Navigation – Plan du site
Champs libres
Initiatives

L’émigration et l’exil dans la poésie amazigh du Maroc

Yves Bourron et Jacques Ould Aoudia
p. 179-182

Résumé

À l’occasion de la parution d’un recueil de poèmes en langue amazigh (transcrits en caractères latins) et traduits en français sous le titre Je vais rejoindre le paradis qu’on nous a dit. Poésie marocaine amazigh sur la migration, l’association Migrations & Développement (M&D) revient sur les thèmes abordés par ce corpus exceptionnel issu de la collecte de plus de cent œuvres sur la migration marocaine, qui constitue un témoignage unique sur des expériences migratoires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce bouquet de poèmes amazigh inédits est dû à Si Mohamed Moustaoui1, écrivain et chercheur, mais également poète, qui a arpenté les vallées et les hauteurs de l’Atlas afin de débusquer les arcanes des poètes de l’émigration et leurs œuvres. Ce travail de recherche a été initialement publié en caractères arabes. M&D en a extrait une sélection de poèmes et les a traduits pour les présenter dans ce recueil. La traduction a été confiée au professeur Mhand Bouchadi.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Je vais rejoindre le paradis qu’on nous a dit
Nostalgie et tristesse
La migration, haut lieu de contradictions
Mora le recruteur, une légende ?
La dureté du travail au Nord
Bien sûr, il y a le retour annuel
Duels de valeurs, conflit de normes
La fermeture de l’Europe
La perte
La découverte de l’ailleurs, de l’autre, différent
Allô, papa, pourquoi m’as-tu laissé ?

Aperçu du début du texte

Je vais rejoindre le paradis qu’on nous a dit

Depuis 2010, La lettre de Migrations & développement a publié régulièrement des poèmes sur le fait migratoire. C’est ce travail que l’association poursuit aujourd’hui. Enracinée depuis son origine dans le territoire des migrants qui l’ont créée, M&D se devait de solliciter l’expression poétique d’un fait social total qui continue d’imprimer une trace profonde sur son territoire d’action. Là où l’association mène un travail de soutien au changement social porté par des hommes et des femmes qui, tous, ont un parent de l’autre côté des mers, quand ils n’ont pas eux-mêmes connu la migration.

« Rejoindre le paradis qu’on nous a dit » est une expression qui témoigne d’une époque révolue pour les générations de la diaspora d’aujourd’hui : l’aspiration économique des célibataires d’origine rurale des années 1960 et 1970 qui pensaient revenir au pays avec un pécule pour mieux vivre là d’où ils étaient partis. Les traces laissées dans ces poèmes son...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Bourron et Jacques Ould Aoudia, « L’émigration et l’exil dans la poésie amazigh du Maroc », Hommes & migrations, 1329 | 2020, 179-182.

Référence électronique

Yves Bourron et Jacques Ould Aoudia, « L’émigration et l’exil dans la poésie amazigh du Maroc », Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11242

Haut de page

Auteurs

Yves Bourron

Ecrivain, médiateur.

Articles du même auteur

Jacques Ould Aoudia

Chercheur indépendant en économie du développement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals