Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1330Au MuséeCollectionLa mer sombre et lumineuse d’Enri...

Au Musée
Collection

La mer sombre et lumineuse d’Enrique Ramírez

Entretien avec Enrique Ramírez
Isabelle Renard
p. 172-178

Résumé

Enrique Ramírez, né à Santiago au Chili en 1979, ne cesse, depuis 2010, de voyager et de travailler entre la France et le Chili. Croisant photographie, vidéo et installation, il compose une œuvre politique et poétique qui questionne le sens de l’image et son pouvoir. Une œuvre hantée par la mer, cette mer qu’il a beaucoup sillonnée avec son père, fabricant de voiles de bateaux sous la dictature de Pinochet. Espace mémoriel, la mer devient pour l’artiste métaphore des voyages et des exils mais aussi des conquêtes, des flux migratoires. De nombreuses expositions personnelles et collectives lui sont consacrées en France et à l’étranger. En 2017, il participe à l’exposition Viva Arte Viva, orchestrée par Christine Macel pour la 57e Biennale de Venise. Son travail fait partie de nombreuses collections publiques et privées dans le monde – MoMA, New York (États-Unis), Museo de la Memoria y los Derechos Humanos, Santiago (Chili), Macba, Barcelone (Espagne), MNHI, Paris (France), Kadist Foundation, San Francisco (États-Unis), Collection Lemaître, Paris (France), Collection Salomon, Paris (France)… Finaliste du Prix Meurice en 2014, Enrique Ramírez est lauréat la même année du Prix Découverte 2013 des Amis du Palais de Tokyo. Il est nommé pour le Prix Marcel Duchamp 2020.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Isabelle Renard : Tu es né au Chili en 1979 où tu poursuis d’abord des études musicales et de cinéma. Puis tu décides de suivre, en 2007, la formation artistique, audiovisuelle et multimédia du Fresnoy. Peux-tu nous expliquer ce choix ? Est-ce la raison principale de ta venue en France ?

Enrique Ramírez : En fait, je suis arrivé au Fresnoy car j’avais gagné un prix à la Biennale de vidéo et de nouveaux médias à Santiago. Le directeur, Néstor Olhagaray, était l’un de mes professeurs à l’université et c’est vraiment lui qui m’a ouvert le monde de l’art… Moi, j’étudiais la musique et le cinéma, et il m’a suggéré de montrer mon travail dans un milieu un peu plus expérimental. En 2006, j’ai gagné le premier prix de cette Biennale qui correspondait à une résidence au Fresnoy… C’est comme cela que j’ai découvert le studio où j’ai passé 3 mois. J’ai proposé un tout petit projet mais c’était génial pour moi, car je découvrais le lieu et la France. C’est la première fois que je venais en Europ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Renard, « La mer sombre et lumineuse d’Enrique Ramírez »Hommes & migrations, 1330 | 2020, 172-178.

Référence électronique

Isabelle Renard, « La mer sombre et lumineuse d’Enrique Ramírez »Hommes & migrations [En ligne], 1330 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11558

Haut de page

Auteur

Isabelle Renard

Cheffe du service des collections et des expositions du Musée national de l'histoire de l'immigration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search