Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1330Le Point Sur1973 : il était une fois Idir…

Le Point Sur

1973 : il était une fois Idir…

Naïma Huber-Yahi
p. 121-122

Résumé

Le chanteur kabyle s’est éteint le 2 mai 2020. Fort d’une carrière commencée en 1973 marquée par une œuvre poétique qui a rencontré le succès, Idir restera un passeur sensible de la culture amazigh entre les deux rives de la Méditerranée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Le chanteur Idir nous a quittés le 2 mai 2020. De son vrai nom Hamid Cheriet, il était né le 25 octobre 1955 en pleine Guerre d’Algérie, à Aït Lahcène en Kabylie, dans une famille paysanne. Celui qui deviendra le plus grand représentant de la culture amazigh et le poète le plus connu de la langue kabyle, laisse orphelin de nombreux Franco-Algériens sur les deux rives de la Méditerranée, mais l’émoi de sa disparition s’est fait ressentir dans le monde entier.

Rien ne prédestinait pourtant ce petit berger à devenir un chanteur de renommée internationale. Le petit Hamid grandit au sein d’un village traditionnel kabyle, et, comme tant d’autres, il a été bercé par les contes et légendes traditionnels chantés et racontés par les femmes du village de génération en génération. Riche de ce patrimoine, il quitte les heures tendres de l’enfance pour recevoir l’instruction des Pères blancs dès l’âge de 9 ans avant de s’installer à Alger au tournant des années 1970 pour s’engager dans des études ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naïma Huber-Yahi, « 1973 : il était une fois Idir… »Hommes & migrations, 1330 | 2020, 121-122.

Référence électronique

Naïma Huber-Yahi, « 1973 : il était une fois Idir… »Hommes & migrations [En ligne], 1330 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11526

Haut de page

Auteur

Naïma Huber-Yahi

Historienne, chercheuse associée à l’Urmis, université Côte d’Azur, chargée de l’Observatoire des musiques et danses d’ici à Aubervilliers.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search