Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Champs libresInitiativesHors d’atteinte, une maison d’édi...

Champs libres
Initiatives

Hors d’atteinte, une maison d’édition fondée par des femmes engagées

Entretien avec Marie Hermann, éditrice et co-fondatrice de Hors d’atteinte
Charlotte Perdriau
p. 206-209

Résumé

Fondée en 2018 et localisée à Marseille, la maison d’édition Hors d’atteinte, créée par Ingrid Balazard et Marie Hermann, a déjà une identité et une ligne éditoriale très fortes. Le Musée national de l’histoire de l’immigration a suivi attentivement la naissance de cette jeune structure et le développement de son catalogue. Le premier titre publié, Rue des pâquerettes de Mehdi Charef, premier tome d’une trilogie revenant sur l’enfance et la jeunesse de son auteur, dans les années 1960-1970, dans le bidonville de Nanterre, en cité de transit, puis en HLM, a été récompensé en juin 2020 par le Prix littéraire de la Porte Dorée. Marie Hermann, éditrice de 37 ans au parcours personnel déjà riche – en tant que responsable du domaine français au sein de deux maisons d’édition allemandes, puis directrice éditoriale chez Agone entre 2013 et 2017 –, revient dans cet entretien sur l’aventure de Hors d’atteinte depuis 2018.

Haut de page

Texte intégral

Hommes & Migrations : En quoi la publication de Rue des pâquerettes comme premier titre de votre catalogue représente un geste fort et un manifeste annonçant le projet éditorial à venir ?

Marie Hermann : J’avais republié le roman de Mehdi Charef, Le Harki de Meriem, chez Agone et nous avons commencé à construire des liens forts. Dès notre rencontre en 2016, Mehdi avait recommencé à écrire. Quand nous avons démarré le projet de Hors d’atteinte, Mehdi s’est tout de suite senti très responsable du sort de cette future maison d’édition et a accepté notre proposition de publier son texte en cours d’écriture. Il s’agissait d’une décision déterminante pour nous et, par cet engagement, il est devenu comme un parrain de notre maison d’édition.

Par ailleurs, ce livre est bien sûr un texte majeur. Il revient à l’origine d’une histoire qui reste très vive, encore aujourd’hui, qui est celle de l’immigration. Mehdi est arrivé en France en 1962 et a rapidement compris que sa famille ne rentrerait pas en Algérie. Il a su qu’il y aurait une deuxième, une troisième génération, que ce ne serait pas seulement une parenthèse dans l’histoire de la France, mais bel et bien une étape importante dans son histoire conjointe avec l’Algérie. Dès le moment où il s’est rendu compte que lui et ses parents vivraient leur vie en France, il a essayé de rendre cette prise de conscience la plus douce possible à ses parents, qui rêvaient encore d’un retour. Et il a aussi compris qu’il fallait raconter cette histoire et que, pour une fois, ce soit ceux qu’elle concernait directement qui l’écrivent. C’est ce que je trouve bouleversant avec ce livre. C’est une prise de parole de gens à qui on refuse souvent de s’exprimer et qui racontent eux-mêmes comment leur histoire est devenue l’Histoire. Une histoire qui concerne pourtant tous les habitants de ce pays. Et Mehdi utilise les outils de la littérature pour la décortiquer.

H&M : Dans quel contexte avez-vous décidé de créer votre maison d’édition ? Était-ce une aventure personnelle ou collective ?

M. H. : Ingrid Balazard et moi nous sommes rencontrées en partageant des locaux où nous travaillions pour des maisons d’édition différentes. En 2017, j’ai quitté Agone et nous avions l’envie commune de travailler sur des questions contemporaines. Ces dernières années, nous faisons face à des bouleversements de plus en plus difficiles à comprendre avec les outils que nous avons à notre disposition. Il est de plus en plus difficile, par exemple, de classer le personnel politique français quand le président se dit ni de droite ni de gauche, tout en menant une politique sans équivoque, qui ne dit jamais son nom, et que beaucoup de repères ont disparu. Le contexte international se transforme aussi profondément avec, par exemple, le retrait des États-Unis d’organisations internationales et la place grandissante de la Chine. Nous vivons des mouvements sociaux certes principalement occidentaux, mais immédiatement mondiaux, comme #metoo ou #blacklivesmatter. Et, par-dessus tout cela, l’urgence écologique, qui s’exprime notamment à travers la crise sanitaire inédite que nous traversons, nous oblige à concevoir différemment nos modèles économiques et notre rapport au vivant.

