Navigation – Plan du site
Le Point Sur

« La pluralité des visages de la France est une réalité »

Entretien avec Tassadit Imache, écrivaine
Mustapha Harzoune
p. 81-85

Résumé

Depuis 1989, Tassadit Imache a publié six romans. Le premier, Une Fille sans histoire, brosse le portrait d’une enfant née d’un père algérien et d’une mère française pendant la guerre d’Algérie. Depuis, elle interroge les trajectoires franco-algériennes, le devenir de ces bâtards nés de couples mixtes, ballottés par l’histoire ; rejetons du populo frappés par les exclusions et les injustices, guettés – quand ils n’y succombent pas – par la dépression. Avec son écriture verticale, scrupuleuse, sans concessions, elle fait entrer dans le roman national « un peu des vies invisibles et des noms venus d’ailleurs ». Dans Fini d’écrire ! (Hors d’atteinte, 2020), elle revient sur les ambiguïtés de la réception de ses livres et sur la place de sa mère dans son écriture.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

H&M : À sa sortie, en 1989, Une Fille sans histoire fut classé aux rayons « Maghreb Proche-Orient ». « Déplacée, c’est ce que je ressens aussitôt. Mise à l’écart ? » écrivez-vous dans Fini d’écrire ! Entre les deux textes qui composent ce livre, écrits entre 2001 et 2019, rien n’aurait donc changé ? Comment interprétez-vous cette « mise à l’écart » ?

Tassadit Imache : Dans Fini d’écrire !, je m’interroge sur mon parcours et mon expérience d’écrivaine française qui a entendu dès la parution de son premier roman, et ensuite de façon répétée, qu’elle serait d’« une sensibilité particulière » du fait de son patronyme algérien qui expliquerait que ses livres ne soient pas « rangés » en littérature française… avec les autres. Est-ce être marginalisée ? Séparée, exclue ? Des préjugés liés à une histoire passée, ravivée par l’actualité nationale et mondiale, sont opérants dans la durée et soulignent la prédominance de la question de l’identité ici, chez nous, ce qui signifie qu’écrire ne vou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « « La pluralité des visages de la France est une réalité » », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 81-85.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « « La pluralité des visages de la France est une réalité » », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11096 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11096

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals