Navigation – Plan du site
Au Musée
Débats

Migrants : questions de solidarité

Celia Sadai
p. 151-155

Résumé

La rencontre « Naufragés sans visage » du 4 septembre 2019 interrogeait l’identification des personnes migrantes noyées en Méditerranée : comment leur donner un nom, une sépulture ? La rencontre « France-Italie : point de passage pour les migrants ! » du 12 novembre 2019 a raconté en contrepoint ce qui se joue en haute montagne pour ceux et celles qui risquent leur vie pour passer la frontière alpine. Deux rencontres, deux traversées et une série de portraits : qu’ils soient médecin légiste, militant associatif ou maraudeur, toutes et tous interrogent les hospitalités et les solidarités de notre époque.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Raconter les traversées : la cruauté du détail
Mobilisation des aidants : la résistance criminalisée
« La diplomatie spectaculaire » : jeux et enjeux de la frontière Paris-Rome

Aperçu du début du texte

Médecin légiste italienne, Cristina Cattaneo vient de publier Naufragés sans visage aux éditions Albin Michel. En compagnie de l’historien Benjamin Stora et de l’anthropologue Michel Agier, elle revient sur la longue « croisade » qu’elle mène depuis le naufrage du Barcone le 18 avril 2015, qui a fait près de 1 000 victimes, des personnes migrantes pour la plupart anonymes. Or, pour Cristina Cattaneo, « le premier commandement du médecin légiste, c’est d’identifier les morts pour les vivants ». Mais de quels morts et de quels vivants parle-t-on ? Autour de Cristina Cattaneo, l’idée que « ces gens-là ne cherchent pas leurs morts » est bien répandue : en 2013, 60 % des naufragés de Lampedusa sont enterrés avec un X sur leur tombe. Personne n’a jamais cherché à les identifier : « Dans le cas de l’Italie, il n’y a aucune hospitalité : ni pour les vivants, ni pour les morts », explique Cristina Cattaneo, tandis que Michel Agier compte les morts : « Depuis Schengen, on compte 40 000 person...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Celia Sadai, « Migrants : questions de solidarité », Hommes & migrations, 1328 | 2020, 151-155.

Référence électronique

Celia Sadai, « Migrants : questions de solidarité », Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10777

Haut de page

Auteur

Celia Sadai

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals