Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Le Point SurFragments artistiques de mémoires...

Le Point Sur

Fragments artistiques de mémoires exilées

De l’(in)visibilité des artistes algérien.ne.s dans les musées d’art moderne parisiens
Émilie Goudal
p. 119-125

Résumé

La place accordée aux artistes algérien.ne.s post-indépendance dans les collections d’art moderne des musées français engage à questionner le récit institutionnel de la modernité. Car cette reconnaissance demeure ambivalente. En travaillant les formes de l’hybridité postcoloniale, ces artistes participent à de nouvelles narrations mondialisées. Mais leur mise en visibilité dans les institutions muséales peine à se défaire des assignations identitaires, héritage de l’histoire coloniale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est le prolongement d’une intervention réalisée dans le cadre d’une invitation au séminaire « Capitales européennes et diversité culturelle depuis 1945 » dirigé par Françoise Taliano-des Garets (Sciences Po Bordeaux/CHS Paris 1) et Laurent Martin (Université Paris 3).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Présences réservées des artistes de la décolonisation
La reconnaissance artistique face aux récits contrariés de l’histoire coloniale
Hybridité postcoloniale et (dés)intégration des artistes
Une assignation au dialogue avec l’identité
Nouvelles narrations et mondialité

Aperçu du texte

« L’idée même d’Europe pourrait changer de sens et inclure l’acceptation d’un destin créole inévitable. Et cette acceptation pourrait nous aider à répondre à la fréquente virulence d’un racisme qui fait obstacle à toute possibilité d’appartenance. » Paul Gilroy, janvier 2020

L’histoire des relations à l’immigration algérienne en France et la prise en compte tardive, notamment dans le milieu artistique institutionnel, des discours culturels développés dans le sillage des indépendances africaines peuvent témoigner d’un certain malaise postcolonial dans la grille de lecture artistique appliquée aux artistes héritier.e.s, involontaires, de la persistance d’un impensé colonial au présent. La question de la représentation des mémoires de l’immigration algérienne en France est en effet étroitement liée à cette tension des histoires mêlées et conflictuelles des relations entre l’Algérie et la France. La fracture qu’a suscitée la gestion du passé colonial dans l’ancienne métropole de l’empire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Goudal, « Fragments artistiques de mémoires exilées »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 119-125.

Référence électronique

Émilie Goudal, « Fragments artistiques de mémoires exilées »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12282

Haut de page

Auteur

Émilie Goudal

Docteure en histoire de l’art.

Articles du même auteur

  • Art et géopolitique [Texte intégral]
    L’influence des artistes algériens et français dans le dialogue entre les deux nations
    Paru dans Hommes & migrations, 1298 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search