Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Au MuséeLittératureLa rentrée littéraire au féminin

Au Musée
Littérature

La rentrée littéraire au féminin

Marie Poinsot
p. 186-187

Texte intégral

1Malgré la crise sanitaire, la sélection de la rentrée littéraire menée par la Médiathèque Abdelmalek Sayad pour le prix littéraire de la Porte Dorée s’avère très fructueuse. Sur la trentaine des romans publiés en septembre 2020 dont la thématique de l’exil ou des migrations humaines les autorise à être nominés pour le prix du Musée, la moitié ont un lien direct avec l’expérience féminine des mobilités. Signe que les femmes s’affirment dans l’univers des lettres et suscitent des imaginaires tout aussi puissant que ceux des migrations masculines.

Des premiers romans

2Une majorité des romans sont écrits par des écrivaines. La part des premiers romans est encourageante. Dans La femme qui reste (éd. Les escales), Anne de Richas évoque l’exil forcé des étudiants de l’école du Bauhaus à Dessau à l’arrivée du nazisme, à l’exception de Clara qui choisit de rester. Le jeune Ethan découvre le destin familial de madame Janik, sa voisine à New-York, arrivée de Pologne en 1913 dans Le fil rompu de Céline Spierer (éd. Héloïse d’Ormesson). Dima Abdallah publie un récit à deux voix, Mauvaises herbes (éd. Sabine Wespieser), celles du père et de sa fille, palestiniens réfugiés à Beyrouth en pleine guerre civile, qui dialoguent sur leur vie après leur séparation ; la fille ayant quitté à 12 ans son père pour s’installer à Paris. Encore un premier roman, celui de Fatima Daas, La petite dernière (éd. Noir sur Blanc), raconte sa vie oppressante à Clichy-sous-Bois dans une famille algérienne et musulmane pratiquante dont elle s’émancipe pour mener à bien ses études littéraires et ses désirs jugés tabous.

Des épopées vécues par les femmes

3D’autres auteures partent sur les pas de nouvelles épopées humaines. Dans Ulysse a dit… de Mona Azzam (éd. La Trace), on croise la route de Maïmouna, cette adolescente malienne de 13 ans en voyage vers la France. Les enfants d’Ulysse de Carole Declercq (éd. La Trace) nous plonge dans l’univers de Feriel, une petite afghane qui tente de rejoindre l’Autriche avec son frère. Dans Le tailleur de Relizane (éd. Stock), Olivia Elkaim porte un regard rétrospectif sur l’histoire des siens, l’exil de ses grands-parents, Viviane et Marcel, dans la fuite chaotique due à la guerre et leur arrachement de l’Algérie natale. D’autres écrivaines explorent les filiations générationnelles contrariées entre une mère et ses enfants, mobilisés par une recherche intime et intranquille des récits familiaux qui n’ont pas été transmis. Faïza Guene développe dans La Discrétion (éd. Plon) un dialogue entre Yamina, cette mère d’origine algérienne si discrète sur son parcours douloureux de femme, ses trois filles et son fils, avec une narration qui donne à tous l’occasion de s’épancher. Dans Les roses fauves (éd. Gallimard) de Carole Martinez, Lola découvre avec surprise les non-dits d’Inès, son aïeule d’origine espagnole, qui étaient restés cachés dans des coussins décorés de cœurs. Même bouleversement dans ce récit intime de Sarah Chiche dans Saturne (éd. Le Seuil), ou l’écrivaine découvre la vie de son père, Harry, médecin juif en Algérie, mort dans sa petite enfance, et dont le deuil devient la raison de sa propre dépression. On attend également en novembre prochain la sortie du roman de Sandrine Charlemagne, La voix du Moloch, (éd. Velvet), qui nous mène sur les pas d’Alice, une jeune Franco- Algérienne qui fuit la compagnie de sa mère tombée dans la misère, en tentant de se forger une vie meilleure à Paris.

Les femmes comme figures centrales

4Enfin, plusieurs romans écrits par des écrivains évoquent des destins de femmes, à commencer par Metin Arditi, dans Rachel et les siens (éd. Grasset) : Rachel est née à Jaffa au début du XXe siècle dans une famille juive qui vit sous le même toit que des Arabes chrétiens, affrontant avec eux les deuils et les exils liés aux guerres qui se succèdent. Dans Une blouse serrée à la taille (éd. de Fallois), Gérald Sibleyras conte les tribulations d’une Berlinoise née en 1929 qui, après avoir décidé de fuir Berlin suite à la construction du Mur en direction de l’Autriche et de la France, revient dans son pays natal, rattrapée par la nostalgie du pays natal où elle est devenue une étrangère pour sa famille. En 1945, quand les Russes approchent de la Pologne, Erika Sattler, l’héroïne éponyme du roman de Hervé Bel (éd. Stock) fuit avec des millions d’autres Allemands et explore la banalité du mal de son point de vue féminin. Guillaume Poix propose un roman choral sur les exils féminins aux États-Unis, La d’où je viens a disparu (éd. Verticales), ceux de Litzy, femme de ménage salvadorienne, de Sarah, universitaire somalienne réfugiée avec sa nièce Angie, et de Marta, d’origine salvadorienne qui s’inquiète du sort de son fils Fabio parti sans nouvelles au Mexique. Il ne reste plus qu’à lire tout ce florilège de romans qui mettent les femmes à l’honneur dans leur expérience migratoire ou celle héritée de leurs ancêtres venus d’ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot, « La rentrée littéraire au féminin »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 186-187.

Référence électronique

Marie Poinsot, « La rentrée littéraire au féminin »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11856 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11856

Haut de page

Auteur

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search