Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Le Point SurLe patrimoine linguistique africa...

Le Point Sur

Le patrimoine linguistique africain en France

Alexandra Filhon
p. 171-176

Résumé

En France, le monolinguisme promu par l’État, considérant la langue française comme ciment de l’identité nationale, tend à mésestimer, voire à dévaloriser, la diversité linguistique et langagière des diasporas africaines. Dépassant la transmission familiale des parlers africains, les initiatives médiatiques, éditoriales et éducatives se multiplient pour promouvoir le plurilinguisme. Cette compétence transnationale mobilisée par les diasporas constitue une source d’inspiration pour le renouvellement des pratiques pédagogiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le paysage linguistique métropolitain
Un monolinguisme d’État
Les formes de créativité linguistique des diasporas africaines
Des dynamiques culturelles transnationales
Une école en mouvement
Les translangues des populations africaines en contexte migratoire
Conclusion

Aperçu du texte

Le territoire africain est multilingue. Les populations y apprennent dès leur plus jeune âge plusieurs langues dites vernaculaires ou véhiculaires selon qu’elles sont utilisées à la maison, dans l’espace public ou encore à l’école. Lors de la migration, ce patrimoine linguistique est souvent une richesse immense pour des personnes qui ont dû quitter leur terre natale, leurs voisins, amis et famille. Ces langues représentent ainsi pour les locuteurs un pont, une passerelle vers cette origine. Mais que faire de ces langues en France ? Sont-elles valorisées et trouvent-elles leur place à l’école, sur le marché du travail ou encore au sein d’associations ?

Le paysage linguistique métropolitain

En France métropolitaine, environ un quart de la population interrogée en 1999 dans l’enquête Famillese souvient avoir reçu d’au moins l’un de ses parents une autre langue que le français. Pour la moitié d’entre eux, soit près de 6 millions d’adultes, il s’agit d’une langue issue de l’immigration. P...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Filhon, « Le patrimoine linguistique africain en France »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 171-176.

Référence électronique

Alexandra Filhon, « Le patrimoine linguistique africain en France »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12293

Haut de page

Auteur

Alexandra Filhon

Maître de conférences (HDR), université de Rennes (laboratoire ESO UMR 6590).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search