Navigation – Plan du site
Champs libres
Initiatives

De l’usine des tapis de Lodève au Mobilier national : licières d’exception

Josselyn Guillarmou
p. 179-183

Résumé

Des femmes algériennes-françaises arrivées à Lodève dans le département de l’Hérault en 1964 ont tissé les tapis que foulent les ministres, les ambassadeurs, les responsables politiques et les présidents de la République française. Deux expositions présentées d’octobre 2019 à janvier 2020 au domaine départemental pierresvives à Montpellier retracent les histoires individuelles et collectives de ces femmes, mères, sœurs et filles d’anciens harkis, et cherchent à valoriser les années qu’elles ont passées à tisser pour le Mobilier national, au nom de l’excellence artisanale et du patrimoine français.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’exposition Tapis d’exception : la Savonnerie de Lodève s’expose à pierresvives
L’exposition De l’usine des tapis au Mobilier national : une page d’histoire française
Une greffe réussie entre l’atelier de tapis et le Mobilier national
Le temps de la reconnaissance
Autour des expositions : une programmation qui explore la thématique du tapis
Faire vivre les mémoires des licières
Croiser les regards sur une histoire qui s’apaise progressivement

Aperçu du début du texte

Elles s’appellent Oumelkheir Djelilate, Habiba Kechout et Karima Benghalem. Elles sont les visages, les mains et le savoir-faire derrière les centaines de tapis sortis de l’atelier de Lodève, rattaché depuis 1966 à la Manufacture nationale de la savonnerie de Paris. À leurs côtés, des dizaines d’ouvrières ont consacré leur vie à tisser des tapis d’exception, dont plusieurs de style Louis XIV aux reflets d’or et aux bordures volutées qui ornent les palais des plus grandes institutions françaises.

Ces femmes sont nées dans l’Algérie coloniale et sont arrivées en France au début des années 1960, suite à la signature des accords d’Évian. Si plusieurs d’entre elles ont été récompensées pour leur contribution au rayonnement des arts en France et dans le monde, la reconnaissance de leur travail a pris du temps et témoigne de vies toujours difficiles à raconter. Car leurs histoires s’entremêlent et se sont tissées sur plusieurs épaisseurs. Elles rendent compte tant des complexités de la guer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josselyn Guillarmou, « De l’usine des tapis de Lodève au Mobilier national : licières d’exception », Hommes & migrations, 1328 | 2020, 179-183.

Référence électronique

Josselyn Guillarmou, « De l’usine des tapis de Lodève au Mobilier national : licières d’exception », Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10902

Haut de page

Auteur

Josselyn Guillarmou

Journaliste indépendant.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals