Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1328Champs libresInitiatives« Travailler sur ma culture est a...

Champs libres
Initiatives

« Travailler sur ma culture est ainsi devenu un acte de vie et de résistance »

Omar Ibrahim
p. 175-176

Résumé

Artiste syrien, exilé politique en France en 2015 pour poursuivre son travail artistique, Omar Ibrahim s’est investi dans des projets d’ateliers ou d’expositions collectifs et des programmes européens de soutien aux réfugiés. Il a notamment enseigné à Sciences Po à Paris et à Reims et a organisé six expositions personnelles pour montrer ses œuvres. Il a démarré un enseignement à l’École des Beaux-Arts de Biarritz et de Bayonne.

Haut de page

Texte intégral

1Mon expérience est celle d’un artiste syrien et d’un homme qui vit en exil comme beaucoup de ses compatriotes. Cette expérience, qui a eu ses avantages et ses inconvénients, affecte mon travail d’artiste. Je ne peux pas, en effet, échapper à la politique et à la tragédie humanitaire qu’elle provoque. Je ne peux échapper à ce qui se passe autour de moi, dans le monde, comme en Syrie, pays pour lequel j’éprouve de la nostalgie.

2Si la politique définit nos vies, la nostalgie définit la façon dont je travaille. Elle m’a conduit à revenir aux éléments de ma mémoire et à envisager l’avenir à travers eux. De cette façon, ma pratique artistique me permet de regarder plus en profondeur mes souvenirs, ma maison et mon pays. La partie positive de cet exil est la capacité de poursuivre mon parcours artistique ici, en France, et de rencontrer les expériences d’autres artistes que je n’avais vues qu’au travers des livres quand j’étais en Syrie.

3Mon travail artistique consiste à guérir la douleur en moi qui a grandi ces dernières années en phase avec celle vécue par mon peuple pendant près de neuf ans, et la douleur de beaucoup à travers le monde qui se battent pour leurs rêves et leur droit à la liberté et à la démocratie.

4Travailler sur ma culture est ainsi devenu un acte de vie et de résistance. Un tel travail exerce une profonde influence sur notre désir de survivre après tout ce que nous avons déjà vu et traversé.

5Chacun d’entre nous, en tant que réfugié, lorsqu’il respire profondément, éprouve les faiblesses d’une longue période de doute. Cependant, nous avons appris à nous tenir debout, après être plusieurs fois tombés. Nous avons bien appris à gagner, après de nombreuses défaites. Nous avons surtout dû résister pour conserver la liberté de notre âme et demeurer fidèles à notre idée de faire du monde un foyer pour nous tous, et pas seulement pour la minorité de personnes qui possèdent tout. Nous devons garder à l’esprit que la vie est comme ça : nous allons retomber et nous relever. L’art est pour moi cette respiration profonde, qui m’a fait me sentir affaibli, et en même temps plus libre. Je crois fermement que l’art est mû par la nécessité constante d’être un faiseur de vie face aux créateurs de la mort.

6Je me souviens que, dès ma jeunesse, je dessinais et faisais des sculptures en argile à l’arrière de mon jardin. Je faisais cela sans but, parce que j’aimais le dessin. C’était ma façon de donner forme à mes rêves.

7En temps de guerre, je dessinais comme je le fais en temps de paix. Quand les bombes sont tombées dans le centre de Damas, sous les bruits des armes et la propagation de la mort aléatoire, je dessinais. Lorsque j’ai été arrêté deux fois au Liban alors que je faisais mon travail dans le domaine humanitaire, j’ai demandé à continuer à dessiner. Quand on m’a demandé pourquoi j’allais en France, la seule réponse honnête que j’ai trouvée à dire était : « Je vais peindre. » Jusqu’à présent, je n’ai pas besoin de raisons plus convaincantes pour connaître et poursuivre mon but dans la vie.

8En ce moment, il y a peut-être des artistes syriens qui ne peuvent pas aller rendre visite à leurs familles ou passer du temps avec des amis. Je connais très bien ces gens et je suis sûr qu’ils sont assis devant leur toile à travailler sur leur expérience pour remplir le temps de sens, apporter leur voix à l’histoire et créer un avenir pour leurs familles, leurs amis, et leur pays. Ils vivent la froideur de leur exil intérieur dans leur propre pays, alors que nous vivons le feu de notre exil à l’extérieur. Une chose en commun entre nous, c’est que nous sommes tous mobilisés par l’espoir de travailler à l’avenir de notre pays.

9Cinq années se sont écoulées depuis mon arrivée en France. J’ai fait six expositions individuelles, plus de 50 participations réparties entre expositions collectives et ateliers avec plusieurs organisations européennes engagées dans le soutien aux réfugiés. J’ai assuré un enseignement à Sciences Po Paris et Reims pendant trois années consécutives. Cette année, j’ai commencé mon travail à l’École des Beaux-Arts de Biarritz et Bayonne dans le Pays Basque.

10Le résultat dont je suis le plus fier au cours de ces cinq années, ce sont les belles personnes que j’ai rencontrées, qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour me soutenir, être solidaires avec moi, et faire de ces réalisations une réalité.

11Je ne pourrai peut-être pas satisfaire tout le monde, mais je voudrais mentionner l’équipe du théâtre Gérard-Philippe à Saint-Denis, qui m’a donné un studio personnel dans le théâtre durant 8 mois, mais aussi l’association des Ateliers des artistes en exil où j’ai passé ces deux dernières années à Paris à produire mes projets, à exposer mon travail et à rencontrer d’autres artistes du monde entier. Ensemble, nous avons pu partager cette expérience et le sentiment d’une famille en exil.

12Je tiens à remercier les écoles de Sciences Po à Paris et Reims, qui m’ont permis de partager mon expérience artistique avec leurs élèves. Ma nouvelle maison à l’École supérieure d’art Pays Basque-Bayonne où, pour la première fois, je ressens une réelle stabilité après cinq années de dur labeur.

13Je pense aujourd’hui à la capacité de briller que peuvent avoir les gens simples et humbles. Ils ont une beauté anormale comme quelque chose que vous pouvez voir se refléter dans une simple chanson lors des manifestations en Syrie, en Égypte ou au Yémen, ou dans un graffiti dans l’une des rues négligées de Paris, ou même dans une simple conversation avec mes élèves.

14Cette capacité d’être des enfants, qui sont capables de croire et de faire confiance à la vie et à la nature et de voir d’autres choses que ce que la politique et les médias nous imposent. Les voix de ces gens ont nourri la mienne. C’est un grand honneur pour moi d’être un artiste syrien vivant et travaillant en Europe, avec toutes ces personnes simples et honorables qui sont encore en mesure de trouver leur voix pour une vie plus juste et pacifique et me donner ma voix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Omar Ibrahim, « « Travailler sur ma culture est ainsi devenu un acte de vie et de résistance » »Hommes & migrations, 1328 | 2020, 175-176.

Référence électronique

Omar Ibrahim, « « Travailler sur ma culture est ainsi devenu un acte de vie et de résistance » »Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10885

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search