Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Au MuséeEntretiensIl n’y a pas que la géométrie euc...

Au Musée
Entretiens

Il n’y a pas que la géométrie euclidienne qui raconte le monde

Entretien avec Sammy Baloji, artiste plasticien.
Meriem Berrada, Isabelle Renard et Chloé Dupont
p. 70-76

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Isabelle Renard : Après une formation à Lubumbashi, vous décidez de prolonger vos études à Strasbourg, puis de consacrer votre travail doctoral à Anvers. Pourquoi ce choix de vous construire entre trois pays ?

Sammy Baloji : Dès les années 1990, j’ai fait partie d’un collectif d’artistes bédéistes à Lubumbashi. Je dessinais et j’avais envie de faire des études d’art. Mais cela n’était pas possible car l’Académie des Beaux-arts se trouvait à 6 000 kilomètres, à Kinshasa, et financièrement, mes parents ne pouvaient pas se permettre de m’y envoyer. Donc j’ai raté ce coche-là, et je me suis rabattu sur des études en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lubumbashi. C’était un département qui venait d’ouvrir, au début des années 2000, et qui proposait, après trois années, une spécialisation en cinéma, cela m’intéressait particulièrement. Comme je dessinais et je m’intéressais à la photographie, le cinéma me semblait un moyen de réunir ces deux médiums. Mais le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Meriem Berrada, Isabelle Renard et Chloé Dupont, « Il n’y a pas que la géométrie euclidienne qui raconte le monde »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 70-76.

Référence électronique

Meriem Berrada, Isabelle Renard et Chloé Dupont, « Il n’y a pas que la géométrie euclidienne qui raconte le monde »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12174

Haut de page

Auteurs

Meriem Berrada

Directrice artistique du Musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL) de Marrakech et commissaire générale de l’exposition Ce qui s’oublie et ce qui reste.

Articles du même auteur

Isabelle Renard

Cheffe de service des collections et des expositions au Musée national de l’histoire de l’immigration et commissaire associée de cette exposition.

Articles du même auteur

Chloé Dupont

Assistante d'exposition.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search