Même si cela reste marginal dans certains milieux, on voit monter la prise de conscience du lien qu’il y a entre les différentes dominations, entre le néolibéralisme et la colonisation, entre le féminisme et l’écologie. C’est aussi quelque chose dont il faut prendre acte.

Pour penser tout cela, il nous faut de nouveaux mots, de nouveaux outils… de nouveaux livres. En tant qu’éditrices, nous sommes en lien constant avec des gens qui créent du savoir et nous considérons comme notre responsabilité de le rendre accessible au plus grand nombre.

Enfin, ce qui nous réunit dans ce projet, c’est de toujours penser aux auteurs et aux lecteurs comme un ensemble. Notre site annonce : « Hors d’atteinte, comme ce qui ne peut être touché, saisi – ce qui est subtil et souple, indépendant et fugace ; mais aussi ce qu’on met à l’abri, dans un endroit inattaquable, inabordable. » Le nom d’une maison d’édition, c’est magique car on peut en faire évoluer la signification au fur et à mesure de son avancée et de la façon dont on perçoit ce que l’on fait. Au départ, il s’agissait de créer un espace où l’on puisse mettre les auteurs qu’on publie « à l’abri », leur permettre de s’exprimer comme ils le souhaitent. Mais c’est aussi devenu un endroit pour mettre les lecteurs en sécurité, qu’ils se sentent accueillis et bienvenus. Enfin, nous partageons l’idée bravache de défendre des idées qui nous semblent tellement légitimes que les attaques que l’on peut recevoir nous atteignent de moins en moins.

H&M : Quelles étaient les motivations ou les constats sur l’édition en France qui vous ont incitée à vous lancer dans la production éditoriale ? En tant que femme, diriez-vous que cette entreprise fut « un long fleuve tranquille » ou plutôt une « course d’obstacles » ? Quels types de difficultés ou de freins avez-vous rencontrés ? Quels étaient à l’inverse vos atouts et vos ressources en tant que femme ?

M. H. : Nous sommes jeunes pour répondre à cette question mais je dirais que la course d’obstacles a surtout eu lieu avant. Ingrid et moi avons chacune eu notre lot d’expériences malheureuses, douloureuses et violentes dans le monde de l’édition en tant que femmes. Comme beaucoup d’éditrices, c’est une des raisons qui nous ont amenées à créer notre propre maison. Nous voulions aussi être nous-mêmes hors d’atteinte !

Parmi nos atouts inestimables, il y a notre comité éditorial. C’est à la fois un endroit de débats, de discussions, de soutien, et un collectif qui nous renforce. Les ressources qu’il apporte sont précieuses, notamment dans l’accompagnement scientifique des livres publiés. Un autre atout est que nous travaillons toutes les deux dans l’édition depuis plus de dix ans, ce qui signifie que nous pouvons mobiliser des réseaux, des liens multiples, autant avec des personnes susceptibles d’écrire des livres que des personnes qui en vendent ou en parlent dans les médias.

H&M : Quelle est la ligne éditoriale de votre maison d’édition ? Sur les questions d’exil ou de migrations, avez-vous une sensibilité particulière et pourquoi ?

M. H. : L’exil et la migration ont effectivement une place centrale chez nous, mais comme d’autres domaines où des facteurs de domination s’exercent. La volonté qui fonde notre travail est d’aborder différents types d’oppression autrement. Nous voulons mettre en avant des outils de compréhension, de lutte, mais en gardant au cœur de notre réflexion des questions comme : qui s’exprime ? Comment et pour quel lecteur ? Qui donne la parole à qui et pour qui ? Qui légitime qui ?

H&M : Votre identité graphique est très frappante et reconnaissable. Chaque objet-livre est conçu avec grand soin et un niveau d’exigence assez rare. Quel rapport établissez-vous entre le livre comme objet et les contenus que vous éditez ? Êtes-vous aussi sensible au format, au graphisme et à la typographie de vos ouvrages ? Quelle image doivent-ils transmettre ?

M. H. : Dès le début, nous avons eu l’idée de deux collections en interdépendance et construites en miroir. Notre projet est bien de penser toutes les sciences humaines ensemble car nous sommes lassées de les voir séparées en domaines distincts où chacun a son pré carré et son domaine d’expertise. La véritable frontière intéressante et passionnante à nos yeux est celle qui se situe entre la fiction et la non-fiction. Chacun de ces deux domaines est nécessaire pour comprendre, imaginer, agir, espérer, sans que l’un soit moins important que l’autre.

Nous avons beaucoup travaillé avec notre graphiste à élaborer une charte qui resterait la même de livre en livre, avec des formes géométriques dont seules les couleurs changeraient. Mais nos essais sont devenus de plus en plus baroques et surchargés, et notre graphiste a mis fin à nos errances de façon radicale en proposant du noir pour la fiction, du blanc pour la non-fiction. On a quand même réussi à négocier de mettre des images ! Cela donne des couvertures sobres mais originales et reconnaissables, qui nous laissent très libres, avec une infinité de déclinaisons possibles. Elles nous demandent beaucoup de temps alors qu’on voulait régler la question une bonne fois pour toutes, mais tout le monde est content.

Aujourd’hui, il s’avère nécessaire de faire des efforts sur le marketing, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Notre modèle ultime, la maison d’édition Maspero, a traversé d’autres types de problèmes… Mais prendre la forme autant au sérieux que le fond devient finalement un signal fort : tout le monde a le droit d’avoir de belles choses, de beaux livres, en plus de livres intelligents. Nous nous adressons à tous, ce qui se voit par exemple dans nos quatrièmes de couverture : tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin au sujet traité, quels que soient leur distance avec lui, leur bagage préalable, leur « capital culturel », pour employer de grands mots, doivent se sentir bienvenus.

Nous voulons faire entendre des voix que l’on n’entend pas, et les faire lire à des gens qui ne lisent pas.

Et cela marche : Rue des pâquerettes de Mehdi Charef a été lu par des collégiens, des élèves de lycées techniques, qui ont fait des retours élogieux sur le texte, et nous avons pu vérifier l’importance qu’une voix comme celle-ci pouvait avoir pour les jeunes d’aujourd’hui. Pour le roman Cicatrices, nous avons reçu de nombreux témoignages, via les réseaux sociaux, de femmes qui se sentaient directement concernées par le sujet, par exemple elles-mêmes filles d’un père polygame et qui appréciaient de voir cette situation abordée de l’intérieur, sans sensationnalisme.

H&M : Il existe peu de réseaux de femmes écrivains, de femmes éditrices, de revues de femmes, etc. Pourquoi selon vous cette moindre organisation des échanges et des collaborations ? Les femmes ne misent-elles pas sur une approche plus collective de leur activité ? Sont-elles trop modestes pour se mettre davantage en avant ? Plus généralement, dans le domaine de la promotion et de la diffusion de leurs ouvrages, le fait d’être une femme est-il pénalisant ?

M. H. : Ce problème est très ancien : on nous a habituées à penser que s’aider les unes les autres était un comportement carriériste, voire malhonnête, dans la mesure où elle procédait de la manigance, de la manipulation, alors que les hommes n’ont aucun mal à se soutenir mutuellement. Je trouve qu’il est important de se poser des questions comme : « Est-ce que j’ai ma place ici ? », « Ne ferais-je pas mieux de la laisser à une autre femme, moins blanche, moins favorisée socialement ? » Il est aussi fondamental de nous mettre en réseaux, d’agir collectivement, et aussi de le dire, de le rendre visible. Une autrice allemande que j’admire, Karen Köhler, s’appuie sur trois principes de vie en tant que féministe : ne jamais acheter de livres écrits par des hommes (se les procurer par d’autres moyens), recommander des femmes à d’autres femmes, notamment dans le champ professionnel, et le dire à chacune pour qu’elles en prennent conscience, et dire à chaque femme qu’on trouve formidable qu’elle est formidable.

