Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Le Point SurLa mobilisation politique des fem...

Le Point Sur

La mobilisation politique des femmes mexicaines à Paris

Larisa Lara-Guerrero
p. 85-91

Résumé

Les femmes mexicaines migrantes à Paris développent des projets dans lesquels elles expriment leur créativité et leurs revendications politiques. Des résultats empiriques portant sur trois types d’activités – la création d’initiatives artistiques, le développement de mouvements communautaires et de solidarité, et la création d’associations non gouvernementales – permettent de mieux comprendre leurs processus individuels de subjectivation à travers de telles mobilisations car ces femmes construisent une identité transnationale en se distanciant des normes et des organisations politiques largement dominées par les hommes, dans leur pays d’origine comme dans leur pays de résidence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le 26 septembre 2014, 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa ont été enlevés, puis ont (...)

1J’ai rencontré María de Jesús Tlatempa, la mère d’un des étudiants d’Ayotzinapa1, le 1er avril 2017 à Paris lors d’un événement politique organisé par un groupe d’activistes mexicains. Lorsque je l’ai vue pour la première fois, j’ai ressenti une profonde tristesse car je ne pouvais m’empêcher de penser à son fils et à la façon dont elle est devenue un symbole de la lutte pour la justice au Mexique. Ce soir-là, elle a réussi à rassembler des Mexicains et des citoyens européens sensibles aux injustices et à la violence au Mexique. Très vite, j’ai commencé à ressentir de l’admiration en la voyant sur scène réclamant justice avec force et résistance pour le drame d’Ayotzinapa.

  • 2 Heather McKee Hurwitz, Verta Taylor, « Women occupying Wall Street : Gender conflict and feminist m (...)

2Historiquement, les femmes ont joué un rôle secondaire dans la prise de décision politique et économique, car la structure sociale est devenue un appareil traditionnellement dominé par les hommes2 dans lequel les femmes n’ont pas réussi à exprimer pleinement leurs ambitions politiques.

  • 3 Charles Tilly, Sidney Tarrow, Contentious Politics, Boulder, Paradigm Publishers, 2006 ; Dough McAd (...)
  • 4 Luis Eduardo Guarnizo, Ali R. Chaudhary, « Determinants of transnational political engagement among (...)
  • 5 Jean-Michel Lafleur, Leticia Calderón Chelius, « Assessing emigrant participation in home country e (...)

3La littérature spécialisée dans l’étude des mouvements sociaux s’est donc principalement concentrée sur l’analyse de la manière dont les hommes ont réussi à développer des idéologies, à exploiter des ressources et à accéder à des opportunités politiques afin d’organiser des mobilisations politiques et sociales3. De même, les spécialistes de la migration ont mis en évidence le rôle des hommes en tant qu’agents politiques capables de développer des mouvements politiques transnationaux4. Plusieurs études sur le transnationalisme politique concluent que la majorité des migrants qui se mobilisent politiquement depuis l’étranger sont des hommes mariés de plus de 40 ans et ayant une formation universitaire. Il est important de préciser que ces études portent sur la participation politique institutionnelle, comme le vote à l’étranger5.

  • 6 McKee Hurwitz, Taylor, op. cit.
  • 7 Ibid. ; Pamela Aronson, « The dynamics and causes of gender and feminist consciousness and feminist (...)

4Pourtant, dès les années 1960, les femmes ont commencé à être reconnues comme des agentes politiques capables de transformer les structures sociales, principalement à partir du militantisme féministe6. Même si, plus récemment, des spécialistes des questions de genre et des théories féministes ont montré la pertinence d’introduire une perspective de genre dans l’étude des mouvements sociaux7, celle-ci reste relativement absente dans les études sur la subjectivation politique des femmes migrantes et le transnationalisme politique.

  • 8 Jaqueline Adams, « Gender and social movement decline : Shantytown women and the prodemocracy movem (...)

5Le but de cet article est d’utiliser des outils d’analyse provenant de la littérature sur les mouvements sociaux afin de mieux comprendre comment les femmes mexicaines migrantes habitant en France ont réussi à construire leur propre identité politique et à se positionner en tant qu’agentes politiques transnationales. Comme l’ont mis en évidence les études précédentes8, les mouvements politiques organisés par les femmes migrantes ne se limitent pas aux mouvements féministes ni aux mouvements sociaux de défense des droits des migrants.

  • 9 Dans le cadre de l’étude, 41 entretiens semi-structurés ont été menés avec des militants mexicains. (...)

6Les données présentées dans cet article font partie d’une étude ethnographique qui a été réalisée à Bruxelles et à Paris pendant 26 mois entre 2014 et 2018 en vue d’étudier la participation politique de la communauté migrante mexicaine dans les deux villes9. Centré sur les activités politiques organisées par les femmes mexicaines à Paris, cet article montre comment les pratiques militantes participent à la subjectivation d’actrices multi-situées. Car l’identité collective transnationale des femmes migrantes est étroitement ancrée dans leurs expériences au sein de plusieurs espaces sociopolitiques et géographiques.

Mouvements sociaux, genre et subjectivation politique

  • 10 Lafleur, Calderón Chelius, op. cit. ; Laura Morales, Katia Pilati, « The political transnationalism (...)
  • 11 Comme le soulignent Bermúdez, op. cit. et Marie Godin, « Theatre and photography as new contentious (...)
  • 12 Lafleur, Calderón, op. cit. ; Guarnizo, Portes, Haller, op. cit.
  • 13 Geoffrey Pleyers, Movimientos sociales en el siglo XXI, Buenos Aires, Clacso, 2018.

7La plupart des études sur la participation politique des populations migrantes s’intéressent à l’identification des opportunités politiques, des ressources disponibles, et à l’adaptation des idéologies collectives et des cadres d’action dans les pays d’accueil et d’origine10. Toutefois, ces études présentent trois limites. Premièrement, elles ne mettent pas toujours suffisamment l’accent sur les différences de sexe, de classe et d’ethnie11 ; deuxièmement, elles se limitent essentiellement à l’étude des pratiques politiques formelles et institutionnelles12 ; troisièmement, elles n’ont pas systématiquement intégré les théories de la subjectivation développées dans les études de l’alter-activisme13.

  • 14 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008 ; Michel Wieviorka, « Du c (...)
  • 15 Danilo Martuccelli, « Les trois voies de l’individu sociologique », in EspacesTemps.net, Works, 200 (...)

8La subjectivation politique est un concept qui a été largement mobilisé dans la sociologie française pour étudier le rôle de l’individu dans la formation des nouveaux mouvements sociaux14. Bien qu’il existe plusieurs définitions du concept, cet article considère que la subjectivation est la capacité d’un individu à déterminer son identité et sa participation politique. À son tour, la subjectivation politique dépend de processus d’autoréflexion importants, où l’individu analyse ses expériences et cherche à s’émanciper des normes établies par le système politique dominant15.

  • 16 Pleyers, op. cit.
  • 17 Pleyers, Capitaine, op. cit. ; Pleyers, op. cit.
  • 18 Pleyers, op. cit.

9Les théories de la subjectivation développées dans l’étude de mouvements alter-militants proposent de se concentrer sur l’individu afin de comprendre les motivations, la dynamique et l’organisation des mouvements sociaux contemporains. En effet, ces études montrent que les mouvements du XXIe siècle se caractérisent de plus en plus par leur caractère décentralisé et alternatif16. Les études les plus récentes sur les mobilisations politiques au Mexique, en Turquie, en Espagne, au Liban et au Brésil17 soulignent la préférence des militants pour les mouvements sociaux en accord avec leurs valeurs personnelles, ainsi que pour des stratégies de mobilisation originales incluant des espaces de socialisation et d’échange libre18.

