Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1333Au MuséePartenariatLe projet d’acquisition de la Bar...

Au Musée
Partenariat

Le projet d’acquisition de la Barre Robespierre

Quand les enfants créent un objet de patrimoine
Catherine Abonnel, Elisabeth Jolys-Shimells et Mikaël Petitjean
p. 160-166

Résumé

La collection ethnographique du Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI) est née de la Galerie des dons, espace emblématique où, entre 2008 et 2019, furent exposés des parcours de vie de migrants, incarnés par des objets et des témoignages offerts au patrimoine national. La refonte du parcours permanent du musée sur la base d’une trame chronologique mêlant œuvres d’art, objets historiques et parcours de vie1, couplée à l’évolution globale des collections ethnographiques des musées français, a réorienté depuis quelques années cette collection.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le défi de la co-construction des collections muséales
Les « 4000 Logements », de la construction à la rénovation urbaine (1986-2020)
Un projet culturel au plus près des habitants : Situations(s) Robespierre du collectif Random
Du projet artistique et culturel à un projet patrimonial porté par des enfants
Constituer une proposition de don : le choix des objets et des donateurs

Aperçu du texte

Le défi de la co-construction des collections muséales

La collecte de parcours de vie individuels de migrants se poursuit au gré des opportunités, en parallèle d’une démarche d’acquisition proactive concernant des ensembles thématiques relatifs aux représentations et aux pratiques du corps social dans le domaine des migrations. Ainsi, cet angle des collections a-t-il été rebaptisé « collection de société ». La nature des sujets est variée (par exemple, le bateau Aquarius, Tati Barbès…), mais leur traitement se fait toujours sous l’angle du témoignage, ce qui distingue ces ensembles patrimoniaux des éléments présents dans la « collection histoire » du musée. Ces projets sont éminemment dépendants de la conjoncture créée par la temporalité et les acteurs impliqués. Ainsi, il est impossible d’évaluer à l’avance leur intérêt patrimonial, ni même ne serait-ce que leur aboutissement. Néanmoins, au croisement de l’histoire et de la mémoire, de l’individuel et du collectif, du patrimoine mat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Abonnel, Elisabeth Jolys-Shimells et Mikaël Petitjean, « Le projet d’acquisition de la Barre Robespierre »Hommes & migrations, 1333 | 2021, 160-166.

Référence électronique

Catherine Abonnel, Elisabeth Jolys-Shimells et Mikaël Petitjean, « Le projet d’acquisition de la Barre Robespierre »Hommes & migrations [En ligne], 1333 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/12634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.12634

Haut de page

Auteurs

Catherine Abonnel

et ses élèves de l’école Robespierre de La Courneuve.

Elisabeth Jolys-Shimells

Cheffe du département des collections du MNHI.

Articles du même auteur

Mikaël Petitjean

Chargé du patrimoine de la ville de La Courneuve.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search