Navigation – Plan du site
Compte rendus

Dompnier Bernard (dir.), L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Histoire d’un établissement hospitalier

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014
Yannick Marec
p. 137-140
Référence(s) :

Dompnier Bernard (dir.), L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Histoire d’un établissement hospitalier, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014, 238 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une recherche collective menée durant trois années par une quinzaine d’auteurs appartenant au centre d’histoire « Espaces et cultures » de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.

2Comme l’indique le maître d’œuvre, trois angles d’approche ont été retenus. D’abord celui de l’architecture puisque l’ouverture en 1773 du nouvel hôtel-Dieu s’inscrit dans les idées du temps en matière de santé et d’esthétique monumentale. Le livre accorde également une attention particulière à l’activité de l’hôtel-Dieu, établissement de soins polyvalents qui s’est progressivement doté de services spécialisés particulièrement durant les deux dernières décennies de son fonctionnement au tournant des XXe et XXIe siècles. L’ouvrage s’intéresse également aux rapports entretenus par la population de Clermont et des environs avec l’hôtel-Dieu, ce qui permet aux auteurs de donner une forte dimension sociale et humaine à ce livre.

3La partie concernant les origines hospitalières jusqu’à la fondation du nouvel hôtel-Dieu s’intéresse particulièrement à la période médiévale et au début de l’époque moderne. La fondation du premier hôpital clermontois par l’évêque saint Genès date de 656. D’autres créations ont renforcé le premier équipement hospitalier de la ville qui apparaissait d’un niveau plutôt élevé parmi les cités épiscopales de la Gaule Franque. L’action des confréries charitables et des monastères de même que celle des léproseries complétaient le dispositif de l’assistance aux pauvres.

4Dans un contexte général de municipalisation de l’assistance, l’évêque Guillaume Duprat demeure le principal initiateur des réformes qui marquent à Clermont les premières décennies des temps modernes. Cela aboutit à la création en 1566 de l’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy. À l’époque l’institution comprend 148 lits, nombre qui évolue peu par la suite jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Parallèlement d’autres institutions sont apparues en liaison avec la politique d’enfermement de la monarchie, notamment l’hôpital général créé en 1658. Cependant l’hôpital demeure investi d’une dimension religieuse dont témoigne la persistance des ecclésiastiques dans l’administration des établissements et aussi la présence des congrégations féminines.

5Les premières décennies du XVIIIe siècle sont caractérisées par un processus de médicalisation de l’institution hospitalière, accentué pour l’hôtel-Dieu par le rôle accru du collège des médecins de Clermont-Ferrand et de la confrérie locale de Saint Côme et Saint Damien. Cette évolution correspond aussi à une demande sociale qui sous-tend l’édification d’un nouvel hôtel-Dieu entre 1767 et 1773. Sa capacité de 500 lits est à mettre en relation avec la transformation des fonctions hospitalières.

6Le nouvel hôtel-Dieu conçu par les architectes François Charles Dijon et Pierre Rousseau devient un lieu de sociabilité majeur pour les Clermontois. Son emplacement hors les murs au sud de la ville et son édification tiennent compte des nouvelles préoccupations hygiénistes et médicales avec une attention particulière portée à l’aération et à l’exposition.

7Au tout début du XIXe siècle, le personnel comprend un peu moins de 50 employés, généralement mal payés, notamment les femmes. Cependant ils sont nourris, logés, blanchis, ce qui a sans doute contribué à leur fort attachement à l’institution.

8Quant au corps médical, outre le chirurgien major, choisi par les administrateurs sur ses diplômes, quelques autres chirurgiens officient au côté du collège des médecins. Celui des apothicaires est également sollicité pour le service de l’hôtel-Dieu. Celui-ci est aussi un lieu d’enseignement pour les jeunes gens désireux de devenir officiers de santé et qui suivent les cours de l’école de médecine ouverte en 1807.

9La population souffrante comprend davantage d’hommes que de femmes avec une très forte proportion de paysans. Beaucoup d’hospitalisés souffrent de maladies intestinales. Plus de 50 % demeurent en moyenne une quinzaine de jours, l’établissement avec 150 à 200 lits ne pouvant les garder plus longtemps. À la fin du XVIIIe siècle le taux de mortalité s’établit à près de 8 %. Alors que l’espérance de vie nationale n’excède pas 35 ans, la moyenne d’âge des défunts atteint ici 43 ans pour les hommes et 41,4 ans pour les femmes.

10Le vin, la boisson habituelle, provient des vignes de l’hôtel-Dieu. Malgré des déficits récurrents, celui-ci représente en effet une puissance foncière et financière, les terres étant souvent mises en fermage, ce qui explique que son administration soit recherchée par les notables de la ville.

11L’étude de l’institution et de ses personnels au cours du XIXe siècle et jusqu’en 1940 rappelle la forte empreinte congréganiste de l’établissement depuis le retour des sœurs en 1807. Les filles de la Charité ont ainsi répondu aux demandes comme soignantes durant la majeure partie du XIXe siècle. Jusque dans les années 1880, l’Hôtel-Dieu est ainsi le terrain d’épanouissement des principes de la congrégation, les sœurs dirigeant également le personnel « domestique ». Cependant, à partir de 1885, l’administration réaffirme son autorité et, de fait, les sœurs doivent se concentrer sur l’exécutif. De plus, elles doivent composer avec le développement de l’autorité des chirurgiens et médecins et les règles de leur congrégation qui les excluent de la prise en charge des maladies vénériennes et des accouchements.