  • 19 Adams, op. cit. ; Verta Taylor, « Gender and social movements. Gender processes in women’s self-hel (...)
  • 20 Adams, op. cit. ; Taylor, op. cit.

10Cependant, comme le montrent les études sur le militantisme féministe19, tous les individus ne sont pas confrontés de la même façon aux structures dominantes du patriarcat. En effet, il existe une hiérarchie des sexes dans la politique contemporaine qui encourage la formation de systèmes d’interaction sociaux, structurels et culturels inégaux qui dévalorisent les femmes et exacerbent la domination masculine dans la société20.

11La subjectivation est donc un concept bien adapté pour mieux comprendre la dimension du genre dans l’étude des mouvements politiques transnationaux. En se concentrant sur les processus individuels de subjectivation des femmes migrantes, il est possible d’identifier que chacune est sensible à des questions différentes, puisque chacune a ses propres expériences et critères qui définissent ses identités et ses luttes politiques.

  • 21 Soraya Chemaly, Rage Becomes Her : The Power of Women’s Anger, New York, Atria Paperback, 2018.
  • 22 Pleyers, op. cit.

12Les processus de subjectivation des femmes (migrantes et non migrantes) méritent plus d’attention que les processus de subjectivation des hommes pour une raison simple : il n’y a actuellement aucune équité entre les sexes en Occident21. Les acteurs sociaux et institutionnels ne traitent pas les deux sexes sur un pied d’égalité, de sorte que les expériences et les souvenirs des femmes sont intrinsèquement affectés par le poids du système patriarcal. En bref, les processus individuels de subjectivation masculine impliquent l’autoréflexion et l’émancipation des structures dominantes telles que le néolibéralisme ou l’injustice sociale22, tandis que les processus de subjectivation des femmes comprennent des processus complémentaires de réflexion à travers lesquels elles remettent en question les normes établies et nourries par les systèmes patriarcaux occidentaux.

13Dans le cas particulier des femmes mexicaines en France, il convient de noter que leurs processus individuels de subjectivation et d’émancipation sont affectés par les structures patriarcales mexicaines et françaises. Par conséquent, ces femmes ont dû s’adapter et remettre en question les codes sociaux et structurels de deux États différents : leur pays d’origine et leur pays de résidence.

Mobilisation politique et pratiques artistiques

  • 23 Edward J. McCaughan, « Gender, sexuality, and nation in the art of mexican social movement », in Vi (...)
  • 24 Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, t. II, Paris, Gallimard, 1949.

14Au Mexique comme dans d’autres pays, l’art a servi de stratégie de soulèvement contre les discours dominants et répressifs. À partir d’une analyse historique de l’implication des artistes dans les mouvements sociaux mexicains, Edward J. McCaughan23 montre qu’à travers l’art les militants mexicains ont réussi à remettre en question les structures culturelles et politiques hégémoniques, hétéronormatives et machistes. Simone de Beauvoir24 disait déjà que les femmes artistes ont la possibilité de s’exprimer plus librement que les autres femmes. D’ailleurs, l’art a historiquement permis aux artistes de se libérer et de créer des mouvements alternatifs aux discours hégémoniques.

15Dans mon travail de terrain, j’ai pu à mon tour observer qu’à travers l’art les migrantes mexicaines ont réussi à remettre en question les discours mexicains et européens dominants et à développer des projets personnels où elles ont exprimé à la fois leurs émotions et leurs réflexions politiques. Par exemple, pour dénoncer la violence et les disparitions forcées, des femmes ont fondé un groupe de brodeuses. Plusieurs fois par an, elles invitent la communauté mexicaine et leurs amis français ou d’autres nationalités à broder les noms des disparus au Mexique. Ces séances de broderie sont intéressantes pour leur subjectivation parce que, lors de ces sessions, elles expriment librement leurs préoccupations concernant la crise de sécurité au Mexique. De même, lors de ces séances, les femmes construisent une identité collective transnationale. Ces moments créatifs et libres sont une voie pour canaliser leurs sentiments de tristesse, de colère et de frustration générés par la lecture des nouvelles relatives à la violence, l’impunité et l’injustice dans leur pays d’origine.

16Pour Claudia, une Mexicaine qui vit à Paris depuis plus de vingt ans, la broderie est une activité « cathartique » qui lui permet de guérir progressivement la douleur causée la violence structurelle au Mexique (entretien, 6 mars 2018). Elle considère que le plus important est de sensibiliser les gens aux injustices commises au Mexique par la création de stratégies de mobilisation originales qui incitent à la réflexion.

17De même, elle apprécie les particularités de la broderie en tant que stratégie de mobilisation, car il s’agit d’une activité pacifique qui peut être organisée de manière plus spontanée et discrète. Une fois que les broderies sont terminées, les brodeuses les montrent dans des lieux publics ou dans des manifestations pour attirer l’attention des passants européens et les sensibiliser aux questions politiques mexicaines, et pour rendre hommage aux victimes.

18En plus de la broderie, Claudia a pu réécrire les paroles d’une célèbre berceuse latino-américaine pour dénoncer l’incapacité des autorités mexicaines, notamment pour le cas de la crèche ABC qui a pris feu en 2009 pour cause de négligences et de corruption et où 49 enfants ont péri. Lors d’un rassemblement politique à Paris, une autre Mexicaine a pu chanter les paroles originales pour rendre hommage aux enfants et inciter le public à continuer à s’engager politiquement : « Dors, dors mon cœur que ta mère ne t’oublie pas. Dors, dors, petite fille, ton père ne t’oubliera pas. Il va exiger justice pour vous. Cela préservera la mémoire pour vous. Et si le cri amer vient, votre sourire vient et emporte la tristesse. Dormez bébés, votre mémoire est notre force. Dormez bébés. Il se bat pour son petit garçon. Il se bat oui. » (Traduction du texte original en espagnol, entretien, 6 mars 2018).

19Les militantes mexicaines ont appris à s’adapter au contexte et aux normes européennes pour développer leurs propres stratégies artistiques de mobilisation qui incitent à la réflexion critique de leur public. En se basant sur leurs processus individuels de subjectivation et sur leurs capacités artistiques, les militantes mexicaines ont réussi à exprimer leurs frustrations et leurs revendications politiques de façon créative. En retour, elles sont parvenues à créer un espace de dialogue libre capable de sensibiliser les populations européennes et mexicaines vivant en Europe à ce qui se passe au Mexique.

Mouvements communautaires et solidaires

  • 25 Pleyers, op. cit.

20Outre l’organisation d’événements culturels et artistiques, les femmes mexicaines ont mis en place à Paris des initiatives communautaires et des projets de solidarité avec l’aide de leurs contacts personnels. En général, ces contacts, qu’ils soient eux-mêmes des militants locaux ou des immigrés, sont essentiels pour l’organisation des mouvements communautaires, car eux-mêmes disposent de plus de ressources et servent de réseaux de soutien pour les militantes mexicaines. De plus, la nature informelle des mouvements communautaires permet à différentes personnes de se joindre à toute sorte d’initiatives à leur propre rythme et de manière ponctuelle, et ainsi devenir des alliés. Ce sont justement ces critères qui caractérisent les mouvements altermondialistes25.

