Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1335Champs libresCommémorationsFadhma & Louise. 1871 – le cri de...

Champs libres
Commémorations

Fadhma & Louise. 1871 – le cri des peuples

Jeremy Beschon
p. 158-160

Texte intégral

1En cette année 2021, la dernière création du collectif Manifeste Rien, Fadhma & Louise 1871 – le cri des peuples, offre une autre perspective à la commémoration de la Commune de Paris. Si les personnages historiques Fadhma N’Soumer et Louise Michel ne se sont jamais rencontrés, les deux femmes se découvrent, s’entraident et s’unissent dans la fiction théâtrale. La pièce écrite par Virginie Aimone raconte le destin croisé de ces deux insurgées contre la puissance française. On y voit la continuité de l’impérialisme sous les différents régimes de la monarchie, du Second Empire et de la Troisième République, ainsi que les insurrections parisiennes et algériennes de 1871, toutes deux liées à la défaite de la France contre la Prusse et aux assemblées populaires des deux côtés de la Méditerranée.

Naissance des guerrières

2La pièce commence par la naissance des deux bébés, la même année de 1830 qui marque le début de la grande colonisation française en Algérie. Fadhma N’Soumer voit le jour à Ouerdja, en Kabylie, à la fin de la régence turque, et Louise Michel à Vroncourt-la-Côté, née bâtarde de sa mère domestique et du père (ou du fils ?) Demahis qui l’emploie. Une alternance de scènes nous montre l’évolution des enfants assigné(es) à leur genre par leur famille : Fadhma rêve de chevaucher un fidèle destrier contre « l’ogre Bugeaud » tel son héros l’Émir Abdelkader combattant le général français ; Louise collectionne et étudie les animaux morts dans le grenier de la maison. Puis l’enchaînement des scènes nous les dévoile adolescentes et jeunes adultes : Fadhma refuse l’époux désigné par sa famille et Louise vibre à la révolution de 1848, année qui voit également l’agrandissement du territoire français par trois nouveaux départements : l’Algérie.

Soin, voyance et lutte armée

3Contrairement à certaines historiographies officielles, la lutte armée des indigènes contre la France ne commence ni en 1954 avec la création du FLN, ni en 1945 avec les massacres de Sétif, ni même en 1871 avec la révolte de Mokrani. Dès les années 1850, les révoltes sont partout : à Constantine, aux Aurès, à Biskra, dans le Hodna dans les hauts plateaux, à Laghouat dans le Sud et en Kabylie… L’une des principales guerrières est Fadhma N’Soumer, de la confrérie Rahmaniya. Une cavalière hors pair qui terrasse le Maréchal Randon malgré l’inégalité des armes et du nombre. Cette femme, répudiée par son époux, a d’abord rejoint l’école coranique de N’Soumer où elle enseigne et aide son frère. Elle est aussi connue pour ses talents de guérisseuse et de voyante car elle soigne avec les plantes, et des rêves prémonitoires la poussent à combattre l’armée française. On retrouve là une des constantes de la lutte des femmes. Soigner, préserver la vie, transmettre le savoir, perpétuer le combat contre l’injustice, à l’encontre des discours guerriers qui vilipendent la faiblesse et exhortent au sacrifice. C’est pourtant bien une guerre que mène Fadhma, et elle reste dans la tradition populaire l’une des premières figures d’une conscience nationale algérienne qui mènera quelques années plus tard à l’insurrection de 1871. Elle est « une voyante » car d’une culture berbère musulmane empreinte de paganisme, non encore réduite au dogme d’un islam rigoureux. Sa conscience du vaste monde s’enracine en Kabylie et puise dans la tradition des ancêtres, des esprits et des légendes que la modernité nomme mythologie et inconscient. Elle est arrêtée à la suite d’une trahison et enfermée à Beni Slimane où elle meurt en 1857.

D’une insurrection l’autre

4Mais la révolte irradie et fédère, une décennie plus tard. Dans les villages berbères, les assemblées populaires se multiplient contre les caïds soumis à l’ordre colonial. Et la défaite de la France contre la Prusse va lancer l’insurrection algérienne de 1871. Alors que 10 000 spahis sont morts pour la France à Sedan, Reischoffen et Orléans, le grand chef de guerre Mokrani est destitué de son statut de khalife par le nouveau régime de gouvernance du gouvernement civil en Algérie. Pour joindre le déshonneur à la vexation, le décret Crémieux qui vient d’être mis en place naturalise les juifs d’Algérie, infériorisant les indigènes musulmans. Mokrani, jusque-là allié de la France, refuse son mandat : « Je veux bien mettre ma tête sous le sabre d’un soldat, mais jamais je n’accepterai d’être l’agent du gouvernement civil. » Il s’allie au chef religieux le grand Cheikh Aheddad et lance avec lui le djihad et l’union des 250 tribus.

