Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Le Point SurUne cage de rouille et d’or

Le Point Sur

Une cage de rouille et d’or

Eloisa Taméz, le mur et les luttes contre la militarisation de la région frontalière américano-mexicaine
Josselyn Guillarmou
p. 93-99

Résumé

Dans le lieu-dit d’El Calaboz, au sud du Texas, en avril 2009, le département de la sécurité intérieure des États-Unis a fait construire, à l’arrière de la maison d’Eloisa Taméz, l’une des vingt parcelles du mur frontalier érigé dans la vallée du Rio Grande. Surnommée « la cage dorée », cette région située face au Mexique se caractérise par une pauvreté extrême et une militarisation du quotidien. Eloisa est devenue malgré elle une figure reconnue de la résistance communautaire contre le mur dont la construction était un enjeu central de la campagne électorale de Donald Trump en 2016. Dans la perspective des élections présidentielles de novembre 2020, de nouvelles barrières frontalières sont érigées à la hâte et la résistance continue.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’un travail de recherche débuté en 2015 à l’université du Québec à Montréal sous la supervision d’Élisabeth Vallet et de Charles-Philippe David et complété par un travail de terrain et d’entrevues avec plusieurs résident ;e.s frontalier.ère.s de la vallée du Rio Grande au printemps 2016. La recherche a été publiée en avril 2017 sous la forme d’un mémoire de maîtrise intitulé « De la cage dorée à la cage rouillée : le processus d’internalisation de la frontière dans la Rio Grande Valley au Texas ». Elle a été récompensée par la médaille d’or du gouverneur général du Canada en 2017

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’émergence de structures mobilisatrices contre les murs
Une conscience politique, féministe et frontalière revendiquée
Un partage inégal des compensations
De Donald Trump à la crise humanitaire permanente
Une lutte sans fin dans l’ombre du mur

Aperçu du texte

« Docteure Taméz ? » Son nom flotte quelques secondes dans le combiné avant qu’Eloisa ne réponde. Il fait chaud en cette fin du mois d’août 2007 dans la vallée du Rio Grande. À l’autre bout du fil, un homme de la U.S. Border Patrol, l’agence de surveillance des frontières aux États-Unis. Ou bien s’agit-il du représentant d’une autre agence gouvernementale ? Eloisa ne comprend pas. Assise à son bureau de l’université du Texas à Brownsville, la professeure en infirmerie, retraitée de l’armée américaine et militante pour les droits des communautés autochtones écoute. L’homme est direct, peu subtil. Du fait de l’adoption de la Secure Fence Act en 2006, un mur de 1 125 kilomètres va être construit le long de la frontière. La propriété d’Eloisa se trouve sur le tracé envisagé de la barrière et le gouvernement américain souhaite obtenir son autorisation pour entreprendre rapidement des relevés topographiques.

Eloisa Taméz a grandi et vit dans le lieu-dit d’El Calaboz, situé à quelques kilom...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josselyn Guillarmou, « Une cage de rouille et d’or »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 93-99.

Référence électronique

Josselyn Guillarmou, « Une cage de rouille et d’or »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11826

Haut de page

Auteur

Josselyn Guillarmou

Journaliste indépendant et chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques (Montréal).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search