Navigation – Plan du site
Le Point Sur

L’intimité sonore des radios pirates de Londres dans les années 1990

Malcolm James
Traduction de Alexandre Pateau
p. 23-31

Résumé

L’histoire des radios pirates diffusant de la musique jungle à Londres au tournant des années 1990 est éminemment post-moderne. Elle s’inscrit entre les vibrations du sound system reggae et les dévotions aux chaînes de clips sur Internet ; entre le déclin de l’État-providence et le renforcement du nouvel État libéral. C’est l’histoire d’une culture musicale noire partagée par toute une diaspora, mais aussi distribuée en de multiples micro-environnements mobiles : la radio et la téléphonie mobile, les autoroutes et les voitures, les chambres à coucher et l’intimité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Naissance de la jungle
Intimité sonore
La « hype »
Présences
Connaissance de la jungle
Politiques alternatives

Aperçu du début du texte

L’histoire des radios pirates de jungle est une histoire quelque peu oubliée, une histoire qui résonne dans un récit plus vaste, celui des « véritables » radios pirates, les radios maritimes de la fin des années 1950 et des années 1960, ces stations qui ont été à l’origine du terme même de « pirate ». L’héroïsme aussi savoureux que périlleux de stations telles que Radio Caroline ou Radio London éveille régulièrement l’intérêt du grand public, convoquant le souvenir d’un moment culturel rebelle, populaire et finalement très sain de la Grande-Bretagne.

Apparus dans le sillage de ces premières radios, les pirates de la musique terrestre demeurent trop méconnus, comme Laser 558, qui passa de la pop après la disparition de Radio Caroline, ou Invicta, qui diffusa de la soul à partir de la fin des années 1970. En 1984, pendant « l’été des radios pirates », la Dread Broadcasting Corporation, JFM et Horizon diffusaient quant à elles du reggae, de l’électro et de la soul aux quatre coins de Lo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malcolm James, « L’intimité sonore des radios pirates de Londres dans les années 1990 », Hommes & migrations, 1327 | 2019, 23-31.

Référence électronique

Malcolm James, « L’intimité sonore des radios pirates de Londres dans les années 1990 », Hommes & migrations [En ligne], 1327 | 2019, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10097

Haut de page

Auteur

Malcolm James

Selior Lecturer en études Culturelles et sur les médias, Associate Director au Sussex Center for Cultural Studies.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals