectus in primo contactu [De morbo gallico 1498 : primo contactu] et eo infecto non infecit mulieres sanas ex pluribus contactibus, cui dixi quod non debebat admirari. Nam viri erant calidiores mulieribus et habent poros apertos in membro virili et vapores a matrice corrupti elevati eum [sic] celerius corrumpunt. Quare cavendum est a cohitu cum muliere infecta [De morbo gallico 1498 : omisit Quare cavendum … infecta]. Mulier vero quia frigidior non sic inficitur, nisi fortasse ex crebro usu cum viro infecto. Nam matrix est frigida et sicca densa minimeque lesionis receptiva semen etiam viri infecti ab ea susceptum celerius eicitur aut contusum quiescens extinguitur etc. ».

36 Ibidem, fo d2vo : « ab omnibus evitabatur propter defoedationem maximam faciei, nam tota facies videbatur morfeata morfeis rubeis ». La morphée est décrite comme une sorte de lèpre qui engendre une pigmentation blanche dans l’Amaltheum Bruniano-Castellum, la différence entre la morphée et la lèpre étant que cette dernière agit sur les chairs, alors que la première agit sur la peau. Amaltheum Castello-Brunonianum, sive Lexicon Medicum, Patauii, sumptibus Jacobi de Cadorinis, 1700, p. 535 : « Morphaea, morphea, species leprae, albarae non absimilis [...] Morphaea differt a lepra, quod haec sit in carne ; illa uero in cute ».

37 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo d2vo : « venit ad me quaerens utrum aegritudo sua posset curari et quia ipse nullam habebat spem de salute eo quia fuit dictum ei ipsum pati lepram ».

38 Ibidem, fos d2vo-3ro.

39 Ibidem, fo d3ro : « quem bonis verbis, rationibus et experimentis consolavi atque ei, permittente deo, perfectam in brevi tempore sanitatem pollicitus fui ».

40 Sur le régime des six choses non naturelles (air, aliments et boisson, mouvement et repos, veille et sommeil, rétention et évacuation, affections de l’âme), voir Siraisi Nancy, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, Princeton University Press, 1981, chap. 5, p. 137-138 ; idem, Medieval and Early Renaissance Medicine. An Introduction to Knowledge and Practice, Chicago-London, The University of Chicago Press, 1990, chap. 4, p. 101 ; Sotres Pedro Gil, « Les régimes de santé », dans Grmek Mirko (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident. 1. Antiquité et Moyen Âge, Traduction de Maria Laura Bardinet Broso, Paris, Seuil, 1995, p. 257-281 ; Nutton Vivian, Ancient Medicine, London, Routledge, 2004, chap. 16, p. 240-241 ; Nicoud Marilyn, Les Régimes de santé au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, vol. I, chap. 4, p. 153-184.

41 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo d4vo : « confidens quod sicut paulatine generantur, ita paulatine evacuentur ».

42 Ibidem, fo e1ro : « Quum erat sanus, erat pinguis, nunc vero factus est macilentus, res digna admiratione, quando ipse bene se habeat ad oblationes, et, ut ipse retulit, bene apetit, bene digerit, bene retinet, bene attrahit, bene expellit, in regione epatis nullum percipit nocumentum, eius operationes non sunt manifeste laesae. Item operationes cerebri habet laudabiles praeter hoc, quod non potest dormire in nocte propter dolores ».

43 Torrella Gaspar, De morbo …, op. cit., fo B8ro-vo : « Quum erat sanus, erat pinguis, nunc uero factus est macilentus, res digna admiratione, quando ipse bene se habebat ad oblationes, et, ut ipse retulit, « bene appeto, bene digero, bene retineo, bene attraho, bene expello, in regione epatis nullum percipio nocumentum », eius operationes non sunt manifeste laesae. Item operationes cerebri habet laudabiles praeter hoc, quod non potest dormire in nocte propter dolores ».

44 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo e1ro : « Nam antequam transiret mensis Octobris, ipse esset perfecte curatus et deus sit mihi testis quod ipse retulit mihi quod nocte illa dormivit ex sola ymaginatione firma et ex spe salutis ».

45 Ibidem, fos e1vo-2ro : « redivit ad me et dixit [De morbo gallico 1498 : ad me rediit et dixit] : « Domine, bene me habeo, ego sum exhoneratus a magno gravamine ac pondere, iam licet mihi brachia ad caput elevare, lapides proicere, absque baculo deambulare. Quid ulterius sum facturus ? ». Cui dixi ut uteretur dieta solita et, si non haberet beneficium ventris, caperet ante cenam unum clistere […] Quibus completis praecepi ut ungeret omnes pustulas remanentes cum isto ungento » [De morbo gallico 1498 : unguento].

46 Ibidem, fo e2ro.

47 Ibidem, fo e2ro-vo.

48 Ibidem, fo e2vo.

49 Ibidem, fos e2vo-3ro.

50 Ibidem, fo e3ro.

51 Ibidem, fo e3vo : « affligor, crucior, morior, anima mea quaerit exitum omni nocte. Recurri ad creatorem ac omnipotentem deum » [De morbo gallico 1498 : Recurri ad omnipotentem deum].

52 Ibidem. Cf. Le livre de l’Ecclésiastique, traduit par Dom Hilaire Duesberg et paul Auvray, Paris, Éditions du Cerf, 1958, 38, 1-4, p. 169 : « Au médecin rends les honneurs qui lui sont dus, en considération de ses services, car lui aussi, c’est le Seigneur qui l’a créé. […] Le Seigneur fait sortir de terre les simples, l’homme sensé ne les méprise pas ».

53 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo 1fro- vo : lepra, asafati, serpigo, essere, planta noctis, morus, variolae, verrucae, nodi, desudationes, lichenes. L’interprétation de ces mots est proposée sur la base de Joubert Laurent, Annotation sur toute la chirurgie de M. Guy de Chauliac, Lyon, Simon Rigaud, 1641 ; Castelli Bartolomeo, Lexicon medicum graeco-latinum, Genevae, Fratres de Tournes, 1746.

54 Ibidem, fos f2ro-3ro.

55 Ibidem, fo f3vo. Dans la version de 1500, le final s’enrichit de réflexions concernant les mouvements des humeurs (cf. Arrizabalaga Jon, De morbo gallico …, op. cit., p. 151-153).

56 Torrella donne la liste des médecins canonisés dans la dédicace du Dialogus de dolore : cf. Torrella Gaspar, Dialogus …, op. cit., fo a2vo.

57 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2ro.

58 Ibidem.

59 Sur Niccolò Falcucci, cf. Muccillo Maria, « Niccolò Falcucci », dans Dizionario Biografico degli Italiani, 44 (1994) : http://www.treccani.it/enciclopedia/niccolo-falcucci_%28Dizionario-Biografico%29/

60 Le passage cité occupe les fos a2vo, l.1 – 3vo, l.18 du Tractatus et fos a2vo, l.1 – 3vo, l.9 du De morbo, de confidentia pertinet ad virtutem imaginativa fortiter imaginantem à ad interitum ante tempus statutum [Tractatus : ante statutum] ad mortem deducatur.

61 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a2vo : « confidentia pertinet ad virtutem imaginativam fortiter imaginantem et opinionem firmam sibi facientem de re aliqua, quod certitudinaliter sibi prodesse debeat, ita quod confidentia est animae rationalis quaedam affectio ex opinione procedens rei alicuius desideratae conferentis vel profuturae, sive sit medicina, sive exorcisma, oratio vel incantatio, quae plurimum in aegrotantis salute conferre videtur ». Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus, Papiae, Damianus de Comphaloneriis, 1481, II 1 1, chap. 6, fo a7roa : « Confidentia pertinet ad virtutem ymaginativam fortiter ymaginantem et opinionem firmam sibi facientem de re aliqua quod certitudinaliter sibi prodesse debeat. Ita quod confidentia est animae rationalis quaedam affectio ex opinione procedens rei alicuius desideratae conferentis vel profuturae sive medicina sive exorcisma oratio vel incantatio quod plurimum in aegrotantis salute conferre videtur ».