De la Commune à la Kanaky

5Après la défaite de Sedan, Napoléon III fuit en Angleterre et laisse la place à Thiers « le Foutriquet » qui écrase le soulèvement de la Commune de Paris. Louise Michel est au cœur de l’action, en armant les citoyens comme le dira un des chefs d’accusations de son procès, en écrivant dans le journal Le Cri du peuple, mais également en instruisant les enfants de prolétaires et en soignant les blessés des barricades. Les communards et leurs revendications (autogestion des travailleurs, lutte contre le travail clandestin, émancipation féminine) sont noyés dans le sang. Les chiffres sont connus : 20 000 victimes, 38 000 arrestations et condamnations à morts. La dramaturge, elle, a suivi les 10 000 déportations au bagne de Nouvelle-Calédonie… C’est un des tournants importants de la pièce, Louise est envoyée au bagne sur le bateau La Virginie avec les camarades communards et les insurgés kabyles de 1871. Ces deux communautés d’insurgés débarquent sur une île elle aussi en proie à la révolte : celle des Kanaks contre le même oppresseur colonial.

« La Jeanne d’Arc du Djudjura »

6Fadhma qui a été affublée du même quolibet de sorcière que Louise durant son procès, « la Jeanne d’Arc du Djudjura » faisant directement écho à « la vierge rouge de Montmartre » ; Fadhma qui a dû se battre contre l’envahisseur mais aussi contre sa propre famille ; Fadhma qui, comme Louise, alliait la lutte armée, le soin des plus faibles et la transmission du savoir ; Fadhma, qui est physiquement morte quatorze ans plus tôt mais qui est toujours vivante dans la mémoire des bagnards kabyles, va, dans la pièce, rencontrer Louise, l’aider, et la guider jusqu’à son dernier voyage.

7Le centralisme en France n’affecte pas que l’histoire officielle qui, comme l’attestent toujours les manuels scolaires, reste l’histoire des vainqueurs. Il atteint aussi la mémoire des luttes populaires. Si la Commune de Paris éclipse souvent celles de Marseille, de Toulouse ou de Lyon, elle n’est encore que très rarement mise en perspective avec l’histoire coloniale. Comme il a été dit en préambule, nous pensons que cet éclairage est indispensable pour comprendre les actuels enjeux politiques et mémoriels. Avec l’Algérie bien entendu, mais également avec la Nouvelle-Calédonie, où Louise Michel, à la différence de nombre de communards et de Kabyles, se joint à la lutte des Kanaks. Là-bas aussi le combat est inégal quant au nombre de soldats, au développement technique des armes (des lances contre des fusils), à l’expérience de la tuerie, la déshumanisation du « sauvage », de l’indigène mélanésien, permettant de légitimer sa spoliation.

8Nous découvrons lors de ce nouvel acte que la politique coloniale dans l’océan Pacifique Sud a également de nombreuses similitudes avec celle du peuplement en Algérie : briser les possibles solidarités de classes, transformer les bagnards et les repris de justice en colons en leur offrant un lopin de terre, et par là même effacer leurs dettes et leurs casiers judiciaires. Nous apprenons aussi, par un jeu d’anachronisme théâtral, la persistance du néocolonialisme en Nouvelle-Calédonie : car, si la France a très tôt pris conscience des richesses naturelles locales, les archipels restent encore aujourd’hui un enjeu géostratégique majeur dans l’océan Pacifique : « des îles gorgées de nickel, / métal inoxydable / alliage indispensable / à l’acier de votre vaisselle / à vos plats, vos couverts, vos éviers / à tout votre électro-ménager… »

  • 1 Mohammed Al Amdjeb Ben Abdelmalek, dit Cherif Boubaghla, a été arrêté et décapité en 1854. Sa tête (...)

9Le cynique écho de notre quotidien résonne avec l’histoire des insurgés kabyles et parisiens : par leur contribution à l’annexion des terres kanaks. La tête coupée du chef Ataï trône d’ailleurs à l’époque dans les musées de la métropole à des fins d’études anthropologiques, comme celle du chef kabyle Boubaghla, compagnon d’arme de Fadhma1. Louise, qui apprend le français aux Kanaks, qui les conseille tactiquement (comme couper les fils télégraphiques) et les informe des agissements de l’armée quand elle les connaît, est amnistiée en 1880 ; les Kabyles, eux, restent assignés à résidence. Elle reprend la route des luttes en France, aux États-Unis pour une série de conférences dont les dernières seront données en Algérie.

