Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1327Le Point SurLes spécificités culturelles du T...

Le Point Sur

Les spécificités culturelles du Todo Vale dans le Madrid de l’après-franquisme

Magali Dumousseau-Lesquer
p. 33-43

Résumé

À la mort du général Franco, en 1975, Madrid découvre en son centre la réalité d’une culture parallèle. Connue sous le nom médiatique de « Movida », appelée « Todo Vale » par ses créateurs, cette production culturelle particulièrement dynamique s’est développée dans l’ombre, à cause de la censure, en réaction à l’image grise et au néant culturel associés à la capitale. En allant puiser leur inspiration hors des frontières espagnoles, les jeunes artistes autodidactes du Todo Vale renouent avec une diversité culturelle qui se trouve au fondement de l’histoire de Madrid. Cette culture underground contribue ainsi à redéfinir l’identité urbaine de la capitale espagnole.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« Madrid n’a pas d’identité », Juan Ramón Yuste
L’influence des cultures étrangères
« Plus nous plagions, plus nous étions authentiques », Pedro Almodóvar
Du Rrollo à la Movida
« Le Vale Todo est éclectique et optimiste », Pablo Pérez Mínguez
La médiatisation de la scène madrilène
La Movida ou « la récupération de la liberté d’être madrilène », Borja Casani

Aperçu du texte

Madrid, jeune capitale, est régulièrement présentée comme « une ville d’alluvions » en référence à sa population qui s’est constituée au cours de vagues successives d’immigration. Cette définition, qui suppose la richesse d’apports culturels successifs et multiples, souligne également la difficulté d’envisager une identité collective propre à Madrid, au sens où l’entend Joël Candeau, c’est-à-dire en tant que représentations faites par des individus se percevant comme membres d’un groupe, de l’origine, de l’histoire, et de la nature de ce groupe. L’identité collective, construction sociale nourrie par le regard des autres sur l’individu et par le regard porté par l’individu sur ses compatriotes, s’ancre dans des mémoires historiques et des héritages culturels. Précisément, la période connue comme la Transition démocratique, parce qu’elle englobe, à la fin de la dictature franquiste, tout le processus d’instauration de la démocratie en Espagne basée sur la Constitution de 1978, est in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Dumousseau-Lesquer, « Les spécificités culturelles du Todo Vale dans le Madrid de l’après-franquisme »Hommes & migrations, 1327 | 2019, 33-43.

Référence électronique

Magali Dumousseau-Lesquer, « Les spécificités culturelles du Todo Vale dans le Madrid de l’après-franquisme »Hommes & migrations [En ligne], 1327 | 2019, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10127

Haut de page

Auteur

Magali Dumousseau-Lesquer

Maître de conférences en civilisation contemporaine espagnole, université d’Avignon, laboratoire ICTT.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search