62 Voir Arrizabalaga Jon, « Práctica y teoría … », op. cit, p. 138.

63 Cf. Falcucci Niccolò, Sermones medicinales, Sermo primus, Papiae, Johannes Antonius de Basinis (Giovanni Antonio Bassini), 1484, I 1 2, chap. 11, fo 10ro. Cf. Avicenna Latinus, Liber de anima seu sextus de naturalibus, IV-V, édition critique de la traduction latine médiévale par S. Van Riet, introduction sur la doctrine psychologique d’Avicenne par G. Verbeke, Louvain-Leiden, Éditions orientalistes-E. J. Brill, 1968, IV 4, p. 64 : « Attende dispositionem infirmi cum credit se convalescere, aut sani cum credit se aegrotare : multotiens enim contingit ex hoc ut cum corroboratur forma in anima eius, patiatur ex ea ipsius materia et proveniat ex hoc sanitas aut infirmitas, et est haec actio efficacior quam id quod agit medicus instrumentis suis et mediis ». Pour un portrait du bon médecin et la notion de confiance, cf. Bayle Ariane, « Le soldat, le mari et l’amant : visages du bon médecin dans la relation thérapeutique au XVIe siècle », dans Crignon-De Olivera Claire et Gaille Marie (dir.), Qu’est-ce qu’un bon patient ? Qu’est-ce qu’un bon médecin ? Réflexions critiques, analyses en contexte et perspectives historiques, Paris, Seli Arslan, 2010, p. 206-219.

64 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2vo. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. cit., fo a7roa.

65 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a2vo : « ait enim Plato. Cum mens humana rem aliquam quamvis naturaliter non iuvantem sibi prodesse certificaverit : ex sola mentis intensione corpus re illa iuvatur ». Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. cit., fo a7roa : « Ait enim Plato. Cum mens humana rem aliquam quamvis naturaliter non iuvantem sibi prodesse certificaverit ex sola mentis intentione corpus re illa iuvatur ».

66 Seul le texte latin du De physicis ligaturis nous est parvenu, dans la version de Constantin l’Africain (XIe siècle), comme l’atteste le manuscrit le plus ancien (XIIe siècle), quoique des manuscrits plus récents et des sources imprimées attribuent la traduction latine à Arnauld de Villeneuve. Voir : Wilcox Judith and Riddle M. John, « Qustā ibn Lūqā’s Physical Ligatures and The Recognition of The Placebo Effect », Medieval Encounters, I 1, 1995, p. 21-22. Concernant la citation, cf. ibidem, p. 31 : « Inde Plato: Cum inquit mens humana rem aliquam licet naturaliter non iuvantem sibi prodesse certificat ex sola mentis intentionem corpus re illa iuvat ».

67 Ibidem, p. 49.

68 Cf. Plato, Charmides, dans idem, Opera, Florentiae, Laurentius (Francisci) de Alopa Venetus, 1484, vol. 1, fos u2vo-X1vo. Sur l’editio princeps des œuvres de Platon traduites en latin par Marsile Ficin (1433-1499), cf. Marsilio Ficino e il ritorno di Platone. Mostra di manoscritti stampe e documenti, 17 maggio – 16 giugno 1984, Catalogo a cura di S. Gentile, S. Niccoli e P. Viti, Firenze, Casa Editrice Le Lettere, 1984, p. 117-119. Sur la version ficinienne du Charmide, cf. Vanhaelen Maude, « Marsile Ficin, traducteur et interprète du Charmide de Platon », Accademia, 3, 2001, p. 23-52.

