Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Le Point SurVoix panafricaines à Paris (1920-...

Le Point Sur

Voix panafricaines à Paris (1920-1950)

De la Voix des Nègres à Présence africaine
Sarah Frioux-Salgas
p. 135-141

Résumé

De l’entre-deux-guerres aux Indépendances, les créations de revues panafricaines se sont multipliées à Paris, à l’instar de La revue du monde noir, de L’Étudiant noir ou de Présence africaine. De Paulette Nardal à Alioune Diop en passant par Lamine Senghor ou Aimé Césaire, la capitale de l’Empire colonial français constitue alors le lieu de rencontre des intellectuels noirs. En créant leurs propres organes de diffusion, ils constituent autant d’espaces de parole où s’élabore un discours anticolonial fondé sur la promotion des cultures africaines.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La naissance d’une presse militante africaine en France
Paris, laboratoire politique de la lutte anticoloniale
La création de la revue Présence africaine
Une passerelle entre les idées du « monde noir »

Aperçu du texte

Des années 1920 aux années 1950, à Paris, les membres la diaspora africaine se croisent sans pour autant former un groupe homogène. Les expériences sociales, politiques et historiques de chacun donnent lieu à des discours idéologiques différents issus des échanges entre les Noirs d’Afrique, d’Amérique et d’Europe et constituent une culture noire plurielle transnationale : le panafricanisme, les mouvements littéraires du New Negro ou de la négritude en sont des illustrations. Certains sont anticolonialistes, d’autres défendent l’égalité des droits ou réclament une reconnaissance culturelle. L’envers du décor de la célèbre « vogue nègre », symbolisée par Joséphine Baker, les expositions d’arts primitifs ou coloniaux, se caractérise par les activités de militants, d’écrivains, d’étudiants, d’artistes, de journalistes, d’avocats, d’ouvriers… venus des colonies et d’Amérique qui feront de la capitale l’un des hauts lieux de l’histoire du panafricanisme du XXe siècle.

Dès 1919, en marge de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Frioux-Salgas, « Voix panafricaines à Paris (1920-1950) »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 135-141.

Référence électronique

Sarah Frioux-Salgas, « Voix panafricaines à Paris (1920-1950) »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12273

Haut de page

Auteur

Sarah Frioux-Salgas

Responsable des archives au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search