Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1329Au MuséeDébats au muséeVoir venir. Écrire l’hospitalité

Au Musée
Débats au musée

Voir venir. Écrire l’hospitalité

Celia Sadaï
p. 136-140

Résumé

Le temps d’une rencontre littéraire, le Musée national de l’histoire de l’immigration a reçu Marie Cosnay et Mathieu Potte-Bonneville, auteurs de l’ouvrage Voir venir. Écrire l’hospitalité (Stock, 2019). Une conversation qui prolonge le livre, fruit d’une correspondance soutenue et toujours située entre l’écrivaine et le philosophe. Cet ouvrage à la forme inédite interroge l’accueil des personnes exilées en France et ses ambivalences. Entre dialectique des points de vue et bagarre avec le monde qui les entoure, Marie Cosnay et Mathieu Potte-Bonneville dénoncent l’échec des institutions et du langage en matière d’hospitalités. Hantés par l’indémêlable question : « Comment dire et comment faire ? », les auteurs se heurtent à une « crise de la réponse ». Seul horizon possible, rempart contre l’inquiétude : revenir aux fables et aux mythes, où la figure de l’oracle nous dit : « On verra bien. »

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les langages de l’accueil
« L’hospitalité a toujours à voir avec l’impossible »
Trop plein d’exil.s

Aperçu du texte

Tout commence par un pressentiment, une question qui les empêche de dormir : « Qu’est-ce qui va nous tomber dessus ? » À cette question, aucune réponse, mais 350 000 signes d’une correspondance soutenue entre l’écrivaine Marie Cosnay et le philosophe Mathieu Potte-Bonneville, qui se lisent mutuellement depuis longtemps déjà. C’est la genèse de Voir venir. Écrire l’hospitalité, composé de 70 parties livrées comme 70 fragments d’interrogations, de doutes et d’expériences autour des questions de l’accueil et de l’exil. « Mais pas seulement. » Pour Mathieu Potte-Bonneville, « ce livre est une pelote sur laquelle on tire ». « On a travaillé à partir d’un document partagé, tour à tour, jusqu’à fabriquer un texte », explique le philosophe. Chaque partie s’ouvre sur une didascalie qui marque le temps et le lieu de l’énonciation, au profit d’une parole située qui dévoile « tout ce qui se passe dans le monde et avec quoi on se bagarre », ajoute Marie Cosnay. Ces didascalies sont aussi le refu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Celia Sadaï, « Voir venir. Écrire l’hospitalité »Hommes & migrations, 1329 | 2020, 136-140.

Référence électronique

Celia Sadaï, « Voir venir. Écrire l’hospitalité »Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11117

Haut de page

Auteur

Celia Sadaï

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search