69 Platon, Charmide, dans Idem, Œuvres complètes, Tome II, texte établi et traduit par Alfred Croiset, Paris, Société d’Édition Les Belles Lettres, 1936, 155e-156a, p. 55.

70 Ibidem, 157a, p. 57.

71 Ibidem, 157b, p. 57. Cf. Plato, Charmides (1484), fo u4vob.

72 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a2vo : « medicus plures curat in quo plures confidunt ». Dans les éditions que j’ai consultées de Falcucci, la citation de Galien reste implicite, se limitant au renvoi au commentaire de Galien sur le premier livre du Pronostic d’Hippocrate. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus, op. cit., fo a7roa : « sicut etiam expresse voluit Galienus super primo pronosticorum » (cf. aussi Falcucci Niccolò, Sermo secundus de febribus, Venetiis, Bernardinus de Tridio, 1491, fo A4vo ; Idem, Sermo secundus de febribus, Venetiis, in aedibus Lucaeantonii Iuntae, 1533, fo 7vob). Cf. Galenus, Hippocratis Prognosticon et Galeni in eum librum Commentarius I, dans Idem, Opera, editionem curavit C. G. Kühn, XVIII B, Lipsiae, prostat in Officina Libraria Car. Cnoblochii, 1830, p. 3. La version médiévale du texte de Galien est imprimée dans l’Articella à partir de l’editio princeps de 1476. Cf. Hippocrates, Liber pronosticorum, in Articella, Venetiis, Hermann Liechtenstein, 1483, fo 47r : Est fiducia etiam infirmorum de eo committendi se illi vehementior : et de quo confidunt infirmi : et in cuius manibus se committunt ipse sanat plus egritudines. Sur les impressions de l’Articella, cf. Arrizabalaga Jon, « The Articella in The Early Press c. 1476-1534 », Articella Studies, 2 (1998), p. 1-43.

73 Torrella Gaspar, Tractatus …, op. cit., fo a3ro. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. cit., fo a7rob.

74 Ibidem.

75 Sur ces Differentiae, cf. Delaurenti Béatrice, « Pietro d’Abano et les incantations. Présentation, édition et traduction de la Differentia 156 du Conciliator », dans Boudet Jean-Patrice, Collard Franck et Weill-Parot Nicolas (dir.), Médecine, astrologie et magie entre Moyen Âge et Renaissance autour de Pietro d’Abano, Micrologus’ Library, Firenze, Sismel, 2013, p. 39-106 ; Perrone Compagni Vittoria, « La differenza 156 del Conciliator : una rilettura », Annali del Dipartimento di Filosofia, Nuova serie, 15 (2009), p. 65-107. Sur les incantations au Moyen Âge, cf. Delaurenti Béatrice, « Agir par les mots au Moyen Âge. Communication et action dans les débats sur le pouvoir des incantations », Archives de sciences sociales des religions, 158 (2012), p. 53-71.

76 Cf. Delaurenti Béatrice, « Pietro d’Abano et les incantations »…, op. cit. ; Pietro d’Abano, Conciliator, Differentia 156, ibidem, p. 72.

77 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3ro. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. cit., fo a7rob.

78 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3vo. Cf. Falcucci Niccolò, Sermo secundus (1481), op. cit., fo a7rob.

79 Torrella Gaspar, Tractatus…, op. cit., fo a3vo : « Ex quibus manifeste liquet dominationem tuam reverendissimam propter spem sperandae salutis infectos curasse et sanos praeservasse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Concetta Pennuto, « Confiance et espoir de guérison : Gaspar Torrella, médecin de la pudendagra »Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 91-108.

Référence électronique

Concetta Pennuto, « Confiance et espoir de guérison : Gaspar Torrella, médecin de la pudendagra »Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.976

Haut de page

Auteur

Concetta Pennuto

Concetta Pennuto est maîtresse de conférences au Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323), Université François-Rabelais de Tours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search