Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1333Le Point SurRegards croisés d’éducateurs spéc...

Le Point Sur

Regards croisés d’éducateurs spécialisés

Évangeline Masson-Diez et Marjorie Gerbier-Aublanc
p. 71-75

Résumé

Kevin est éducateur spécialisé depuis 2018, Camille depuis 2012. Ensemble, ils ont travaillé comme éducateur.rice.s de rue, dans une association de banlieue parisienne, auprès des jeunes étrangers non pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Ils ont donc tous les deux été amenés à intervenir auprès de mineurs et à les accompagner parfois dans le passage à la majorité jusqu’à leurs 21 ans. Les accompagnements qu’ils proposaient dans ce cadre reposaient sur la libre adhésion des jeunes. Après cette première expérience fondatrice, Kevin a rejoint une association de prévention spécialisée intervenant auprès de jeunes dans une ville de province et Camille la protection judiciaire de la jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

1Kevin

Le projet de l’association dans laquelle nous nous sommes rencontrés est de s’adapter au public présent sur le territoire. On intervenait auprès de deux publics : les mineurs non accompagnés (MNA), très demandeurs de protection, de scolarisation et d’éducation, de formation, qui venaient majoritairement, pour faire de gros schémas, d’Afrique subsaharienne et avec des attentes de plus en plus élevées en terme éducatif, et des jeunes non demandeurs de prises en charge, des gamins seuls ou en famille, très éloignés des dispositifs, en situation de traite ou d’exploitation avec, lorsque l’accroche fonctionnait, des projets qui pouvaient être mis en place. Initialement, le public MNA n’était pas un public prioritaire de l’association, mais vu que les dispositifs semblaient moins prêts ou peu existants et que les services autres que les services directs de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) n’étaient pas du tout développés, l’association est venue un peu combler ce manque ces dernières années. Ça faisait deux accompagnements quasi opposés au sein du même accueil de jour. Le conseil d’administration de l’association a demandé à l’équipe salariée de réorienter le projet vers le public historique de gamins étrangers non demandeurs, plus à la marge, vers lequel les autres associations se tournent moins. Et ce d’autant plus que vers le public MNA plus classique, beaucoup d’associations se sont montées récemment et il a été largement pris en compte.

2Camille 

Ce public MNA demandeur qui adhère facilement aux projets était très peu présent au début de ma fonction d’éducatrice en 2012. Ces jeunes sont progressivement devenus plus nombreux et, au fur et à mesure, de plus en plus n’ont pas été reconnus mineurs. Je pense que ça n’a pas suivi derrière, comme si l’appareil n’était pas prêt. Comme s’il n’y avait pas de volonté réelle pour accueillir ces gamins. Et, effectivement, je me souviens d’un temps où il n’y avait pas un gros maillage associatif militant de collectifs ou autres, tous ces gens qui hébergent les jeunes, qui les aident et les soutiennent. Pour nous, dans l’accueil de jour, c’était assez terrible. Les gamins dormaient dehors, on achetait des duvets… Quand ces collectifs sont arrivés, on s’est posé la question parce que c’est compliqué en tant que professionnels de se tourner vers le milieu bénévole et militant pour demander de l’aide pour ces gamins-là. Et finalement, ça s’est fait assez naturellement parce qu’on n’avait pas d’autre solution. C’était mieux que rien même si ça pose des questions. Parce que même si ces gamins peuvent dire oui à tout, c’est quand même souvent des gamins bien abîmés par la vie.

3Kevin

Et de l’autre côté il y a plein de citoyens bénévoles qui ne sont pas prêts à recevoir les gamins qu’ils vont recevoir.

4Camille

Même en tant que professionnels, personne n’est prêt à entendre ce qu’ont vécu ces gamins en Libye, entendre ce qu’ils sont prêts à raconter. Souvent, on va les interroger sur ce qu’ils ont rencontré, mais ils ne sont pas prêts au moment où on le leur demande. C’est d’ailleurs ce qui pose problème sur l’évaluation de la minorité, car on leur demande de parler et de raconter des choses insupportables qu’ils ont vécues sur la route, dans leur pays d’origine ou en France lorsqu’ils dorment dehors. Et on leur demande de raconter leurs traumas comme ça, à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, qu’ils voient pour la première fois sans se sentir accueillis. Je me souviens de Boubou, arrivé en France à 14 ans. Il venait du Mali et avait traversé l’Algérie et la Libye, où il avait été maltraité et torturé. Lorsqu’il va pour se faire reconnaître mineur, sa minorité est contestée. Boubou est un jeune « costaud » comme d’autres jeunes de son âge. Il a la musculature développée, et d’ailleurs ça le complexe car il sait qu’on le juge par rapport à ça. Mais Boubou a aussi vécu des choses terribles, il en est marqué mais ne veut pas en parler. Quand il vient à l’association, il dépose beaucoup de choses par son comportement, mais qu’il n’est pas capable d’élaborer. Sûrement parce qu’il n’est pas assez sécurisé psychiquement. Pendant deux ans, il a été hébergé par une famille de bénévoles militants formidable et accompagné par l’association pour les démarches d’appel de la décision du juge. Cela a mis plus de deux ans pour que Boubou gagne l’appel et soit pris en charge par l’ASE. J’ai gardé un contact avec lui et ce n’est qu’aujourd’hui qu’il me parle des horreurs qu’il a vécues en Libye : les tortures, l’humiliation, la privation de nourriture et d’eau, de liberté, un meurtre atroce devant les autres personnes enfermées, les viols à répétition… C’est très dur pour moi d’entendre tout ça, et je ne peux que faire le rapprochement avec les discours entendus des survivants des camps de concentration. Tout ça est indicible, notamment parce que ce n’est pas entendable… et après on voudrait que ces gamins se livrent à des inconnus déjà soupçonneux à leur égard. Alors, forcément, ils ont un discours stéréotypé, mais on ne se donne pas les moyens pour que ce soit autrement non plus… Ensuite, côté protection judiciaire de la jeunesse, je vois aussi une évolution des publics. Il y a 10 ans, les mineurs d’Europe de l’Est étaient surreprésentés dans les actes de délinquance, maintenant, ce sont surtout les mineurs non accompagnés maghrébins, ce qui pose de grosses questions politiques. Ce sont des jeunes qui viennent pour fuir l’absence d’avenir dans leur pays. Ce sont des jeunes qui disent que la corruption et le système dans leur pays ne leur donnent aucune visibilité et c’est pour cela qu’ils disent venir, avec souvent des rêves vendus sur les réseaux sociaux par leurs prédécesseurs.

5Kevin

Ensuite, il y a toute la récupération de ces jeunes par les mafias potentielles qui se présentent et qui les repèrent.

6Camille

Les jeunes maghrébins, surtout algériens et marocains, ont souvent des problèmes d’addictions très importants. Les jeunes racontent que la drogue est fournie par des gens qui les hébergent et qui leur demandent une participation financière. Et pour payer, ils doivent voler, et pour voler, on leur donne un peu de Rivotril pour leur donner du courage, et après ils deviennent dépendants… sachant qu’eux aussi ce sont des jeunes qui ont des histoires familiales particulières. Ils sont souvent venus par la Méditerranée et ils ont affronté la mort de manière prématurée. Ces gamins-là ne sont jamais considérés comme des victimes avec des fragilités psychiques, mais sont seulement appréhendés à partir du côté nuisible qu’ils peuvent représenter pour la société. Régulièrement, les mineurs sont reconnus mineurs au pénal mais pas au civil. C’est le cas, par exemple, d’Oussama, un jeune maghrébin isolé sans famille qui vit entre la rue et les squats. Lorsqu’il a été appréhendé et mis en examen pour des faits de vols, Oussama a dit au policier qu’il était mineur et, après 48 heures de garde à vue, il a été déféré devant un juge des enfants. Le juge des enfants a ordonné une mesure éducative et l’a confié au service de milieu ouvert de la PJJ compétent. Lorsque son éducateur PJJ référent a demandé au juge de le confier à l’ASE, on lui a répondu qu’il devait d’abord se faire reconnaître mineur par le dispositif et qu’en attendant il pouvait être placé dans un foyer PJJ. Oussama s’est présenté au bureau d’évaluation et ne s’est pas senti accueilli, il a dit avoir l’impression d’avoir été jugé dès son arrivée. Rapidement, il a appris qu’il n’était pas reconnu comme mineur et donc il n’était pas pris en charge par l’ASE alors qu’il était mis en examen, sur le volet pénal, comme mineur. Le juge des enfants a refusé de le placer au civil, c’est-à-dire à l’ASE, mais acceptera un placement à la PJJ, c’est-à-dire au pénal.

  • 1 Décret n° 2016-840 du 24 juin 2016 pris en application de l’article L. 221-2-2 du Code de l’action (...)

La primauté est donnée au fait que ces personnes soient étrangères avant d’être mineures. Sur les récents appels à projets concernant la gestion de lieux d’hébergement pour les mineurs, les associations qui ont répondu sont souvent plus compétentes sur les questions d’accompagnement aux droits des étrangers ou l’accompagnement des étrangers tout court que sur les questions de l’enfance ou de la protection de l’enfance. C’est assez révélateur. Et c’est de même sur les lieux d’accueil d’urgence des jeunes non reconnus mineurs. En outre, les places d’hébergement sont souvent des places de semi-autonomie, ce qui ne convient pas à tous les jeunes et surtout pas aux plus jeunes. Sur un autre sujet, la circulaire de 20131 concernant la clé de répartition nationale ne prend pas du tout en compte les réalités des mineurs et les envies des jeunes ou leurs projets. Ça se fait sans leur consentement…

7Kevin

C’est n’importe quoi, même si, dans l’absolu et lorsqu’on a le temps de travailler un peu la question avec le jeune, c’est mieux pour beaucoup de jeunes de vivre en dehors de Paris. Mais ça demande du temps… Or le MNA est considéré comme LE MNA, comme un objet, et pas comme une personne. Travailler un minimum cette question ne représente pas grand-chose en plus, quelques entretiens, de l’accueil, du temps…

8Camille

Il me semble aussi qu’avec la loi du 2 janvier 2002 relative au projet individuel ou personnalisé, on se doit de replacer la personne au centre de son accompagnement et la personne doit pouvoir choisir ses modalités d’accompagnement. Pour les MNA, ça ne s’applique pas. Donc, une fois de plus, le côté étranger prime sur le côté minorité et enfance en danger, parce que c’est de ça dont il s’agit, de l’enfance en danger… Ensuite, ce n’est pas toujours facile de travailler avec les instances évaluatrices et les éducateurs de l’ASE. Ce qui est sûr, c’est que ces jeunes ne sont pas pris en compte dans leur individualité. Le MNA reconnu mineur et pris en charge par l’ASE risque de se trouver dans une structure avec plus de jeunes, bien abîmés pour certains, et s’il ne tient pas, on dira que c’est de sa faute. S’il n’y a pas d’éducateur ou s’il a trop de suivi, ce qui est aussi une réalité, c’est compliqué pour un gamin de tenir… Le travail avec un MNA demande plus de temps qu’un travail avec un mineur avec une famille, même déscolarisé ou avec des difficultés. Les MNA qui arrivent n’ont personne autour d’eux à part des personnes malveillantes et donc, en tant qu’éducateur, on est un peu tout à la fois. Parfois l’éducateur ASE se retrouve avec beaucoup de jeunes, 30 ou 40 situations différentes à gérer. Avec les MNA, il fait du suivi social, il coordonne la situation du jeune, mais il ne fait pas vraiment de travail éducatif.

9Kevin

Quand on travaille en prenant le temps avec certains éducateurs ou travailleurs sociaux de l’ASE, quand on arrive à faire le lien, à montrer un peu patte blanche, ça avance et on arrive à fonctionner. On se considère comme une paire de bras en plus et ce n’est que mieux. Toutefois, sur ces pôles d’accueil de l’ASE spécifiques aux mineurs étrangers où il n’y a plus d’éducatif, le métier perd de son sens. Reste qu’ensemble on est plus fort. Donc qu’importe si au début il n’y a pas un accueil retentissant et ce d’autant plus que tous les professionnels sont déjà en souffrance, en burn out, en pré-burn out… Par rapport à ces éducateurs ASE, j’avais de bonnes conditions de travail…, j’avais une file active très réduite par rapport à eux.

10Camille

Il y a beaucoup de retard du côté des institutions pour mettre en place ce qu’il faut et ce qu’elles font, ce sont des choses spécifiques… Il y a moins de professionnels ou des professionnels qui sont moins formés là où ils devraient l’être davantage. Il y a également toute une chaîne hiérarchique et, de plus en plus, les modalités d’action des travailleurs sociaux de terrain sont bloquées par des choix institutionnels qui vont freiner ou brider certaines démarches. Sur certains échanges, il faut systématiquement que les responsables soient en copie de mails même lorsque cela ne relève pas de questions politiques… rien que ça, ça en dit long sur la liberté que peuvent avoir les éducateurs ou les travailleurs sociaux de terrain. Je pense que vu le caractère sensible du sujet, on n’a pas envie qu’il y ait trop de liberté, et il ne faut pas qu’on réfléchisse de trop à ce qu’on fait parce que, sinon, peut-être qu’on ne serait pas content et qu’on essaierait de le faire un peu mieux. Mais, une fois encore, je pense que c’est parce qu’on ne reconnaît pas les traumas que vivent ces jeunes. On les déshumanise, on les désubjectivise. Les MNA, ça reste un objet politique et social assez flou mais ce ne sont pas des sujets. Et comme ce ne sont pas des sujets, ils n’ont pas leur histoire, ils n’ont pas leur parcours, ils n’ont pas leurs souffrances, et je pense aussi que la société et les travailleurs sociaux se protègent des réalités que vivent ces jeunes tellement celles-ci sont insupportables.

11Kevin

Quand on parle de prise en charge à l’hôtel par l’ASE, il faut voir certains hôtels. Moi je suis rentré dans des hôtels donnant l’impression d’être des squats, en pensant qu’il ne fallait pas s’étonner qu’après le jeune dévie de sa prise en charge.

12Camille

Oui, c’est ça. Alors après, il y a des hôtels qui sont bien, mais il y a aussi beaucoup de prises en charge sur les établissements qui sont les moins chers. Or ce sont les moins bien fréquentés. Par exemple, que des gamins, qui sont dans la délinquance plus ou moins organisée par des majeurs du côté de Barbès ou de la Goutte d’Or, se retrouvent dans des hôtels du côté de Pigalle, clairement, ça amène à ce qu’il y ait des gens qui viennent chercher les gamins. Forcément ils vont se faire récupérer. Si les gars sont devant l’hôtel, que le gamin les voit quand il sort fumer sa clope ou son joint, c’est un peu plus compliqué d’esquiver.

13Kevin

Et puis faut pas oublier non plus que le premier réflexe de survie, c’est se faire des copains, des compagnons de galère, sinon tu deviens fou. Parmi les jeunes que j’ai accompagnés, une de leurs premières souffrances, c’était qu’ils n’avaient pas d’amis. Un des jeunes que j’accompagnais avait rencontré des compatriotes mais majeurs et qui ont vu leur demande d’asile déboutée. Très vite, le jeune s’est retrouvé à Porte de la Chapelle, au début à traîner et puis après, il s’est retrouvé à vendre des pipes à crack et à en consommer. Et là, on ne parle pas du tout de réseau. Cela s’est fait de fil en aiguille, parce qu’il cherche le contact et qu’il va d’abord se rabattre sur un pair qui parle la même langue, etc. Dans les journaux, on parle souvent des mafias qui volent ces enfants-là, mais c’est avant tout l’abandon de la société…

14Camille

C’est avant tout l’abandon de la société qui les met dans les bras de ces mauvaises personnes. Et pour les jeunes qui consomment de la drogue, c’est vraiment ça. Les jeunes cherchent à faire réseau et ils se retrouvent très vite embarqués. Un type qui semble gentil prête un peu de sous… Après, il faut faire quelque chose pour lui… Sur la question du crack, un soir, on a le moral un peu plus dans les chaussettes et il fait un peu plus froid que les autres soirs et, cette fois-ci, on n’a pas la force de refuser ou on a peur de refuser le crack… Et trauma et drogue vont très bien ensemble, et puis il faut bien se soigner, même si on est bien d’accord que c’est pas la solution. Si tous ces jeunes sont addicts ou poly-addicts, c’est qu’il y a un réel mal-être, une réelle souffrance.

Kevin

Sur ce point, une des limites de nos accompagnements, côté psy, c’est qu’il n’y a pas assez de structures pour les prendre en charge. Les structures, elles nous disent oui pour dans six mois, mais six mois, c’est pas possible. Tu finis, tu ne l’inscris même pas le gosse parce que tu te dis, six mois, c’est trop loin pour se projeter et, à la fin, tu culpabilises parce que ça y est, ça fait six mois qu’il a rien. Côté psy, on te dit « il faut attendre ». Côté psy et médical, c’est soit inexistant, soit totalement hors sol par rapport aux réalités des jeunes. On te dit, « ça, c’est un travail à faire sur des années », mais pour que le jeune adhère, il faut qu’il ait de quoi se mettre sous la dent, de la sociabilité, un peu de vie quoi… Donc c’est le serpent qui se mord la queue parce que toi, tu essaies de l’inscrire dans des trucs qui ne fonctionnent pas, comme l’école quoi…

15Camille

Que l’accès à l’école, à la formation, à l’insertion soit aussi compliqué pour un jeune, c’est… S’il ne fait rien, si rien ne le mobilise, il va davantage broyer du noir et forcément, il n’y a pas d’issue… Les réalités de terrain ont évolué ces dernières années : il y a beaucoup plus de gamins qui ne vont pas bien dans leur tête. Après, c’est peut-être plus ceux que je vois mais… les parcours sont de plus en plus compliqués… Cette année, nous avons deux gamins qui ont été retrouvés morts, un pendu dans sa cellule en quartier mineur, l'autre pendu sur l’espace public. On n’en parle pas quoi, tout est mis sous le tapis. En ce moment que tout le monde ne pense qu’au coronavirus, que les gamins vivent à la rue avec le coronavirus n’émeut pas grand monde. Je ne sais pas ce qu’il faudrait pour que les choses changent…

16Kevin

Je ne sais pas… il faut peut-être attendre que des MNA deviennent eux-mêmes éducateurs ou chefs de service…

17Camille

Mais bon… On a un métier qu’on adore et on continuera.

Haut de page

Notes

1 Décret n° 2016-840 du 24 juin 2016 pris en application de l’article L. 221-2-2 du Code de l’action sociale et des familles et relatif à l’accueil et aux conditions d’évaluation de la situation des mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et arrêté du 28 juin 2016 pris en application du décret n° 2016-840 du 24 juin 2016 relatif aux modalités de calcul de la clé de répartition des orientations des mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évangeline Masson-Diez et Marjorie Gerbier-Aublanc, « Regards croisés d’éducateurs spécialisés »Hommes & migrations, 1333 | 2021, 71-75.

Référence électronique

Évangeline Masson-Diez et Marjorie Gerbier-Aublanc, « Regards croisés d’éducateurs spécialisés »Hommes & migrations [En ligne], 1333 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12603

Haut de page

Auteurs

Évangeline Masson-Diez

Chercheuse en sociologie et enseignante (DynamE, ICM).

Articles du même auteur

Marjorie Gerbier-Aublanc

Chercheuse post-doctorante en sociologie à l'Ehess (CHU Rennes).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search