Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1328Champs libresLivresDonner un nom aux victimes de la ...

Champs libres
Livres

Donner un nom aux victimes de la Méditerranée

Catherine Guilyardi
p. 212-214

Résumé

Deux livres et un documentaire proposent de revenir sur l’initiative lancée après le naufrage qui a causé la mort de près de 1 000 personnes, le 18 avril 2015, pour redonner une identité – et leur dignité – aux migrants qui traversent la Méditerranée et permettre à leur famille de faire leur deuil.

Haut de page

Notes de l’auteur

À ce jour, deux personnes ont été identifiées sur les 528 corps retrouvés sur le petit chalutier bleu qui embarqua près de 1 000 personnes sur une plage de Libye en avril 2015. Selon United Against Racism, le nombre de morts « dues aux politiques restrictives de la forteresse Europe » était de 36 570 personnes au 1er avril 2019, dont près de 15 000 en tentant de traverser la Méditerranée.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

« Le cimetière des désespérés »
« Ce sont les objets personnels qui nous touchent »
Retrouver les proches
« La réalité est toujours plus complexe qu’on ne l’imagine »

Aperçu du texte

« À 23h20, le capitaine donne l’ordre d’arrêter les moteurs et appelle l’ensemble de son équipage sur le pont pour procéder au sauvetage. C’est alors que le chalutier, désormais à quelques centaines de mètres, vire soudain à bâbord et accélère, se dirigeant droit vers le King Jacob. Le choc est brutal. » La journaliste Taina Tervonen raconte, dans son livre Au pays des disparus, comment, le 18 avril 2015, un petit chalutier bleu coule, emporté par le poids de ses presque 1 000 passagers. 28 personnes survivront parmi celles embarquées quelques jours plus tôt en sur une plage de Libye. Le capitaine et son second sont aujourd’hui en prison en Italie.

La nouvelle du naufrage du Barcone crée un choc puissant en Italie. Matteo Renzi, alors Premier ministre, décide de financer le renflouage du bateau et de permettre l’identification des morts grâce à une équipe qui travaille depuis plusieurs années sur la reconnaissance des corps sans nom. L’Italie dispose d’un Commissaire extraordinaire p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guilyardi, « Donner un nom aux victimes de la Méditerranée »Hommes & migrations, 1328 | 2020, 212-214.

Référence électronique

Catherine Guilyardi, « Donner un nom aux victimes de la Méditerranée »Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/10985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.10985

Haut de page

Auteur

Catherine Guilyardi

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search