Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Le Point SurLe lien diasporique à l’épreuve d...

Le Point Sur

Le lien diasporique à l’épreuve de la transformation des rituels chez les immigrés diola en Europe

Mariame Bodian
p. 189-196

Résumé

Les liens symboliques avec la terre d’origine sont soumis à de nombreux risques de déliaison en situation migratoire. Le recours au rituel constitue l’un des moyens de pallier l’oubli de la terre d’origine en mettant en scène sa mémoire dans l’environnement diasporique. Parmi eux, les Diola, peuples d’Afrique de l’Ouest, les migrants en Europe adaptent leurs rituels pour maintenir leur sentiment d’appartenance au village natal qui, malgré la distance, constitue leur principal référent identitaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Du village à la diaspora
L’évolution des rites
Le mariage diola au pays et en France
La naissance et le baptême
Les rites funéraires
Rôle des femmes et des « kusampul » dans l’exécution des rites
Espace et symboles

Aperçu du texte

Le peuple des Diola occupe la Basse-Casamance, au sud du Sénégal, au nord de la Guinée Bissau et à l’ouest de la Gambie. Ils se divisent en plusieurs sous-groupes encore difficiles à identifier. Les migrations des Diola sont d’ordre économique, même si on ne peut ignorer un contexte politique particulier. Les migrants diola tâchent de préserver des liens avec leur terre d’origine à travers des rites, que l’on peut qualifier de « mémoriels », visant à conserver la mémoire du pays quitté. Le rite comme le pensait Émile Durkheim est l’expression de sentiments collectifs grâce auxquels une société s’unifie et « prend conscience de soi » dans l’action commune et la sensation de vivre à l’unisson. En diaspora, les rites remplissent une fonction mémorielle pour contrer les effets d’érosion que le temps fait subir au sentiment d’appartenance. Le rite a donc pour fonction de renforcer la conscience du groupe de vivre une histoire commune qui mobilise les migrants et leurs parents, et, de faç...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariame Bodian, « Le lien diasporique à l’épreuve de la transformation des rituels chez les immigrés diola en Europe »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 189-196.

Référence électronique

Mariame Bodian, « Le lien diasporique à l’épreuve de la transformation des rituels chez les immigrés diola en Europe »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12309

Haut de page

Auteur

Mariame Bodian

Docteure en sociologie, Sciences de l’homme, du politique et du territoire (Grenoble.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search