Navigation – Plan du site
Le Point Sur

La situation des Subsahariens en Tunisie

L’exemple du camp de Choucha et la création d’un hotspot en Libye
Messaoud Romdhani
p. 53-57

Résumé

L’impasse dans laquelle se trouvent, encore aujourd’hui, les exilés du camp de Choucha en Tunisie met en lumière la dangerosité de la situation de la majorité des migrants subsahariens dans le pays. Si leurs conditions de vie s’aggravent en Libye, où ils sont enfermés et maltraités depuis plusieurs années, la Tunisie ne constitue pas non plus une issue pour leur parcours migratoire. En effet, l’idée de créer un hotspot sur le territoire tunisien paraît irréalisable et risquerait même d’être contre-productive. Devant cette situation bloquée, les organisations non gouvernementales tunisiennes développent leur plaidoyer afin d’améliorer le cadre légal pour les migrants et les réfugiés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La Tunisie : un nouveau pays de transit et d’immigration
La situation des Subsahariens exilés du camp de Choucha
Trafic de migrants en Libye
Les tentatives des membres de la société civile tunisienne
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si la Tunisie a échappé au destin chaotique d’un monde arabe qui oscille entre guerre civile et dictature, elle se trouve à la croisée de chemins. Le pays, qui est encore dans un difficile processus de transition démocratique, peine à sortir de la crise économique et sociale en mettant en place un mode de gouvernance territoriale plus égalitaire. Ces écueils provoquent le désespoir d’une jeunesse tunisienne – représentant le tiers de la population – qui a perdu ses illusions devant l’absence de retombées positives d’une révolution qui aurait dû lui être destinée. En fait, trois défis importants ne sont pas encore relevés et causent le malaise des jeunes : l’emploi, la participation à la vie publique et la migration.

Une étude publiée par les Nations unies (United Nations for the Populations) il y a trois ans a montré que 18 % des jeunes Tunisiens sont inactifs, et n’ont ni un emploi, ni une formation. En conséquence, de nombreux jeunes tunisiens quittent le territoire en quête d’une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Messaoud Romdhani, « La situation des Subsahariens en Tunisie », Hommes & migrations, 1328 | 2020, 53-57.

Référence électronique

Messaoud Romdhani, « La situation des Subsahariens en Tunisie », Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10676

Haut de page

Auteur

Messaoud Romdhani

Membre du bureau exécutif du réseau Euromed droits.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals