Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Le surréalisme déplacé

Inventaire, établissement et étude des œuvres des surréalistes exilés au Mexique
Karla Segura Pantoja
p. 39-47

Résumé

Les ruptures de la Seconde Guerre mondiale et les bouleversements politiques de la deuxième moitié du XXe siècle ont conduit des artistes européens, par des voies et pour des motifs différents, à s’exiler au Mexique. De Benjamin Péret à Leonora Carrington, en passant par Luis Buñuel ou César Moro, ils ont pour point commun des liens personnels et esthétiques avec le mouvement surréaliste. L’étude de leurs créations et de leurs correspondances permet de dégager la constellation d’artistes d’un « surréalisme déplacé » qui renouvelle ses formes et ses sujets à travers la déchirure de l’exil.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Passages et transferts (1938-1946)
Le Mexique : une destination stratégique
Les surréalistes déplacés : « promeneurs au bord de l’abîme » (1938-1963)
Correspondances et génétique des déplacements esthétiques et culturels
Un patrimoine déraciné (1938-∞)

Aperçu du début du texte

Cette étude explore et analyse les œuvres littéraires et artistiques d’un cercle d’artistes et d’écrivains qui ont en commun le fait d’avoir appartenu, à différents niveaux, au mouvement surréaliste et de s’être exilé au Mexique. À ce cercle appartiennent le poète et peintre péruvien César Moro (1903-1956), la photographe d’origine hongroise Kati Horna (1912-2000), le sculpteur espagnol José Horna (1912-1963), le peintre d’origine viennoise Wolfgang Paalen (1905-1959), l’artiste française Alice Rahon (1904-1987), le poète français Benjamin Péret (1899-1959), la peintre espagnole Remedios Varo (1908-1963), l’artiste anglaise Leonora Carrington (1917-2011) et le réalisateur et scénariste d’origine espagnole Luis Buñuel (1900-1983).

Déplacé, ce prolongement du surréalisme fut éclipsé par les conflits politiques du XXe siècle. Même si certains de ces artistes se sont fait une place dans le canon artistique, la majeure partie d’entre eux n’ont pas connu un destin aussi favorable à cause d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karla Segura Pantoja, « Le surréalisme déplacé », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 39-47.

Référence électronique

Karla Segura Pantoja, « Le surréalisme déplacé », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11081

Haut de page

Auteur

Karla Segura Pantoja

Docteure en littérature française et comparée, université de Cergy-Pontoise.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals