Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1330Le Point SurDérogations et « machine de l’exc...

Le Point Sur

Dérogations et « machine de l’exception »

L’après 1974 dans les couloirs des ministères
Sylvain Laurens
p. 42-43

Résumé

La suspension provisoire des introductions de travailleurs décidée en juillet 1974 a confronté la haute administration à une situation inédite : la multiplication des demandes dérogatoires de main-d’œuvre de la part d’entreprises de nombreux secteurs de l’économie française. Les hauts fonctionnaires administrant les mouvements de population en France se sont trouvés en première ligne dans la gestion de ces requêtes. Entre intérêt économique national aux contours mouvants et jeu des pressions de tout ordre, la culture administrative a dû fixer des règles à ce régime d’exception.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La fin d’une routine : la haute administration face aux impensés d’une suspension officielle
Mobilisation des organisations professionnelles et soutiens diplomatiques
Le discours « DPM » à l’épreuve des faits
La « guichetisation » de la haute administration
Subjectivité de l’entendement bureaucratique
L’instauration d’une « machine de l’exception »
Entre intérêt économique national et jeu des relations sociales

Aperçu du texte

« À tout instant il y avait des problèmes. Évidemment, on rompait avec la continuité d’un système qui fonctionnait depuis 1945, c’est-à-dire depuis presque trente ans. ». Pierre Fournier, directeur de la Population et des migrations, 1974-1977.

La décision de 1974 de suspendre provisoirement l’immigration est le produit de transformations structurelles de l’État français. Elle vient parachever les évolutions initiées depuis la création de la Direction de la population et des migrations (DPM) en 1966, et signale la convergence désormais de mise entre les deux ministères « d’encartement », les ministères du Travail et de l’Intérieur, en matière de politique migratoire. Analyser ce qui se joue avant la décision révèle l’écart important entre ce qui s’énonce publiquement en matière d’immigration et la façon dont une même décision se justifie en interne, au sein de l’État. Mais il est tout aussi intéressant d’analyser « l’après » de la décision, de prendre pour objet les premières semaine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Laurens, « Dérogations et « machine de l’exception » »Hommes & migrations, 1330 | 2020, 42-43.

Référence électronique

Sylvain Laurens, « Dérogations et « machine de l’exception » »Hommes & migrations [En ligne], 1330 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11427

Haut de page

Auteur

Sylvain Laurens

Sociologue, maître de conférences à l’EHESS, Centre Maurice Halbwachs.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search