Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1329Champs libresMusiqueSaïd Assadi : un parcours exemplaire

Champs libres
Musique

Saïd Assadi : un parcours exemplaire

Du statut de réfugié à la fondation du 360 Paris Music Factory
François Bensignor
p. 186-190

Résumé

Ouvert au public depuis le 20 janvier 2020 au cœur du quartier de la Goutte d’Or dans le 18e arrondissement de Paris, le 360 Paris Music Factory est un lieu culturel atypique, innovant et audacieux. Cet équipement de cinq étages flambant neuf est entièrement dédié à la musique : création, diffusion, répétition, enregistrement, rencontre entre professionnels et avec les publics. Par sa dimension transculturelle, ce nouveau lieu porte haut les valeurs d’ouverture à l’altérité et au métissage, avec pour ambition de renforcer la cohésion sociale, si nécessaire en ces temps de replis. Doté d’une salle de concert à taille humaine (300 places), de quatre lieux de résidence pour les artistes, d’un agréable restaurant largement ouvert sur la rue, le 360 Paris Music Factory est aussi un laboratoire d’innovation. Témoin sa structuration en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC)1, qui réunit l’association Au fil des voix (festival, actions pédagogiques et sociales) avec les sociétés Accords croisées (label, production, booking), la Fabrica spectacles (restauration, salle de spectacles), Images de sons (production audiovisuelle, captation) et une pépinière de start-up culturelles. Cette réalisation est l’aboutissement du travail concerné, acharné de Saïd Assadi, fondateur de ce projet artistique et humain. Il retrace avec nous son parcours en éclairant le sens de sa démarche, qui s’inscrit dans les pas de celle de Yehudi Menuhin.

Haut de page

Notes de l’auteur

Saïd Assadi : « J’ai été obligé de quitter mon pays d’origine, l’Iran, à cause des événements politiques qui se sont déroulés après la mise en place de la République islamique. Avec beaucoup d’autres amis, nous nous sommes retrouvés sous le coup de la répression. Au début des années 1980, je suis arrivé en France où j’ai pu obtenir le statut de réfugié politique. Dès cette époque, j’ai été très actif dans le monde associatif, en priorité avec des associations humanitaires dans le cadre de campagnes de sensibilisation sur la situation des prisonniers politiques en Iran. Par exemple, nous étions parvenus à monter des comités d’avocats, qui se rendaient à Téhéran en tant qu’observateurs dans les tribunaux islamiques, où étaient jugés les prisonniers politiques. J’ai contribué à beaucoup d’autres associations, jusque dans les années 1990, où j’ai commencé à travailler avec des artistes, notamment les réfugiés iraniens. »

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Culture en liberté et Yehudi Menuhin
Accords croisés, du spectacle au disque
Au fil des voix, un festival parisien
Une diffusion musicale en mutation
Pour un nouveau modèle de financement public
Un équipement culturel au service des artistes et du public

Aperçu du texte

Culture en liberté et Yehudi Menuhin

En 1994, Saïd Assadi fonde l’association Culture en liberté, afin de répondre aux besoins des artistes iraniens en exil. Il s’agit de développer des activités culturelles au sein de la communauté iranienne et de dynamiser les échanges culturels avec les artistes des pays d’accueil. L’association regroupe alors plus d’une cinquantaine d’artistes iraniens réputés, dont elle produit les cassettes audio et vidéo. Dans sa villa de la banlieue parisienne, elle met des chambres, un studio de répétition et d’enregistrement à leur disposition. Elle organise les tournées internationales de grands noms de la scène musicale iranienne en exil, dont la diva Marzieh, et propose des soirées musicales destinées à la diaspora française pour les fêtes traditionnelles, comme Norouz, le nouvel an persan qui coïncide avec le printemps. « Cette initiative n’a pas de précédent, expliquait alors Saïd Assadi. Elle n’a pu voir le jour que grâce à la volonté de tous les arti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bensignor, « Saïd Assadi : un parcours exemplaire »Hommes & migrations, 1329 | 2020, 186-190.

Référence électronique

François Bensignor, « Saïd Assadi : un parcours exemplaire »Hommes & migrations [En ligne], 1329 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11256

Haut de page

Auteur

François Bensignor

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search