Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Le droit au retour des réfugiés au regard de l’exode des Palestiniens de 1948

Bernard Botiveau
p. 73-80

Résumé

Directeur de recherche émérite, CNRS/Amu, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam), Aix-en-Provence.

La question du retour éventuel des réfugiés dans leur pays d’origine demeure peu traitée en comparaison des nombreux travaux sur leur départ et leur accueil en exil. Si un tel retour est empli d’incertitudes tout en étant investi d’une importante dimension symbolique, il reste en droit une possibilité garantie par de nombreux règlements et conventions internationales. À travers l’histoire du refus de leur droit de revenir en territoire palestinien, la situation des réfugiés palestiniens constitue à ce titre un paradigme pour appréhender le dysfonctionnement des mécanismes internationaux prévus pour protéger les réfugiés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La question de l’incertitude du retour et le paradigme palestinien
L’expulsion de 1948 : la centralité d’un récit disputé
Le droit au retour des réfugiés, un principe juridique et moral désarmé
Un principe contesté en Israël, mais récurrent dans les négociations
Des ayants droit virtuels : la diversité de l’expression du retour
Amérique latine : des communautés diasporiques oubliées
La Palestine et ses voisins : des émigrations reproduites et cumulées dans le temps
Une modalité de l’attente et de retrouvailles ajournées

Aperçu du début du texte

L’importance des flux migratoires actuels à destination de l’Europe a posé, au-delà des conflits liés aux politiques migratoires des États, l’urgente et légitime question de l’accueil de personnes en détresse, fuyant bien souvent de terribles conditions de vie dans leur pays d’origine. Si, dans de nombreux cas, parce qu’un retour au pays n’est pas ou n’est guère envisageable, les réfugiés subissent une perte que beaucoup considèrent comme irréversible, nombre d’entre eux ont pourtant laissé une porte ouverte sur un avenir jonché d’incertitudes. Il y a certes de multiples cas individuels, des facteurs variés ayant entraîné les départs, mais le point commun entre de nombreuses personnes se trouvant dans cette situation est qu’elles n’envisagent un retour dans le lieu où elles sont nées que comme une hypothèse réalisable à long terme ou, souvent, comme une impossibilité. Sans doute, l’importance aujourd’hui de la question des réfugiés ne laisse guère de place à l’hésitation. Qu’il s’ag...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Botiveau, « Le droit au retour des réfugiés au regard de l’exode des Palestiniens de 1948 », Hommes & migrations, 1328 | 2020, 73-80.

Référence électronique

Bernard Botiveau, « Le droit au retour des réfugiés au regard de l’exode des Palestiniens de 1948 », Hommes & migrations [En ligne], 1328 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11020

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals