Navegación – Mapa del sitio
Champs libres
Initiatives

Une photographie totémique comme référence d’une nouvelle écriture visuelle

Entretien avec Stéphane Lhomme, artiste
Marie Poinsot
p. 167-169

Extracto

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. enero 2023.
Read it

Hommes & Migrations : Stéphane Lhomme, pouvez-vous présenter votre travail ?

Stéphane Lhomme : Dessinateur, intervenant en cinéma et animateur en arts plastiques, je réside en Nouvelle-Aquitaine. J’ai l’opportunité de travailler régulièrement pour plusieurs associations et organismes tels que le Secours populaire français, la Ligue de l’enseignement, Amnesty International… Quand j’élabore des protocoles, que ce soit dans la création personnelle ou dans la transmission plurielle, je m’évertue à ne pas appliquer un savoir-faire mais plutôt un savoir-perdre. Je m’explique. Perdre, c’est s’exiler de sa zone de confort. Perdre, c’est lutter contre sa propre nature. Mais perdre, si c’est perdre ses repères, c’est surtout conquérir une certaine indépendance d’esprit, recueillir de la parole, collecter des témoignages écrits, et mesurer le potentiel des différents publics avec lesquels je suis amené à collaborer. D’où l’apport de l’altérité qui est fondamentale dans mon processus de création...

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Marie Poinsot, « Une photographie totémique comme référence d’une nouvelle écriture visuelle », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 167-169.

Referencia electrónica

Marie Poinsot, « Une photographie totémique comme référence d’une nouvelle écriture visuelle », Hommes & migrations [En línea], 1329 | 2020, Puesto en línea el 01 abril 2020, consultado el 05 agosto 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11206

Inicio de página

Autor

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals