Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1329Au MuséeLitteratureLes présences africaines dans la ...

Au Musée
Litterature

Les présences africaines dans la littérature de langue française

Celia Sadaï
p. 141-146

Résumé

La 4e édition du Salon des littératures de l’exil et de la migration a eu lieu le samedi 15 février 2020 au Musée national de l’histoire de l’immigration, en partenariat avec le Collège d’études mondiales-Fondation Maison des sciences de l’homme. Dans le cadre de cette programmation, une carte blanche a été donnée à l’écrivaine et journaliste Kidi Bebey, en résidence en 2020 au Musée national de l’histoire de l’immigration, qui a reçu Hemley Boum (Les jours viennent et passent, Gallimard, 2019) et Mohamed Mbougar Sarr (Silence du chœur, Présence africaine, 2017). Ensemble, ils ont interrogé la création littéraire africaine contemporaine et les chemins par lesquels elle nous parvient.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

S’extraire. Des chemins d’écriture
Échos du silence
Aventure ambiguë

Aperçu du texte

La littérature nous arrive parfois par hasard. C’est le cas du premier roman d’Hemley Boum, Le clan des femmes (L’Harmattan, 2010). Bien avant le livre, il y a un blog où l’autrice partage le deuil douloureux qu’elle traverse : celui de sa grand-mère disparue, de celle qui transmet. Le blog est lu, et cette communauté de lecteurs permet à Hemley Boum d’entrevoir la possibilité de la littérature et de transmettre, à son tour. Et de réinventer cette grand-mère disparue qui va prendre corps dans des personnages littéraires qui transmettent à leur tour, eux aussi. Il y a d’abord Sarah, qui se raconte à sa petite-fille dans Le clan des femmes. Et puis il y a aussi Anna qui, mourante, se raconte à sa fille Abi dans Les jours viennent et passent (Gallimard, 2019).

S’extraire. Des chemins d’écriture

Un blog et du hasard : même recette du côté de Mohamed Mbougar Sarr, que rien ne prédestinait à la littérature. Au départ, il y a son blog Choses revues : « C’est là que j’ai écrit des réflexions ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Celia Sadaï, « Les présences africaines dans la littérature de langue française »Hommes & migrations, 1329 | 2020, 141-146.

Référence électronique

Celia Sadaï, « Les présences africaines dans la littérature de langue française »Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11126

Haut de page

Auteur

Celia Sadaï

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search