Navigation – Plan du site
Le Point Sur

L’envers de la ville. Exil et urbanité

Alexis Nuselovici - (Nouss)
p. 13-19

Résumé

Dans la littérature contemporaine, la présence des exilés au sein de l’univers urbain dévoile son envers, ou plutôt renverse l’ordre qui le soutient et relègue, dans ses marges, celles et ceux qui habitent une ville qui ne les accueille pas. Ainsi, les personnages d’exilés révèlent deux dynamiques qui s’entremêlent et s’affrontent dans la ville : le pôle imaginaire d’une attirance fantasmée qui a motivé leur voyage et le lieu d’un exil bien réel dans lequel ils sont rendus invisibles. La migration découvre au sein de la ville ce milieu de mémoire où l’écriture prend site quand aucune place n’est accordée à la présence de l’autre. Ni aucune écoute à son récit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Du polar et de la migration
Lieux de l’envers urbain, lieux interdits, ghettos
« Ghetto intérieur »
Exil du langage
Une ville à la croisée de deux exils
La place absente

Aperçu du début du texte

Ils sont là, ne sauraient être ignorés et pourtant ils le sont, comme s’ils occupaient un autre espace urbain, une ville parallèle à la ville que le passant pressé pourrait longer sans s’en préoccuper, comme si un autre habitat prenait simplement à côté du sien, voire sur le modèle du sien. Les migrants, les clandestins, les irréguliers habitent la grande ville, et aussi provisoire et fragile que soit leur implantation, elle accapare une surface urbaine. Elle révèle un envers de la ville, un possible urbain mais négatif, qui illustrerait exactement ce que la ville ne veut pas être, ce pour quoi elle a vocation à se développer comme un espace de bien-être, de confort, d’hygiène. Ils installent des campements là où la ville revendique la sédentarité. Ils créent des zones là où la ville les rejette dans et comme son dehors. Un envers de la ville, agissant tel un inconscient dans le refoulement et le déni.

Le XIXe siècle littéraire aima dévoiler les interdits urbains, les espaces cachés....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Nuselovici - (Nouss), « L’envers de la ville. Exil et urbanité », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 13-19.

Référence électronique

Alexis Nuselovici - (Nouss), « L’envers de la ville. Exil et urbanité », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11062

Haut de page

Auteur

Alexis Nuselovici - (Nouss)

Professeur en littérature générale et comparée, Cielam, Aix-Marseille Université, Chaire « Exil et migrations », FMSH, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals