Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1332Champs libresRepérageArtistes en Afrique : vers un nou...

Champs libres
Repérage

Artistes en Afrique : vers un nouvel écosystème culturel

Entretiens avec Zineb Sedira, artiste plasticienne, Yasmina Reggad, artiste et commissaire d’exposition et Sammy Baloji, artiste plasticien
Ludovic Delalande
p. 216-222

Résumé

Depuis plusieurs années, nombreux sont les artistes à impulser des initiatives singulières dans différents pays d’Afrique. Espaces d’exposition et de résidence, lieux de production et d’éducation, écoles, biennales et festivals, autant de formats qui répondent aux modalités spécifiques des territoires dans lesquels ils s’inscrivent. Pensés comme des espaces d’expérimentation, de réflexion, de dialogue, de rencontre et de transmission, ces projets artistiques et citoyens constituent les relais essentiels à la création contemporaine, dont ils dynamisent l’écosystème culturel, du local à l’international. Entretiens avec les artistes plasticiens Zineb Sedira et Sammy Baloji qui développent des projets inédits en Algérie et en République démocratique du Congo.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

« L’Algérie fait désormais partie intégrante du paysage international de l’art contemporain »
« Le contexte de Lubumbashi invite à se réinventer »

Aperçu du texte

« L’Algérie fait désormais partie intégrante du paysage international de l’art contemporain »

Ludovic Delalande : 2012 marque la naissance d’aria – Artist Residency in Algiers –, un programme de résidence implanté à Alger que tu développes en collaboration avec Yasmina Reggad. Quelle est l’origine de ce projet, inédit en Algérie ?

Zineb Sedira : La plupart des gens du milieu de l’art n’osaient pas venir en Algérie. Le pays pâtit d’une mauvaise image à cause de la guerre civile qui s’est pourtant terminée il y a plus de vingt ans. De plus, le tourisme étant faible, les infrastructures sont rares, donc onéreuses. Le fait que l’algérien et le français soient les langues prédominantes favorise d’autant moins la venue des anglophones, l’anglais étant la langue principalement employée dans le milieu de l’art. Comparativement à celles des autres pays d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient, la scène artistique algérienne est modeste, il y a peu de structures et les opportunités d’échanges et de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Delalande, « Artistes en Afrique : vers un nouvel écosystème culturel »Hommes & migrations, 1332 | 2021, 216-222.

Référence électronique

Ludovic Delalande, « Artistes en Afrique : vers un nouvel écosystème culturel »Hommes & migrations [En ligne], 1332 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12344

Haut de page

Auteur

Ludovic Delalande

Commissaire d’exposition à la Fondation Louis Vuitton.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search