Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Lieux institutionnels, territoires symboliques

Les espaces de rencontre pour les écrivains d’origine judéo-maghrébine en France
Ewa Tartakowsky
p. 71-79

Résumé

En France, les écrivains d’origine judéo-maghrébine ne bénéficient pas de lieux de socialisation propres et s’inscrivent dans le champ littéraire national. Pour autant, ils partagent une expérience de l’exil dont le traitement littéraire va, à partir des années 1980, contribuer à leur visibilité. Si la notion de « littérature juive » demeure questionnée, des récurrences thématiques et des affinités discursives apparaissent dans leurs œuvres. Cette communauté de représentations littéraires participe à dessiner les contours d’un territoire mémoriel collectif : celui du groupe des Juifs d’Afrique du Nord.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Israël, Québec, France : des réseaux professionnels spécifiques aux écrivains d’origine judéo-maghrébine ?
Champ médiatique communautaire et champ académique
Des pratiques d’intertextualité : témoignages objectifs de sociabilités
Une communauté mémorielle fondée sur l’expérience de l’exil
Un imaginaire ambigu de la France

Aperçu du début du texte

La production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine apparaît en France dans le sillage des mouvements d’indépendance des pays du Maghreb. Elle comprend plus d’une centaine d’auteurs parmi lesquels on compte : des écrivains reconnus ; ceux qui ne font pas partie du pôle littéraire pur tout en ayant publié de nombreux ouvrages bénéficiant d’une certaine attention médiatique ; des écrivains dont la notoriété s’est structurée avant tout autour d’un « second métier » ; des créateurs qui ont publié un ou deux ouvrages relativement remarqués mais dont la carrière littéraire ne s’est pas poursuivie ; enfin, des auteurs ayant publié à compte d’auteur ou en autoédition. Le corpus fictionnel de ces auteurs compte environ 500 ouvrages.

Malgré une origine maghrébine commune et une socialisation migratoire similaire, cette cohorte d’écrivains se caractérise par une absence de réseaux de sociabilité spécifiques (associations d’auteurs, sociétés littéraires, etc.). Cela conduit donc à ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewa Tartakowsky, « Lieux institutionnels, territoires symboliques », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 71-79.

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Lieux institutionnels, territoires symboliques », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11094

Haut de page

Auteur

Ewa Tartakowsky

Chercheuse post-doctorante à l’Institut des sciences sociales du politique (UMR7220), chercheuse associée au Centre de civilisation française et d’études francophones (CCFEF) de l’université de Varsovie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals