Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1331Champs libresInitiativesBintou Mariam Traoré, le combat p...

Champs libres
Initiatives

Bintou Mariam Traoré, le combat pour un féminisme africain

Rencontre avec Bintou Mariam Traoré, journaliste et membre de la Ligue ivoirienne des droits des femmes et militante féministe à l’origine de l’hashtag #VraieFemmeAfricaine
Thadée Mougin
p. 215-216

Texte intégral

1« Mon objectif ? Mettre la Côte D’Ivoire sur la carte du féminisme ! » Bintou Marriam Traoré a un combat : « Il faut que les femmes africaines soit fières. » Et pas fières seulement de correspondre aux clichées de « la femme africaine ». À 27 ans, la militante féministe ivoirienne a déjà réussi à faire bouger les lignes. Le 26 février 2020, elle lance le hashtag #VraieFemmeAfricaine en réaction à une émission télé où on expliquait sans ironie que les « vraies » femmes africaines n’accouchaient pas par césarienne et toujours sans péridurale. Des centaines de femmes de toute l’Afrique francophone partagent alors leur vécu de manière détournée. « Le seul verbe qu’une #VraieFemmeAfricaine doit savoir conjuguer à tous les temps, c’est “mougne”. Qui signifie tout supporter” en wolof », ironise une internaute, tandis qu’une autre rappelle qu’une « #VraieFemmeAfricaine cultive la terre, #VraiHommeAfricain la possède ». Dans la foulée de l’hashtag, plusieurs femmes ivoiriennes, dont Bintou Traoré, décident de créer une plateforme, la Ligue ivoirienne des droits des femmes, en avril 2020.

2Sobrement appelée « La Ligue » sur Facebook, l’organisation se donne pour mission d’informer les femmes ivoiriennes sur les violences sexuelles, physiques et psychologiques, et de porter assistance aux survivantes. Entre 2016 et 2019, 4 320 cas de viol avaient été recensés dans le pays qui est classé 165e sur 189 par les Nations unies en termes d’égalité hommes femmes. Mais Bintou Mariam Traoré reste confiante : « Il y a eu une vraie prise de conscience. Les femmes ivoiriennes se rendent compte que le mouvement féministe n’est pas une lubie d’Occidentaux mais un mouvement qui leur correspond. »

3Pour la militante féministe, le combat est aussi culturel. « Nous avons en Afrique une multitude de traditions qui mettent les femmes en avant. Mais elles ont été effacées au profit de celles qui favorisent les hommes. » Bintou Mariam Traoré prend comme exemple l’Ogu Umunwanyi ou la guerre des femmes de 1929, au Nigeria. À cette époque, les femmes ont traditionnellement des droits politiques et économiques, mais l’administration coloniale britannique choisit de favoriser une organisation patriarcale du pouvoir en ne reconnaissant plus les droits des femmes. Plusieurs milliers d’entre elles s’en prennent alors aux entrepôts et aux banques européennes avant que l’armée coloniale britannique réprime la révolte dans le sang. La militante féministe renchérit : « On force les femmes à rentrer dans des cases, où elles sont dociles et résilientes. On leur dit que ça a toujours été comme ça, mais c’est faux. En Afrique, il y a eu des reines, des guerrières, des philosophes, des poétesses. Et dévoiler ce matrimoine, c’est donner le choix aux femmes africaines, montrer toutes l’étendue de leurs possibilités. »

4Un choix que lui a donné sa famille, et qu’elle a su saisir. Originaire de la classe moyenne d’Abidjan, Bintou Mariam Traoré a pu faire des études de journalisme. Un parcours peu fréquent dans un pays avec un taux de 52,8 % d’analphabétisme qui touche principalement les femmes, selon la Banque mondiale en 2018. « Mon père ne m’a jamais considérée uniquement comme une femme. Pour lui, c’était les compétences qui comptaient » explique la journaliste. Elle poursuit ses études à Tunis. Puis elle rejoint la France et Paris, d’où elle gère actuellement la communication de la Ligue et l’aide pouvant être apportée aux femmes de la diaspora ivoirienne. « Les préjugés misogynes ont suivi la communauté en France. Et à l’extérieur, elles sont déconsidérées par la France et l’État qui met de la mauvaise volonté à les protéger. C’est la double peine » explique-t-elle.

5Le poids de la tradition est parfois lourd à l’intérieur de la diaspora ivoirienne. « Des voyages sont organisés de la France jusqu’en Côte d’Ivoire pour exciser les jeunes femmes. 38 % des femmes ivoiriennes sont excisées, c’est beaucoup trop, et quitter le pays ne les sauve pas forcément. Avec la Ligue, nous préparons une grande campagne pour sensibiliser autour de l’excision. » Malgré l’interdiction de cette pratique en 1998, certaines régions de Côte d’Ivoire sont particulièrement touchées. 70 % des femmes sont excisées dans les régions Nord et Nord-Ouest, 56 % dans la région Ouest selon l’ONG Orchid Project.

6Mais d’autres dangers guettent les femmes migrantes à leur arrivé en France, notamment l’inactivité et la précarité. 42 % des femmes immigrées de 15 à 64 ans étaient sans emploi en 2009 selon le ministère des Solidarités et de la cohésion sociale. Une vulnérabilité face à l’emploi qui contraint certaines femmes à se tourner vers la prostitution. En 2015, le ministère de la Famille, de l’enfance et du droit des femmes dénombre, sur les 30 000 prostituées sur le territoire français, 93 % d’étrangères. L’opacité des réseaux de prostitution, l’hermétisme du droit français et la précarité économique des migrantes les exposent à de nombreuses violences. 51 % des personnes prostituées ont subi des violences physiques dans le cadre de la prostitution ces 12 derniers mois et 38 % ont subi un viol durant leur vie contre 6,8 % pour les femmes en population générale. Pour Bintou Mariam Traoré, une prise en charge de l’État peut endiguer ces violences : « Il faut sortir ces femmes de la précarité en les formant, en les informant sur leurs droits, en les accompagnant. La France rechigne à s’y mettre totalement, alors avec la Ligue on essaye de palier à ce manque. »

7La militante féministe a hâte de retourner au pays. « Beaucoup de femmes m’attendent là-bas, et il y a tant à faire. » Le prochain objectif : acquérir un local permettant d’accueillir les victimes de violences. Bintou Mariam Traoré souhaite aussi importer les méthodes du mouvement féministe français en Côte d’Ivoire. « J’ai beaucoup appris ici sur l’organisation d’un groupe militant. J’aimerais beaucoup faire des collages féministes sur les murs d’Abidjan. » Et un combat qui ressemble à une vocation : « C’est mon destin. Maintenant que j’ai vu tout ça, qu’est-ce que je pourrai faire d’autre ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thadée Mougin, « Bintou Mariam Traoré, le combat pour un féminisme africain »Hommes & migrations, 1331 | 2020, 215-216.

Référence électronique

Thadée Mougin, « Bintou Mariam Traoré, le combat pour un féminisme africain »Hommes & migrations [En ligne], 1331 | 2020, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/11947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.11947

Haut de page

Auteur

Thadée Mougin

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search