H&M : Quelle est, selon vous, l’image professionnelle des femmes dans le paysage éditorial d’aujourd’hui ? Ont-elles du mal percer dans un paysage relativement élitiste et machiste ?

M. H. : Le contexte de l’édition est particulier. C’est dur à dire, mais nous exerçons des métiers de plus en plus précaires, de moins en moins bien rémunérés et très invisibles. De plus en plus d’éditeurs écrivent leurs noms dans les livres, ce que je trouve important, mais le grand public ignore ce qu’est notre métier. C’est à nous de leur expliquer ce qu’on fait, pourquoi on existe et pourquoi il est important qu’on subsiste. Tous ces facteurs font qu’il y a beaucoup de femmes dans l’édition, mais surtout à des postes de petites mains. Pour autant, il est frappant de constater le nombre élevé d’éditrices ayant créé leurs maisons : Odile Jacob, Anne-Marie Métailié, Viviane Hamy, Sabine Wespieser… qui se sont installées dans la durée – mais pas forcément pour de bonnes raisons. Les auteurs visibles restent des hommes, et ce sont eux qui récupèrent la majeure partie du mérite et de la lumière médiatique. Notre rôle d’éditeurs est bien de mettre en avant les créateurs, mais c’est aussi pour cela qu’il n’est pas totalement refusé à des femmes d’exister et de perdurer dans ce domaine. En revanche, il est invraisemblablement difficile de s’installer durablement en tant qu’autrice dans le paysage éditorial, à part quelques exceptions comme Annie Ernaux. Globalement, on préfère les femmes écrivaines quand elles sont mortes, étrangères ou qui sortent un premier roman lors d’une rentrée littéraire. Il est très difficile pour les autres de garder de la crédibilité et de l’audience au long des années, et c’est bien sûr un des combats de notre maison d’édition.

Hors d’atteinte en quelques chiffres : dix titres sont parus entre janvier 2019 et octobre 2020, cinq titres sont à paraître pour le premier semestre 2021. Le projet est de publier huit à douze livres par an, avec frugalité et en gardant une haute exigence de qualité.

Hors d’atteinte en quelques mots : Indépendantes. Critiques. Féministes.

Fondées en 2018, les éditions Hors d’atteinte se donnent pour but de proposer de nouvelles grilles d’analyse d’un monde contemporain en pleine mutation, de donner de l’espoir à ceux qui luttent et d’offrir un espace à des voix inaudibles ailleurs. Féminisme, environnement, urbanisation, racisme, médias, populismes sont quelques-uns des thèmes abordés dans nos livres, dont beaucoup sont conçus comme des boîtes à outils. Composée de deux collections, Littératures (fiction) et Faits & idées (non-fiction), Hors d’atteinte croise les approches de la littérature et des sciences humaines (politique, sociologie, histoire, géographie, philosophie) pour décrire, comprendre le monde, mais aussi imaginer et préparer ce qu’il pourrait être. Hors d’atteinte est une maison d’édition féministe : loin de se limiter à ces thématiques voire à des autrices, elle applique ce souci, cette façon de voir le monde, à tous les ouvrages publiés et à sa façon de travailler. Elle aborde, sans détour, des sujets d’actualité crus en employant à la fois la fiction et les sciences humaines, en marquant un point d’honneur à mettre en valeur des auteur.e.s ancré.e.s dans le monde d’aujourd’hui. Hors d’atteinte est désespérément optimiste.

Hors d’attente en deux liens :

http://www.horsdatteinte.org/​

https://www.facebook.com/​EditionsHorsdatteinte

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Perdriau, « Hors d’atteinte, une maison d’édition fondée par des femmes engagées »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 206-209.

Référence électronique

Charlotte Perdriau, « Hors d’atteinte, une maison d’édition fondée par des femmes engagées »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11933

Haut de page

Auteur

Charlotte Perdriau

Bibliothécaire et coordinatrice littéraire de la médiathèque Abdelmalek Sayad, Musée de l’histoire de l’immigration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search