Sources bibliographiques et persistance des luttes

  • 2 Virginie Aimone et Jeremy Beschon ont notamment adapté au théâtre, avec le collectif Manifeste Rien (...)

10Cette pièce, dans la continuité de notre travail quant à l’importance des luttes populaires2, recoupe également les précédentes recherches théâtrales et scientifiques sur les mêmes thématiques : La domination masculine de Pierre Bourdieu, adaptation où nous avons ajouté les textes de Tassadit Yacine, dont un important volet sur la mythologie et la poésie féminine kabyle ; Chacal, la fable de l’exil d’après Tassadit Yacine sur la reproduction des logiques de domination dans le monde colonial ; La Marseillaise et cætera d’après les recherches de Gérard Noiriel sur la guerre de Prusse et la construction de l’État-nation ; et Les trois exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère d’après Benjamin Stora, qui analyse les débuts de la grande colonisation, et explicite la mise en place et les conséquences du décret Crémieux. Nous avons été invités à jouer cette dernière pièce en présence de l’auteur, à Béjaïa en Algérie en 2014, lors du colloque 1871 sous la direction de Tassadit Yacine. Et si nous n’avions pas pu suivre les différentes conférences des chercheur.e.s français.es et algérien.ne.s, nous avons eu accès à leur transcription textuelle l’année dernière. Cet apport a été décisif pour finir l’écriture de la pièce, car les sources bibliographiques sur l’insurrection algérienne de 1871 sont quasi inexistantes en France. Cet apport a aussi confirmé, comme nous l’avons déjà dit, la nécessité d’envisager la Commune de Paris dans une perspective coloniale plus globale. L’écriture de la pièce a également bénéficié de séances de travail et d’échanges avec la chanteuse Nadia Ammour et l’anthropologue Tassadit Yacine car, pour retracer le parcours de Fadhma N’Soumer, la tradition orale que maîtrisent la chanteuse et l’anthropologue s’avère bien plus riche que les bibliothèques. Tassadit Yacine a lu les dernières moutures de la pièce, corrigeant les erreurs historiques et ethnologiques. Le volet « français » sur Louise Michel bénéficie de nombreuses sources bibliographiques, dont ses mémoires et les archives de son procès. Il était urgent pour Virginie Aimone d’écrire une pièce historique en écho aux luttes actuelles : le féminisme, la répression des gilets jaunes, l’islamophobie et la stigmatisation des quartiers populaires. Car, si en Nouvelle-Calédonie la reproduction des logiques de domination a été plus forte que la solidarité entre communards, Kabyles et Kanaks, celle-ci a également existé entre les différentes communautés, à l’instar de Louise. C’est cet engagement féministe contre les injustices sociales et raciales, c’est l’exil au sein de sa propre famille comme au-delà des mers, c’est la vitalité des luttes que l’auteure a explorée dans une dramaturgie qui allie la poésie narrative, des scènes épiques et burlesques, des chansons d’hier et d’aujourd’hui, le rêve, l’enquête historique et la joie des mémoires retrouvées.

11Après une résidence au Théâtre Toursky, les premières représentations de Fadhma & Louise 1871 – le cri des peuples auront lieu en 2022, du 24 au 26 février au Théâtre de l’Œuvre à Marseille, et le 8 mars au Théâtre Jean Le Bleu à Manosque.

12Collectif Manifeste Rien : http://manifesterien.com

Haut de page

Notes

1 Mohammed Al Amdjeb Ben Abdelmalek, dit Cherif Boubaghla, a été arrêté et décapité en 1854. Sa tête fut exposée puis conservée avec celle des 23 autres combattants algériens au Musée d’histoire naturelle à Paris jusqu’à leur récente restitution en juillet 2020.

2 Virginie Aimone et Jeremy Beschon ont notamment adapté au théâtre, avec le collectif Manifeste Rien, l’Histoire universelle de Marseille d’Alèssi Dell’Umbria (Marseille, Agone, 2006) et Une histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn (Marseille, Agone, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeremy Beschon, « Fadhma & Louise. 1871 – le cri des peuples »Hommes & migrations, 1335 | 2021, 158-160.

Référence électronique

Jeremy Beschon, « Fadhma & Louise. 1871 – le cri des peuples »Hommes & migrations [En ligne], 1335 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/13376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.13376

Haut de page

Auteur

Jeremy Beschon

Auteur, metteur en scène, co-directeur du collectif Manifeste Rien.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search