21Sandra est une danseuse et cinéaste qui a décidé de s’installer à Paris en 2018 en partie à cause de la violence et de l’insécurité qui touchent le Mexique, néanmoins, même depuis l’étranger, elle est consciente qu’elle peut s’engager politiquement pour essayer d’améliorer la situation dans son pays origine à son propre rythme et pas ses propres mobilisations : « Je pense que tout ce que je fais a un rapport avec le Mexique. Mais j’ai le sentiment que je peux aider davantage depuis l’étranger et aider avec des actions très spécifiques. En vivant là-bas, j’étais impliquée dans beaucoup plus de choses mais finalement je me suis rendu compte que je n’ai pas la force de vivre tout ça tous les jours. J’ai beaucoup trop d’empathie. Je sens beaucoup la douleur des autres et ce n’est pas bien pour moi. C’est en fait la raison pour laquelle je suis partie. C’était pour sortir de cette douleur, je connais cette violence. Parce qu’il n’était pas utile d’être là-bas. C’est pour cela que je suis venue ici, pour me retrouver moi-même, pour reprendre des forces et recommencer à travailler. Finalement, c’est triste car j’ai dû créer une frontière avec mon propre pays pour me sentir enfin pleine. » (Entretien, 9 mars 2018).

22Les expériences de vie au Mexique et ses perceptions sur l’insécurité ont influencé la subjectivation politique de Sandra qui, même en habitant à Paris, reste préoccupée par les questions politiques de son pays d’origine. Tant au Mexique qu’en France, elle a participé à différentes manifestations politiques et féministes. L’expérience migratoire de Sandra lui permet d’analyser le féminisme à partir de deux perspectives, celle de son lieu d’origine et celle de son lieu de résidence : « Par exemple, hier, lors de la marche féministe ici à Paris, j’ai été un peu déçue. Il est très intéressant de voir les différences. Pour commencer, lors des marches au Mexique, on défend notre vie. Notre vie est en jeu. […] Ici, nous ne marchons pas pour notre vie, mais pour obtenir plus d’avantages, pour conserver nos bénéfices ou pour avoir plus de libertés. » (Entretien, 9 mars 2018).

  • 26 Les assistants électoraux sont les personnes qui aident les Mexicains à l’étranger à s’enregistrer (...)

23Dans un effort pour soutenir les causes féministes et politiques mexicaines depuis l’étranger, Sandra a décidé de soutenir Marichuy, la candidate indépendante indigène d’origine nahual pour les élections présidentielles de 2018 au Mexique : « En fait, je voulais juste signer, alors j’ai cherché des assistants électoraux mexicains à Paris26. Pour commencer, je voulais signer parce que j’ai toujours eu conscience qu’elle n’était pas juste une candidate à la présidence. Pour moi, elle était un moyen de faire passer le message que nous existons tous. Pour moi, ma signature était importante et j’ai donc cherché des assistants à Paris. Juste au moment où je voulais signer, les deux venaient de partir et il n’y en avait plus, mais ils m’ont proposé de devenir moi-même une assistante, j’étais ravie. C’était un acte plutôt impulsif et j’ai décidé d’en faire un événement […]. J’ai juste cherché l’endroit et j’ai tout organisé ici. C’était assez rapide. Je pense que ce sont les petits événements qui sont importants, précisément pour comprendre un peu plus la politique et en particulier pour comprendre cette candidature et le processus derrière cette candidature indépendante. Comprendre qu’il y a beaucoup de gens qui sont d’accord avec Marichuy et qui soutiennent ce besoin de changement et d’inclusion. » (Entretien, 9 mars 2018). Au lieu de renoncer à participer aux élections, Sandra a décidé de remplir elle-même le rôle d’assistant électoral devenu vacant, ce qui l’a amenée à organiser un événement de soutien pour les migrants mexicains vivant à Paris. Ainsi, la militante a réussi à naviguer dans les normes sociopolitiques mexicaines depuis l’étranger pour promouvoir au sein de la communauté mexicaine les valeurs d’inclusion et d’égalité de genre que représente la candidature de Marichuy en tant que femme et indigène. Son interrogation sur les différences politiques et sociales entre les pays en développement et les pays plus développés contribue ainsi à la transformation de son identité politique.