12Quant au personnel laïc, il paraît très instable. La misère conduit souvent les employés de l’hôtel-Dieu à fuir les campagnes environnantes pour un emploi à vrai dire peu attrayant, très réglementé et astreignant. Cette réalité difficile entraîne un important mouvement du personnel, particulièrement durant le premier quart du XXe siècle, lorsque le nombre d’agents oscille entre 70 et 90 personnes. La professionnalisation demeure tardive avec notamment la création d’une école d’accouchement en 1892. Cependant, il n’existe pas encore de véritable école d’infirmières, seulement des conférences données à l’école de médecine à partir de 1900. Il faudra attendre 1937 pour voir la création officielle d’une école d’ailleurs dirigée par une religieuse. La profession ne se laïcisera complètement qu’en 1968, au départ des dernières sœurs de l’hôtel-Dieu.

13Des développements sont aussi consacrés aux connaissances et pratiques médicales dans l’hôtel-Dieu. L’implantation de l’école de médecine, qui devient école préparatoire de médecine et de pharmacie en 1841, témoigne du lien désormais essentiel entre enseignement médical et institution hospitalière. Ses effectifs sont cependant inférieurs à 60 élèves, pour 6 ou 7 enseignants. Elle remplit néanmoins une fonction indispensable en assurant une présence médicale reconnue dans toute l’Auvergne et au-delà. Elle participe même à la création de la nouvelle université en 1896. Quant à l’enseignement, il suit les évolutions de la science médicale et au temps de la clinique se substitue progressivement celui de la statistique et des analyses de laboratoire, en liaison avec le développement des principes de l’ère pastorienne. Les progrès réalisés sont portés par une élite médicale représentant une trentaine de personnes entre 1806 et 1898. Les titulaires des chaires peuvent y poursuivre une longue carrière et certains meurent en fonction, parfois à un âge très avancé.

14Par le biais du rôle assuré par cette élite médicale mais aussi par ses finalités économiques et sociales, l’hôtel-Dieu entretient des liens très étroits avec son environnement local ou départemental. Parmi les mutations des hospitalisés, on peut retenir le poids grandissant des militaires, dans une ville de garnison importante, le recul des agriculteurs, compensé par l’essor des ouvriers et des domestiques. La médicalisation de la naissance et les progrès réalisés dans la lutte contre les maladies puerpérales contribuent à l’augmentation des accouchements à l’hôpital qui ne concernent plus exclusivement les plus pauvres.

15Parallèlement les premiers jalons de la modernité transparaissent à travers différentes campagnes de construction ou d’aménagement avec, par exemple, l’édification à la fin du XIXe siècle des deux bâtiments de la maternité et de l’école départementale d’accouchement. Pour faire face à l’afflux de militaires, conséquence des nouvelles lois de conscription, un pavillon « Desaix » est construit au début du XXe siècle, tandis que se met en place un « hôpital d’enfants » d’une capacité de 60 lits. La construction d’une polyclinique Émile Roux, réalisée entre 1928 et 1930, destinée aux classes moyennes et donc concurrente des cliniques privées, témoigne aussi de l’ouverture de l’hôtel-Dieu sur son environnement.

16Avec la création de la Sécurité sociale et la mise en place de réformes hospitalières successives, d’autres modifications interviennent notamment pour faire face à l’essor démographique de la ville de Clermont-Ferrand. L’époque est aussi celle de l’humanisation des hôpitaux, dont la traduction la plus visible est sans doute le remplacement des dortoirs collectifs par des chambres individuelles à plusieurs lits, équipées de systèmes d’éclairage et de soins. La nouvelle école de médecine bénéficie aussi des ressources importantes qui peuvent être dégagées en période de croissance économique, avant que la situation devienne plus tendue à partir du dernier quart du XXe siècle. Cela n’empêche d’ailleurs pas la multiplication et la diversification des services. C’est aussi une période de montée en puissance des « services interfaces » (pharmacie, radiologie, laboratoires) et d’une professionnalisation accélérée du personnel, confronté à d’importants changements de métier. Désormais organisé en « pôles » centrés sur le tissage de liens entre différents services, l’hôtel-Dieu du début du XXIe siècle est bien différent de celui de la fin du XVIIIe siècle ; une évolution que traduit notamment la progression marquée des effectifs (47 personnes en l785, 940 en 1973), avec un recentrage sur les services de soins, qui se fait depuis les années 1990 au détriment des services de logistique de plus en plus externalisés.

17En conclusion, l’ouvrage ouvre différentes perspectives de recherche concernant l’histoire hospitalière des XXe et XXIe siècles, en période de paix comme en période de guerre. L’histoire de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand est donc loin d’être achevée, même si elle doit désormais se prolonger en d’autres lieux. L’ouvrage est par ailleurs fort bien illustré, grâce à l’utilisation de gravures, de photographies et de documents d’époque, mais aussi de schémas, cartes et graphiques. Ils permettent de visualiser efficacement les données statistiques recueillies à partir des archives de l’institution. Cette monographie hospitalière exemplaire écrite à plusieurs mains apporte donc beaucoup tout en stimulant les recherches futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Marec, « Dompnier Bernard (dir.), L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Histoire d’un établissement hospitalier », Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 137-140.

Référence électronique

Yannick Marec, « Dompnier Bernard (dir.), L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Histoire d’un établissement hospitalier », Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/995

Haut de page

Auteur

Yannick Marec

GRHis – Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals