Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Au MuséeCollectionsGhazel : identités imparfaites

Au Musée
Collections

Ghazel : identités imparfaites

Entretien avec Ghazel
Isabelle Renard
p. 161-169

Résumé

Née à Téhéran en 1966, Ghazel quitte l’Iran en 1986 pour venir étudier en France. « Nomade hybride » comme elle s’est longtemps qualifiée, elle se considère davantage aujourd’hui comme une artiste en « transit permanent ». Son œuvre examine les questions de déracinement, d’appartenance et d’hybridité. Les notions de migrations contemporaines, de circulations, mais aussi la guerre et ses effets irriguent sa démarche. En « suspension entre deux mondes », chacun « tenant lieu de référence et de maison », Ghazel explore son identité multiple tout en réinventant son univers. « Je suis une “étrangère” dans ces deux mondes – l’Occident et l’Iran – et c’est mon monde à moi que je révèle. »1. Ghazel a participé à de nombreuses manifestations internationales telles que la 50e Biennale de Venise (2003), la 8e Biennale de La Havane (2003), la 3e Biennale de Tirana (2005), la 7e Biennale de Sharjah (2005), la 15e Biennale de Sydney (2006), la 14e Biennale Donna à Ferrare (2010) et la 13e Biennale de La Havane (2019). Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques : Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris (France), Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig (Mumok), Vienne (Autriche), Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), Paris (France). En 2018, elle est nommée au grade de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture français. Ghazel choisit le Musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, pour recevoir sa décoration.

Haut de page

Notes de la rédaction

« Mon travail questionne de façon obsessionnelle l’autre, le déracinement, les migrations contemporaines, l’appartenance, les effets de la guerre et mes identités multiples, imparfaites. » Ghazel.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Isabelle Renard : Tu es née à Téhéran en 1966 et, à l’âge de 19 ans, tu décides de venir en France où tu poursuis d’abord des études de cinéma à l’université Paul-Valéry Montpellier avant d’intégrer l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes en 1988. Quelles sont les raisons de ce choix ? Pourquoi la France ?

Ghazel : J’ai tout d’abord commencé par 4 mois à la faculté en Iran pour suivre, entre autres, des cours de photographie, mais j’ai vite craqué. C’était pendant la guerre Iran-Irak. L’ambiance était terrible et je ne la supportais pas. J’étais effectivement anglophone et mon français était très basique, mais je ne voulais pas aller aux États-Unis, ni en Angleterre. C’était plutôt la France ou l’Italie. Venir en France était plus simple car je pouvais passer un examen à l’ambassade, faire des démarches pour entrer à l’université et obtenir un visa d’étudiant. Et puis mon choix était aussi artistique car, au début, je voulais être architecte. J’ai été acceptée à l’université Paul-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Renard, « Ghazel : identités imparfaites »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 161-169.

Référence électronique

Isabelle Renard, « Ghazel : identités imparfaites »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11847

Haut de page

Auteur

Isabelle Renard

Cheffe du service des collections et des expositions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search