24Cet exemple de subjectivation politique illustre la manière dont les militantes mexicaines utilisent leurs ressources et leurs réseaux afin d’exprimer leur identité politique en remettant en question les canons sociaux et politiques du Mexique et les inégalités de genre et de la violence systémique de son pays d’origine.

Création d’organisations de la société civile

25Une autre stratégie de mobilisation politique développée par les militantes mexicaines habitant à Paris consiste à créer leurs propres associations. Cette forme d’activisme est plus formelle et met en évidence la capacité des femmes mexicaines migrantes à s’adapter aux structures politiques européennes.

26Aurora est une femme mexicaine arrivée en France depuis 2008 et qui est intéressée par la politique de son pays d’origine depuis l’âge de 15 ans. En France, elle a continué à s’informer sur les enjeux politiques de son pays d’origine et s’est toujours sentie concernée par le niveau de violence et d’inégalité sociale au Mexique : « Il y a beaucoup d’histoires d’horreur : les disparus, les féminicides… plus que jamais. Je lisais récemment que chaque jour, sept femmes sont assassinées. C’est incroyable ! Impressionnant ! Je ne trouve même pas mes mots pour expliquer ce qui se passe. Comme l’indique la campagne d’Amnesty International : ce n’est pas normal. Ce n’est pas normal. Dès que tu comprends que ce n’est pas normal que des jeunes soient massacrés, que des femmes soient tuées ou des filles violées… Du moment où on se rend compte que ceci n’est pas un film d’Hollywood mais la réalité. Regarder des mères qui cherchent ses enfants dans des fosses clandestines. À ce moment, il n’y a pas de retour en arrière. Soit tu réagis, soit tu deviens complice. Il faut réagir depuis là où on est. Soit ici, soit là-bas. » (Entretien, 27 avril 2018).

27Pour Aurora, ses valeurs politiques et son obligation morale de dénoncer les injustices dans son pays d’origine constituent son identité et sa motivation pour s’engager politiquement depuis l’étranger. Après avoir assisté à plusieurs évènements politiques organisés par d’autres Mexicains et après avoir analysé les normes politiques et sociales en France, elle a pris l’initiative de fonder et d’enregistrer sa propre association afin d’avoir une plus grande légitimité et visibilité avec ses alliées en France.

28Selon plusieurs des militants mexicains à Paris, être reconnu comme une organisation est important pour établir des relations avec les autorités et les acteurs français, par exemple lors de la demande d’un permis pour organiser des rassemblements publics ou collecter des fonds pour soutenir des causes sociales.

29L’organisation fondée par Aurora a pour principal objectif de soutenir le développement des communautés marginalisées au Mexique : « En fait, la raison d’être de l’organisation est de lutter contre l’extrême pauvreté, les droits humains universels et pour l’émancipation des femmes les plus défavorisées. Ce que nous essayons de soutenir en ce moment est un collectif de femmes mazahuas dans l’État de Mexico. Ce sont des brodeuses et nous voulons leur donner du matériel pour qu’elles puissent démarrer leur collectif et ainsi apprendre à être autonomes. Notre organisation cherche à leur fournir le matériel nécessaire pour qu’elles puissent, à moyen terme, avoir un emploi stable. » (Entretien, 27 avril 2018).

30Aurora est consciente qu’au Mexique les communautés défavorisées n’ont pas accès à des emplois formels et que les femmes indigènes sont exposées à de multiples processus de discrimination et d’exclusion dans la société mexicaine. Par conséquent, son organisation cherche à aider au développement économique et à l’émancipation des femmes indigènes dans son pays d’origine. Elle a donc choisi de constituer une organisation civile à Paris afin d’assurer une transparence dans la collecte de fonds et de formaliser la relation transnationale entre les Mexicains à Paris, les donateurs et les femmes au Mexique.

31Les processus de subjectivation politique s’effectuent ainsi à plusieurs niveaux au travers de la fondation d’une association en France. Tout d’abord, cette militante devient un élément moteur qui amène d’autres Mexicains à s’engager politiquement et des alliés locaux à soutenir financièrement ses initiatives de développement. Ensuite, en tant que femme migrante et actrice politique, elle s’affranchit des contraintes patriarcales qui relèguent les femmes à des positions subalternes. Enfin, elle stimule le potentiel d’autres femmes en tant qu’agentes sociales, économiques et politiques capables de s’émanciper économiquement.

Conclusion

32L’étude du transnationalisme politique à partir du concept de subjectivation permet d’appréhender en particulier la dimension du genre et de mieux comprendre le rôle de l’individu dans la création de mouvements sociaux transnationaux.

33Cet article a présenté différentes initiatives de mobilisation politique organisées par des migrantes mexicaines en France. Leurs réflexions et leurs analyses critiques des systèmes politiques dominants ont déclenché leurs processus de subjectivation politique. Ces derniers les ont conduites à organiser des activités politiques remettant en cause les structures patriarcales. Ainsi, les exemples analysés dans cet article montrent que les militantes mexicaines à l’étranger ont la capacité d’exploiter des ressources, de construire des alliances et de naviguer dans de multiples systèmes politiques pour atteindre leurs propres objectifs. Construite dans une perspective transnationale, leur identité politique est influencée par leurs expériences à la fois au Mexique et à l’étranger. Sur les deux continents, des inégalités structurelles entre les sexes existent et imprègnent les relations sociales et la reconnaissance des femmes en tant que sujets politiques. Les militantes mexicaines ont analysé leurs expériences politiques dans au moins deux pays afin de créer des initiatives originales qui convoquent et favorisent le changement politique et social. Loin des canons politiques patriarcaux, les militantes migrantes ne remettent pas seulement en question les discours dominants, mais créent également des formes alternatives de pratiques politiques en s’éloignant des institutions étatiques.

Haut de page

Notes

1 Le 26 septembre 2014, 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa ont été enlevés, puis ont disparu dans l’État de Guerrero au Mexique.

2 Heather McKee Hurwitz, Verta Taylor, « Women occupying Wall Street : Gender conflict and feminist mobilization », in Holly J. McCammon, Lee Ann Banaszak (dir.), 100 Years of the Nineteenth Amendment : An Appraisal of Women’s Political Activism, Oxford, Oxford University Press, 2018, pp. 1-25.

3 Charles Tilly, Sidney Tarrow, Contentious Politics, Boulder, Paradigm Publishers, 2006 ; Dough McAdam, John D. McCarthy, Mayer N. Zald, Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures and Cultural Framing, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

4 Luis Eduardo Guarnizo, Ali R. Chaudhary, « Determinants of transnational political engagement among Dominican and Colombian migrants in Southern Europe », in Working Papers, n° 82, Oxford, IMI, University of Oxford, 2014 ; Luis Eduardo Guarnizo, Alejandro Portes, William Haller, « Assimilation and transnationalism : Determinants of transnational political action among contemporary migrants », in American Journal of Sociology, vol. 108, n° 6, 2003, pp. 1211-1248.

5 Jean-Michel Lafleur, Leticia Calderón Chelius, « Assessing emigrant participation in home country elections : The case of Mexico’s 2006 presidential election », in International Migration, vol. 49, n° 3, 2011, pp. 99-124.

6 McKee Hurwitz, Taylor, op. cit.

7 Ibid. ; Pamela Aronson, « The dynamics and causes of gender and feminist consciousness and feminist identities », in Holly J. McCammon, Verta Taylor, Jo Reger, Rachel L. Einwohner (dir.), The Oxford Handbook of U.S. Women’s Social Movement Activism, Oxford, Oxford University Press, 2017, pp. 1-22 ; Anastasia Bermúdez, International Migration, Transnational Politics and Conflict : The Gendered Experiences of Colombian Migrants in Europe, Londres, Palgrave Macmillan, 2016.

8 Jaqueline Adams, « Gender and social movement decline : Shantytown women and the prodemocracy movement in Pinochet’s Chile », in Journal of Contemporary Ethnography, vol. 31, n° 3, 2002, pp. 285-322 ; Mary Pardo, « Latinas in U.S. social movements », in McCammon et al., op. cit. ; Davide Però, « Political engagement of Latin Americans in the UK : Issues, strategies, and the public debate », in Focaal, n° 51, 2008, pp. 73-90.

9 Dans le cadre de l’étude, 41 entretiens semi-structurés ont été menés avec des militants mexicains. La phase de collecte de données a également inclus l’observation de 55 actions politiques tels que des événements culturels, des manifestations, des collectes de signatures, etc. Cet article se focalise sur les 9 entretiens conduits avec des militantes mexicaines en France et sur 20 événements observés à Paris. Toutes les femmes qui ont participé ont donné leur accord oral lors des entretiens mais des pseudonymes sont utilisés afin de protéger leur identité.

10 Lafleur, Calderón Chelius, op. cit. ; Laura Morales, Katia Pilati, « The political transnationalism of Ecuadorians in Barcelona, Madrid and Milan : The role of individual resources, organizational engagement and the political context », in Global Networks, vol. 14, n° 1, 2014, pp. 80-102 ; Però, op. cit.

11 Comme le soulignent Bermúdez, op. cit. et Marie Godin, « Theatre and photography as new contentious repertoires of congolese women in the diaspora towards another politics of representation of rape », in African Diaspora, vol. 9, n° 1-2, 2016, pp. 101-127.

12 Lafleur, Calderón, op. cit. ; Guarnizo, Portes, Haller, op. cit.

13 Geoffrey Pleyers, Movimientos sociales en el siglo XXI, Buenos Aires, Clacso, 2018.

14 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008 ; Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », in FMSH Working Papers, n° 16, 2012, pp. 1-14 ; Geoffrey Pleyers, Brieg Capitaine (dir.), Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur, Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2016.

15 Danilo Martuccelli, « Les trois voies de l’individu sociologique », in EspacesTemps.net, Works, 2005. URL : https://www.espacestemps.net/articles/trois-voies-individu-sociologique/?output=pdf; Paola Rebughini, « Subject, subjectivity, subjectivation », in Sociopedia.isa, 2014, URL : https://www.isaportal.org/resources/resource/subject-subjectivity-subjectivation/.

16 Pleyers, op. cit.

17 Pleyers, Capitaine, op. cit. ; Pleyers, op. cit.

18 Pleyers, op. cit.

19 Adams, op. cit. ; Verta Taylor, « Gender and social movements. Gender processes in women’s self-help movements », in Gender and Society, vol. 13, n° 1, 1999, pp. 8-33 ; McKee Hurwitz, Taylor, op. cit. ; Aronson, op. cit.

20 Adams, op. cit. ; Taylor, op. cit.

21 Soraya Chemaly, Rage Becomes Her : The Power of Women’s Anger, New York, Atria Paperback, 2018.

22 Pleyers, op. cit.

23 Edward J. McCaughan, « Gender, sexuality, and nation in the art of mexican social movement », in Views from South 3.1., Durham, Duke University Press, 2002, pp. 99-143.

24 Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, t. II, Paris, Gallimard, 1949.

25 Pleyers, op. cit.

26 Les assistants électoraux sont les personnes qui aident les Mexicains à l’étranger à s’enregistrer formellement sur les listes électorales pour pouvoir voter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larisa Lara-Guerrero, « La mobilisation politique des femmes mexicaines à Paris »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 85-91.

Référence électronique

Larisa Lara-Guerrero, « La mobilisation politique des femmes mexicaines à Paris »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11817

Haut de page

Auteur

Larisa Lara-Guerrero

Doctorante à l’université de Paris et à l’université de Liège et fellow à l’Institut Convergences Migrations.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search