Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Corps, sexualités et métissages romanesques

Mustapha Harzoune
p. 59-69

Résumé

Dans la littérature d’expression française, le corps de la femme migrante est devenu un topos littéraire paradoxal. Il donne prise à tous les préjugés et cristallise l’assignation des rôles genrés – épouse, mère – à laquelle font face les personnages féminins. Il est aussi le lieu de l’émancipation des femmes et le moyen de leur prise de risque toujours fragile en direction de la liberté. D’Assia Djebar à Faïza Guène, de Tassadit Imache à Abdellah Taïa, cette vaste étude du traitement du corps en littérature épouse son pouvoir de subversion de la domination patriarcale en situation migratoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Visibilité du corps féminin
Corps, instrument de guerre
Champs pour d’autres batailles
Terrain des libertés
Rompre ou céder ?
Entre dessèchement et assujettissement
« L’exil qui commence entre les draps » (Jean Sénac)
Les aventures ambiguës des identités
Au boulot !
« Prendre femme, est à vous un coup bien téméraire » (Molière, L’École des femmes)
Impatientes Pénélopes
Le corps du délit
Des corps raccords

Aperçu du début du texte

Si l’on se prête à une rapide recension de la littérature romanesque de langue française, sans valeur d’exhaustivité, plusieurs corps habitent les pages et les chapitres des livres de « nos » auteurs en prise avec les trajectoires migratoires. À commencer par les corps absents et asexués. Ces corps, masculins, sont ceux des travailleurs immigrés des Trente Glorieuses, soumis à ce que Tahar Ben Jelloun a appelé « La plus haute des solitudes ». Ici, le corps est réduit à sa seule force de travail, dépouillé de libido, de désirs, de tendresse. Pourtant, dans le même mouvement, ces représentations peuvent passer de cette émasculation symbolique à un corps… ensauvagé, animalisé, condamné dans sa solitude extrême à fréquenter les hôtels de passes et autres maisons d’abattage, à faire sa petite affaire à la va-vite. S’allongent alors, devant des maisons de passe, les files d’attente d’hommes. Les corps sont alignés, à la queue leu leu.

Visibilité du corps féminin

Avec la féminisation de l’im...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Corps, sexualités et métissages romanesques », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 59-69.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Corps, sexualités et métissages romanesques », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11091 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11091

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals