Navigation – Plan du site
Au Musée
Repérage

1939, l’ordre et le chaos. Les réfugiés d’Espagne dans le cadre photographique

Marianne Amar
p. 64-73

Résumé

On sait ce que fut la guerre d’Espagne : une guerre civile menée avec des fusils, des canons et des images. Pour les photographes, le conflit dura un peu plus longtemps que le fracas des armes, recouvrant de son ombre portée le passage de la frontière et l’entrée dans les camps. L’ambition n’est pas ici de révéler, classer et trier un corpus photographique exhaustif, ni de remonter un à un tous les fils des images, mais plutôt de travailler à partir de deux ensembles : les photographies largement diffusées au moment de l’événement et celles qui servent aujourd’hui de support aux retours mémoriels. Dans cette enquête visuelle qui s’arrête à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le regard ne peut se contenter d’observer l’endroit des images, ce qu’elles montrent de la frontière et des camps. Il doit aussi scruter leur envers – les signatures, les tampons, les marques de leurs circulations – et réfléchir au hors champ : l’histoire visuelle questionne toujours ce que l’on ne voit pas1.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Dans l’événement de la frontière
Naissance d’une société internée

Aperçu du début du texte

Dans l’événement de la frontière

L’ouverture de la frontière franco-espagnole, à la fin du mois de janvier 1939, alors que les réfugiés se pressent sur les routes et aux barrières depuis plusieurs jours, marque un tournant. La guerre touche à sa fin, l’exil s’accélère : dans le territoire de la frontière, les images portent la marque de l’un et de l’autre. En ces jours de janvier 1939, il est trop tard pour montrer la guerre ; il n’y a plus de bataille. Pourtant, les signes du conflit saturent l’espace photographique. Les images des civils et des militaires sont striées du blanc des bandages - têtes enrubannées, jambes mutilées, bras en écharpe. Certaines d’entre elles apparaissent comme raidies par les béquilles, les cannes, les prothèses, qui les tiennent verticalement. Cette présence prolongée de la guerre se retrouve dans le code visuel mobilisé par les photographes. Tout au long du conflit, ils ont emprunté au religieux les figures de pieta, de Mater dolorosa et d’Exode pour rep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Amar, « 1939, l’ordre et le chaos. Les réfugiés d’Espagne dans le cadre photographique », Hommes & migrations, 1327 | 2019, 64-73.

Référence électronique

Marianne Amar, « 1939, l’ordre et le chaos. Les réfugiés d’Espagne dans le cadre photographique », Hommes & migrations [En ligne], 1327 | 2019, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10195 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.10195

Haut de page

Auteur

Marianne Amar

Responsable du département de la recherche Musée national de l’histoire de l’immigration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals