Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1327Champs libresExpositionDe Pondichéry à l’Indochine franç...

Champs libres
Exposition

De Pondichéry à l’Indochine française, réminiscences croisées

Exposer les récits de migrations intercoloniales françaises en Asie
Pauline Burtin
p. 182-186

Résumé

Créée à l’occasion du Festival du patrimoine de Pondichéry en février 2018, l’exposition Pondichéry/Indochine, réminiscences croisées met en lumière un versant peu connu de l’histoire coloniale française : un siècle de migrations de Pondichériens en Indochine entre 1858 et 1954. La trajectoire des Indiens français en Indochine éclaire une histoire aux marges d’un vaste Empire, de part et d’autre du golfe du Bengale, où la colonisation de deux territoires par la France a fait converger des populations qui entretenaient, déjà auparavant, des relations maritimes millénaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Traces en partage
Franchir l’horizon
Citoyens de seconde zone et lutte pour l’égalité des droits en Indochine
Quotidiens indiens, divergences et unités
Exposer et réunir
Pertinences françaises, de migrations en migrations
Recomposer la forme

Aperçu du texte

Si l’on s’attarde à lire les inscriptions que la ville indienne de Pondichéry conserve dans ses rues, ses églises et ses cimetières, on lui devine un lien particulier avec un pays étranger au nom devenu historique : l’Indochine. Sur une devanture de magasin d’appareils électroménagers, on lit « Indo-Vietnam Agencies » ; à Reddiarpalayam, un village périphérique auparavant surnommé « le Petit Saïgon », il est écrit sur le socle d’une statue de Marianne tenant dans ses bras un poilu indien : « Don des Saïgonnais originaires de Rettiarpaléom, 1917 » ; ou encore, au cimetière d’Uppalam, situé non loin de la gare de Pondichéry, il est gravé sur la tombe d’un fonctionnaire indien sa qualité d’employé à la trésorerie d’Indochine.

L’espace intérieur de certaines maisons pondichériennes, discrètement étrangères aux regards extérieurs, comporte, lui aussi, des héritages indochinois. Ce sont par exemple des laques accrochées au mur, des meubles incrustés de nacre, des brûle-parfums en bronze qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Burtin, « De Pondichéry à l’Indochine française, réminiscences croisées »Hommes & migrations, 1327 | 2019, 182-186.

Référence électronique

Pauline Burtin, « De Pondichéry à l’Indochine française, réminiscences croisées »Hommes & migrations [En ligne], 1327 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10458

Haut de page

Auteur

Pauline Burtin

Créatrice d’expositions historiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search