Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Le Point SurLa division sexuelle du travail m...

Le Point Sur

La division sexuelle du travail militant dans les mobilisations antiracistes franciliennes

Pauline Picot
p. 75-83

Résumé

L’enquête ethnographique dans des associations dédiées à la lutte autonome des racisé·e·s contre le racisme permet de questionner les rapports sociaux de sexe dans le travail militant, à la fois dans la répartition des tâches et dans la définition des objectifs de ces mobilisations. L’engagement des militantes éclaire la prise en compte des discriminations croisées dans l’élaboration de leur participation politique. Dépositaires d’un fort capital culturel, ces militantes défendent leur autonomie en tant que femmes tout en affirmant leur solidarité avec les hommes, fondée sur une expérience commune du racisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Se défaire des figures imposées
Qui sont les « premières concernées » ?
Des militant.e.s qui valorisent le travail intellectuel
Des militant.e.s caractérisé.e.s par un fort capital culturel
Une spécialisation genrée des tâches « ingrates »
« Il nous faut des femmes ! »
« Marcher sur un fil », entre autonomie et loyauté communautaire

Aperçu du texte

À partir d’une enquête doctorale réalisée entre 2013 et 2018 ayant pour objet les mobilisations antiracistes contemporaines animées par des héritiers et héritières de l’immigration, on interrogera les dynamiques de genre en leur sein. L’enquête menée auprès de cinq collectifs franciliens – le Conseil représentatif des associations noires (Cran), la Brigade anti-négrophobie (BAN), le Parti des indigènes de la République (PIR), le réseau Reprenons l’initiative contre les politiques de racialisation (RI) et le collectif d’organisation des Journées internationales contre l’islamophobie – permet de montrer que, dans l’action collective, les rapports de genre se recomposent en partie au profit de celles que l’on pourrait penser en position défavorable : femmes, racisées, filles de familles immigrées pour la plupart ouvrières.

Bien qu’hétérogènes sur le plan des revendications et des modes d’action, ces différents collectifs s’inscrivent dans un espace de mobilisations qui émerge au milieu ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Picot, « La division sexuelle du travail militant dans les mobilisations antiracistes franciliennes »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 75-83.

Référence électronique

Pauline Picot, « La division sexuelle du travail militant dans les mobilisations antiracistes franciliennes »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11808

Haut de page

Auteur

Pauline Picot

Docteure en sociologie, chercheure associée à l’Unité de recherches migrations et société (Urmis), université de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search